Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Laurent Gardin, Les initiatives solidaires. La réciprocité face au marché et à lÉtat

Édition Érès, Ramonville, 2006 (191 pages)
Ronan Le Velly
p. 440-442
Référence(s) :

Laurent Gardin, Les initiatives solidaires. La réciprocité face au marché et à l’État, Édition Érès, Ramonville, 2006, 191 p.

Texte intégral

1Qu’ont en commun les entreprises d’insertion, les associations d’aide aux personnes dépendantes, les crèches parentales, les régies de quartier, les circuits du commerce équitable et les cercles de la finance solidaire ? L’ouvrage de Laurent Gardin part du constat du caractère foisonnant et hétérogène de ces expériences. Pourtant, depuis une vingtaine d’années, divers qualificatifs (« entreprise sociale », « tiers-secteur ») ont mis l’accent sur la spécificité de ces initiatives qui ne relèvent ni totalement de la régulation marchande ni des cadres traditionnels de l’intervention publique. Ni le marché, ni l’État, ni l’intérêt privé, ni le bien public… une telle définition court cependant le risque de ne s’établir qu’en opposition et de ne pas saisir ce qui anime et maintient ces pratiques. L’ambition de l’ouvrage de Laurent Gardin est de répondre à cette insuffisance.

2Pour définir ce qu’il préfère nommer l’« économie solidaire », Laurent Gardin part des travaux de Karl Polanyi sur la pluralité des comportements économiques. Cela le conduit à signaler le caractère hybride des ressources mobilisées dans le fonctionnement de ces initiatives. Mais, contrairement par exemple à Perret et Roustang (1993), Laurent Gardin ne définit pas l’économie solidaire comme une articulation harmonieuse du marché, de la redistribution et de la réciprocité ne retenant que leurs avantages respectifs. Pour lui, l’enjeu de l’économie solidaire est plutôt de subordonner l’action publique et l’échange marchand aux principes de la réciprocité. Une telle orientation théorique s’avère fructueuse.

3Elle invite d’abord à clairement définir ce qu’est la réciprocité. Après avoir montré que nombre de confusions ont jalonné les écrits sur cette question, Laurent Gardin propose une utile typologie distinguant la réciprocité inégalitaire, la réciprocité entre pairs et la réciprocité multilatérale. Cette dernière forme met en relation des groupes hétérogènes (d’usagers, de bénévoles, d’entreprises…) impliqués dans la construction conjointe de l’offre et de la demande. Selon l’auteur, cette réciprocité est la plus fréquente dans les démarches de l’économie solidaire. Mais le point de vue est également normatif. L’ambition de l’économie solidaire est de bâtir, dans le cadre de relations égalitaires où chacun est actif et fait valoir ses droits, des activités économiques qui tiennent compte de la situation des uns et des autres.

4Cette norme peut alors être comparée aux pratiques pour observer jusqu’à quel point la réciprocité est « intégratrice » (p. 45) et s’impose face au marché et à la redistribution. Dans le chapitre qu’il consacre à cette question, Laurent Gardin décrit particulièrement bien les tensions induites par les différentes modalités d’intervention des pouvoirs publics et donne même des recommandations sur ce point. Pour autant, on peut regretter qu’il ne s’appuie pas également sur la présentation en profondeur d’un ou deux cas qui permettraient de saisir pourquoi et comment les acteurs parviennent ou échouent à maintenir cet impératif de réciprocité. La multiplication des exemples cités dans l’ouvrage offre une appréciable vision d’ensemble des initiatives de l’économie solidaire mais elle aurait peut-être gagné à se coupler avec des éléments ethnographiques plus détaillés.

5Une seconde réserve peut être formulée. Nous nous sommes régulièrement demandés si la riche mise en avant de la réciprocité ne se faisait pas au prix de présentations plus grossières de la redistribution et surtout du marché. Lorsque Laurent Gardin parle de ce dernier, c’est généralement à travers des références à la poursuite (voire à la « maximisation ») de l’intérêt individuel et à la confrontation impersonnelle de l’offre et de la demande. Si cette conception du marché est une représentation qui inspire, comme repoussoir, certaines initiatives solidaires, cela aurait mérité d’être explicité. S’il s’agit d’une force qui complique la construction de ces alternatives, l’idée est également intéressante mais il devrait alors être possible de montrer plus concrètement comment les contraintes concurrentielles s’exercent et par quels dispositifs les acteurs s’en protègent. Finalement, l’auteur manque d’arguments pour écarter aussi rapidement qu’il le fait la pertinence des travaux de la nouvelle sociologie économique qui mettent l’accent sur la variété des marchés. Contrairement aux doutes qu’il exprime, nous ne pensons pas qu’une telle approche conduise à rabattre l’économie solidaire sur le marché. Au contraire, la démarche de la nouvelle sociologie économique nous semble permettre l’analyse des modalités de (co-)construction de l’offre et de la demande (Dubuisson-Quellier, 1999), être pleinement compatible avec l’étude de situations où la réciprocité est un principe intégrateur du marché (Smith, 1989 ; Velthuis, 2005) et finalement offrir les outils d’observation des conditions d’établissement de l’économie solidaire que Laurent Gardin appelle de ses vœux.

Haut de page

Bibliographie

Dubuisson-Quellier, S., 1999. Le prestataire, le client et le consommateur : sociologie d’une relation marchande. Revue française de sociologie 40 (4), 671–688.

Perret, B., Roustang, G., 1993. L’économie contre la société. Affronter la crise de l’intégration sociale et culturelle. Editions du Seuil, Paris.

Smith, C., 1989. Auctions: the social construction of value. The Free Press, New York.

Velthuis, O., 2005. Talking prices: symbolic meanings of prices on the market for contemporary art. Princeton University Press, Princeton.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ronan Le Velly, « Laurent Gardin, Les initiatives solidaires. La réciprocité face au marché et à lÉtat », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 3 | 2007, 440-442.

Référence électronique

Ronan Le Velly, « Laurent Gardin, Les initiatives solidaires. La réciprocité face au marché et à lÉtat », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 3 | Juillet-Septembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22762

Haut de page

Auteur

Ronan Le Velly

Centre nantais de sociologie (CENS), faculté de droit et des sciences politiques, chemin de la Censive-du-Tertre, BP 81307, 44313 Nantes cedex 03, France
rlevelly[at]voila.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals