Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Regine Teulier, Philippe Lorino (Eds.), Entre connaissance et organisation : l’activité collective

La Découverte, Paris, 2005
Silvia Gherardi
p. 434-436
Référence(s) :

Regine Teulier et Philippe Lorino (dir.), Entre connaissance et organisation : l’activité collective, La Découverte, Paris, 2005.

Texte intégral

1En France comme ailleurs, la relation entre connaissance et organisation est aujourd’hui au cœur d’un débat qui s’accommode mal des frontières établies entre disciplines et la formule passe-partout de « société de la connaissance » est aussi elliptique que confuse. En quoi les recherches en cours peuvent-elles aider à y voir un peu plus clair ? Tel est l’objet d’un colloque qui a réuni des chercheurs en gestion, en ingénierie des connaissances, en économie et en ergonomie à Cerisy en 2003.

2Le volume est divisé en trois sections :

  • la première explore la notion d’agir collectif ;

  • la deuxième (sagement intitulée « Entre l’individu et l’organisation, le collectif ») est consacrée aux interprétations possibles de la notion d’action située ;

  • la troisième, à une analyse détaillée des différents outils « au cœur de l’agir et du connaître opérationnels ».

3Le cadre théorique qui permet de comprendre cette activité du connaître comme à la fois « sociale » et « située » — thèse dans laquelle se retrouve peu ou prou l’ensemble des auteurs — est articulé autour de deux idées force. La première est une conception de la connaissance conçue comme une activité outillée, médiatisée (principalement par la langue et par les artefacts) et dialogique (qui répond aux activités des autres et les sollicite). La seconde est que cette activité s’inscrit concrètement dans l’organisation à travers des collectifs qui structurent les règles et la logique de l’organisation.

4L’organisation d’une discussion scientifique entre une telle variété de points de vue et de terrains (la poste, un réseau de santé, un groupe financier, une organisation dédiée à des problèmes environnementaux…) relève forcément du pari. Notons toutefois que les auteurs du volume partageaient tout de même au départ au moins deux choses : une référence commune au concept d’« action située » (Suchman, 1987) et une pratique de la recherche empirique en étroite interaction avec le terrain, suivant une démarche d’intervention dans les organisations. Au total, l’entreprise méritait d’être tentée et le pari est gagné : le résultat du séminaire de Cerisy est en effet un texte passionnant, foisonnant, riche de nouvelles questions qui réussit à faire le point sur ce sujet controversé mais qui n’est pas entièrement nouveau.

5La relation entre individu, connaissance et organisation est en effet un thème parfaitement classique, depuis les travaux fondateurs de Taylor et de Fayol. La production individuelle de connaissances, leur expropriation par l’organisation et leur traduction en outils de gestion ont été largement étudiées aussi bien par la sociologie du travail et des organisations que par les sciences de la gestion. Mais, les limites du paradigme smithien de la division technique du travail, doublé d’une spécialisation parcellaire de la compétence, apparaissent clairement aujourd’hui, où l’on sait que l’une des conditions de la création de la valeur se trouve dans la redondance assurée par des processus d’échange de connaissances. Mais, comment produire de la redondance dans les connaissances et comment gérer les connaissances d’une organisation ?

6Les réponses à ces questions sont à peu près aussi nombreuses que les auteurs de cet ouvrage collectif. D’où l’intérêt de l’introduction rédigée par les deux coordinateurs du colloque. Les recherches développées sur cette thématique se répartissent, expliquent Philippe Lorino et Regine Teulier, en deux familles d’approche : celles qui partent de l’activité de l’acteur individuel pour interpréter l’action collective et celles qui partent des structures de l’action collective pour intégrer la dynamique d’apprentissage des acteurs dans l’organisation. Ces deux approches se parlent peu. Elles utilisent des vocabulaires et des concepts interprétatifs différents. La première, plus socioergocognitive, prend appui sur des notions telles que celles de « routines », de « procédures de raisonnement », de « représentation de l’acteur » ; tandis que la seconde, portée par les sciences de la gestion et l’ingénierie des connaissances mobilise les notions de « gestion des connaissances », d’« apprentissage organisationnel », de « cognition organisationnelle ». Mais, entre ces deux approches, toujours selon les coordinateurs, subsiste un angle mort qui peut être comblé par le concept charnière « d’activité située et collective » qui représente le point de passage entre connaissance et organisation. Il servira donc de fil rouge pour structurer les interrogations du livre.

7La « zone d’ombre » que l’ouvrage entend éclairer est délimitée par les insuffisances respectives de chacune de ces perspectives : c’est cet effet de miroir qui constitue son apport essentiel et son originalité. Si dans le premier courant l’organisation est traitée de façon réductrice, vue comme un simple environnement social du sujet au travail, les théorisations du deuxième courant éprouvent quant à elles le plus grand mal à bâtir une théorie de la connaissance inscrite dans l’organisation. Parce qu’elle repose sur une théorie explicite et non computationnelle de la connaissance, la notion d’activité « située et collective » serait ce concept charnière capable de faire dialoguer les recherches sur la connaissance et celles sur l’action collective organisée.

8Cela dit, il faut bien ajouter que cette notion « d’activité », reprise dans les différents chapitres, a tout du concept nomade, pour reprendre la formule de Stengers (1987). Sa propagation est intéressante. Certains auteurs font remonter ses origines à la tradition du pragmatisme de Dewey et de Pierce. D’autres y voient un héritage de la psychologie culturelle russe initiée par Vygotski et Leontiev. Pour d’autres encore, elle aurait sa place dans la lignée des travaux sur les « cours d’action », nourrie des recherches d’auteurs américains tels que Suchman, Lave et Wenger. Cette pluralité des sources historiques confère à ce concept une saveur particulière qu’on serait tenté de qualifier, vu de l’étranger, de « typiquement française ».

9Un regret à cet égard. Il est dommage que le dialogue organisé par l’ouvrage concerne essentiellement les membres d’une communauté de chercheurs qui se connaissent déjà, sans chercher à s’ouvrir d’avantage sur l’extérieur ou à prendre pied dans le débat international. Pourtant, vu de l’extérieur toujours, l’ensemble des auteurs qui ont directement contribué à ce livre (ainsi que d’autres qui n’y sont pas mais y sont cités) ont su développer de façon originale, durant ces dernières années, le paradigme de l’action située, en lui donnant un ton et une sensibilité spécifiquement français. D’une part, en dépassant le cognitivisme qui, en France comme ailleurs, avait caractérisé le débat sur l’apprentissage organisationnel et le knowledge management. D’autre part, en se focalisant sur la notion d’activité collective, entendue comme une activité à la fois sociale et organisationnelle. Restait encore à rassembler les morceaux de cette diaspora hétérogène.

10En situant clairement la production française dans le courant de recherches international repérable sous l’appellation de practice based studies, cet ouvrage fait un pas de plus. Ce courant se caractérise, rappelons-le, par une conception partagée de la connaissance comme une activité pratique ; une vision des pratiques de travail comme un lieu de production et de transmission de la connaissance ; par l’idée que le savoir pratique est une compétence collective et que l’activité d’orchestration–coordination est à la fois matérielle et discursive. Du côté des inspirations théoriques dont se nourrissent ces perspectives on reconnaîtra, dans le désordre, les théories de l’activité, les work place studies, la théorie de l’acteur–réseau et celle de l’apprentissage « situé ». L’un des mérites, et non des moindres, de cette famille de pensée « recomposée » dont cet ouvrage est le produit, est de rapprocher les travaux sur les organisations de ceux qui portent sur le travail. À cet égard les collègues français font preuve d’un savoir-faire historique important : réussir à combiner l’analyse « micro » du travail saisi comme une activité collective et située avec les phénomènes socio-organisationnels de plus grande ampleur. Il est regrettable que la longue tradition de recherche en France sur les pratiques de travail, en ergonomie française et plus encore peut-être en sociologie, ne soit pas mieux connue et diffusée à l’étranger. Cet ouvrage y contribuera certainement.

Haut de page

Bibliographie

Stengers, I., 1987. D’une science à l’autre. Des concepts nomades. Le Seuil, Paris.

Suchman, L., 1987. Plans and situated actions. The problem of human-machine communication. Cambridge University Press, New York.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Gherardi, « Regine Teulier, Philippe Lorino (Eds.), Entre connaissance et organisation : l’activité collective », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 434-436.

Référence électronique

Silvia Gherardi, « Regine Teulier, Philippe Lorino (Eds.), Entre connaissance et organisation : l’activité collective », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22714

Haut de page

Auteur

Silvia Gherardi

Faculty of Sociology of the University of Trento, Ricerca Sociale, Via verde 26, Trento, Italie
silvia.gherardi[at]soc.unitn.it

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals