Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 4ArticlesLe nom et le corps. Personnalisat...

Articles

Le nom et le corps. Personnalisation et collectivisation du travail chez les ingénieurs des Ponts et Chaussées autour de 1800

Name and corps: The personalization and collectivization of work among civil engineers in the French public sector, ca. 1800
Frédéric Graber
p. 479-495

Résumés

Cet article étudie la tension propre à la plupart des grands corps d’État, entre une forte individualisation de leurs membres et une conception holiste de l’activité. En s’intéressant plus spécifiquement au corps des Ponts et Chaussées dans les premières années du 19e siècle, il cherche à montrer comment cette tension est résolue en pratique. L’étude d’une dispute au sein de l’assemblée des Ponts et Chaussées (l’organe chargé d’examiner et de décider des projets de travaux publics) à l’occasion de la construction du canal de l’Ourcq, permet de mettre en évidence deux logiques contradictoires qui sont à l’œuvre dans la conception et l’examen des projets, deux manières d’articuler l’individu et le collectif : l’incarnation et la délégation. Cet article montre que ces deux conceptions, qui s’opposent dans des situations polémiques, sont d’ordinaire tenues ensemble dans une certaine économie morale, des civilités qui permettent au corps des Ponts et Chaussées d’articuler les aspirations individualistes de l’ingénieur en charge d’un projet avec une dimension de contrôle collectif et d’intégration. En conclusion, l’article revient sur les rapports entre conception et exécution, entre activité et passivité, pour montrer que le corps est par rapport à l’État dans une situation de tension très similaire à celle de l’ingénieur par rapport au corps.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 L’école des Ponts et Chaussées en 1747, l’école du Génie de Mézière en 1748. Voir Picon (1992) et T (...)
  • 2 Voir, par exemple, Kessler (1986) ou Bourdieu (1989). Alder (1999) souligne la différence entre le (...)

1Les grands corps d’État sont une spécificité française. À l’origine techniques et militaires, ils se sont multipliés en corps de techniciens civils ou d’administrateurs, leur développement étant crucialement lié à l’apparition d’écoles spécialisées, à la suite des premières écoles d’ingénieurs d’État au 18e siècle1. Cette importance de l’école pour la formation d’un esprit de corps a été au centre de la plupart des études qui ont cherché à saisir ce phénomène : l’école recrute par un concours, qui permet de sélectionner, de distinguer une élite ; elle forme sur des valeurs et des disciplines propres qui lui permettent à la fois d’uniformiser et de hiérarchiser les élèves2. L’école construit donc l’unité du corps, elle forge une identité spécifique qui s’oppose radicalement à l’extérieur, ce qui lui permet de tenir ensemble une forte hiérarchisation et un sentiment d’égalité entre ses membres. Les corps ont donc surtout été étudiés comme un tout, comme une unité, dont il faudrait comprendre l’émergence, la séparation, le pouvoir au sein de l’État ou de la société, et on s’est moins intéressé au fonctionnement de ces corps, comme organisation au travail. En particulier, on n’a guère cherché à saisir de quelles manières se résolvaient en pratique, la tension propre à la plupart de ces corps, entre une forte individualisation des membres et une conception holiste de l’activité. C’est à une telle économie morale d’un corps que le présent article voudrait se consacrer, en prenant l’exemple des Ponts et Chaussées autour de 1800.

  • 3 Sur les Ponts et Chaussées en général, voir Petot (1958), Picon (1992) et Graber (2004).
  • 4 Jusqu’à la Révolution, le corps est aussi dirigé par un premier ingénieur, ayant autorité sur tous (...)
  • 5 La Révolution va en fait perturber momentanément ce fonctionnement en introduisant un nouveau mode (...)

2Depuis sa création, en 1716, le corps des Ponts et Chaussées était chargé de la construction et des réparations de routes et d’ouvrages d’art dans la plupart des provinces françaises3. Ce corps d’ingénieurs d’État était organisé hiérarchiquement. Un ingénieur en chef, responsable des travaux sur un certain territoire, concevait les projets et les envoyait à l’administration centrale à Paris, laquelle après les avoir examinés, les renvoyait adoptés ou corrigés pour exécution. Cet ingénieur en chef disposait de quelques ingénieurs ordinaires sous ses ordres pour mener à bien ses projets. Enfin, des inspecteurs généraux étaient chargés de contrôler, lors de voyages d’inspection, le bon fonctionnement des services et l’exécution des ouvrages conformément aux projets adoptés4. Une des originalités de ce corps est d’avoir développé un organe collectif d’examen et de décision des projets, qui formait le cœur de l’administration centrale à Paris : l’assemblée des Ponts et Chaussées. En 1747, Trudaine, l’intendant des finances chargé des Ponts et Chaussées, convaincu qu’une collaboration plus étroite avec les ingénieurs était nécessaire, commence à réunir une petite assemblée d’ingénieurs pour le conseiller dans ses décisions. Bien qu’elle ait conservé formellement ce statut consultatif, cette assemblée est rapidement devenue l’organe central du corps, l’administrateur se reposant largement sur ses décisions et n’intervenant que dans des cas rares. La Révolution confirmera cette institution et lui donnera un cadre légal, organisant son fonctionnement et définissant ses membres, essentiellement les inspecteurs généraux et les quelques ingénieurs (en chef ou ordinaires) présents à Paris5.

3Au tournant des 18e et 19e siècles, l’activité de conception des projets était donc individuelle, alors que celle d’examen et de décision était collective. Les travaux historiques sur les Ponts et Chaussées ont toujours plus ou moins explicitement conçu les projets d’ingénieurs comme des productions individuelles d’un auteur – on parle volontiers de tel pont comme de l’ouvrage de tel ingénieur – en évitant d’évoquer l’intervention de l’assemblée comme organe collectif de décision. Pourtant ces mêmes travaux ont souvent souligné les dimensions intégratives du corps, la discipline auquel l’ingénieur doit se soumettre et qui permet de le réduire à un exécutant, à un agile instrument interchangeable d’une action conçue comme collective. Ces deux images du corps semblent a priori difficilement compatibles et le présent article cherche par l’étude d’un cas particulier à lever cet apparent paradoxe : des ingénieurs qui sont censés n’être que des exécutants obéissants et qui pourtant peuvent prétendre à être, dans une certaine mesure, les auteurs de leurs travaux. Pour explorer cette articulation entre conception individuelle et décision collective, et ainsi mettre en évidence l’économie morale du corps des Ponts et Chaussées autour de 1800, j’évoquerai une des affaires les plus polémiques que ce corps ait connu sous le Consulat, au sujet du canal de l’Ourcq.

2. Canal de l’Ourcq : les débuts d’un conflit

  • 6 Sur les projets de canal de l’Ourcq et l’affaire qui se développe sous le Consulat à ce sujet, voir (...)
  • 7 Les ouvriers ont une grande importance dans cette précipitation, car le chantier du canal doit auss (...)

4Le canal de l’Ourcq est d’abord un projet qu’une compagnie privée propose aux gouvernements successifs depuis la fin de l’Ancien Régime et dont l’objet est d’amener à Paris une grande quantité d’eau pour l’approvisionnement de la capitale et l’alimentation d’un canal navigable6. Le nouveau gouvernement du Consulat va se montrer très intéressé par l’alimentation en eau de Paris et reprendre le projet à son compte en écartant les entrepreneurs. En 1802, Bonaparte charge les Ponts et Chaussées de la réalisation d’un canal de l’Ourcq, mais plutôt que de laisser le corps gérer seul ce projet, il intervient personnellement à plusieurs reprises. D’une part, il nomme à la direction du projet un ingénieur relativement jeune (pour une tâche aussi prestigieuse), Pierre-Simon Girard (1765–1836), une promotion qui récompense la fidélité de Girard pendant la campagne d’Égypte, mais qui va être très mal reçue par le corps, où d’autres ingénieurs plus expérimentés ou ayant déjà travaillé sur des versions antérieures du projet, pensaient avoir des prétentions à ce poste. D’autre part, Bonaparte fixe un agenda très serré pour la réalisation de l’ouvrage : pensant le projet des entrepreneurs et les vérifications des Ponts et Chaussées très avancés, il fixe le début des travaux à trois jours après la nomination de Girard, et réclame qu’on lui soumette toutes les deux semaines des bilans de l’avancement et du nombre d’ouvriers employés7.

  • 8 L’émergence de ce conflit entre l’assemblée et Girard n’est pas seulement liée au comportement de c (...)

5Poussé par les administrateurs qui doivent rendre ces comptes – le préfet de la Seine, qui a la charge administrative des travaux, et le conseiller d’État directeur général des Ponts et Chaussées, qui dirige l’administration centrale du corps – Girard se trouve dans une situation délicate : il doit choisir entre mettre des hommes au travail pour faire avancer l’ouvrage et satisfaire les impératifs politiques et administratifs, ou suivre les « formes consacrées » dans le corps, c’est-à-dire composer son projet, le soumettre à l’assemblée et attendre sa validation par celle-ci avant d’entamer les travaux. Girard résout d’abord le problème en ouvrant des « ateliers d’expérience », qui doivent fournir des informations sur la qualité des sols, le coût du travail, etc. Théoriquement limités, mais en fait très étendus, ces travaux déguisés en expériences sont acceptés par le conseiller d’État, lequel enjoint néanmoins à Girard de préparer un projet partiel (qui ne concerne que la partie la plus proche de Paris) et de le soumettre au plus vite à l’assemblée. Lorsque Girard présente enfin ce projet partiel à l’assemblée, en novembre 1802, les travaux sont donc déjà en cours et Girard va chercher l’indulgence de ses collègues en expliquant la situation dans laquelle il se trouve. Ceux-ci ne vont d’abord pas protester contre les travaux, mais considérant n’avoir pas eu connaissance préalable du projet, ils vont déclarer ne pas pouvoir le juger et nommer une commission pour l’examiner. Poussé par le conseiller d’État, Girard n’a en effet pas respecté la procédure ordinaire, dans laquelle le projet est transmis à un inspecteur qui en fait un rapport à l’assemblée, mais est venu présenter lui-même son projet. La nomination d’une commission est très mal acceptée par Girard, qui a manifestement espéré que son projet serait adopté : d’une part, pour accomplir leur tâche, les commissaires lui réclament des documents dont il a besoin pour poursuivre son travail, d’autre part, les travaux doivent prendre de l’ampleur pour satisfaire le consul et tout retard dans l’adoption du projet amène Girard à engager de plus en plus de travaux non approuvés par l’assemblée. Refusant de transmettre ses documents, Girard cherche alors à passer en force. Il se présente comme un exécutant zélé qui applique fidèlement les ordres du pouvoir en engageant des travaux, et dénonce l’assemblée comme s’opposant à ces ordres en formant une commission : un examen approfondi n’aurait de sens qu’en interrompant les travaux, ce qui ne manquerait pas d’entraîner des retards. Girard parie certainement sur son appui politique, mais le consul qui s’était d’abord beaucoup impliqué dans cette affaire, ne va pas intervenir. Les administrateurs, tout en souhaitant voir les travaux avancer pour pouvoir soumettre des résultats, commencent alors à craindre d’avoir appliqués trop radicalement les ordres de Bonaparte, ou de les avoir mal compris, et préfèrent intervenir le moins possible. Dans la vacance de pouvoir qui se dessine, nul ne venant confirmer ou infirmer les intentions du consul, l’assemblée ne va pas accepter les ordres évoqués par Girard, va contester leur sens, voire même leur existence, et présenter Girard comme un ingénieur indiscipliné qui cherche à imposer son projet en se passant de l’accord de ses collègues8.

6Ce que je vais présenter dans la suite de cet article, c’est la manière dont Girard et la commission, chacun de leur côté, radicalisent certains aspects du corps, développent des vues contradictoires sur ce que doivent être le jugement de l’assemblée et les rapports entre l’ingénieur et le corps, chacun cherchant ainsi à légitimer la position extrême qu’il a choisie. Ces deux visions du corps permettront alors de mettre en évidence ce que les « formes consacrées » des Ponts et Chaussées parviennent d’ordinaire à tenir ensemble et qui se trouve ici dissocié du fait de l’affrontement entre Girard et l’assemblée.

3. Un droit à l’initiative

  • 9 Séance de l’assemblée du 6 pluviôse an 11 (25 jan. 1803), Archives Nationales (AN) F14* – 10911.

7Dès les premières séances à l’assemblée, la commission chargée d’examiner le projet de Girard affiche ouvertement son hostilité. Les commissaires ne se contentent pas de proposer quelques corrections au projet, de rectifier quelques erreurs manifestes, ils entendent montrer que le projet est une unique erreur et qu’il faut en changer. En souhaitant qu’on remplace le projet de Girard par un autre, ou qu’on le corrige au point qu’il sera tout autre, la commission outrepasse ses fonctions, ce que Girard va s’empresser de dénoncer en rappelant que l’initiative du projet lui revient : « c’est à l’ingénieur chargé d’un projet de proposer le premier ce qu’il croit convenable »9. Girard défend un droit à l’initiative. Il retourne le sens de la situation : il n’est pas indiscipliné, il est au contraire victime d’une injustice.

  • 10 Prony, Observations du directeur de l’école des Ponts et Chaussées sur les discussions relatives au (...)

8L’idée d’une répartition des tâches est admise par les ingénieurs. Plusieurs d’entres eux soulignent que le rôle de la commission n’est pas de « proposer et de motiver » telle ou telle construction, mais de « juger celle proposée par l’ingénieur », et que l’assemblée ne peut en fin de compte qu’adopter, corriger ou refuser un projet10. Le dernier cas n’est d’ailleurs pas si rare, où l’on renvoie sa copie à l’ingénieur en lui demandant de réécrire un projet dans les formes. Dans l’affaire de l’Ourcq l’attitude des ingénieurs sera toujours ambiguë : tout en prétendant exiger de Girard un projet jugeable, ils n’auront de cesse de rejeter tout ce qu’il présente, et sembleront ainsi ne pas vouloir juger son projet mais le remplacer par d’autres options ouvertement évoquées.

9Le droit à l’initiative est la clef de voûte de la conception du jugement développée par Girard. L’assemblée se doit d’être impartiale pour juger les projets, ce qui suppose de séparer strictement l’activité de production de l’activité de jugement :

« Il n’est aucun ingénieur qui, par les relations établies entre [l’assemblée] et lui, ne soit exposé à lutter avec désavantage contre les mêmes préventions dont je me plains, si les membres de l’assemblée appelés à donner leur avis sur les projets renvoyés à leur examen, prennent l’initiative sur ces projets, et se présentent comme parties, dans des discussions où ils doivent prononcer comme juges » (Girard, 1803, p. 21)

  • 11 On peut remarquer qu’un tel modèle n’est pas propre à Girard. Les ingénieurs développent des idées (...)
  • 12 Ces ingénieurs des Ponts et Chaussées de 1800 ne font ordinairement pas intervenir d’alternatives d (...)

10Le modèle de jugement qui se dégage des répliques de Girard, suppose une position de concepteur fort : l’ingénieur a le droit à l’initiative sur le projet, c’est lui qui le conçoit, c’est donc ce projet et lui seul qu’il faut juger. L’assemblée ne peut pas proposer de projet concurrent sans quoi elle serait juge et partie. Dans ce modèle, les juges doivent donc fournir la critique et l’ingénieur y faire face. Son droit à la réponse ne doit pas être limité, surtout si la qualité de sa défense montre qu’il avait raison. Dans l’idée de Girard, une fois que les critiques ont été repoussées, le projet n’a plus aucune raison de ne pas être accepté. Si les juges ont la charge de la critique, le projet ne fait problème que tant qu’ils sont en mesure de l’attaquer. Une fois la critique épuisée, le projet est éprouvé, il est valide11. En toute rigueur, il ne devrait donc pas y avoir d’alternatives. Mais pour démontrer l’existence d’une erreur de tracé, comme entendent le faire les commissaires, il faut comparer des cubature de terrasses selon un ou des tracés alternatifs. Toute comparaison peut alors être considérée comme une initiative, ce qu’elle est d’ailleurs, puisqu’elle prétend imposer un meilleur tracé12.

4. Imposer une marque

11Si les ingénieurs reconnaissent qu’il y a bien un droit à l’initiative, il n’est pas question que ce droit s’exerce sans limites, et ils vont travailler à rendre celles-ci aussi étroites que possible. Les premières accusations disciplinaires apparaissent dans le cadre de cette délimitation. Ce sont d’abord les travaux qui, pour les commissaires, signalent qu’une frontière a été franchie :

  • 13 Séance de l’assemblée du 4 ventôse an 11 (23 fév. 1803), AN F14* – 10911.

« En reconnaissant que l’ingénieur chargé d’un projet doit avoir l’initiative des propositions, ils lui reprochent d’en avoir abusé en étendant cette initiative jusque sur l’exécution. »13

12En construisant en même temps qu’il concevait, Girard se faisait son propre juge. La frontière entre juge et concepteur ne tient que si l’ingénieur ne peut introduire un autre juge par ailleurs, les travaux, et ainsi se soustraire au jugement de l’assemblée. C’est le premier abus d’initiative : le concepteur s’est fait exécutant, donc juge, une dérive où l’exécution deviendrait le lieu de la décision. Les commissaires répondent donc à Girard que l’effacement des frontières entre les rôles n’est pas de leur seul fait.

  • 14 Dans l’affaire du canal de l’Ourcq, on trouve un grand nombre de ces récits concurrents, qui visent (...)
  • 15 Besnard, Notice préliminaire pour être lue à la commission, AN F14 – 685.

13Les ingénieurs cherchent aussi à montrer que, dans le cas de l’Ourcq, le rôle de concepteur ne revenait pas ou pas exclusivement à Girard. Pour cela on évoque différents travaux préparatoires, par l’inspecteur Gauthey ou l’ingénieur en chef Bruyère, on compose des récits où l’un ou l’autre de ces ingénieurs devient le premier concepteur d’un canal de l’Ourcq, producteur de plans ou de mémoires, avec par conséquent le droit à l’initiative14. Pour l’inspecteur Besnard, par exemple, il est clair que les directions du canal étaient déjà prêtes, qu’il s’agissait de choisir entre plusieurs tracés existants celui qui était préférable, et non d’en tracer un nouveau15. L’initiative de Girard n’est donc pas complètement niée, mais elle est réduite à un rôle secondaire. L’inspecteur Gauthey, rapporteur de la commission, ira même jusqu’à retirer tout rôle de conception à Girard :

  • 16 Séance de l’assemblée du 5 ventôse an 11 (24 fév. 1803), AN F14* – 10911.

« [Il observe] sur l’initiative du projet réclamé par le C. Girard que ses instructions ne la lui donnent pas, et qu’il doit au contraire se conformer aux projets joints à l’instruction. »16

  • 17 Il faut noter, qu’en réalité il n’existe pas de projet pour l’Ourcq assez avancé pour être exécuté. (...)

14Au nom du même droit à l’initiative, Gauthey réclame que Girard se contente d’exécuter le projet évoqué par l’instruction et qu’il considère être le sien17.

  • 18 Ce retournement de la charge de la preuve est très manifeste dans un épisode du désaccord sur les c (...)

15La conception du jugement des ingénieurs, telle qu’elle transparaît dans les discussions à l’assemblée, conserve le caractère très disciplinaire de ces premières attaques. On pourrait caractériser cet autre modèle de jugement par la volonté de l’assemblée de conserver la maîtrise de la décision. Pour cela il ne peut être question d’accepter le rôle que Girard assigne à ses juges, rôle limité à la critique et à l’acceptation du projet faute de critique. Si les ingénieurs s’en tenaient à ce rôle, la décision ultime semblerait revenir à Girard, surtout s’il parvient (comme c’est le cas) à défendre assez bien son projet pour n’avoir aucune concession à faire. Si le projet adopté est celui de l’ingénieur, ses juges apparaissent impuissants, limités à un rôle de pure approbation – une chambre d’enregistrement. D’une manière ou d’une autre, les ingénieurs souhaitent que Girard admette ses erreurs. Le reproche ultime fait à Girard c’est « de ne douter de rien, de n’écouter personne, [et surtout] de ne jamais céder » (Gauthey, 1803, p. 25). Ils vont donc retourner la charge de la preuve et exiger de Girard qu’il fournisse un projet conforme à leurs attentes, qu’il modifie le sien jusqu’à ce qu’ils le trouvent acceptable18.

  • 19 Cette pratique semble même avoir été fréquente sous l’Ancien Régime (La Millière, 1790, pp. 82–83).
  • 20 Organisation du conseil des Ponts et Chaussées, an 4, Article 14, F14 – 11052.
  • 21 Bertrand, Projet de règlement sur le service général des Ponts et Chaussées, 4 février 1791, AN F14 (...)

16Pour préciser le sens de cette attente et comprendre l’étrangeté de la situation, il faut revenir au fonctionnement ordinaire de l’assemblée, tel qu’il apparaît à la lecture des registres de séance. Un projet est normalement pris en charge par l’inspecteur de l’arrondissement dont il dépend (ou par une commission dans les cas importants ou polémiques) pour qu’il en fasse un rapport. Ce rapporteur devient, de fait, l’avocat du projet devant l’assemblée. Dans le cas de l’Ourcq, Girard, en venant lui-même à l’assemblée, s’est fait le défenseur de son propre projet et crée ainsi une situation nouvelle. Certes, il arrive qu’on appelle un ingénieur à assister aux séances où l’on discute de son projet19. Mais il n’en est jamais l’avocat ! Sa présence permet d’obtenir des précisions sur les localités, d’éclairer les passages douteux du projet. L’ingénieur n’a normalement aucune intervention publique à faire ; on lui accorde, et même cela semble en pratique rarement le cas, le droit de répondre une fois.20 Dans un projet de règlement datant de la Révolution, l’inspecteur Bertrand acceptait la présence des ingénieurs en chef, « lorsqu’il ne s’agit ni de leur projet ni de leur cause personnelle » ; dans les cas contraires, il préférait qu’ils n’assistent pas aux séances21. La discussion n’appartient pas à l’ingénieur, elle doit se faire sans lui.

  • 22 Gauthey donne à cette situation inhabituelle une forme disciplinaire : les discussions « du C[itoye (...)

17La participation de Girard aux débats est donc un réel problème pour les ingénieurs : si Girard peut continuer à intervenir, il peut justifier toujours davantage son projet, et ne jamais laisser les ingénieurs procéder au jugement22. Mais s’il est problématique que Girard puisse participer et répondre, il l’est plus encore qu’il ne cède pas et qu’il prétende défendre son projet contre toutes les attaques. La correction des projets est un autre passage obligé. En effet, si les rapports sont le plus souvent adoptés par l’assemblée sans grande discussion, cela ne signifie pas que les projets ne doivent subir aucune modification. Bien au contraire, le rapport présente presque toujours des corrections. Le rapporteur n’est pas seulement l’avocat du projet, il en est aussi le critique : c’est lui qui identifie les points d’ombre du projet et propose les modifications qu’il juge souhaitables. En tant que spécialiste d’un territoire, il propose à ses collègues un champ de discussion délimité : il a relevé les éléments discutables du projet, que l’assemblée peut reprendre à son compte, modifier ou contester. Mais dans tous les cas, les projets adoptés le sont avec des modifications qui représentent le jugement de l’assemblée.

18L’attitude de l’assemblée consiste donc à adopter globalement des projets dont on a pu, au nom de l’assemblée, modifier divers éléments considérés comme problématiques. Il ne s’agit pas de dire que l’assemblée ne juge pas et qu’elle ne cherche qu’à imposer sa marque sur le projet de l’ingénieur par l’intermédiaire de modifications plus ou moins larges, mais son jugement coïncide toujours avec une telle inscription dans les projets. Dans le cas de l’affaire de l’Ourcq cependant, les commissaires se sont engagés d’emblée dans une critique si vive et globale du projet Girard, que les modifications reviennent à changer de projet. De ce point de vue, ils sortent eux aussi du fonctionnement ordinaire. Leur revendication principale – que Girard corrige ses erreurs – s’inspire donc de ce fonctionnement, mais le radicalise au point de le dénaturer : cela revient à réclamer de Girard qu’il renonce à son projet, donc à son initiative. Dans le modèle de jugement des ingénieurs, l’empreinte, la marque de l’assemblée prend une importance démesurée.

5. Collectivisation et personnalisation

19Les deux modèles de jugement développés par Girard et les commissaires supposent des conceptions différentes du rapport entre l’individu et le collectif. Si c’est un ingénieur isolé qui produit un projet, il est inimaginable (pour les ingénieurs de l’assemblée, mais pour Girard tout autant) qu’il porte seul la responsabilité de ses propositions : aux yeux du monde, le corps est seul responsable de ses réalisations. Cela légitime ce qu’on peut appeler une collectivisation du projet : il faut que, d’une manière ou d’une autre, le projet isolé de l’ingénieur devienne le projet du corps, de sorte que la responsabilité soit assumée par ceux qu’elle engage vraiment. Une telle collectivisation est à l’œuvre dans les deux modèles, mais là encore selon des modalités absolument différentes.

20Selon Girard, si les juges ont la charge de la critique, c’est que le projet proposé est a priori bon. Il vient d’ailleurs la première fois à l’assemblée pour « faire approuver » son projet. Il n’y a aucune raison pour que le projet de l’ingénieur ait un quelconque défaut : Girard est ingénieur des Ponts et Chaussées, formé à l’école puis sous les ordres d’autres ingénieurs, il a intégré des règles, une culture, qui doivent lui permettre de produire un projet recevable. Dans un tel modèle, la compétence (qu’on doit supposer acquise à chaque ingénieur) est centrale : elle garantit que le projet sera bon, conforme aux principes de l’art. Les juges n’ont alors qu’un rôle de vérificateur : ils doivent s’assurer qu’aucune erreur n’a échappée à l’ingénieur, ils doivent identifier les imperfections et montrer qu’elles requièrent correction. En l’absence d’erreur, le projet doit être validé. Dans ce modèle, l’ingénieur incarne en quelque sorte le corps, il incarne la compétence du corps qui l’a formé et lui a donné les outils qui sont les siens. La collectivisation ne s’opère donc pas par la vérification, mais est déjà acquise par la compétence et le talent de l’ingénieur. La vérification est certes nécessaire, mais elle ne remet pas en question le fait que le projet de l’ingénieur soit d’emblée le projet du corps. Elle ne met pas même en doute la compétence de l’ingénieur : elle ne se justifie que parce que l’erreur est humaine.

21Dans le modèle qu’ils opposent à Girard, ses collègues ne nient pas que l’ingénieur ait une certaine compétence, mais il est inconcevable que son projet puisse être bon indépendamment de l’examen de l’assemblée. L’ingénieur n’incarne donc pas ici des valeurs et des savoirs collectifs qui garantiraient que ses productions peuvent être assumées par le corps tout entier. À l’incarnation s’oppose en quelque sorte la délégation : la conception, les compétences, ne sont que prêtées à l’ingénieur le temps de son travail. Une fois le projet remis à l’assemblée, l’ingénieur doit idéalement disparaître et son projet n’être considéré que comme une sorte d’ébauche, que ses collègues, réunis en assemblée, peuvent retravailler collectivement. Dans ce modèle, le projet ne peut devenir collectif que par une intervention du corps : le projet final est construit et certifié collectivement, le corps peut porter la responsabilité, parce que tous ses membres (au moins symboliquement par l’intermédiaire d’un rapporteur ou d’une commission) ont participé à la constitution du projet.

  • 23 Voir la lettre de Girard au conseiller d’État du 27 nivôse an 11 (17 jan. 1803), AN F14 – 685, puis (...)

22L’échec de la collectivisation, dans le cas de l’Ourcq, est dénoncé dans chaque modèle comme relevant d’une personnalisation abusive. Dans la conception des ingénieurs, la personnalisation consiste à se soustraire à l’examen collectif, à essayer d’imposer un projet qui n’est que celui d’un individu : en repoussant systématiquement l’intervention de ses collègues, Girard les empêche de faire du projet une œuvre produite et donc validée collectivement. Mais Girard leur oppose un autre reproche de personnalisation : si les ingénieurs jugeant son projet refusent d’admettre qu’il est défendable, malgré les diverses critiques que Girard a su repousser, s’ils refusent d’adopter un projet auquel ils ne peuvent rien reprocher de solide, c’est le signe qu’ils ne jugent plus le projet mais l’homme. Leurs critiques n’auraient plus comme but de trouver une erreur dans le projet de l’ingénieur, mais de discréditer ce dernier, de l’écarter23. Si l’ingénieur incarne le corps, s’il est supposé compétent, l’erreur doit rester rare : il n’est pas plausible qu’un ingénieur si bien formé puisse se tromper tout à fait et aussi largement. Une remise en cause prolongée de son projet, ne peut alors être qu’une contestation de sa compétence, c’est-à-dire, symboliquement, de son appartenance au corps.

  • 24 Le terme est de Claude Perrault (Hahn, 1993, p. 35).

23La tension entre une nécessaire collectivisation et le danger d’une personnalisation rappelle les difficultés des débuts de l’Académie des sciences, au 17e siècle. Celle-ci s’était d’abord prononcée en faveur d’une publication anonyme et collective (Hahn, 1993, pp. 35–41 ; Licoppe, 1996, pp. 61–71). Il s’agissait pour cette institution de se garantir contre l’utilisation abusive par un de ses membres de son appartenance à la compagnie, qui aurait pu être interprétée par des lecteurs comme une approbation de ses travaux. Les académiciens estimaient que « l’infirmité humaine ne permet point que l’homme seul ne se trompe quelquefois ». La constitution du savoir de manière collective devait précisément en garantir le caractère « irrépréhensible »24. Pour « préserver la pureté de la réputation de la compagnie », les auteurs ne devaient donc pas publier sous leur propre nom : « c’était comme si l’appellation d’“Académicien” appartenait au groupe constitué plutôt qu’à l’individu ». Le travail d’un savant devenait collectif au cours des débats qui l’établissaient en savoir certifié. Ainsi conçue, l’activité de l’Académie s’est heurtée au désir des savants d’être reconnus comme véritables auteurs de leurs travaux, comme ayant la priorité sur une découverte. La tension entre la collectivisation et les intérêts personnels des savants a amené l’Académie à renoncer, à partir de 1688, à son idéal d’activité collective et à autoriser les auteurs à publier sous leur propre nom, à condition que leurs travaux aient été examinés. Une déclaration explicite d’approbation devait figurer dans les ouvrages, garantissant ainsi la réputation de l’Académie. En opérant ce retournement, l’Académie abandonnait l’idée de recherches communes, pour se limiter à un rôle de juge des productions individuelles, qu’elle estimait ou non « digne de publication ».

  • 25 Ma problématique se rapproche de celle de l’auctorialité scientifique plus généralement (voir par e (...)

24La similarité est frappante avec ce qui se passe à l’assemblée des Ponts et Chaussées : même problématique autour de la réputation ou de la responsabilité, même question de séparation (ou non) de la production et du jugement. Ce qui apparaît aussi dans cet exemple de l’Académie, c’est que la certification d’un savoir passant par une collectivisation, par une dépersonnalisation, entraîne une redéfinition de la propriété de ce savoir. La collectivisation des ingénieurs des Ponts et Chaussées va se trouver en tension avec des exigences de propriété de même nature que celles de ces savants du 17e siècle : l’ingénieur voudra lui aussi conserver la gloire, les bénéfices de son projet, de son travail25.

6. Propriété du travail

25Ces questions de collectivisation et de personnalisation sont liées à la nature ambiguë du travail des ingénieurs : il est le leur et n’est pourtant jamais seulement le leur. C’est une chose collective, en plusieurs sens : d’une part, le corps participe concrètement au travail de l’ingénieur, s’implique dans les projets, d’autre part, ce travail n’est exécuté qu’au nom du corps et ultimement au nom de l’État. Au-delà de l’ingénieur, c’est le corps et l’État qui construisent. Cette nature collective du travail de l’ingénieur est au cœur d’un conflit permanent pour les ingénieurs et une source de souffrance importante : ils ne peuvent accepter que leur travail se dissolve entièrement dans un anonymat collectif. En défendant son droit à l’initiative, Girard défend donc aussi un lien entre lui et son projet, qui lui permettrait de le qualifier comme sien.

  • 26 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 10 juillet 1817, AN F14 – 2152.
  • 27 Cette idée de sacrifice revient souvent (voir par exemple la séance de l’assemblée du 22 nivôse an (...)
  • 28 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 10 juillet 1817, AN F14 – 2152. La plupart des ouvr (...)

26Les ingénieurs soulignent volontiers qu’ils « ont consacré leur vie au service de l’État dans des travaux utiles »26, décrivent souvent leur travail comme un dévouement à la cause publique, un « sacrifice », généreusement consenti mais qui réclame reconnaissance27. Celle-ci se concrétise en partie dans des promotions, des récompenses, des félicitations, auxquelles le régime napoléonien donnera un développement important (Petot, 1958, pp. 432–433), mais elle passe surtout par la réputation ou la célébrité. Le nom de l’ingénieur est l’objet d’une constante attention : chacun souhaite attacher son nom à quelque chose, comme une preuve (matérielle et définitive) de sa valeur. Les ingénieurs réclament la paternité de leurs projets ou de leurs innovations, et l’utilisent pour soutenir leur réputation. Pour Girard, le nom concentre tout le sens de son activité : jusqu’à la fin de sa vie, il ne cessera de lutter pour « laisser [s]on nom honorablement attaché au succès d’une grande entreprise », son canal, surtout à partir de la Restauration, où ayant perdu son appui politique, il perd aussi la direction du canal, et voit ses successeurs modifier ses plans mais surtout tenter de le priver de sa paternité28.

  • 29 Exemple typique dans le cadre de l’affaire de l’Ourcq : l’inspecteur Gauthey essaye de qualifier co (...)
  • 30 La plupart du temps, les supérieurs ne laissent aucune place à leurs subordonnés dans leurs projets (...)

27L’ambition, la volonté d’attacher son nom à son travail est plus ou moins favorisée ou contrariée par les rapports hiérarchiques. Les inspecteurs cherchent souvent à se réapproprier le travail des ingénieurs en chef, à qualifier comme les leurs des projets avec lesquels ils n’ont qu’un vague lien, mais les ingénieurs en chef l’emportent le plus souvent lorsqu’on en vient à se disputer la paternité, parce que bien qu’inférieurs hiérarchiquement, ils ne travaillent pas directement pour les inspecteurs29. Toute autre est la situation de ceux qui travaillent sous les ordres des ingénieurs en chef, ingénieurs ordinaires, élèves, conducteurs, personnels de bureau. Ces personnages de l’ombre apparaissent rarement dans les débats, et au-delà des attributions réglementaires, il est souvent difficile de distinguer ce qui est effectivement réalisé par chacun30. Il est évident que ces subordonnés travaillent au projet de leurs supérieurs et que leur travail ne saurait leur appartenir : seul l’ingénieur en chef a un droit sur son projet. Lui seul conçoit et réalise : il incarne le travail de tous ceux qui travaillent pour (et sous) lui. Faire et faire faire est une seule et même chose.

28L’ambition de donner son nom à son ouvrage est commune à tous les ingénieurs. Ce n’est pas seulement un effort constant d’ingénieurs soucieux qu’on se souvienne d’eux, ou une mise en valeur de réalisations passées pour protester contre une sanction, c’est aussi une pratique ordinaire dans le travail quotidien. On se réfère aux travaux passés (pour faire et discuter les projets) par la mémoire des personnes. Lorsqu’on évoque un projet, même modeste, c’est toujours par le nom de son auteur. Dans les cas plus prestigieux, comme le projet de l’Yvette par Perronet ou le canal du midi par Riquet, il est presque inconcevable de citer le projet sans introduire un qualificatif élogieux des ingénieurs qui y ont travaillé. On révère les grands noms, les grands ingénieurs du passé, dans leurs ouvrages, et pour les plus célèbres, on publie même un catalogue de leurs projets (Perronet, 1788 ; Gauthey, 1809 et Gauthey, 1816).

  • 31 C’est un peu le cas de Girard, dont la publication des œuvres, interrompue à sa mort, est prise en (...)

29La propriété du travail de l’ingénieur est donc d’une certaine manière évidente : les concepteurs sont associés à leurs créations et valorisés en fonction de celles-ci. Mais il faut souligner que, le plus souvent, les projets ne deviennent vraiment exemplaires et leurs auteurs des références qu’à la mort de ceux-ci. L’éloge est un genre funèbre ou historique chez les ingénieurs des Ponts et Chaussées, et les œuvres les plus controversées peuvent avoir la chance de se trouver réhabilitées et transparentes à la mort de l’auteur31. Si la mort arrange bien des choses, c’est qu’elle facilite la réappropriation collective des ouvrages : il est plus facile de louer un auteur pour ses succès lorsqu’il ne risque plus d’en tirer un quelconque profit personnel. Du point de vue du corps, en effet, le succès de l’ouvrage doit retomber sur le corps, il doit être collectif : l’ingénieur mort peut sans danger être valorisé pour son œuvre, puisque n’étant plus, il ne fait que représenter le corps, il n’est vraiment glorifié que comme membre du corps et non pas pour lui-même.

7. Intégration

  • 32 L’ingénieur peut recevoir une « indemnité » calculée à l’ouvrage seulement lorsqu’il s’occupe de tr (...)

30L’ambition de l’ingénieur d’attacher son nom à une activité, et surtout à un ouvrage, est légitime et avouable, mais elle est néanmoins plus ou moins mal tolérée par le corps. La propriété du travail, entendue en ce sens, est en effet en tension avec une dimension intégrative du corps, qui voit un danger dans toute autonomie de l’ingénieur. L’ingénieur ne peut exister comme individu dans le corps que dans une mesure limitée et tout est fait pour l’intégrer constamment, pour que sa personne et son activité soient toujours une partie inséparable d’un tout qui le dépasse, la métaphore la plus fréquente de cette conception holiste étant celle de la famille. Les moyens de ce programme sont bien connus, puisque la plupart des historiens des Ponts et Chaussées et plus généralement des analystes des grands corps, ont concentré leurs études sur cette dimension très intégrative des corps. Les efforts d’intégration sont d’abord concentrés sur l’école, mais ils ne se relâchent pas par la suite. Tout est fait pour limiter l’individualisation excessive de l’ingénieur et lui rappeler la nature collective de son travail. Le salaire en est un bon exemple : contrairement aux architectes, dont la paternité est renforcée par une rémunération proportionnelle à l’ouvrage (paternité reconnue même en l’absence d’exécution matérielle, comme le montre l’existence d’une « indemnité de non-exécution »), l’ingénieur perçoit un salaire selon son grade, il n’est pas rémunéré pour un ouvrage particulier, mais pour sa participation au travail du corps32. Pour intégrer l’ingénieur, on le place surtout dans un rapport de constante subordination, on le soumet à une stricte discipline, qui doit lui rappeler qu’il n’est qu’un rouage, un instrument, un exécutant : on attend de lui l’obéissance, le respect de la hiérarchie et des formes consacrées, mais on contrôle aussi en permanence son activité, on examine et on corrige ses projets, on surveille ses comptes, etc. (Picon, 1992, pp. 139–144 ; Petot, 1958, pp. 424–435). Comme Gauthey le résume, l’ingénieur doit être « surveillé », « examiné » et « inspecté » (Gauthey, 1803, p. 28).

31Dans un tel univers, le cas Girard n’est donc pas conçu comme une petite affaire disciplinaire sans grande conséquence. Nombre de ses collègues le considèrent au contraire comme une véritable menace pour le corps, une menace qu’on peut décliner de trois manières. Tout d’abord, Girard est un mauvais exemple qui met en danger le fonctionnement du corps :

« Cet exemple est certainement des plus dangereux, et le corps entier des Ponts et Chaussées est très intéressé à ce que l’ingénieur qui s’est rendu coupable, soit fortement réprimé. » (Gauthey, 1803, p. 33)

32Si l’on est indulgent avec Girard, « qui pourrait empêcher » que d’autres ingénieurs suivent son exemple. Un effritement de l’autorité rendrait tout jugement impossible :

« Si les commissaires chargés d’examiner les projets des ingénieurs sont obligés de soutenir des procès aussi violents, qui est-ce qui voudra accepter de pareilles commissions, et quel est l’inspecteur-général qui pourrait jamais inspecter les projets d’un ingénieur qui se comporterait comme le C. Girard ? » (Gauthey, 1803, p. 35).

33L’examinateur ne devrait pas avoir à soutenir la réplique de l’examiné. Les nombreuses remarques d’ingénieurs s’indignant des discussions « inutiles » de l’affaire de l’Ourcq sont assez significatives : toute discussion court le risque de désorganiser le cadre disciplinaire par lequel le corps tient comme unité, de créer une situation scandaleuse où chacun pourrait faire ce qu’il entend.

34Mais le comportement de Girard menace aussi la légitimité du corps comme expert exclusif en matière de travaux publics. S’il est impensable pour ces ingénieurs qu’un projet non validé collectivement puisse être un bon projet, un succès, c’est que ce serait reconnaître la possibilité d’autres types d’expertise en dehors du corps. Si un ingénieur isolé peut faire un bon projet, indépendamment d’un contrôle par le corps, c’est que le corps n’a pas lieu d’être : il suffirait de se reposer sur le talent de tel ou tel ingénieur, comme le proposaient d’ailleurs sous la Révolution ceux des Constituants qui souhaitaient la suppression du corps. L’autonomisation d’un ingénieur menace le corps plus directement par l’image qu’on donne à l’extérieur de la division : si le corps est divisé, s’il discute, il montre qu’il n’est pas sûr de ses choix, il laisse entendre qu’il y d’autres voix possibles que la sienne et donne donc prise à l’extérieur.

  • 33 Séance de l’assemblée du 7 floréal an 11 (27 avril 1803), AN F14* – 10911.

35Les insubordinations de Girard menacent enfin une certaine rhétorique du bien public. Ce qui est ultimement en jeu dans l’intégration, c’est que l’ingénieur travaille pour une cause qui le dépasse, le bien public, l’État, et cela suppose un certain effacement de soi qui seul peut manifester qu’on se dévoue à cette cause. C’est cet aspect que le conseiller d’État va finalement mettre en valeur pour forcer Girard à faire des concessions : à l’insistance de Girard sur son initiative, sur le respect de sa paternité, le conseiller répond ainsi diplomatiquement, « qu’il n’entend prendre sur les droits d’amour-propre de personne, mais qu’il faut s’occuper de la chose »33. En qualifiant d’amour-propre l’attitude défensive de Girard, le conseiller active une opposition classique chez ces ingénieurs : l’amour-propre de l’ingénieur est toujours suspect, il pourrait lui faire préférer sa gloire personnelle, sa célébrité, au bien public. Si celles-là sont légitimes et si le corps consent à leur accorder une certaine place, c’est l’intérêt général qui doit être favorisé. Il faut sacrifier l’amour-propre d’ingénieur, son droit à l’initiative, parce qu’il en oublie le bien collectif, les impératifs de bien public, desquels le corps tire sa légitimité.

8. Une économie morale

36L’affrontement entre Girard et ses collègues à l’assemblée permet de dégager une image de ce qu’est l’économie morale du corps des Ponts et Chaussées autour de 1800. Girard est certainement celui qui entame (au moins ouvertement) les hostilités, en présentant lui-même son projet, en refusant de communiquer sa documentation et en cherchant explicitement à éviter un examen approfondi de son projet. En ce sens, on pourrait avoir tendance à voir dans l’argumentation des ingénieurs le régime ordinaire du corps et considérer celle de Girard comme une excentricité, défendue avec vigueur, mais étrangère aux Ponts et Chaussées. Ce serait ne pas prendre en compte la radicalité avec laquelle les ingénieurs répondent à Girard, la contre-offensive qu’ils lancent contre lui, et qui vise explicitement à faire abandonner le projet, voire à se débarrasser de l’ingénieur. Comportement tout aussi peu diplomatique, qui va donner à Girard la matière pour sa défense. Il reste d’ailleurs incertain si les ingénieurs n’en arrivent à leurs accusations qu’en réaction aux premières provocations de Girard, ou si celui-ci n’adopte son attitude hors norme que convaincu que ses collègues lui sont déjà hostiles et que le respect des civilités ne peut conduire qu’à son éviction. Quoi qu’il en soit, en réagissant aussi fortement, les ingénieurs symétrisent la situation.

37On peut donc proposer une autre lecture de cet affrontement entre Girard et ses collègues. La ligne argumentative que chacun développe est manifestement recevable, puisque les deux partis admettent la pertinence des principes invoqués, même s’ils en contestent le champ d’application. Les ingénieurs, par exemple, reconnaissent le principe de l’initiative, tout en soutenant que Girard en abuse. Cette opposition entre deux logiques argumentatives contraires, mais partiellement partagées, peut être interprétée comme l’éclatement de ce qui, dans une situation ordinaire de jugement, est tenu ensemble : d’une part, une dimension intégrative, autoritaire, d’autre part, une aspiration à la propriété individuelle du travail, à la gloire. On peut alors renouer les deux logiques pour proposer une image de ce qui me semble être l’économie morale dans laquelle les ingénieurs procèdent à l’examen des projets et à leur validation collective.

38L’ingénieur doit être considéré par ses collègues comme incarnant les valeurs du corps, de sorte que sa compétence ne puisse pas être profondément remise en cause. L’examen se présente donc bien comme une vérification, les erreurs y étant rares et attribuées à l’imperfection générale de l’être humain. Mais, dans un même mouvement, cet examen permet d’imposer une marque : il faut corriger l’ingénieur pour parvenir à une collectivisation effective, pour que le corps tout entier puisse assumer la responsabilité d’un ouvrage dont la conception va rester très largement individuelle, et il faut donc que l’ingénieur se laisse amender, accepte l’empreinte collective. Ceci n’est d’ailleurs pas problématique, en général, puisque les ingénieurs de province sont dans une situation de grande dépendance par rapport à l’assemblée et en particulier à l’inspecteur général de leur arrondissement.

39L’initiative individuelle de l’ingénieur est largement confirmée, lui laissant ainsi la propriété de son travail, mais l’approbation du projet comme bon, raisonnable, dont le corps peut porter la responsabilité, passe par une appropriation collective. Les ingénieurs parviennent ainsi à produire un hybride : un projet, qui appartient d’abord à son concepteur, mais à travers lui, au corps tout entier. La certification collective permet de faire coïncider l’amour-propre de l’ingénieur avec le bien commun (c’est-à-dire essentiellement le bien du corps, et auxiliairement le bien public, le bien de l’État) : en faisant que la gloire personnelle devienne une gloire collective, on évite que l’ingénieur porte seul la responsabilité de l’action et les fruits du succès. La collectivisation doit donc permettre à la fois la reconnaissance de la grandeur de l’ingénieur, de ses qualités individuelles, et son intégration dans le corps.

40La procédure d’examen des projets dans les Ponts et Chaussées est donc une forme de civilité : les ingénieurs doivent, de part et d’autre, adopter des comportements, qui rendent seuls possible l’équilibre que l’on vient de décrire. L’ingénieur en particulier doit montrer une certaine soumission à l’assemblée, en échange de laquelle son initiative et son projet seront reconnus, son appartenance et sa valeur dans le corps grandies. Il doit se laisser corriger, céder, pour montrer qu’il accepte le caractère organiquement supérieur du collectif sur l’individu, et à ce prix obtenir en tant qu’individu une certaine autonomie et reconnaissance. C’est à cette civilité que Girard refuse de se plier, entraînant une réaction symétrique de l’assemblée.

9. Conclusion

41Les divergences entre Girard et l’assemblée s’étant creusées, le conseiller voyant que l’affaire ne pourra plus être réglée dans le cadre ordinaire de l’assemblée, il met fin aux débats le 7 floréal an 11 (27 avril 1803) et essaie par la suite plusieurs procédures atypiques (consultations d’ingénieurs, commissions ad hoc) pour parvenir à une décision. S’opposant à ses collègues sur de très nombreux sujets techniques (qualité de l’eau, tracé, navigation, suspension du canal sur des coteaux escarpés, etc.), Girard parvient toujours à nouveau à faire entendre sa voix, jusqu’au début de 1805, où ingénieurs et administrateurs semblent décidés à passer outre ses protestations. S’adressant alors directement à l’empereur, Girard obtiendra d’être entendu contradictoirement avec ses collègues, le 17 ventôse an 13 (8 mars 1805), dans une conférence où l’empereur tranchera largement en sa faveur.

42En examinant le fonctionnement du corps des Ponts et Chaussées autour de 1800, cet article a pu montrer comment, par quelle économie morale, se résolvait dans la pratique la tension entre une forte individualisation de ses membres (liée en particulier à une activité de création) et une conception très holiste du corps. En conclusion, je voudrais montrer comment cette tension propre aux relations entre individu et collectif au sein des corps d’État, permet aussi de comprendre plus finement ce que sont les corps dans leurs relations à l’État.

43On peut pour cela repartir de la métaphore corporelle. Dans une société de corps, il n’y a pas à proprement parler d’individus ayant une existence propre, il n’y a que des membres, définis entièrement par leur appartenance, leur participation, leur fonction dans le corps. Ces membres sont littéralement passifs, c’est-à-dire que toute leur action n’est que l’exécution d’une volonté qui vient d’ailleurs. Dans la métaphore corporelle, il n’y a qu’un unique agent, la tête, qui seule est capable d’intelligence, quant les membres en sont dépourvus. Comme on a pu le voir dans cet article, cette métaphore ne rend en rien compte du fonctionnement réel des grands corps – où l’individualité des membres a de fait un rôle important – mais elle n’en est pas moins cruciale pour les comprendre, parce qu’elle est une norme incontournable, constamment assumée et répétée par les membres de ces corps. Au cœur de cette idée de corps, il y a la question de l’activité et de la passivité : qui agit, qui est l’agent ? Si cette question est centrale dans les grands corps d’État, c’est que leurs membres sont toujours censés agir au nom de quelque chose de plus grand qu’eux, le corps et ultimement l’État. Si on reprend l’exemple des Ponts et Chaussées au tournant des années 1800, l’ingénieur n’a pas vocation à agir par et pour lui-même, il remplit une fonction, il participe à la tâche collective confiée à l’administration technique. On attend de l’ingénieur qu’il se présente comme un exécutant, un instrument sans aucune légitimité propre. Mais il existe une autre manière de répondre à cette question : l’ingénieur peut prétendre incarner le corps, être par sa compétence en mesure d’agir de lui-même au nom du corps. Dans la plupart des cas, l’action individuelle de l’ingénieur coïncide avec l’action du corps, de sorte qu’on ne cherche pas à distinguer les deux sens possibles de l’action.

  • 34 Le régime a en particulier intégré un nombre toujours croissant d’administrateur proches du pouvoir (...)

44Ce qui est très remarquable, c’est qu’on retrouve une articulation très similaire (incarnation/délégation) entre le corps et l’État. Comme l’ingénieur doit prétendre n’agir qu’au nom du corps, le corps est censé n’agir qu’au nom de l’État, et cette activité passive se traduit par une tension similaire à celle qui oppose l’ingénieur au corps : les ingénieurs cherchent tout à la fois à se présenter comme des exécutants fidèles et transparents des ordres du pouvoir, tout en cherchant de fait à conserver le plus grand contrôle possible sur l’action. Le corps comme simple instrument du pouvoir, que celui-ci pourrait réformer ou supprimer à sa guise, est un thème récurrent de ces ingénieurs du début du 19e siècle. Mais il est en constante tension avec l’affirmation d’une certaine autonomie du corps, justifiée par une certaine compétence technique, un certain rôle dans l’État : le pouvoir n’est pas expert dans les choses de la technique, il doit donc confier les décisions à des spécialistes ; si ceux-ci sont extérieurs à l’État, ils auront des intérêts privés ou seront influencés ; seuls des experts appartenant à l’État peuvent garantir des décisions conforme aux intérêts de l’État. Avec des raisonnements de ce genre les ingénieurs des Ponts et Chaussées se sont posés comme incarnant l’État dans les travaux publics. Cela est particulièrement manifeste dans les premières années du régime napoléonien, pendant lesquelles les ingénieurs n’hésitent pas à parfois rejeter au nom du bien de l’État des décisions politiques. Le pouvoir napoléonien, qui a d’abord participé à l’émergence d’une telle autonomie avec une conception très rationaliste des décisions techniques, a dès l’Empire réagit plus fermement et cherché à contrôler le plus possible l’action des ingénieurs34.

45Cette tension entre incarnation et délégation au cœur de l’État est une autre manière de formuler la tension relevée par Rosanvallon (1990, pp. 82–84) entre l’État comme puissance publique, pouvoir politique, qui conçoit l’administration comme une exécutrice sans légitimité propre, et l’État service public, l’État comme fonction que remplit un appareil administratif agissant dans la continuité. Dans le processus historique qui va voir grandir la part du service public dans l’État, les corps techniques ont eu une place importante. Non seulement ils sont parmi les premières administrations à être stabilisés au sein de l’État, mais ils sont certainement les premiers à prétendre incarner l’État, à prétendre être l’État pour certaines tâches techniques.

Haut de page

Bibliographie

Alder, K., 1999. French Engineers Become Professionnals; or How Meritocracy Made Knowledge Objective. In: Clark, W., Golinski, J., Schaffer, s. (Eds.), The sciences in enlightened Europe. The university of Chicago Press, Chicago & Londres, pp. 94–125.

Belhoste, B., 2006. La formation d’une technocratie – L’École polytechnique et ses élèves de la Révolution au Second Empire. Belin, Paris.

Bourdieu, P., 1989. La noblesse d’État – Grandes écoles et esprit de corps. Les éditions de Minuit, Paris.

Chateauraynaud, F., 1991. La faute professionnelle – Une sociologie des conflits de responsabilité. Métailié, Paris.

Gauthey, E.‑M., 1803. Lettre au préfet du département de la Seine au sujet des travaux de la dérivation du canal de l’Ourcq. Perronneau, Paris.

Gauthey, E.‑M., 1809. Traité de la construction des ponts. Firmin-Didot, Paris.

Gauthey, E.‑M., 1816. Mémoires sur les canaux de navigation, et particulièrement sur le canal du centre, autrefois canal du Charolais. Firmin-Didot, Paris.

Girard, P.‑S., 1803. Rapport de l’ingénieur en chef du canal de l’Ourcq à l’assemblée des Ponts et Chaussées, 4 prairial an 11. Imprimerie des Arts et Manufactures, Paris.

Girard, P.‑S., 1831. Mémoires sur le canal de l’Ourcq. Carilian-Gœury, Paris.

Graber, F., 2004. La délibération technique – Disputes d’ingénieurs des Ponts et Chaussées sous le Consulat – L’affaire du canal de l’Ourcq. Thèse de l’École des hautes études en sciences sociales.

Graber, F., À paraître (fin 2007). Obvious Decisions: Decision making among Ponts-et-Chaussées engineers around 1800. Social Studies of Science.

Hahn, R., 1993. L’anatomie d’une institution scientifique – L’Académie des Sciences de Paris, 1666–1803. Éditions des Archives contemporaines, Paris.

Kessler, M.C., 1986. Les grands corps de l’État. Presses de la fondation nationale des Sciences politiques, Paris.

La Millière, 1790. Mémoire sur le département des Ponts et Chaussées. Imprimerie Royale, Paris.

Licoppe, Ch., 1996. La formation de la pratique scientifique – Le discours de l’expérience en France et en Angleterre (1630–1820). La Découverte, Paris.

Perronet, J.‑R., 1788. Description des projets et de la construction des ponts. Didot, Paris.

Petot, J., 1958. Histoire de l’administration des Ponts et Chaussées, 1599–1815. Marcel Rivière, Paris.

Picon, A., 1992. L’invention de l’ingénieur moderne – L’école des Ponts et Chaussées, 1747–1851. Presses de l’école nationale des Ponts et Chaussées, Paris.

Pontille, D., 2004. La signature scientifique – Une sociologie pragmatique de l’attribution. CNRS éditions, Paris.

Rosanvallon, P., 1990. L’État en France de 1789 à nos jours. Seuil, Paris.

Shapin, S., 1994. A Social History of Truth. University of Chicago Press, Chicago.

Taton, R., 1964. Enseignement et diffusion des sciences en France au xviiie siècle. Hermann, Paris.

Haut de page

Notes

1 L’école des Ponts et Chaussées en 1747, l’école du Génie de Mézière en 1748. Voir Picon (1992) et Taton (1964). Sur la création de l’école polytechnique et ses conséquences, voir entre autres Belhoste (2006).

2 Voir, par exemple, Kessler (1986) ou Bourdieu (1989). Alder (1999) souligne la différence entre le principe méritocratique et le monde des ordres d’Ancien Régime, et permet de nuancer la métaphore bourdieusienne de « noblesse d’État » pour parler des corps.

3 Sur les Ponts et Chaussées en général, voir Petot (1958), Picon (1992) et Graber (2004).

4 Jusqu’à la Révolution, le corps est aussi dirigé par un premier ingénieur, ayant autorité sur tous et dirigeant l’école. Incarnée par Jean-Rodolphe Perronet (1708–1794), cette fonction disparaît à la mort de ce dernier.

5 La Révolution va en fait perturber momentanément ce fonctionnement en introduisant un nouveau mode de décision collectif, le vote, à l’encontre de la procédure consensuelle ordinairement utilisée (Graber, 2004, pp. 31–89).

6 Sur les projets de canal de l’Ourcq et l’affaire qui se développe sous le Consulat à ce sujet, voir Graber (2004).

7 Les ouvriers ont une grande importance dans cette précipitation, car le chantier du canal doit aussi servir d’atelier de charité, surtout pendant les mois d’hiver.

8 L’émergence de ce conflit entre l’assemblée et Girard n’est pas seulement liée au comportement de ce dernier : les ingénieurs ont manifestement une réaction de défense face aux interventions multiples du pouvoir dans leurs affaires courantes.

9 Séance de l’assemblée du 6 pluviôse an 11 (25 jan. 1803), Archives Nationales (AN) F14* – 10911.

10 Prony, Observations du directeur de l’école des Ponts et Chaussées sur les discussions relatives au Canal de l’Ourcq, qui ont été soumises à l’assemblée des Ponts et Chaussées, 18 messidor an 11 (7 juil. 1803), Manuscrit de la Bibliothèque historique de la ville de Paris (Mbhvp) 1177.

11 On peut remarquer qu’un tel modèle n’est pas propre à Girard. Les ingénieurs développent des idées tout à fait similaires lorsqu’ils discutent de leurs modes de décision : leur préférence va à un mode consensuel, où le projet est adopté lorsqu’il n’y a plus d’objections (Graber, À paraître).

12 Ces ingénieurs des Ponts et Chaussées de 1800 ne font ordinairement pas intervenir d’alternatives dans l’examen des projets : un projet peut être modifié ponctuellement, mais n’est généralement pas comparé globalement à un autre (Graber, 2004, pp. 567–601).

13 Séance de l’assemblée du 4 ventôse an 11 (23 fév. 1803), AN F14* – 10911.

14 Dans l’affaire du canal de l’Ourcq, on trouve un grand nombre de ces récits concurrents, qui visent à fixer le rôle de chacun, en particulier la priorité sur le projet, et par conséquent rendre intelligibles les débordements ou infractions dont d’autres ingénieurs se sont rendus coupables. L’importance d’une telle activité « historique », d’une telle mise en récit des événements qui posent problème et de la redéfinition du statut des personnes qu’on y opère, est caractéristique d’un travail d’imputation de responsabilité (Chateauraynaud, 1991).

15 Besnard, Notice préliminaire pour être lue à la commission, AN F14 – 685.

16 Séance de l’assemblée du 5 ventôse an 11 (24 fév. 1803), AN F14* – 10911.

17 Il faut noter, qu’en réalité il n’existe pas de projet pour l’Ourcq assez avancé pour être exécuté. Les travaux de Bruyère, régulièrement évoqués, ou leur reprise par Gauthey, sont une étude préparatoire pour un canal de la Beuvronne, une idée que plusieurs ingénieurs préfèrent au canal de l’Ourcq ordonné par Bonaparte.

18 Ce retournement de la charge de la preuve est très manifeste dans un épisode du désaccord sur les calculs de terrasses : les commissaires s’étant trompés dans une de leurs évaluations et donc de leur critiques du projet Girard, le rapporteur retourne le problème en déclarant que leur erreur n’a aucune importance dans le débat, parce que « l’ingénieur n’a pas justifié son tracé ». Séance de l’assemblée du 4 ventôse an 11 (23 fév. 1803), AN F14* – 10911.

19 Cette pratique semble même avoir été fréquente sous l’Ancien Régime (La Millière, 1790, pp. 82–83).

20 Organisation du conseil des Ponts et Chaussées, an 4, Article 14, F14 – 11052.

21 Bertrand, Projet de règlement sur le service général des Ponts et Chaussées, 4 février 1791, AN F14 – 11052.

22 Gauthey donne à cette situation inhabituelle une forme disciplinaire : les discussions « du C[itoyen] Girard ne tendent qu’à gagner du temps et consolider son système ». Girard chercherait à faire durer pour trouver de meilleurs arguments et ainsi se défendre à l’infini. Séance de l’assemblée du 7 floréal an 11 (27 avril 1803), AN F14* – 10911.

23 Voir la lettre de Girard au conseiller d’État du 27 nivôse an 11 (17 jan. 1803), AN F14 – 685, puis la séance de l’assemblée du 7 floréal an 11 (27 avril 1803), AN F14* – 10911.

24 Le terme est de Claude Perrault (Hahn, 1993, p. 35).

25 Ma problématique se rapproche de celle de l’auctorialité scientifique plus généralement (voir par exemple David Pontille, 2004) par bien des aspects comme l’articulation entre évaluation, réputation et responsabilité. Elle s’en distingue cependant, parce que le collectif tel qu’il apparaît dans le cas des Ponts et Chaussées en 1800 comme dans celui de la première Académie des sciences, n’est pas conçu comme composé d’individus entre lesquels il conviendrait de distribuer une auctorialité, mais comme un ensemble anonyme face auquel l’individu cherche à se poser comme membre indifférencié et auteur à la fois.

26 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 10 juillet 1817, AN F14 – 2152.

27 Cette idée de sacrifice revient souvent (voir par exemple la séance de l’assemblée du 22 nivôse an 11 (12 jan. 1803), AN F14* – 10911.) Il faut prendre la mesure de ce dévouement : l’ingénieur reste en toute circonstance un membre du corps et doit faire honneur à cette appartenance, ce qui suppose de nombreuses contraintes de comportement, de fréquentations. (Picon, 1992, pp. 141–142).

28 Lettre de Girard au ministre de l’intérieur, le 10 juillet 1817, AN F14 – 2152. La plupart des ouvrages sur les canaux parus sous la Restauration ignorent le nom de Girard, et celui-ci répond à cet effacement en développant une importante production littéraire dont le but est d’abord de réhabiliter ses actes, de revaloriser son projet, l’homme tenant ici tout entier dans son œuvre (voir en particulier Girard, 1831).

29 Exemple typique dans le cadre de l’affaire de l’Ourcq : l’inspecteur Gauthey essaye de qualifier comme sien le travail de l’ingénieur en chef Bruyère, sous prétexte qu’il avait d’abord été chargé des opérations en question, mais Bruyère parvient à imposer sa paternité.

30 La plupart du temps, les supérieurs ne laissent aucune place à leurs subordonnés dans leurs projets, rapports et interventions, ils en font de parfaits « techniciens invisibles » (Shapin, 1994). Lorsqu’au contraire on les évoque, on ne les loue que pour leurs qualités d’exécutants subordonnés, leur efficacité, leur obéissance, leur dévouement.

31 C’est un peu le cas de Girard, dont la publication des œuvres, interrompue à sa mort, est prise en charge par un membre du conseil des Ponts et Chaussées.

32 L’ingénieur peut recevoir une « indemnité » calculée à l’ouvrage seulement lorsqu’il s’occupe de travaux extérieurs aux Ponts et Chaussées, en particulier comme architecte (Petot, 1958, p. 179).

33 Séance de l’assemblée du 7 floréal an 11 (27 avril 1803), AN F14* – 10911.

34 Le régime a en particulier intégré un nombre toujours croissant d’administrateur proches du pouvoir, en particulier des auditeurs, dans les organes de décisions comme l’assemblée des Ponts et Chaussées. Sur ces rapports entre le corps des Ponts et Chaussées et l’État, voir Graber (2004, pp. 135–198).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Graber, « Le nom et le corps. Personnalisation et collectivisation du travail chez les ingénieurs des Ponts et Chaussées autour de 1800 », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 479-495.

Référence électronique

Frédéric Graber, « Le nom et le corps. Personnalisation et collectivisation du travail chez les ingénieurs des Ponts et Chaussées autour de 1800 », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/22913 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.22913

Haut de page

Auteur

Frédéric Graber

Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, Boltzmannstr. 22, D - 14195 Berlin, Allemagne
fgraber[at]mpiwg-berlin.mpg.de

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search