Navigation – Plan du site
Comptes rendus

J.‑L. Rocca, La condition chinoise : la mise au travail capitaliste à l’âge des réformes (1978–2004)

Karthala, Paris, 2006
Laurence Roulleau-Berger
p. 430-432
Référence(s) :

Jean-Louis Rocca, La condition chinoise : la mise au travail capitaliste à l’âge des réformes (1978–2004), Karthala, Paris, 2006.

Texte intégral

1Les réformes engagées à la fin des années 1970 ont marqué un moment fondamental dans les évolutions politiques, économiques, sociales et culturelles d’une Chine engagée, selon l’auteur, dans le monde moderne avec la « mise au travail capitaliste ». L’auteur se propose d’en analyser deux conséquences : la disparition du paradigme socialiste de l’emploi et la contestation sociale. Il nous est ici proposé une approche historique et politique assez précise du passage du travail socialiste à l’économie marchande. L’auteur souligne que la militarisation du travail qui visait l’abolition de l’économie réduisait le travail à un outil de domination sur les individus, et qu’en l’absence d’un système de rétribution, le clientélisme était souvent le seul vecteur de gratification personnelle. Jusqu’au milieu des années 1990, la politique de réforme en Chine ne va pas mettre radicalement en question le statut d’ouvrier ; les ouvriers et employés des entreprises publiques voient leurs conditions de vie et de travail maintenues et leur niveau de vie continue à augmenter.

2De 1949 au début des réformes, l’économie chinoise ne peut être appréhendée sans prendre en considération la place centrale et l’évolution des unités de travail (les danwei) qui signifie un lien organique entre l’État et les ouvriers dans le rapport salarial. L’économie de marché se développe alors d’abord à la périphérie des danwei, notamment dans les zones rurales où les paysans sont « mis au travail ». Si les ouvriers constituaient un groupe privilégié avant les réformes, leur statut va progressivement s’affaiblir et le travail ouvrier perdre de sa valeur économique, sociale et symbolique. L’auteur montre comment, à partir des années 1990, « l’économie socialiste de marché » participe à la constitution d’un marché du travail différencié qui, à peine constitué, apparaît déjà perturbé par la montée du chômage dans les anciennes zones industrielles, dans les provinces marquées par une baisse brutale de l’emploi et dans les villes où le secteur des services reste sous-développé. Jean-Louis Rocca parle de « marchandisation et de précarisation des ouvriers », c’est-à-dire d’une intensification du travail qui touche plus particulièrement les migrants et l’apparition d’une masse importante de travailleurs sans emploi, notamment les chômeurs, xiagang zhigong et des « pauvres » difficiles à dénombrer. Le secteur public (mines, mécanique, textile, sidérurgie) est l’objet de profondes restructurations et les ouvriers tentent de résister à la mise en question du statut d’ouvrier à l’intérieur de l’emploi public. En 1994, le nombre d’employés dans les « unités économiques publiques » s’élevait encore à 66,7 % de la population active urbaine contre 76,2 % en 1980 ; en 1995, 59 % des ouvriers et apprentis du secteur manufacturier travaillaient encore dans des entreprises publiques. Mais entre 1993 et entre 2003, le nombre d’employés des unités d’État est passé de 109 à 68,7 millions et le personnel d’industrie d’État de 45 à 21 millions (départs à la retraite inclus). Dans ce mouvement de reconfiguration des marchés du travail on assiste à la liquidation progressive des danwei, qui s’accompagne de la mise en œuvre de politiques sociales et d’insertion professionnelle qui prennent forme dans des dispositifs disciplinaires de l’ancienne classe ouvrière. La norme d’emploi stable comme norme d’intégration sociale est mise en question. Un certain nombre de travailleurs sont aussi contraints de prendre une retraite anticipée. Si, dans les années maoïstes, la population urbaine était liée à une unité administrative, elle serait aujourd’hui, selon l’auteur, davantage soumise au pouvoir local. La précarisation des marchés du travail signifie alors, selon Jean-Louis Rocca, l’apparition d’emplois « non standard » (emplois temporaires, saisonniers…) et de petites activités économiques urbaines. Évidemment ce processus donne naissance à l’apparition de la pauvreté dans les zones urbaines, due aux vagues de licenciements, à la fin des systèmes de protection offerts par les danwei et à la forte augmentation du niveau de vie.

3Dans ce contexte de « mise au travail capitaliste », de restructuration industrielle, de « crise » entre l’État et la classe ouvrière, de déclassement des ouvriers de la période socialiste et de l’émergence d’une nouvelle classe ouvrière s’organisent alors des mouvements de contestation urbaine et paysanne qui ne cessent de s’intensifier depuis 1993, et qui mobilisent principalement les ouvriers migrants et les ouvriers urbains. Mais si les politiques de renforcement des forces spécialisées dans le maintien de l’ordre public sont mises en œuvre face à la montée de ces mouvements, les administrations locales créent des dispositifs de prévention et de gestion des conflits. Par ailleurs, l’auteur montre comment l’État expérimente de nouvelles formes de légitimation politique dans les campagnes auprès de paysans qui produisent de fortes mobilisations collectives autour de la répartition des terres, de la constitution de fonds pour des projets d’intérêt public…, et révèlent de nouvelles élites villageoises. Mais contrairement aux événements qui naissent en milieu urbain, les mouvements paysans n’apparaissent pas directement liés à « la mise au travail capitaliste » mais plutôt aux inégalités d’accès aux biens économiques, sociaux et moraux en milieu rural, aux inégalités de revenus, à la lutte contre la corruption, aux contraintes de migrer liées aux manques de perspectives économiques en milieu rural.

4En bref, l’auteur se centre sur ce qu’il appelle un « processus de disciplinarisation » à partir de la « mise au travail capitaliste » dans la société chinoise qui pose la question de la production de nouvelles formes de domination économique et de leurs effets sur la transformation/ formation de groupes sociaux, notamment à travers la montée de mouvements sociaux. Fort de longues années de recherche passées en Chine continentale, Jean-Louis Rocca propose ainsi une approche très éclairante des grandes transformations politiques, économiques et sociales de la société chinoise. Cependant, un regard complémentaire armé de certains concepts de la sociologie économique aurait pu permettre d’enrichir l’analyse de la construction sociale des marchés du travail chinois et des processus de précarisation qui les traversent. Reste que cette analyse politico-historique très bien argumentée du processus de « mise au travail capitaliste à l’âge des réformes » apparaît réellement convaincante et s’appuie sur une vraie connaissance de la société chinoise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Roulleau-Berger, « J.‑L. Rocca, La condition chinoise : la mise au travail capitaliste à l’âge des réformes (1978–2004) », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 430-432.

Référence électronique

Laurence Roulleau-Berger, « J.‑L. Rocca, La condition chinoise : la mise au travail capitaliste à l’âge des réformes (1978–2004) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22688

Haut de page

Auteur

Laurence Roulleau-Berger

CNRS–LISE, Cnam, Paris, France
laurence.roulleau-berger[at]lise.cnrs.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals