Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 4ArticlesDestins professionnels des femmes...

Articles

Destins professionnels des femmes ingénieures. Des retournements inattendus

The occupational fate of women engineers in the computer sciences: Unexpected reversals
Hélène Stevens
p. 443-463

Résumés

L’entrée des femmes dans le secteur de l’ingénierie informatique a été permise à la fin des années 1970 par une transformation majeure des activités techniques et une modification de la structure des emplois informatiques. Les conditions de travail et les politiques de gestion des carrières qu’elles ont pu y trouver leur ont permis de construire des carrières ascendantes, tout en assurant leurs investissements familiaux. C’est de cette manière que le secteur informatique, en forte croissance, est très rapidement devenu le principal secteur d’insertion professionnelle des femmes ingénieures. Au cours des années 1990 néanmoins, la détérioration de l’emploi et sa gestion par un dispositif de formation psychologisant ont réinstauré une division sexuelle du travail, dans laquelle les femmes ont été évincées des tâches nobles de conception informatique, voire même du secteur informatique dans son ensemble. C’est à l’analyse de ces deux mouvements, historiquement rapprochés, de féminisation, puis de déféminisation d’une profession réputée masculine, que cet article contribue.

Haut de page

Texte intégral

1Parce qu’elle a longtemps été impensée (impensable) et exceptionnelle, l’intégration des femmes dans les filières des « sciences dures » et du « technique industriel », effective depuis une trentaine d’années, a été considérée comme une avancée dans le mouvement de l’égalité entre les sexes. Cet article, qui traite du secteur informatique dans lequel les femmes ont conquis des positions remarquées, interroge leurs trajectoires au moment où les emplois du secteur connaissent des transformations importantes.

2Il s’appuie sur une enquête menée dans une unité de recherche et développement (R&D) d’une grande firme informatique (Encadré 1). Il retrace, dans un premier temps, les mouvements et les conditions qui ont permis la construction de ces carrières féminines, en suivant de près les transformations de cette entreprise. Dans un deuxième temps, il présente un tableau des difficultés, à la fois industrielles et stratégiques, qui ont affecté dans une période récente les positions de l’ensemble des salariés. Et dans un troisième temps, il porte l’attention sur la façon dont les hommes et les femmes négocient leurs places et définissent leur avenir. La recherche révèle et analyse une façon particulière qu’ont les femmes de réfléchir à leur position, de dire leurs aspirations et leur vision de l’avenir.

Encadré 1 : Une enquête ethnographique dans une entreprise informatique.

Les analyses présentées ici sont issues d’une recherche doctorale fondée de manière centrale sur une enquête ethnographique de trois ans dans une entreprise informatique d’origine française que j’ai renommée Siris. Cette entreprise, spécialisée dans la conception de grands systèmes informatiques, avait en 2000 un effectif mondial de 17 209 salariés, dont 47 % en France et 40 % en Europe (hors France).
L’enquête s’est déroulée principalement dans la division chargée de la conception de produits informatiques (appelée ici serveurs & logiciels), dans un centre de recherche et développement (R&D) de la région parisienne. Aussi concerne-t-elle une population très qualifiée, composée à 86 % d’ingénieurs et cadres (en 2000). Cette population est également largement masculine (74 %) et vieillissante (63 % des salariés enquêtés ont plus de 44 ans ; 50 % ont une ancienneté chez Siris supérieure à 20 ans).
L’enquête s’est particulièrement intéressée à un dispositif de formation appelé Entreprise de Soi, qui a fait office de révélateur des positions des salariés vis-à-vis des transformations de l’entreprise et du travail de conception matérielle et logicielle. Elle a mêlé observations (participantes ou non), entretiens biographiques, questionnaires et recueils de documents divers. Elle a eu l’avantage de me mettre en contact avec des ingénieurs en cours de carrière et de bénéficier de ce contact de manière suffisamment durable pour suivre et approfondir l’analyse longitudinale de leur parcours et la variété de leurs comportements.

  • 1 Cet article s’appuie particulièrement sur des entretiens réalisés avec des femmes ingénieures nées (...)
  • 2 Je tiens à remercier Christiane Rolle et Didier Demazière pour leur lecture attentive et leurs prop (...)

3J’ai porté mon regard sur des ingénieures dont une partie de la carrière était déjà réalisée.1 Cette décision m’a permis d’analyser le mouvement de féminisation des emplois en considérant l’ensemble de la vie de travail, et pas seulement le moment où de nouvelles générations de femmes, ayant accédé à des études scientifiques, entraient dans ces carrières réputées masculines.2

1. L’ingénierie informatique : le principal secteur d’insertion des femmes ingénieures

1.1. « Les femmes ont toujours travaillé » dans l’informatique

4L’histoire de l’informatique tend à magnifier des parcours et des personnalités d’hommes. Seules quelques femmes, figures d’exception, sont mentionnées. Il s’agit principalement d’Ada Byron (1815–1852), mathématicienne, qui contribua à la préhistoire de l’informatique en écrivant le programme permettant de calculer les nombres de la suite de Bernoulli, programme dont les termes et procédures furent utilisés sur les premiers ordinateurs. Il s’agit aussi de Grace Murray Hopper (1906–1992), informaticienne, diplômée de physique et mathématiques, qui développa les programmes des premiers calculateurs, inventa le compilateur et contribua de manière significative à la création du premier langage universel pour les ordinateurs.

  • 3 En l’honneur d’Ada Byron, un langage de programmation du département de la Défense américaine fut n (...)

5En dehors de ces deux figures reconnues3, les femmes sont invisibles dans l’histoire de l’informatique. Pourtant, dans le secteur de la conception de systèmes informatiques aussi, il semble que « les femmes aient toujours travaillé » (Schweitzer, 2002). Le terme même de « computer », avant de désigner l’objet traduit en français par « ordinateur », désignait l’activité de calcul (to compute, calculer), massive et répétitive, réalisée par des femmes, pour estimer les trajets balistiques de l’armée américaine, durant la Seconde Guerre mondiale : pour répondre à la forte demande de tables de calcul de tir, le Ballistic Research Laboratory embaucha une équipe de près de 80 femmes, diplômées de mathématiques, comme « calculateurs humains », pour exécuter, à l’aide de grandes calculatrices mécaniques analogiques, des milliers d’équations les unes après les autres. Parallèlement, un travail de recherche, pour concevoir une machine réalisant automatiquement ces calculs balistiques, fut entrepris et dirigé par John Presper Eckert (1919–1995), John Mauchly (1907–1980) et Herman Heine Goldstine (1913–2004), ingénieurs mathématiciens. De ce travail, est né en 1946 l’ENIAC (Electronic Numerical Integrator and Computer), considéré comme le premier ordinateur moderne, i.e. électronique et programmable. Cette machine augmentait considérablement la vitesse des calculs, mais présentait l’inconvénient d’être commandée par un tableau de connexion qu’il fallait modifier, fiche après fiche, pour effectuer une nouvelle opération, réclamant parfois plusieurs jours. Ce travail, consistant à tourner à la main des milliers de commutateurs et brancher spécialement des centaines de câbles, fut la première forme historique de l’activité de programmation. Pour l’ENIAC, il fut réalisé par six femmes, sélectionnées parmi les « computeurs ».

6Les premiers programmeurs furent donc des programmatrices (Light, 1999 ; Rapkiewicz, 1997) ! Ce n’est qu’avec la possibilité de stocker des programmes en mémoires que l’activité de programmation changea et que s’opéra une inversion de genre : elle perdit une part de son caractère physique, manuel et répétitif pour devenir essentiellement conceptuelle. Cette transformation technique et sa nouvelle importance stratégique dans le développement informatique firent de la programmation un domaine d’excellence, réservé aux hommes.

7De ce moment fondateur de l’informatique moderne, l’histoire ne retient que les noms des trois hommes ingénieurs et ignore le rôle pourtant central des femmes, mathématiciennes, dans l’innovation réalisée. Cet épisode tend à confirmer à la fois « la tendance à confier le travail le plus qualifié aux hommes en réservant ce que l’on considère comme inintéressant aux femmes » (Maruani et Nicole, 1989, p. 63 ; Gadrey, 1992) et les mécanismes pour rendre invisible la place des femmes, de leur travail et de leurs compétences dans l’histoire.

  • 4 L’entreprise embauchait des jeunes filles titulaires d’un CAP couture pour exécuter cette activité.
  • 5 Source : archives de l’entreprise Siris.

8S’agissant de la place des femmes dans les travaux de conception informatique, l’histoire de l’entreprise Siris ne dément aucunement cette invisibilité. Dès ses origines, en 1933, avec la mécanographie, les seules femmes à intervenir dans la chaîne de conception des machines furent placées à la fabrication, dans l’atelier de montage électrique. Elles furent chargées du câblage, activité de précision pour laquelle l’entreprise, par un processus bien connu des sociologues et historiens, faisait appel à leur supposée minutie ou plus exactement à leurs compétences de couturières.4 Elles étaient donc absentes des bureaux de dessin et de fabrication, mais également des ateliers de machines-outils, d’ajustage et montage mécaniques, de mises au point et d’essais ou encore des services de maintenance.5

9Avec le développement de l’électromécanographie dans les années 1950 et de l’informatique dans les années 1960–1970, la hiérarchie se durcit, entre d’un côté, les activités de conception réalisées dans les bureaux d’études, peuplés d’hommes et d’un autre, les activités d’encodage de données sur terminal dans les « pools de saisie », où les femmes occupaient très massivement des postes d’opératrices.

1.2. La formation d’une figure professionnelle – masculine – de l’informaticien

10Durant ces années fondatrices de « l’informatique moderne » (1960–1970), la figure professionnelle de l’informaticien prit forme.

  • 6 L’informatique est alors qualifiée de centralisée du fait de sa configuration technique, organisée (...)

11Alors que les entreprises cherchaient massivement à s’équiper en installations informatiques, les constructeurs étaient peu nombreux et la main d’œuvre qualifiée rare. Les départements informatiques étaient directement rattachés à la direction générale des entreprises et, par leur fonction de mise en œuvre technique du système d’information, ils avaient la réputation de détenir le pouvoir d’organisation du travail et d’allocation des moyens techniques. La configuration technique centralisée6 renforçait ce pouvoir organisationnel par l’accès et le contrôle des informations.

12Surtout, l’activité informatique s’était largement constituée à partir de commandes étatiques et militaires ; elle était davantage définie par l’offre des constructeurs informatiques que par la demande, mal définissable, des clients. Il en résulta des marchés fermés dans lesquels les constructeurs, tels que Siris, purent imposer leurs choix technologiques aux clients et les retenir captifs par l’incompatibilité des produits de différentes origines.

13Durant cette période, le secteur informatique était présenté comme le « secteur d’avenir », soutenu par de fortes politiques publiques. Il représentait la voie d’excellence pour les jeunes techniciens et ingénieurs sortant de leur école, mais aussi une formidable occasion d’intégration et de promotion sociales pour des non-diplômés qui se virent proposer des formations par les entreprises.

  • 7 L’appellation « informaticien » recouvre une pluralité de niveaux de formation, qualifications, sta (...)

14C’est donc dans des conditions favorables à une organisation de l’activité professionnelle dont les membres possédaient une large maîtrise, que prirent forme les traits d’un modèle de l’informaticien.7 Celui-ci se reconnaissait dans quatre grandes caractéristiques : tout d’abord une croyance techniciste selon laquelle l’informatique était porteuse d’une nouvelle société où les conditions de travail seraient améliorées, la communication favorisée, les structures d’organisation allégées (Breton, 1990 ; Bron et de Gaulejac, 1995) ; ensuite un intérêt pour un progrès technique, incarné par le principe du « toujours plus petit, toujours plus puissant ». Cet intérêt plaçait les informaticiens dans un rapport à la technique, défini par un désir de « maîtriser la machine », i.e. d’en connaître le fonctionnement et d’en imaginer les évolutions. Pour cela, les informaticiens s’appuyaient sur l’expérimentation, valorisaient l’autoapprentissage, ambitionnaient les défis et exploits techniques qui les consacreraient par une reconnaissance des pairs. Ils accordaient une place centrale au plaisir de la création, attachant davantage d’importance à la « beauté » de la machine qu’à son utilité ou sa rentabilité. Ces dimensions de l’activité de conception informatique construisirent, à défaut d’une profession constituée, une communauté informelle de professionnels qui, en cherchant à définir les savoirs légitimes et à établir une hiérarchie dans le travail et des filières de promotion, contribuèrent à une relative fermeture d’un territoire professionnel.

  • 8 Il n’existe pas de statistiques des années 1960–1970 sur les métiers de l’informatique en cours de (...)

15Ces pratiques d’autoformation et de sociabilités eurent comme conséquence de restreindre l’accès des femmes à ce monde professionnel, qui demeura très largement masculin.8 Déjà, l’intériorisation des normes et valeurs professionnelles pouvait s’avérer plus difficile pour les femmes que pour les hommes parce qu’elles ne bénéficiaient pas d’un « rapport de complicité ontologique entre les structures mentales et les structures objectives de la situation sociale » (Lahire, 1998, p. 54). Mais en plus, les rares femmes présentes – qui faisaient figures de pionnières – supposées illégitimes ou moins compétentes, pouvaient être mises en marge des modes masculins de sociabilité. Dans un contexte où la stimulation entre pairs et le partage collectif de savoirs étaient si importants pour se perfectionner, on comprend qu’elles aient pu faire l’expérience de difficultés pour mener leurs carrières.

  • 9 Pour comprendre comment ce genre des techniques s’est construit historiquement, voir l’ouvrage coor (...)

16De sorte que la masculinité de ce secteur, et surtout des activités d’ingénierie, ne faisait pas de doute. L’incompatibilité supposée entre femmes et technique semblait être confirmée par l’observation rapide de ce milieu de travail.9

1.3. Les conditions de l’accès des femmes à la profession

17La fin des années 1970 et les années 1980 ont pourtant constitué une période de féminisation, certes limitée, des emplois de conception informatique. L’entrée des femmes dans des métiers traditionnellement masculins de l’ingénierie informatique a été favorisée par un tournant technologique et une profonde modification de la structure des emplois informatiques.

18En effet, l’invention au cours des années 1970 de la micro-informatique et des logiciels dits standards transforma un marché piloté par l’offre en un marché de demande (Bron et de Gaulejac, 1995) et fit apparaître de nouveaux acteurs sur le marché informatique (entreprises d’assemblage de PC [personal computer], éditeurs de logiciels, sociétés de services informatiques [SSII]). Face à une concurrence accrue et des clients réclamant davantage de convivialité dans les interfaces techniques, les constructeurs furent sommés de passer d’une configuration technique « propriétaire », « lourde et centralisée », à une configuration « ouverte et décentralisée » qui accorderait une importance à l’autonomie et la maîtrise des utilisateurs. Ils organisèrent leur conception de systèmes non plus selon une intégration verticale, caractérisée par la maîtrise de toute la chaîne de fabrication d’un système informatique, mais horizontale, en recourant à la sous-traitance et à l’achat de composants standardisés. Ils investirent dans le développement de logiciels, devenu un facteur de différenciation majeur.

19De ce fait, la structure des emplois informatiques changea considérablement : les emplois peu qualifiés liés à la production matérielle, mais aussi à la saisie et l’exploitation de données (désormais réalisée directement par l’utilisateur final) furent reportés vers la sous-traitance et les entreprises recrutèrent du personnel hautement qualifié pour assurer le « tournant logiciel » et se recentrer sur la R&D.

  • 10 Au moment de l’enquête, en 2000, la population enquêtée était composée de 86 % d’ingénieurs et cadr (...)

20Chez Siris, les activités de « fonte » des processeurs, de construction ou d’assemblage de machines furent externalisées ; les activités plus spécifiquement féminines, regroupées dans les ateliers de câblage et les pools de perforatrices, furent supprimées. L’entreprise connut ainsi sa première expérience de déféminisation, cette fois pour les emplois modestes. En l’espace d’une décennie, les ouvriers-ières et opérateurs-trices de saisie disparurent de la morphologie de l’entreprise.10

  • 11 Le taux de féminisation des écoles d’ingénieurs spécialisées en informatique est passé de 9,3 % en (...)

21Dans le même temps, le recrutement fut organisé en direction de diplômés d’école d’ingénieur ou d’université. Or c’est justement dans cette période que les femmes sortirent, plus nombreuses que par le passé, de ces formations scientifiques.11 Elles devinrent ainsi candidates aux offres d’emploi de l’entreprise et, grâce à leur diplôme, entrèrent de plain-pied dans les nouvelles activités de l’informatique. C’est donc lorsque l’entreprise fit appel à une population déjà qualifiée par un diplôme, et non par l’autoformation, que le monde des informaticiens s’ouvrit et que les femmes y accédèrent de manière significative.

  • 12 Source : enquête Emploi INSEE 1982–1992–2002 – Champ : salariés actifs occupés. Chez Siris, en 2000 (...)

22Aussi, depuis cette période, s’est opéré un double mouvement concernant la place des femmes dans le travail informatique : de manière globale, on observe une forte déféminisation puisque le taux de femmes dans les emplois d’informaticiens est passé de 35 % en 1982 à 20 % en 2002 (DARES, 2004). Cette évolution s’explique par la suppression des emplois peu qualifiés qu’elles ont occupé plus fréquemment que les hommes. Lorsqu’en revanche, on s’intéresse aux seuls emplois qualifiés, on remarque une relative féminisation : en 1982, les femmes représentaient 16 % des « ingénieurs et cadres spécialistes de l’informatique » (PCS 3828) et 20 % en 2002.12

23L’entrée des femmes dans les professions supérieures de l’informatique ne fit certes pas exception. Comme dans les autres secteurs, elle fut permise par la progression de leur scolarisation dans les années 1970 et l’augmentation sensible du nombre de diplômées ingénieures (du fait de l’ouverture des écoles), ainsi que par le recours croissant des entreprises à une main-d’œuvre qualifiée. Dans ce processus, le secteur informatique en pleine expansion fut un débouché important pour les jeunes diplômé-es. De surcroît, les femmes purent y trouver un contenu de travail et des conditions d’activités paraissant conformes à ce qu’elles étaient disposées à préférer : activité d’intérieur (/extérieur), réalisée sur une technique « propre » (/sale), comportant peu de risque physique (/dangereux), l’informatique pouvait être perçue comme une activité tertiaire (Collet, 2005).

  • 13 C’est à cette même période que se déroule un débat sur le statut de l’informatique, entre les tenan (...)

24Il a pourtant fallu que l’activité de développement de logiciels prenne de l’importance pour que l’ouverture aux femmes devienne une réalité. Les informaticiens, socialisés à une époque où le cœur et la noblesse de leur activité étaient consacrés au développement matériel (hardware> dur), considérèrent d’abord la programmation logiciel (software> doux) comme un travail d’exécution réservé aux femmes (cf. la Section 1.1), un travail accessoire (seules comptaient la puissance et la robustesse de la machine), puis comme une menace (car rendant l’informatique accessible à des « profanes », non-informaticiens13). C’est donc par un nouveau domaine d’activité moins convoité par les hommes que les femmes entrèrent dans l’informatique, avant que le marché n’impose le logiciel comme un secteur hautement stratégique et porteur de carrière.

  • 14 La deuxième spécialisation, en terme quantitatif, des femmes ingénieures est, loin derrière, la R (...)

25Au gré de ces évolutions, le secteur informatique a pu devenir le secteur privilégié d’insertion des femmes dans le métier d’ingénieur : dès 1982, un tiers des femmes « ingénieurs et cadres techniques d’entreprise » (32,8 %) étaient « ingénieurs et cadres spécialisés dans l’informatique ».14 Où en sont-elles deux décennies plus tard ?

1.4. Des informaticiennes à part entière

26Dans ce « bastion masculin », les femmes ont finalement fait leur place en s’appropriant les traits de l’informaticien. Je l’ai constaté durant mon enquête : comme les hommes, elles valorisent l’activité technique et défendent une conception « technocentrée » de l’activité de développement informatique. Comme eux, elles expriment un plaisir à approfondir leur connaissance de la machine, à comprendre chaque événement informatique, mobilisant à cette fin des savoirs multiples, en langages informatiques aussi bien qu’en électronique. Comme pour eux, l’autoapprentissage et la stimulation entre pairs fondent leur rapport au savoir et leur sociabilité professionnelle.

27Anne-Marie (cf. Encadré 2 ) exprime particulièrement cet itinéraire de socialisation, après son doctorat de chimie, au début des années 1980 : « J’ai toujours voulu comprendre ce qui se passait dans une machine, donc comme j’étais partie d’un niveau compilateur dans le langage, après j’ai voulu savoir ce qui se passait en-dessous, donc en fait j’ai demandé à changer d’activité et à travailler plus au niveau du Kernel [i.e. noyau du système d’exploitation] [...] J’ai appris beaucoup sur le tas. Les gens avaient un bon niveau, et puis y’en a qui étaient plus capables de descendre, donc en fait après ils faisaient référence un peu. Enfin, il y avait beaucoup de stimulation. Il y avait ce désir d’avancer, de chercher, de comprendre, de la nouveauté. Notre souci premier c’était quand même la beauté de la machine ».

Encadré 2 : Profil des femmes citées.

Encadré 2 : Profil des femmes citées.

28Anne-Marie et ses collègues sont ainsi devenues des informaticiennes à part entière, s’appropriant la technique, adoptant les normes du groupe professionnel et bousculant les préjugés qui réservaient aux hommes les talents en ce domaine.

29Les conditions d’emploi et de travail dans les grandes entreprises informatiques, telles Siris, affiliées aux conventions collectives de la métallurgie et soutenues par des politiques publiques, leur ont permis de tenir des positions et nourrir des ambitions professionnelles sans sacrifier leur « carrière » familiale. Le statut d’emploi, les perspectives de carrières promotionnelles, la stabilité des projets, la régularité des horaires et la sédentarité du lieu de travail, les ont autorisées à se consacrer pleinement au travail technique tout en assumant les activités domestiques et d’éducation des enfants.

30C’est ainsi que certaines d’entre elles ont pris le risque d’avoir des maternités nombreuses (Evetts, 1994). Averties des inconvénients qu’il y avait à s’éloigner du monde du travail, ces femmes ont tenté de considérer leur absence pour maternité non comme une défaillance mais comme un fait compatible avec une organisation du travail par projet, mettant en valeur la flexibilité. Aline dit ainsi de ses trois congés de maternité : « C’est une bonne opportunité : on part donc on se coupe du monde du travail, donc tant qu’à revenir, autant évoluer, voir autre chose, enfin c’est vraiment un bon moment quoi, un moment opportun ».

31Elles ont parfois su retourner à leur avantage ces absences susceptibles de leur être reprochées en rejoignant, à leur retour de congé de maternité, des projets en croissance qui réclamaient de nouveaux moyens en personnel. Cela leur a permis de participer à des projets techniques subjectivement stimulants et prometteurs pour leur carrière. C’est, par exemple, ce qui a profité à la trajectoire de Nadège : « Mon parcours a quand même été ponctué par mes enfants : j’ai cinq enfants et donc j’ai interrompu à chaque fois mon parcours professionnel par les congés de maternité, et c’était finalement très enrichissant ces congés, parce que ça m’a permis, à chaque fois, de prendre du recul sur mon activité, de me poser des questions, de savoir si finalement j’étais toujours intéressée par ce que je venais de faire les trois ou quatre ans précédents. Et j’ai finalement utilisé ces congés de maternité la plupart du temps pour changer d’activité au retour ».

32Ainsi, dans les années 1980, les interruptions de parcours liées aux congés de maternité et la « lancinante question de la conciliation entre la famille et le travail » (Marry, 2004, p. 230) ne semblaient pas faire obstacle aux carrières des femmes ingénieures de Siris. Au cours des années 1990, cette « heureuse » organisation des vies professionnelle et familiale des femmes allait pourtant être exposée à de nouveaux risques.

2. Le tournant des années 1990 et son management

2.1. Le tournant vers les services

  • 15 Le nombre de salariés de Siris au niveau mondial est passé de 45 560 en 1988 à 20 600 en 1998. Au m (...)
  • 16 Les activités de services informatiques regroupent des activités d’élaboration de produits et de se (...)
  • 17 L’intégration consiste à faire fonctionner ensemble des composants matériels et logiciels d’origine (...)

33Après le moment dit centralisé de l’informatique dans les années 1960–1970 et le « tournant logiciel » dans les années 1980, l’entreprise Siris opéra dans les années 1990 un virage vers les services. De graves difficultés financières la conduisirent à mettre en œuvre de nombreux plans sociaux15, tandis que s’affirmait l’essor des services informatiques, jugés assez prometteurs pour pallier la forte baisse de la marge des produits.16 Du coup, Siris restreignit sa politique de R&D, dorénavant davantage consacrée à l’intégration qu’à la conception de systèmes.17

34Pour soutenir cette orientation, l’entreprise présenta les choses selon un scénario désormais bien connu : elle déclara placer « le client au cœur des préoccupations » de travail des salariés en les formant au marketing ou en les envoyant conseiller, présenter ou installer des produits chez les clients. Ce mouvement fut installé à l’intérieur même de l’entreprise où chaque entité, chaque salarié devint à la fois le client et le fournisseur d’un autre et où toute relation fut appelée à être contractuelle. Dans le même temps, le nombre des emplois d’ingénieur et technicien de R&D diminua et tous furent incités à une mobilité vers des emplois de services.

35Ces changements n’allèrent pas sans affecter la professionnalité des informaticien-nes. Ils atteignaient tout à la fois, leurs conditions de travail, leurs relations professionnelles, leurs compétences et leurs rapports à la technique et au travail.

  • 18 Les raisons de ce décalage sont à la fois propres à Siris (convention collective, périodes fastes d (...)

36L’activité de services implique, en effet, de nombreux déplacements auprès des clients, ce qui signifie l’abandon d’un lieu de travail unique, d’un poste de travail et une équipe relativement stable, pour des lieux de travail variables, incertains, méconnus, parfois éloignés. Ainsi s’imposent une mobilité spatiale, ainsi qu’une flexibilité temporelle. L’imprévisibilité devient elle aussi à l’ordre du jour. Lorsque les services commerciaux d’entreprise vendent des prestations d’ingénieurs, il revient à ces derniers de trouver des solutions techniques adaptées aux situations qu’ils rencontrent et qu’ils ne connaissent pas toujours d’avance. Une imprévisibilité d’autant plus inquiétante que les interventions des ingénieurs sont calibrées d’avance par les termes d’un contrat. Autant dire que ces informaticien-nes, devenu-es prestataires de services, s’éprouvent comme davantage soumis(es) à des exigences de productivité, nuisibles parfois, à leur sens, à la qualité du travail qu’ils (elles) réalisent. Et, point essentiel, une fois passé(e)s dans les services, ces ingénieur(e)s ne sont plus en mesure d’espérer d’amélioration salariale significative : en effet, les carrières d’emplois de services sont bien moins rémunérées que celles de R&D.18

37Enfin, une mobilité vers les services appelle à une véritable conversion identitaire : dans cette activité, les informaticien-nes de R&D doivent renoncer à valoriser leurs capacités d’innovation technique, leur ambition de création. Avec une activité directement mise au service du client, ils perdent le bénéfice de l’importance et du prestige accordés à la technique. En répondant aux besoins des utilisateurs, ils sont transformés en traducteurs des questions formulées par ces derniers. Dans ces conditions, il s’agit moins pour eux d’innover que de trouver dans le répertoire technique disponible des solutions aux problèmes qu’on leur pose. Dorénavant, les qualités réclamées pour des interventions réussies sont moins relatives au savoir technique qu’à l’aisance dans les contacts et aux relations nouées avec des interlocuteurs extérieurs.

38Pour toutes ces raisons, le mouvement vers les services accompli par Siris fut souvent – et est toujours – vécu comme un déclassement. Il en résulta une faible attirance pour ces emplois de services. Combinée à la restriction des emplois de R&D, ce changement fit ressentir un net sentiment d’incertitude qui aviva la concurrence entre ceux qui cherchaient à se maintenir dans des postes centrés sur la recherche technique. Comment, dans cette nouvelle configuration, les informaticien-nes allaient-ils se déterminer ?

2.2. Entreprise de Soi : un dispositif managérial saisi comme observatoire des redéfinitions de l’avenir professionnel

  • 19 Pour comprendre l’émergence, la place et le rôle de tels dispositifs de « développement personnel » (...)

39En 1997, la direction des ressources humaines de Siris mit en place un dispositif de formation appelé Entreprise de Soi. Il s’agissait d’une initiative d’accompagnement d’une politique de gestion des compétences et des carrières centrées sur la mobilité (interne/externe) des salariés.19

  • 20 Extraits d’une interview du DRH dans le journal interne d’entreprise, novembre 1996.

40Dans cette période, l’entreprise faisait savoir qu’elle ne pouvait plus garantir la stabilité des emplois, mais qu’elle allait veiller au « maintien de l’employabilité » de son personnel. Le directeur des ressources humaines annonçait qu’il voulait que les salariés rompent avec une « culture maternante [qu’ils étaient supposés avoir connue jusque là] pour s’adapter à une culture entrepreneuriale ». L’objectif souhaité était de transformer chaque salarié en « acteur responsable de son devenir personnel tout autant que de son travail et de ses résultats ».20

41Entreprise de Soi a été pensé pour rendre effective cette conversion des dispositions individuelles des salariés. L’opération devait aussi bien transformer la façon dont les salariés se représentaient leur existence et leur avenir professionnels, qu’agir sur leurs comportements, afin de les rendre conformes aux nouvelles exigences de l’entreprise et du marché.

42Entreprise de Soi a été organisé sous la forme de séminaires de « développement personnel » durant lesquels les participants, munis de tests et de grilles d’analyse psychologique, devaient réfléchir à leur parcours professionnel mais aussi personnel, afin qu’ils réévaluent, si besoin était, l’idée qu’ils se faisaient de leurs qualités, de leur personnalité, voire des valeurs qu’ils estimaient essentielles à défendre.

  • 21 Outre les observations, j’ai réalisé des entretiens répétés avec 43 participants (22 hommes et 21 f (...)

43Pour l’enquête, ce dispositif a été l’occasion d’observer les réflexions et discussions entre les salariés participants, à propos de leur carrière et de leurs perspectives d’avenir. Il a fallu le faire en prenant en compte le fait qu’Entreprise de Soi ait pu produire des effets sur les discours recueillis.21 En effet, offrant un langage et un mode d’interprétation psychologiques, le dispositif proposait des types préconçus de réflexions, véhiculait des normes susceptibles d’orienter les propos et d’induire des décisions.

44Ce sont ces deux dynamiques fortement entremêlées, des trajectoires professionnelles ancrées dans les temporalités sociales et organisationnelles de Siris et revisitées lors d’Entreprise de Soi, que j’ai analysées et qui ont révélé des différences significatives entre hommes et femmes.

  • 22 Toutes catégories confondues.

45La première d’entre elles concernait leur participation à Entreprise de Soi, puisque les femmes étaient proportionnellement plus nombreuses à s’y inscrire : elles représentaient 39 % des participants, alors qu’elles n’étaient que 26 % de la population visée par l’opération.22 La seconde – et plus intrigante – était qu’informaticiens et informaticiennes n’y envisageaient pas leurs perspectives d’avenir de la même manière : 69 % des femmes interrogées formulaient le projet de se réorienter vers une activité non technique, contre seulement 18 % de leurs homologues masculins ; à l’inverse, 82 % des hommes n’évoquaient pas du tout l’idée de changer d’activité, contre 23 % des femmes.

46Ce clivage était d’importance : les femmes parlaient de leur activité technique sur le mode de la remise en cause, au contraire des hommes qui la considéraient comme une évidence qu’il n’était pas nécessaire d’interroger. Plus remarquable encore : les femmes qui disaient vouloir tourner le dos à l’informatique se projetaient dans le secteur tertiaire et plus précisément dans des secteurs traditionnellement attribués aux femmes comme l’éducation, la santé ou la psychologie.

47Pourquoi et comment, alors que ces femmes avaient jusqu’alors franchi les frontières assignées à leur sexe en empruntant la voie des écoles d’ingénieur et des activités scientifiques et techniques, en devenant informaticiennes et en faisant leurs les codes réputés masculins de leur groupe professionnel, décidaient-elles et justifiaient-elles leur nouvelle aspiration à rompre avec ce passé et à s’orienter vers des activités traditionnellement féminines ?

3. Les carrières masculines et féminines à l’épreuve de la fragilisation

3.1. L’autoexclusion des femmes du champ masculin de l’ingénierie

48Si hommes et femmes informaticiens de Siris rencontrent les mêmes difficultés, ils ne les expriment pas de la même manière et n’adoptent pas les mêmes stratégies. Les hommes ont tendance à se montrer davantage préoccupés par la situation de précarité ou de blocage de leur carrière, alors que les femmes expriment d’abord un sentiment d’incompétence ou de lassitude quant à leur travail technique de R&D. Les premiers cherchent à se maintenir ou progresser dans des carrières techniques de R&D, alors que les secondes veulent s’en éloigner.

  • 23 Ces remises en cause professionnelles sont le fait d’informaticiennes d’âges, de situations familia (...)

49Ces femmes23 qui avaient adopté les traits « technocentrés » de l’informaticien éprouvent aujourd’hui un sentiment d’illégitimité à occuper des positions techniques. Dans les entretiens, elles insistent sur leur rapport laborieux au travail technique, sur leur isolement, leur manque de relations interpersonnelles dans le travail. Elles ont tendance à douter de leurs compétences. Corinne, pourtant entrée chez Siris avec un diplôme d’ingénieur, craint de ne pas être à sa place :

« J’ai toujours l’impression de passer plus de temps à apprendre qu’à rentabiliser mes apprentissages et j’ai toujours l’impression d’être nulle par rapport à mes collègues ». Florence, malgré les jugements positifs de ses pairs, ne se sent pas, autant qu’elle le voudrait, à la hauteur des qualités techniques de son métier : « Les codes que j’ai écrits, je me dis qu’ils ne sont pas bien écrits, que c’est pas le purisme du codage, que c’est pas ci, que c’est pas ça. Bon, les autres ils me disent : “Mais ton code il fonctionne, il n’y a pas plus de bug que dans un autre”, bon mais je le vis mal. »

50À y regarder de plus près, les femmes partagent cette inquiétude sur leurs compétences avec les hommes les moins qualifiés. Franck, technicien de maintenance âgé de 38 ans et titulaire d’un DUT obtenu en formation continue, dit par exemple : « Je m’aperçois là maintenant que pour changer, il faut énormément de connaissances. Je vivais un petit peu sur mes acquis jusque là. Et puis là, ça devient de plus en plus dur ».

51Ces deux catégories, qui sont aujourd’hui largement minoritaires dans l’entreprise, sont aussi les plus fragilisées par les évolutions de l’entreprise et des professions de l’informatique. L’intensification du travail produite par les réductions des effectifs, l’organisation par projet et le raccourcissement des délais de développement a considérablement restreint les temps d’échanges informels, favorables à l’actualisation des savoirs et aux apprentissages entre pairs, utiles aussi pour se réassurer professionnellement. Dans le même temps, les réorganisations répétées du travail et les rythmes de l’innovation ont réclamé de constants apprentissages. On ne peut être surpris qu’il ait résulté de tout cela, des sentiments mêlés de perte de maîtrise de l’activité et de fatigue.

  • 24 Chez Siris serveurs & logiciels, en novembre 2000, 27 % des femmes sont à temps partiels contre 7 % (...)

52Parallèlement, les appels à la disponibilité se sont accentués et les aménagements entre vie professionnelle et vie familiale sont devenus sources d’illégitimité. Ce sont les femmes qui, dans les entretiens, évoquent les reproches, relativement inédits, qui leur sont adressés à ce sujet, lorsqu’elles prennent des congés maternités, demandent des horaires fixes ou ont recours au temps partiel.24 Aline, 36 ans, ingénieure logiciel et mère de trois enfants, dit :

« J’ai beaucoup de collègues qui se laissent bouffer par leur boulot et certains en tombent malades. Mais il y a beaucoup d’hommes, il n’y a pas beaucoup de filles. La cohésion familiale chez eux elle est faite par Madame, alors que chez moi c’est moi qui la fais ! ».

  • 25 Lorsqu’on interroge les salariés de R&D de Siris sur la situation professionnelle qu’ils imaginent (...)

53Si ces injonctions au renouvellement des compétences et à la disponibilité dans un contexte d’emploi plus concurrentiel affectent tout autant les hommes (et particulièrement les moins diplômés) que les femmes (y compris les femmes ingénieures diplômées), seules ces dernières en concluent qu’elles ne sont pas suffisamment compétentes et qu’elles doivent se retirer du jeu en se réorientant hors de l’activité de R&D. Les hommes ne paraissent pas disposés à renoncer aussi facilement qu’elles : ils cherchent le plus possible à poursuivre leurs carrières en R&D, projetant même pour certains d’améliorer leurs positions hiérarchiques ou responsabilités techniques.25

54Les femmes envisagent une première voie de sortie dans laquelle les relations interpersonnelles prendraient le pas sur l’investigation technique. Elles se voudraient, disent-elles, en entretien, davantage préoccupées par l’utilité sociale de leur travail, ce que très peu d’hommes expriment. Elles en concluent qu’elles doivent s’orienter vers le secteur des services informatiques. Comme Corinne, elles sont nombreuses à dire : « Ç a m’a longtemps amusée de faire du travail purement technique, c’était un jeu, mais bon ça me lasse, moi je vieillis et puis j’en ai marre de jouer avec l’ordinateur. J’aimais bien, mais maintenant c’est vrai que j’ai sûrement plus envie d’être utile aux autres ».

55Là encore, cette redéfinition de leur rapport au travail s’inscrit dans le contexte de l’entreprise et les situations de travail des informaticiens. L’affirmation de ce besoin d’utilité ne se posait pas avec la même acuité, lorsque Siris ne manquait pas de commandes, que le secteur de la R&D jouissait d’une image prometteuse et bénéficiait de crédits importants, que les projets de développement s’inscrivaient dans des temporalités longues. Aujourd’hui, outre l’injonction qui leur est faite à migrer vers le secteur des services, la plupart des informaticien-nes de R&D travaillent sur des projets à durée de vie limitée, avec des applications très précises et sont sommé(e)s de répondre aux besoins de l’utilisateur. Le fait que, dans ce contexte, ce soit plus particulièrement les femmes qui reprennent à leur compte ce souci de l’utilité de la technique témoigne de leurs tentatives pour définir une voie d’évolution professionnelle, parmi celles désignées ouvertes, face à une réaffirmation de la masculinité du champ de l’ingénierie informatique.

56Cette nouvelle posture professionnelle des informaticiennes semble renforcée par le stage Entreprise de Soi. Ce dernier, en sollicitant une autoanalyse, outillée par des grilles psychologiques et des modèles archétypaux de « personnalité », réduit le travail à la seule dimension des relations interpersonnelles et des comportements individuels. Il ignore ainsi les savoirs et savoir-faire techniques, les apprentissages et l’expérience des dimensions collectives et organisationnelles vécues auparavant. Cette focalisation sur des compétences relationnelles, comportementales et réflexives les survalorise et leur présentation comme émanation d’une personnalité les essentialise. Cette démarche rassure les participants, dès lors, qu’ils sont encouragés à comparer ces capacités supposées intrinsèques et immuables à des compétences techniques, coûteuses en apprentissage et rapidement obsolètes. De manière exemplaire, Florence dit : « La confiance qui s’est établie en ayant fait Entreprise de Soi, c’est de se dire : “Bon, si je suis appréciée là, pour telle et telle qualité, ça serait bien la fin du monde si je ne trouve pas un endroit, où que ce soit, où ces mêmes qualités puissent être appréciées”. Et ces qualités, elles se résument à dynamisme, enthousiasme, des choses comme ça, suffisamment universelles pour qu’on puisse les mettre au service de n’importe quoi. À la limite, pour être serveuse dans un bar en étant gaie, ça peut être ça aussi ».

57La valorisation de ces qualités personnelles sur ce mode essentialiste fait ignorer leur extrême codification sociale. Ne font-elles pas en effet écho aux nouvelles règles de gestion de carrière, appelées « savoir-être » ? Ne correspondent-elles pas à des « comportements de conformité sociale » (Courpasson et Livian, 1991), des mises en scène de soi typifiées tournées vers des relations harmonieuses, non conflictuelles ? De surcroît, n’entrent-elles en résonance avec plusieurs héritages sociaux acquis lors de socialisations féminines précoces et continues ?

58C’est ainsi que les tendances du dispositif Entreprise de Soi à ignorer les compétences techniques et à valoriser des compétences relationnelles coïncident assez vite avec des dispositions féminines, socialement construites. Ce qui peut expliquer que les femmes entrent plus aisément que les hommes dans des projets de réorientation vers une activité de services.

59Ne voit-on pas se réactiver ici, à l’occasion de difficultés professionnelles, des mécanismes à l’œuvre dans l’orientation scolaire ?

60Les opérations gestionnaires armées de procédés psychologisants pousseraient une partie des femmes à s’autoexclure plus facilement que les hommes. Leur éducation y contribuerait, mais aussi leur place dans un monde professionnel naguère exclusivement masculin, qui a sans doute été plus précaire qu’on ne l’avait cru au moment où leur accès à ces emplois avait été moins concurrentiel et plus ouvert. Ainsi, dans un contexte de remises en cause professionnelles et de concurrence accrue, les femmes se trouvent poussées à accepter des activités de services, moins valorisées, réputées plus féminines et qui sont justement celles que les hommes cherchent le plus possible à éviter.

3.2. La fermeture du champ des possibles dans l’informatique

61Envisageant une mobilité dans le secteur des services, ces femmes font pourtant face à un nouvel obstacle : prendre le risque de devenir moins disponibles pour leurs enfants.

62Dans ce secteur où le travail par projet est régulé par le client et l’équipe de pairs, les normes de travail imposent des heures de travail à la fois plus nombreuses et distribuées de manière peu prévisible (Fondeur et Sauviat, 2003). Pour les femmes, que l’on sait davantage chargées de l’éducation des enfants que les hommes, la flexibilité temporelle et les nombreux déplacements exigés menacent la fragile conciliation entre obligations professionnelles et familiales (Laufer, 1998). C’est ce que redoute Corinne : « Je pense qu’[un emploi de support technique à la clientèle] me conviendrait bien parce que je rendrais service, mais si les gens ont un problème à six heures du soir, qu’est-ce que je fais moi ? Ma conscience professionnelle fait que ce serait plus prioritaire de résoudre le problème du client, mais en attendant, mes enfants seraient tout seuls à la maison, donc ça ne serait pas vivable ».

63Anticipant l’impossible conciliation à laquelle elles seraient tenues si elles travaillaient dans le secteur des services, certaines femmes décident de privilégier leur vie de famille et de renoncer à cette orientation.

64Les hommes peuvent tenir des raisonnements similaires ; mais la disponibilité qu’ils réclament est moins consacrée à leur vie familiale qu’à des activités associatives, sportives ou culturelles ou à du « temps pour soi ». On comprend, dès lors, mieux leur volonté de se maintenir dans une activité de R&D. Tel est le cas d’Yves, développeur âgé de 46 ans et père de trois enfants de 13 à 17 ans : « Je connais un peu la politique de ce genre de service et il faut s’investir énormément. Donc, si je change pour faire du service, il faudra que j’abandonne un certain nombre de choses de ma vie extraprofessionnelle. S’il faut le faire, je le ferais. Mais ça sera au détriment de la vie extraprofessionnelle. Prendre du temps personnel, pour ses loisirs, pour lire, pour faire du sport ou des activités qui tiennent à cœur, c’est important aussi et donc tant que je peux avoir cette maîtrise de mon temps le plus possible... ».

65Là encore, Entreprise de Soi peut soutenir les salariés – et plus particulièrement les femmes – dans cet arbitrage. Un certain nombre de séminaires proposent en effet une réflexion sur la gestion du temps, sur la définition de priorités et sur l’explicitation de valeurs supposées guider l’action. Ces séminaires valorisent, en outre, les activités hors travail susceptibles de compenser la défaillance de l’entreprise et de trouver au-dehors un statut et une identité valorisants. Aussi, dans un contexte professionnel tendu, où les risques d’exclusion se font ressentir, les participantes peuvent trouver dans l’éducation des enfants des réconforts affectifs et une reconnaissance sociale capables de les encourager à choisir dans le sens d’une préservation de ce rôle et d’un renoncement à une activité professionnelle dans les services informatiques.

66Après avoir intégré la restriction des emplois de R&D et renoncé aux activités de développement qui leur avait permis de faire carrière dans l’informatique, les femmes sont à nouveau contraintes d’abandonner la voie des services qui semblait s’ouvrir à elles. La transformation de l’activité technique, de la structure des emplois et des conditions de travail conduirait ainsi à leur exclusion du champ de l’informatique.

67Pour autant, après ce double renoncement, ces femmes ne sont pas prêtes à tout abandonner. Elles ne souhaitent pas se transformer en femmes au foyer ni non plus accepter une activité pour laquelle elles n’éprouveraient aucune estime. Comment cherchent-elles cette formule pour concilier une vie professionnelle « épanouissante », une indisponibilité pour la famille et le sentiment de ne pas déchoir ?

3.3. La convocation du féminin pour sortir de l’impasse

68Au sentiment de se trouver dans une impasse correspond l’investissement de ces informaticiennes dans Entreprise de Soi, pensé comme un moyen de réduire l’incertitude dans laquelle elles se trouvent et de rouvrir leur champ des possibles.

69Tel qu’il est conçu, Entreprise de Soi proclame l’existence d’une unité personnelle et prescrit une réflexivité qui « ne sépare pas vie professionnelle et vie personnelle ». Ce « travail sur soi » doit mobiliser toutes les sources biographiques, passées et présentes, privées et professionnelles. Plus largement portée par un contexte sociétal invitant chacun à « être soi » ou prônant « l’authenticité », cette idée d’unité a pu paraître particulièrement séduisante pour des ingénieurs qui voyaient se défaire les destins professionnels qu’ils avaient cru naguère assurés et qui ressentaient la menace de ne plus pouvoir concilier sans dommages leur vie de travail et leur vie hors travail. Pour les femmes, doit-on le souligner, elle a pu être interprétée comme un moyen d’atténuer les conflits entre leurs responsabilités professionnelles et leurs charges familiales, mais également le décalage ontologique né de leur présence dans un monde professionnel masculin (Lahire, 1998).

70Or contrairement à ce que pouvait laisser espérer le dispositif Entreprise de Soi, cette idée d’unité ne permet pas aux femmes informaticiennes de concilier l’inconciliable, mais contribue à justifier leur renoncement à l’identité professionnelle technicienne. Elle participe à la restriction de leur projet d’avenir aux seules activités tournées vers autrui, traditionnellement féminines, et ce, malgré la diversité des possibles que pourrait encore leur ouvrir leur haut niveau de qualification.

71Ce qui frappe à entendre ces femmes ingénieures en cours de carrière, c’est la relecture qu’elles font de leur itinéraire en termes de destin subi. Interrogées sur le moment d’orientation vers les filières d’études et d’emplois techniques, elles expliquent comment elles sont devenues ingénieures informatiques sous l’effet d’une logique d’excellence scolaire, d’incitations familiales et d’une attraction exercée par le secteur d’emploi de l’informatique. L’orientation de Florence est typique de ce processus : « À l’époque, je voulais être prof d’allemand. Mais j’étais très bonne en maths et en physique, malheureusement. Et mes parents m’ont dit : “Dans l’Éducation, il faudra galérer avec les mutations, essaye de faire un peu de maths et de physique.” Et puis, ça a marché, et puis, je me suis retrouvée bien classée dans ma promo, et puis, je me suis retrouvée avec un diplôme d’ingénieur, et puis... et puis... ».

  • 26 Nous retrouvons dans notre échantillon les tendances explicitées par Ferrand, Imbert et Marry (1999 (...)

72Prises dans une logique de réussite scolaire, ces femmes ont bénéficié d’attentes fortes, d’une mobilisation des familles, ainsi que pour la plupart d’entre d’elles, d’un héritage qui a facilité leur orientation atypique.26 Elles ont développé des stratégies actives, s’orientant vers les filières hiérarchisées de l’enseignement secondaire et supérieur, déterminant leur choix en fonction des possibilités objectives d’insertion, se dirigeant vers le secteur de l’informatique en pleine croissance.

73Mais, relisant aujourd’hui cette orientation et le parcours qui l’a suivie, certaines – celles-là même qui aspirent à tourner le dos à l’informatique – mettent l’accent sur une logique dans laquelle elles se sont engagées comme malgré elles, à l’âge de l’adolescence où il leur était difficile d’affirmer leurs goûts, dans un contexte familial et social méritocratique. Parce qu’elles sont aujourd’hui placées dans une toute autre configuration biographique et sociale – le déclin des offres de carrières en R&D, la fin d’un cycle de vie défini par une quête de statut social, un air du temps qui valorise l’autonomie individuelle –, elles remettent en cause leur orientation primaire. Elles la jugent contrariante parce que déterminée par des facteurs exogènes et en cela, contraire à l’idée d’une définition de soi par soi-même.

74Cherchant à s’affranchir de ce qui est aujourd’hui vécu comme un carcan imposé, une partie de ces femmes revisitent les anciens projets professionnels émis durant l’adolescence et qu’elles avaient inhibé du fait d’une insertion réussie dans le modèle de l’excellence scolaire et professionnelle. Or formulés en pleine période de cristallisation d’une identité sexuée, ces projets reflètent une division sexuelle du travail : ils sont tournés vers l’utilité sociale ou le soin aux autres.

75Par contraste avec ces femmes, les hommes rencontrés ne reviennent qu’exceptionnellement sur leur passé pour regretter leur orientation initiale. Ce qu’ils disent plutôt c’est que l’informatique représentait une voie prestigieuse dans laquelle ils étaient satisfaits de s’engager. Pour eux, les inquiétudes et les doutes d’aujourd’hui ne les détachent pas de la carrière qu’ils ont accomplie et qu’ils espèrent poursuivre le moins mal possible.

  • 27 De nombreux « exercices » d’Entreprise de Soi invitent à « prendre du temps pour soi », à « lâcher (...)

76Pour définir de nouveaux horizons professionnels, d’autres femmes mobilisent les ressources d’Entreprise de Soi qui visent l’expression d’une identité unifiée à l’aide d’invariants essentialistes (appelés « modes de fonctionnement », « personnalité », « valeurs », « motivations profondes » ou encore « scénario de succès »). Ce travail se faisant dans une abstraction du contenu de leur travail et dans une mise à distance de leur rôle professionnel27, il correspond bien souvent à l’affirmation d’une identité non professionnelle et plus spécifiquement pour les femmes, à une identité maternelle.

77Incitées dans Entreprise de Soi à penser leur rapport à la sphère domestique dans des termes hérités de leur vie professionnelle, elles valorisent des « compétences » acquises dans la gestion du foyer et l’éducation des enfants (qualités d’écoute et de soutien, compétences de coordination d’activités, capacités réflexives, etc.). Elles les interprètent comme des figures d’un « soi authentique », libéré de « l’étiquette » attribuée par le parcours scolaire et professionnel. Elles en viennent à souhaiter se reconvertir professionnellement dans des activités qui s’appuieraient sur ces aptitudes et pour lesquelles elles affirment une forme vocationnelle d’attachement. Là encore, on s’en doute, ces activités sont celles de la santé et de l’éducation ou encore celles de la formation, de la psychologie ou de l’accueil touristique.

78À titre d’exemple, Corinne, juste après avoir décrit le temps accordé au soin et à l’éducation de ses enfants affirme : « Je ne suis pas vraiment technicienne. Je me suis parfaitement adaptée à mon étiquette de technicienne, ça me convient, mais je pense que, fondamentalement, je suis plus faite pour rendre service aux autres. J’aurais fait une autre formation, je pourrais être compétente en autre chose. Et par rapport à ça, j’ai une façon de vivre, une façon d’être, enfin je ne sais pas si c’est acquis ou inné mais c’est moi, c’est ma personnalité. Ma façon d’avoir envie d’aider les gens, ça c’est plus moi. Et je pense que je m’épanouirais plus si j’avais un travail mieux adapté à ma façon d’être. À ma façon naturelle d’être ». À la suite de cette réflexion, Corinne énonce un sentiment d’unité personnelle dans un rôle d’éducatrice et, conservant son ancrage professionnel dans le milieu industriel, le transforme en un projet de mobilité vers le domaine de la formation.

79Autre exemple proche, Anne-Marie, ingénieure et chef d’équipe de 47 ans, qui peu après avoir expliqué que « l’accompagnement n’est plus le même au niveau de [ses] enfants », adolescents et désormais autonomes, dit vouloir donner un nouveau sens à son activité professionnelle : « Mon rôle c’est de développer les gens, on passe tellement notre vie à travailler et moi, j’ai envie d’accompagner les gens là-dedans. J’ai un désir profond en moi, d’aider, d’accompagner l’autre dans son épanouissement, dans sa réalisation ». Anne-Marie formule le projet de devenir « coach ».

80Lors de ce travail d’explicitation de leur existence extra professionnelle, le comportement des hommes est, une fois de plus, différent de celui des femmes. D’abord parce qu’ils insistent davantage sur des participations à la vie collective dans des sphères sociales diverses (associations, cercles culturels ou militants) que sur des activités familiales. Ensuite parce qu’ils n’envisagent pas ces pratiques comme des ressources pour une reconversion professionnelle, mais bien au contraire, comme des raisons de se maintenir dans leur position : dans le cas de parcours professionnels ascendants, elles font l’objet de traduction en qualités mobilisables pour prétendre à une promotion ; dans le cas de parcours dévalués, elles sont présentées comme un lieu d’épanouissement, complément au travail officiel.

81Si les femmes n’estiment pas avoir déjà perdu toutes leurs chances professionnelles – certaines continuant à occuper des positions importantes et à agir pour les consolider – elles envisagent tout de même l’éventualité d’un nouveau départ vers quelque chose de tout à fait différent de leur carrière actuelle. Elles savent bien cependant à quel point il sera difficile d’être novice dans un monde professionnel où elles n’entreront que sur le tard et où elles seront entourées de professionnels plus aguerris qu’elles.

3.4. L’incertitude demeure

82Dans les faits, un ou deux ans après Entreprise de Soi, aucune de ces femmes n’avait mis en œuvre son projet et aucune n’était sortie du secteur informatique. Seule Florence, qui avait d’abord quitté Siris pour participer à la création d’une entreprise de logiciel, était finalement devenue responsable de la communication d’une école d’ingénieur informatique. Elle gardait d’ailleurs toujours à l’esprit le projet de « monter un gîte touristique ».

83Corinne avait également quitté Siris pour un emploi de chef de projet à la direction informatique d’une grande entreprise utilisatrice, abandonnant ou différant le projet éducatif qui lui tenait à cœur. La mobilité promotionnelle qu’elle avait accomplie lui permettait, il est vrai, de satisfaire son « besoin d’être utile » et de trouver dans sa nouvelle entreprise des conditions de travail compatibles avec sa vie de famille.

84Marie, tout en continuant son activité de chef d’équipe R&D, avait sollicité sa hiérarchie pour animer régulièrement des formations techniques. Souhaitant devenir formatrice, elle restait en fait bien ancrée dans la R&D, mais se préservait de l’incertitude de l’avenir en donnant une part de son temps à une activité dont la valeur sociale était pour elle incontestable.

85Mises à part ces femmes qui donnaient le sentiment de maîtriser leurs devenirs professionnels, la plupart des autres se sentaient toujours coincées entre une situation incertaine et un projet pour lequel elles manquaient de ressources objectives. Elles disaient se maintenir, faute de mieux, dans une activité de R&D, invoquant que c’était là leur seul domaine de compétences monnayable sur le marché du travail.

  • 28 Que les limites de l’enquête, nécessairement circonscrite dans le temps, ne permettaient pas d’étab (...)

86C’est pourquoi, plus que leur mise en acte effective28 ou l’éventuelle influence d’Entreprise de Soi dans leur définition, il faut avant tout considérer ces projets de « retour » vers une activité traditionnellement féminine dans ce qu’ils révèlent de la situation des femmes dans l’ingénierie informatique : la fragilisation de leur carrière est telle qu’elles en viennent à imaginer une situation d’emploi encore plus incertaine, mais qui, à leur sens, a le mérite de marquer une rupture avec une situation professionnelle pour laquelle elles ont le sentiment d’avoir plus que jamais à se battre.

4. Conclusion

87Si le secteur de l’ingénierie informatique a pu s’ouvrir aux femmes dans les années 1975–1985 sous les effets conjugués de changements sociaux, technologiques et de structures des emplois, il semble se refermer trente ans plus tard, lorsque les possibilités de carrières et les conditions de travail sont modifiées.

88L’incertitude sur l’avenir professionnel et l’intensification du travail sont partagées par tous les informaticiens de Siris, hommes et femmes. Elles témoignent de recompositions des métiers d’ingénieur à l’œuvre dans bien des secteurs d’activité aujourd’hui. Toutefois, elles semblent avoir un effet propre sur les carrières des femmes. C’est du moins ce que permet de vérifier l’analyse des trajectoires féminines, observées dans le contexte du dispositif Entreprise de Soi.

  • 29 Données d’après enquête Emploi 1982–1992–2002.
  • 30 Cette dynamique s’observe dans l’ensemble des emplois du secteur informatique puisque le nombre d’h (...)

89Ce fait rencontre d’ailleurs un phénomène plus largement observé : celui d’un ralentissement de la féminisation de l’ingénierie informatique depuis le milieu des années 1990. Ce phénomène n’est pas tant caractérisé par le retrait des femmes de l’ingénierie informatique, puisque cette activité reste de loin la première spécialisation des femmes ingénieures et cadres techniques d’entreprise (en 2002, 42,6 % d’entre elles sont « spécialistes de l’informatique ») et que le taux de féminisation de la catégorie des « ingénieurs et cadres spécialistes de l’informatique » a très légèrement augmenté en une décennie (18,7 % en 1992 contre 20 % en 2002).29 Il consiste davantage en un rattrapage des hommes. Le rapport de chance d’être un homme ou d’être une femme quand on est ingénieur-e en informatique s’est en effet inversé au cours des années 1990 au profit des hommes. Alors qu’en 1982, les hommes ingénieurs n’étaient que 11,6 % à être spécialistes de l’informatique, le déclin des secteurs industriels traditionnels et la croissance du secteur informatique produisent une nouvelle concentration des hommes ingénieurs sur la spécialisation informatique : en 2002, ils sont désormais 31,3 % à y travailler.30 Il est, dès lors, plus juste de parler de ralentissement de la féminisation ou plus encore, d’employer le terme de masculinisation – certes lié à celui de déféminisation, pour décrire cette situation où la croissance des emplois dans le secteur informatique profite davantage aux hommes et ne permet pas aux femmes d’y renforcer leur présence.

90Dans un contexte de restriction des possibilités de carrière dans l’ingénierie et de flexibilité forte dans les services, cette fragilisation des trajectoires féminines s’est manifestée dans l’enquête évoquée ici par le fait qu’un nombre significatif de femmes envisagent sérieusement de se réorienter en dehors du secteur informatique, alors que la plupart d’entre elles avaient pu y occuper en toute légitimité des postes prestigieux.

91Interpréter ce fait oblige à garder à l’esprit plusieurs hypothèses possibles. On peut considérer, par exemple, qu’il s’agit d’un phénomène de réassignation à des rôles traditionnellement féminins, produit par les multiples contraintes dont les femmes auraient de grandes difficultés à se libérer, au point de s’autoexclure du domaine de l’ingénierie et de la conception technique. On ne peut cependant pas écarter que les femmes, trouvant là une occasion d’autonomisation, en profiteraient pour sortir d’une situation de travail et d’emploi particulièrement dégradée. Il faudrait alors réfléchir au sort de leurs collègues masculins qui ne disposeraient pas de libertés semblables. Il s’agit là d’une hypothèse qui reprend l’idée « d’insoumission discrète » déjà proposée par Catherine Marry.

92Quoiqu’il en soit, on est mis en présence d’un phénomène de persistance, voire de regain, d’une division sexuée du travail dans laquelle les hommes gardent le contrôle de la technique, alors que les femmes renoueraient « tout naturellement » avec des activités auxquelles les appelleraient leur supposé talent relationnel.

93La question posée est donc celle d’un mouvement indéfectible vers la féminisation des emplois d’ingénieurs. L’observation de la situation des femmes en cours de carrière a permis de montrer que ce mouvement est susceptible de passer par des avancées et des reculs. Les progrès constatés au moment de la formation et de l’entrée dans l’emploi sont exposés à des retours en arrière, sous l’effet de changements des conditions d’emploi et de travail, mais aussi sous l’effet de politiques managériales psychologisantes qui, sans avoir été pensées sous ce jour, s’avèrent jouer un rôle déterminant. Ainsi, cette féminisation connait-elle des périodes de force ou des périodes de fragilité, qui interdisent de croire que la mixité professionnelle se réalise sans faille.

Haut de page

Bibliographie

ADI, ANPE, Centre INFFO, CEREQ, ONISEP, 1986. Les professions de l’informatique. La Documentation française, Paris.

Boltanski, L., Chiapello, E., 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Gallimard, Paris.

Breton, P., 1987. Histoire de l’Informatique. La Découverte, Paris.

Breton, P., 1990. La Tribu Informatique. Éditions Métailié, Paris.

Bron, A., de Gaulejac, V., 1995. La Gourmandise du Tapir. Utopie, Management et Informatique. Desclée de Brouwer, Paris.

Chabaud-Rychter, D, Gardey, D. (Eds.), 2002. L’Engendrement des Choses. Des Hommes, des Femmes et des Techniques. Éditions des Archives Contemporaines, Paris.

Collet, I., 2005. La masculinisation des études informatiques : savoir, pouvoir et genre. Thèse de l’université de Paris-X Nanterre.

Courpasson, D., Livian, Y.‑F., 1991. Le développement récent de la notion de compétences : glissement sémantique ou idéologie ? Revue de Gestion des Ressources Humaines 1, 3–10.

DARES, 2004. Vingt ans de métiers : l’évolution des emplois de 1982 à 2002. Premières Synthèses, Premières Informations 43 (2), 9.

Edwards, Paul N., 1990 autumn. The army and the microworld: computers and the politics of gender identity. Signs 16 (1), 102–127.

Evetts, J., 1994. Career and motherhood in engineering. Journal of Gender Studies 3 (2), 177–185.

Ferrand, M., Imbert, F., Marry, C., 1999. L’Excellence Scolaire : Une Affaire de Famille. Le Cas des Normaliennes et Normaliens Scientifiques. L’Harmattan, Paris.

Fondeur, Y., Sauviat, C., 2003, mars. Technologies de l’information : normes d’emploi et marché du travail. Premières informations et premières synthèses. DARES 13 (2).

Gadrey, N., 1992. Hommes et Femmes au Travail. Inégalités, Differences, Identités. L’Harmattan, Paris.

Harvey, L., 1997. A genealogical exploration of gendered genres in IT cultures. Information Systems Journal 7 (2), 153–172.

Lahire, B., 1998. L’Homme Pluriel. Les Ressorts de l’Action. Nathan, Paris.

Laufer, J., 1998. Les femmes cadres, entre le pouvoir et le temps ? Revue française des Affaires Sociales 3.

Light, J.S., 1999. When computers were women. Technology and Culture 40 (3), 455–483.

Marry, C., 2004. Une Révolution Respectueuse : Les Femmes Ingénieurs. Belin, Paris.

Maruani, M., Nicole, C., 1989. Au Labeur des Dames. Métiers Masculins, Emplois Féminins. Syros, Paris.

Rapkiewicz, C.E., 1997. Femmes et métiers de l’informatique. Travail, Espaces et Professions, Cahiers du Gedisst, no 19, L’Harmattan, Paris.

Schweitzer, S., 2002. Les Femmes ont Toujours Travaillé. Odile Jacob, Paris.

Stevens, H., 2005. Entre désenchantement social et réenchantement subjectif, le développement personnel dans l’entreprise. Thèse de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Turkle, S., 1984. Les Enfants de l’Ordinateur. Denoël, Paris.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie particulièrement sur des entretiens réalisés avec des femmes ingénieures nées entre 1943 et 1964 et entrées chez Siris entre 1970 et 1992. Le lecteur trouvera plus loin un tableau présentant succinctement les enquêtées dont les récits sont mobilisés dans l’article (cf. Encadré 2).

2 Je tiens à remercier Christiane Rolle et Didier Demazière pour leur lecture attentive et leurs propositions d’amélioration d’une première version de cet article.

3 En l’honneur d’Ada Byron, un langage de programmation du département de la Défense américaine fut nommé « Ada » en 1979. De son côté, Grace Murray Hopper fut la première personne du monde de l’informatique à devenir « Man of the Year » en 1969 et également la première femme à recevoir la National Medal of Technology en 1991.

4 L’entreprise embauchait des jeunes filles titulaires d’un CAP couture pour exécuter cette activité.

5 Source : archives de l’entreprise Siris.

6 L’informatique est alors qualifiée de centralisée du fait de sa configuration technique, organisée autour d’une machine centrale, le mainframe, qui réalise l’ensemble des opérations de calcul, et à laquelle sont connectés des terminaux dont la fonction consiste en la simple saisie d’informations, sans capacité d’autonomie.

7 L’appellation « informaticien » recouvre une pluralité de niveaux de formation, qualifications, statuts et branches d’activités qui rend difficile les tentatives de description statistiques (cf. note suivante). Dans cet article, l’analyse sera centrée sur la population enquêtée dont l’activité professionnelle est tournée vers la conception de matériels et logiciels informatiques.

8 Il n’existe pas de statistiques des années 1960–1970 sur les métiers de l’informatique en cours de constitution. L’INSEE intègre progressivement ces activités dans ses codes des métiers, jusqu’en 1982 où la nouvelle nomenclature PCS présente quatre grandes catégories qui les recouvrent, composées de deux niveaux « Techniciens » (PCS 4791 et PCS 4792), un niveau « Employés » (PCS 5416) et un niveau « Ingénieurs et cadres techniques d’entreprise » (PCS 3828). Il est dès lors possible de reconstituer une évolution quantitative depuis 1982 (cf. ADI et al., 1986). Une difficulté majeure persiste néanmoins du fait des changements technologiques et organisationnels qui rendent ces catégorisations particulièrement fluctuantes dans le temps.

9 Pour comprendre comment ce genre des techniques s’est construit historiquement, voir l’ouvrage coordonné par D. Chabaud-Rychter et D. Gardey (2002), ainsi que la synthèse réalisée par C. Marry (2004, pp. 84–89), rappelant notamment la constitution des écoles d’ingénieurs en France autour d’intérêts stratégiques de la Nation en termes d’armée, de guerre et de défense, derrière lesquels se retrouvent les enjeux de conception, contrôle et usage des armes, interdits aux femmes. Or l’informatique est précisément le produit de ces quatre domaines masculins que sont l’armée, le monde de l’ingénieur, l’industrie et l’université (Harvey, 1997 ; Edwards, 1990). Elle véhicule certaines représentations qui soutiennent et entretiennent cette division sexuelle du travail (Turkle, 1984 ; Breton, 1990).

10 Au moment de l’enquête, en 2000, la population enquêtée était composée de 86 % d’ingénieurs et cadres, de 14 % d’employés-techniciens-agents de maîtrise, et d’aucun ouvrier ; 53 % détenaient un diplôme de formation initiale de « Bac + 4 et plus », dont 69 % était un diplôme d’ingénieur (source : enquête par questionnaire auprès des salariés de Siris serveurs & logiciels) (Stevens, 2005).

11 Le taux de féminisation des écoles d’ingénieurs spécialisées en informatique est passé de 9,3 % en 1972 à 18,1 % en 1985 (sources : Marry, 2004, p. 109, d’après CNISF, Bulletins ID). L’affirmation des femmes dans ce secteur a suivi les processus similaires à celui des femmes ingénieures qu’ont décrits les travaux de C. Marry : dans un contexte d’affirmation de la place des femmes sur les scènes scolaire, professionnelle, politique et conjugale, les informaticiennes ont suivi une trajectoire d’excellence scolaire et bénéficié de ressources familiales particulières qui ont facilité leur orientation atypique.

12 Source : enquête Emploi INSEE 1982–1992–2002 – Champ : salariés actifs occupés. Chez Siris, en 2000, les femmes représentent 19 % des salariés travaillant dans des activités techniques de R&D (ingénieurs et techniciens confondus) (Stevens, 2005).

13 C’est à cette même période que se déroule un débat sur le statut de l’informatique, entre les tenants d’une informatique reconnue comme discipline et science exacte – la science des informations –, et les tenants d’une informatique libre et accessible à tous, annonçant « la fin des informaticiens » (Breton, 1987).

14 La deuxième spécialisation, en terme quantitatif, des femmes ingénieures est, loin derrière, la R&D en chimie et biologie (7,6 % d’entre elles sont « ingénieures et cadres de recherche, développement en chimie, biologie », PCS 3825). Pour les hommes, c’est certes aussi l’informatique qui est leur première spécialisation, mais avec seulement 11,6 % des ingénieurs, juste devant l’activité de « recherche, études, essais en électricité, électronique » avec 7,2 % (PCS 3821). Alors que les hommes se répartissent sur les 30 professions de la catégorie « ingénieurs et cadres techniques d’entreprise », les femmes se concentrent sur la profession « ingénieurs et cadres spécialisés dans l’informatique ». Source : enquête Emploi INSEE 1982 – Champ : salariés actifs occupés.

15 Le nombre de salariés de Siris au niveau mondial est passé de 45 560 en 1988 à 20 600 en 1998. Au moment de l’enquête, cette diminution continuait pour atteindre 8350 en 2002.

16 Les activités de services informatiques regroupent des activités d’élaboration de produits et de services spécifiques à la demande du client, d’installation et d’administration de ses systèmes informatiques, d’accompagnement dans l’apprentissage et la gestion de ses produits, de support technique et de maintenance.

17 L’intégration consiste à faire fonctionner ensemble des composants matériels et logiciels d’origines différentes.

18 Les raisons de ce décalage sont à la fois propres à Siris (convention collective, périodes fastes de l’entreprise donnant lieu à de fortes augmentations, ancienneté) et propres aux emplois des services, plus récents, plus concurrencés, attirant une main d’œuvre plus jeune et dépendants d’une convention collective moins avantageuse.

19 Pour comprendre l’émergence, la place et le rôle de tels dispositifs de « développement personnel » dans l’entreprise, typiques du « Nouvel esprit du capitalisme » (Boltanski et Chiapello, 1999) cf. Stevens (2005).

20 Extraits d’une interview du DRH dans le journal interne d’entreprise, novembre 1996.

21 Outre les observations, j’ai réalisé des entretiens répétés avec 43 participants (22 hommes et 21 femmes), à différents moments de leur participation au dispositif (inscription, en cours de réalisation, quelques mois ou années après).

22 Toutes catégories confondues.

23 Ces remises en cause professionnelles sont le fait d’informaticiennes d’âges, de situations familiales, de dynamiques et de positions professionnelles très différents. Les rares exemples rencontrés de non-remise en cause concernent des femmes qui ont déjà fait l’expérience de quitter la R&D et qui déçues, y sont revenues.

24 Chez Siris serveurs & logiciels, en novembre 2000, 27 % des femmes sont à temps partiels contre 7 % des hommes. Les participants à Entreprise de Soi se distinguent de leurs collègues non participants par un plus grand recours au temps partiel : 42 % des femmes participantes sont à temps partiel, et 12 % des hommes participants.

25 Lorsqu’on interroge les salariés de R&D de Siris sur la situation professionnelle qu’ils imaginent avoir dans deux ans, les hommes citent davantage que les femmes une position les maintenant dans une carrière en R&D (20 contre 12 %), ou équivalant à une évolution en termes de responsabilités hiérarchiques ou techniques (11 contre 6 %). Les femmes sont en revanche beaucoup plus nombreuses à ne pas savoir envisager leur situation dans deux ans (70 % ne savent pas, contre 48 % des hommes), reflétant bien la situation de relative plus grande incertitude dans laquelle elles se trouvent. (sources : enquête auprès des salariés de Siris serveurs & logiciels, 2000. Champ : salariés de R&D exerçant une activité technique et en âge de travailler deux ans après l’enquête).

26 Nous retrouvons dans notre échantillon les tendances explicitées par Ferrand, Imbert et Marry (1999) à propos des conditions ayant favorisé l’accès des filles au monde masculin des ingénieurs : les femmes ingénieures de Siris ont des parents surdiplômés par rapport aux individus de leur tranche d’âge et proviennent de milieux sociaux élevés. Plus particulièrement, elles sont plus nombreuses à avoir un père ingénieur (44 % contre seulement 15 % chez les hommes).

27 De nombreux « exercices » d’Entreprise de Soi invitent à « prendre du temps pour soi », à « lâcher prise », à « définir ses priorités », ou encore à imaginer une vie sans travail.

28 Que les limites de l’enquête, nécessairement circonscrite dans le temps, ne permettaient pas d’établir sur long terme.

29 Données d’après enquête Emploi 1982–1992–2002.

30 Cette dynamique s’observe dans l’ensemble des emplois du secteur informatique puisque le nombre d’hommes y a augmenté de 200 %, contre 42 % pour celui des femmes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Encadré 2 : Profil des femmes citées.
URL http://journals.openedition.org/sdt/docannexe/image/22826/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Stevens, « Destins professionnels des femmes ingénieures. Des retournements inattendus », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 443-463.

Référence électronique

Hélène Stevens, « Destins professionnels des femmes ingénieures. Des retournements inattendus », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22826 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.22826

Haut de page

Auteur

Hélène Stevens

Centre de sociologie du travail, de l’emploi et de la formation, université Libre de Bruxelles, CP 124, 44, avenue Jeanne, 1050 Bruxelles, Belgique
Laboratoire Printemps, université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt, France
Helene.Stevens[at]free.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search