Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto – Banlieues – État

La Découverte, Paris, 2006, 331 p.
Sabrina Sinigaglia-Amadio
p. 436-438
Référence(s) :

Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto – Banlieues – État, La Découverte, Paris, 2006, 331 p.

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Loïc Wacquant, professeur de sociologie à l’université de Californie-Berkeley et chercheur au Centre de sociologie européenne, spécialiste des prisons et de questions urbaines, propose de revenir sur une idée reçue largement diffusée dans les médias sensationnalistes français ainsi que dans les discours politiques ou encore de nombreuses publications scientifiques : les banlieues françaises sont-elles des ghettos à l’image des États-Unis ? C’est alors en analysant successivement le cas du ghetto noir étasunien de Chicago dans sa dimension synchronique et diachronique (chapitres 2 à 4) puis, en le confrontant aux banlieues ouvrières françaises (chapitres 5 à 7), qu’il défend la thèse du « ghetto français » comme « contresens sociologique ».

2Loin d’être une simple posture idéologique, la thèse, étayée d’observations de terrain (à Chicago et à la Courneuve, en France), de données statistiques et de rappels historiques tout à fait pertinents, pose une argumentation complexe en articulant le rapport salarial, le recul de l’État social et la concentration de marginalité et de pauvreté. Ce nouveau régime de la marginalité, organisé par les structures et politiques étatiques, ne favorise pas, selon l’auteur, la revendication collective mais bien davantage la « débrouille » ou l’émeute.

3Pourquoi nos banlieues françaises ne sont-elles pas des ghettos ? Pour plusieurs raisons. La première tient à ce que « le ghetto n’est pas une simple entité topographique ou un agrégat de familles et d’individus pauvres mais une forme institutionnelle, c’est-à-dire une concaténation particulière, ancrée dans l’espace, de mécanismes de fermeture et de contrôle ethnoracial. Pour être bref, un ghetto peut être caractérisé de façon idéaltypique comme une constellation socio-spatiale bornée, racialement et/ou culturellement uniforme, fondée sur la relégation forcée d’une population stigmatisée — telle que les Juifs dans l’Europe de la Renaissance et les Afro-américains dans les États-Unis de l’ère fordiste — dans un territoire réservé, territoire au sein duquel cette population développe un ensemble d’institutions propres et opère à la fois comme un substitut fonctionnel et comme un tampon protecteur de la société environnante. » (p. 54). Autrement dit, ni un ancrage territorial donnant l’impression d’une assignation à résidence (compte tenu de divers facteurs tels que le pouvoir d’achat limité des familles, les loyers prohibitifs d’autres territoires, la taille des logements, etc.), ni l’existence d’une homogénéité sociale apparente ne suffit à identifier un territoire comme un ghetto. Banaliser le terme au point d’identifier tout espace sensiblement fermé, autocentré comme ghetto lui fait perdre de son sens et son heuristique sociologique. N’a-t-on parlé de ghetto gay, de ghetto du troisième âge ou encore de ghetto estudiantin ? User du terme en simple métaphore de la ségrégation contribue largement à alimenter les fantasmes et peurs qui participent de la stigmatisation et de la relégation de ces quartiers au ban.

4Or, au fil des neuf chapitres de l’ouvrage, issus de textes d’étapes publiés entre 1989 et 1999 (articles et/ou communications en langue anglaise, portugaise, française ou danoise), l’auteur montre très finement combien la distance entre les banlieues françaises (au pluriel) et le ghetto étasunien (au singulier) — c’est l’auteur lui-même qui insiste sur cette précision — est grande. Entre eux, les différences sont de tous ordres : d’échelle, d’origine, de peuplement, de structure, d’intensité, d’intérêt institutionnel…

5Pour autant, le risque de ghettoïsation des banlieues françaises n’est pas totalement nul si, comme le note ailleurs Loïc Wacquant (Wacquant, 1993), « dans leur myopie technocratique et leur fixation fascinée sur la performance financière à court terme, les élites dirigeantes hexagonales, de gauche comme de droite, devaient persister dans la politique néolibérale d’abaissement du secteur public et de “mercantalisation” rampante des rapports sociaux qui a été la leur depuis le milieu des années 1970 […] l’utopie négative, lointaine et effrayante, pourrait devenir réalité » (p. 278). L’autre intérêt majeur de cet ouvrage tient à sa déconstruction des théories de l’« underclass » (« néologisme vague et moralement pernicieux », p. 101, que l’on peut traduire comme une culture ethnique/raciale de la pauvreté) qui tendent elles aussi à réduire et à caricaturer la situation étasunienne. Ces théories posent les habitants du ghetto noir comme une underclass c’est-à-dire un groupe désorganisé, isolé du reste de la société et replié sur lui-même. Or, « ils appartiennent plutôt aux fractions économiquement déqualifiées et socialement disqualifiées de la classe ouvrière noire, par leur position instable à la lisière du salariat et par leurs liens multiples d’alliance, de pauvreté, de sociabilité et de partage culturel qui les connectent aux autres composantes de la communauté afro-américaine » (p. 56). Entre « mythe » et « légende », l’auteur déconstruit point par point, au fil du texte, cette théorisation qui réduit dangereusement les causes sociales, sociologiques de la marginalité du ghetto et de ses habitants à des caractéristiques psychologiques individuelles. Pour clore cet ouvrage, l’auteur pose une réflexion approfondie de la question de la marginalité urbaine, qualifiée alors de « marginalité avancée » car non résorbée mais vive et amenée à se développer (p. 240 et suivantes) à la fin du xxe siècle (chapitres 8 et 9). Finalement, cet ouvrage et la thèse et les analyses produites, bien que reposant sur des enquêtes et des écrits antérieurs datant des deux décennies précédentes, restent tout à fait d’actualité et pertinents pour décrire et comprendre les situations actuelles des banlieues françaises comme du ghetto étasunien. Le seul regret que l’on peut avoir à la lecture de l’ouvrage tient peut-être au caractère parfois redondant des propos d’un chapitre à l’autre, lié à l’exercice même de la compilation de travaux antérieurs. Il reste néanmoins, à mon sens, un incontournable en matière de sociologie urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Wacquant, L., 1993. « De l’Amérique comme utopie à l’envers ». In: Bourdieu, P. (dir.), La misère du monde. Éditions du Seuil, Paris, pp. 263–278.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabrina Sinigaglia-Amadio, « Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto – Banlieues – État », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 436-438.

Référence électronique

Sabrina Sinigaglia-Amadio, « Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto – Banlieues – État », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22728

Haut de page

Auteur

Sabrina Sinigaglia-Amadio

ERASE/2L2S, université Paul-Verlaine, 57000 Metz, France
sabsinigaglia[at]aol.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals