Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Jean-Paul Fourmentraux, Art et Internet. Les nouvelles figures de la création

CNRS Éditions, coll. CNRS Communication, Paris, 2005
Julien Levrel
p. 432-433
Référence(s) :

Jean-Paul Fourmentraux, Art et Internet. Les nouvelles figures de la création, CNRS Éditions, coll. CNRS Communication, Paris, 2005.

Texte intégral

1Ce livre retrace les différentes étapes du processus créatif d’œuvres Net art. Le Net art, né au début des années 1990, est un art pour, par et dans Internet, et se distingue ainsi des usages de l’Internet comme vitrine d’exposition. Il englobe, dès lors, l’ensemble des usages d’Internet qui revendiquent un statut artistique et exploitent les contraintes et ressources de la mise en réseau.

2Après avoir situé son dispositif d’enquête à la charnière d’une approche pragmatique de l’art et d’une sociologie interactionniste de l’innovation, l’auteur cherche à suivre « l’œuvre en situation de travail » (p. 25) en balisant les principaux ressorts d’un monde de l’art encore peu exploré par les sciences humaines. Dans la première partie « Conception », l’auteur applique une lecture interactionniste aux jeux coopératifs des acteurs convoqués dans la création. La conception est ainsi distribuée entre différents acteurs dont les principales figures sont l’artiste attaché à son concept artistique et l’informaticien attaché à le rendre opérationnel. Pour rendre compte de ce travail de négoce, nous suivons le déploiement (définition et développement) d’une œuvre dont chaque étape du processus (avec ses acteurs et ses objets intermédiaires) constitue un ensemble de médiations (Hennion, 1993) mis en valeur dans la fabrique de l’interface. En conclusion de cette première partie, l’auteur considère le rôle des images comme se rapprochant de la culture de l’écrit. En effet, elles proposent un parcours dans l’œuvre et permettent « des évènements, des univers, des situations, des actions » (p. 74). Il en résulte une difficulté de qualifier l’œuvre Net art, est-elle un code, un programme informatique ou un site Internet ? L’auteur refuse de céder aux tentatives de qualification en privilégiant une approche de l’œuvre en tant que dispositif, appréhendé ici comme « l’ensemble des composantes de la situation de communication par l’œuvre » (p. 115), aussi bien les investissements de formes (ressources techniques disponibles) que les usages des trois partenaires impliqués : l’artiste, la machine et le public. Cet ensemble est caractérisé par l’autonomie de ses composantes, le dispositif Net art étant un agencement spécifique de différents actants (langage de programmation, logiciel, etc.) qui peuvent séparément être agencés dans d’autres dispositifs à vocation artistique ou non.

3La deuxième partie « Disposition » permet d’approcher plus concrètement la genèse du Net art et ses différents sous-mondes à travers une typologie construite sur les manières dont sont agencés les sites. En effet, le Net art se compose d’agencements spécifiques répondant à des opportunités d’actions sur l’œuvre différentes. Trois familles sont identifiées :

  • l’œuvre médiologique peut s’apparenter aux arts premiers des réseaux (attaque par virus) ;

  • l’œuvre algorithmique se focalise sur la réalisation d’un programme comme unité artistique ;

  • l’œuvre interactive privilégie la construction de relations (exploration, contribution, altération, altercation) avec les internautes.

4Les œuvres Net art se caractérisent principalement par les discours performatifs de leurs auteurs à apposer un statut artistique sur des objets qui peuvent être perçus différemment. La conclusion de cette partie prolonge ces différentes figures de l’interactivité autour de l’œuvre à trois mains (artiste, machine, public–acteur). Il revient, selon l’auteur, d’inclure la contribution du spectateur au sein du dispositif détourné de sa fonction totalitaire et aliénante (Foucault, 1975) et augurant un nouveau rapport aux objets qui deviennent des médiations pour l’action dans le déploiement des œuvres. L’œuvre serait dès lors l’imbrication de ces trois mains répondant de « régimes d’action » hiérarchiquement différents et performants, chacun à leur manière et niveau, le dispositif.

5La dernière partie « Exposition » revient sur l’inadéquation des dispositifs Net art vis-à-vis des circuits traditionnels de diffusion de la production artistique et sur l’aménagement d’espaces de valorisation sur Internet. Inclus dans la mise en œuvre d’une œuvre, le processus de valorisation et de légitimation des œuvres Net art pose de nombreux problèmes (esthétique, technique, juridique,…) aux institutions artistiques (musées). Face à des arrangements contextuels qui dénaturent le fonctionnement des dispositifs (non reliés à Internet), les artistes habitent le réseau et s’aménagent des circuits de valorisation (listes de diffusion, forums de discussions, sites collectifs, etc.), autant de vitrines augmentant l’exposition d’art, d’espaces de conversation et de tactiques de configuration des conditions de réception du dispositif (exemple des modes d’emploi — p. 160). En opérant ce découpage, l’auteur promeut une fluidification des rapports entre conception, disposition et exposition qui fait de l’œuvre non plus une entité harmonieuse et cohérente mais une succession de configurations, d’appropriations, d’objets, d’échanges et d’acteurs (« une polyphonie énonciative » — p. 186) qui fondent le caractère incertain des dispositifs dans l’émergence d’œuvres procédurales plus qu’ornementales.

6Bien que stimulant et pertinent, cet ouvrage, inscrit dans une « sociologie des œuvres », n’échappera pas aux polémiques précisées par l’auteur (p. 26 et 183) quant à l’omniprésence polyphonique des discours performatifs des artistes sur leurs œuvres. Le découpage ainsi proposé manque également de rendre compte des configurations multiples de la création énoncées dans la partie « Disposition », mais absentes de la partie « Conception » dédiée à l’exploration d’un cas unique. Ce balisage souffre aussi des penchants structurels de la sociologie de l’innovation à reléguer les « acteurs » (internautes) dans une position de figurants en manque de profondeur, paradoxalement (ou de manière complémentaire) à l’approche des amateurs développée par Hennion et al. (2000). Faisant œuvres de ces critiques, la lecture de l’ouvrage, augmentée d’un ordinateur connecté à Internet, est un plaisir de se découvrir des vocations éphémères d’artiste en herbe.

Haut de page

Bibliographie

Foucault, M., 1975. Surveiller et punir. Gallimard, Paris.

Hennion, A., 1993. La passion musicale. Une sociologie de la médiation. Métaillié, Paris.

Hennion, A., Maisonneuve, S., Gomart, E., 2000. Figures de l’amateur. Formes, objets, pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui. La Documentation Française, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Levrel, « Jean-Paul Fourmentraux, Art et Internet. Les nouvelles figures de la création », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 432-433.

Référence électronique

Julien Levrel, « Jean-Paul Fourmentraux, Art et Internet. Les nouvelles figures de la création », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22702

Haut de page

Auteur

Julien Levrel

Laboratoire sociologie des usages et traitement statistique de l’information (FT/RD/TECH/SUSI), 38–40, rue du Général-Leclerc, 92794 Issy-les-Moulineaux cedex 09, France
julien.levrel[at]orange-ftgroup.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals