Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marie-Héléne Bacqué, Henry Rey, Yves Sintomer, Gestion de proximité et démocratie participative, une perspective comparative

La Découverte, Paris, 2005
Antoine Bevort
p. 438-440
Référence(s) :

Marie-Héléne Bacqué, Henry Rey et Yves Sintomer, Gestion de proximité et démocratie participative, une perspective comparative, La Découverte, Paris, 2005.

Texte intégral

1L’ouvrage publié sous la direction de Bacqué, et al., analyse le succès de la thématique participative dans l’action publique locale à travers un panorama international de ses manifestations les plus significatives. L’ensemble des 12 contributions constitue un dossier fort complet sur les divers dispositifs (assemblées, conseils de quartiers, jurys citoyens, référendums, conseils d’usagers, budget participatif) expérimentés dans des contextes très différents, des grandes métropoles occidentales à de petites communes d’Équateur, en passant par les communes rurales de l’Afrique. Écrits le plus souvent par des chercheurs nationaux, les articles reposent sur une connaissance empirique précise des dispositifs étudiés dans dix pays ou zones géographiques et développent des analyses théoriques diverses, toujours stimulantes.

2L’ouvrage est divisé en trois parties, une première consacrée à la comparaison des modèles républicain et anglo-saxon, la deuxième traitant de la « gestion publique locale » en Europe, et la troisième partie présentant les expériences des pays du Sud. Peut-être l’objectif affiché d’avancer vers un « véritable comparatisme » souffre-t-il du parti pris de livrer des monographies nationales. Ce choix aboutit toutefois à un riche dossier sur la démocratie locale, mis en perspective dans l’introduction et la conclusion rédigées par les responsables de l’édition de ce livre collectif.

3Bacqué et al. considèrent que les dispositifs participatifs locaux forment une espèce de « quatrième pouvoir institutionnel » dont « l’existence ou non constitue l’un des critères fondamentaux pour mesurer jusqu’à quel point le développement de la gouvernance peut être qualifié de démocratique ». Selon ces chercheurs, la participation implique une « mutation profonde de la légitimité politique et des "épreuves de justification" qui lui sont liées ». Elle doit ainsi prouver sa capacité à mobiliser toutes les catégories de la population, prouver que la démocratie est efficace, réussir à mettre en place les conditions d’une réelle délibération, dépasser les intérêts locaux, éviter l’instrumentalisation par les pouvoirs en place.

4Les différentes contributions montrent la triple source managériale, politicoadministrative et sociale de la thématique participative. La source managériale (empowerment, new public management) est à l’œuvre dans les dispositifs participatifs déployés dans les quartiers populaires aux États-Unis, dans la participation communautaire sollicitée dans les opérations de revitalisation urbaine au Royaume-Uni et dans les dispositifs d’organisation des usages dans les services de l’eau en Afrique subsaharienne. De façon assez diverse, les cas français et néerlandais relèvent de la mobilisation politicoadministrative. Enfin, les exemples brésiliens et équatoriens montrent l’importance de la base associative et des mouvements sociaux dans l’émergence des nouvelles institutions participatives. Bien entendu, dans la réalité, les expériences étudiées montrent qu’elles sont toutes à la confluence de ces différentes sources, comme cela apparaît, par exemple, clairement dans les jurys citoyens de Berlin et d’Espagne. Le cas suisse relève probablement d’un cas à part, du fait de son ancienneté et de sa référence à la démocratie directe.

5Il est difficile de faire ici justice à toutes les contributions que contient ce livre. Dans la richesse de ce dossier, on retiendra d’abord les questionnements sur la tension entre la dynamique des contrepouvoirs et celle d’une démocratie délibérative. La contribution d’A. Fung et E.O. Wright examine ainsi à partir du cas américain l’apport des dispositifs participatifs sous l’angle des contre-pouvoirs. Selon ces auteurs, l’efficacité, voire la possibilité d’un contre-pouvoir dépend, d’une part de la nature hiérarchique ou horizontale participative de la gouvernance, d’autre part de ses modes de décision soit agonistique, privilégiant la conflictualité, soit délibérative, privilégiant la négociation. Une gouvernance participative suppose des contre-pouvoirs organisés, mais nombre d’organisations agonistiques ont du mal à évoluer vers un processus délibératif qui risque d’« éroder leur base de solidarité et les motivations profondes de leurs dirigeants et leur raison même d’exister ». On voit à quel point cette analyse est susceptible de prolongements dans le cas français, dont Luc Blondiaux souligne qu’il souffre d’un « déficit de conceptualisation chez ses acteurs mêmes ».

6Les jurys citoyens berlinois sont certainement « un des exemples les plus intéressants des nouvelles procédures participatives ». Inspiré des théories de l’empowerment, et du new public management, mais revenant aussi à la source de la démocratie par le recours au tirage au sort, Yves Sintomer observe à leur propos que, pour un observateur français habitué à l’interpellation des politiques par les habitants, l’absence des politiques dans ces dispositifs est frappante. Il se demande si, in fine, les jurys ne sont pas un « dispositif essentiellement gestionnaire ». La question renvoie à un débat fondamental également esquissé dans la contribution sur l’exemple néerlandais par Hugo Swinnen. La participation doit-elle s’évaluer principalement à l’aune de la participation verticale, d’une place faite aux citoyens dans le processus de décision des autorités politiques (privilégiée dans la conception française de la participation) ? Où l’enjeu se situe-t-il dans la participation horizontale, orientée vers la reconquête par les habitants de la maîtrise de la vie de la cité par les citoyens, quitte à brouiller les frontières entre société civile et sphère politique ?

7Les deux contributions brésilienne et équatorienne apportent de ce point de vue un éclairage intéressant sur la façon dont l’irruption de la société civile et les innovations institutionnelles modifient les règles du jeu politique. L. Avritzer et F. Ramirez Gallegos soulignent ainsi chacun l’importance de la vie associative locale et des nouvelles pratiques politiques développées par le PT au Brésil et la confédération des nationalités indigènes en Équateur. Des expériences comme le budget participatif ou les parlements participatifs municipaux ont permis une plus forte présence des résidents urbains pauvres dans les assemblées politiques locales, une plus grande redistribution, un meilleur accès aux biens publics. Les nouveaux droits à la participation et à la délibération ont favorisé la diffusion d’une culture moins hiérarchique, une démocratisation de la culture politique. De façon plus générale, on assiste selon ces auteurs à l’instauration d’un nouveau modèle d’interaction au niveau politique entre l’État et la société « dans une perspective horizontale communicationnelle et démocratique ».

8Si les auteurs des contributions sur le Brésil et l’Équateur, sud-américains, concluent ainsi de façon prudente à une réelle démocratisation produite par les dispositifs participatifs, Bernard Voutat, à propos du cas suisse ne dissimule pas son pessimisme. Pourtant, le pourcentage de citoyens suisses participant aux différentes votations populaires avoisine souvent les 40 % contre 1 à 1,5 % dans les villes brésiliennes étudiées. Pourtant, l’auteur doute que la démocratie directe puisse contribuer à créer le citoyen éclairé. Il pense que « la promesse d’ouverture du jeu politique se compense par une très forte logique d’intégration des principales forces dans le jeu ». Ce scepticisme est en fait nourri par un doute portant sur « l’aptitude (des citoyens) à se représenter l’espace politique et les enjeux qui s’y nouent en termes politiques ». Cette contribution détonne quelque peu dans l’ouvrage. D’une part, ce point de vue sceptique consiste à juger plus sévèrement la démocratie suisse que celle du Brésil ou de l’Équateur. D’autre part, ce que Bernard Voutat nomme l’ambivalence de la démocratie et de la souveraineté populaire, n’est-ce pas l’essence même du pari démocratique ? Le développement des pratiques participatives ne consiste-t-il pas à postuler que les citoyens sont in fine plus aptes que les professionnels, avant-gardes ou philosophes (sociologues) rois pour en dire la traduction toujours précaire, toujours ouverte ?

9C’est le grand mérite de l’ouvrage que d’exposer toute l’inventivité citoyenne à illustrer cette compétence et de montrer, comme le dit Henri Rey, que « le citoyen de la démocratie du public paraît mûr pour une participation politique plus active que le vote, moins contraignante et moins globale que l’engagement partisan, moins superficielle que la simple interrogation par les sondages ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Bevort, « Marie-Héléne Bacqué, Henry Rey, Yves Sintomer, Gestion de proximité et démocratie participative, une perspective comparative », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 438-440.

Référence électronique

Antoine Bevort, « Marie-Héléne Bacqué, Henry Rey, Yves Sintomer, Gestion de proximité et démocratie participative, une perspective comparative », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22744

Haut de page

Auteur

Antoine Bevort

Lise–CNAM, France
antoine.bevort[at]cnam.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals