Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 4Notes critiquesLes émeutes urbaines de l’automne...

Notes critiques

Les émeutes urbaines de l’automne 2005 : cadres d’analyse et points aveugles de la sociologie française

The autumn 2005 riots in French suburbs: The analytical framework and blind spots in French sociology
Frédéric Ocqueteau
p. 531-543

Résumés

L’interprétation sociologique des événements de l’automne 2005 dans les banlieues françaises a fait l’objet de commentaires abondants. Cette note critique s’efforce d’en faire apparaître les interprétations les plus originales, en les situant dans l’implicite des paradigmes mobilisés par des auteurs « compréhensifs », soucieux d’apporter du sens aux acteurs qui en auraient été dépourvus. On observe par contraste un déficit criant d’analyses sur la gestion globale de la crise en ses diverses manifestations locales, comme si les divers acteurs de sa régulation n’avaient pas été spontanément perçus comme des objets et des sujets sociologiques tout aussi légitimes. Néanmoins, d’intéressantes monographies, plus sensibles aux interactions ayant lié les divers protagonistes en présence, commencent à combler ce retard.

Haut de page

Texte intégral

1L’année 2006 a produit un afflux considérable d’ouvrages et de dossiers revenant sur l’interprétation des événements politiques et sociaux des mois d’octobre et novembre 2005, comme si le recul d’une année avait été nécessaire aux sociologues français pour prendre un peu de distance avec les interprétations qu’ils émirent sur le moment. Quinze mois plus tard, on recense une bonne vingtaine d’ouvrages individuels ou dossiers collectifs sur « l’émeute de novembre 2005 ». La sélection arbitraire des ouvrages et articles que nous proposons ici (voir la liste à la fin de ce texte) doit être comprise comme un choix des différentes sensibilités épistémologiques emblématiques de cette discipline. Le mode de qualification des événements constitue en soi un élément de diagnostic et d’interprétation de l’événement : décrire et expliquer le sens d’une « révolte », d’une « émeute » ou d’une « agitation » signe à n’en pas douter, un type d’engagement politique.

2C’est qu’à partir d’un unique phénomène d’actualité et à défaut de disposer encore d’enquêtes très circonstanciées sur les interactions (actes et justifications) de protagonistes face-à-face (policiers et agents de régulation versus émeutiers sous le regard des medias), les sociologies disponibles n’ont pu fournir jusqu’à présent qu’une pluralité d’interprétations vraisemblables de l’événement. Elles sont issues, pour la plupart, d’une actualisation de théorisations implicites véhiculées sur le mal-être des « cités » et de leurs habitants. Ces sociologies dialoguent ou s’ignorent sur le papier, avec une documentation souvent lacunaire ; elles restent condamnées à choisir dans la masse des faits et des paradigmes, les interprétations susceptibles de conforter au mieux leurs théorisations.

3Ce constat du pluralisme interprétatif serait d’une grande trivialité si l’on ne pouvait repérer de nouvelles lignes d’inflexions et de nouvelles postures qui paraissent significatives de déplacements d’objets préfigurant l’avenir. Car l’on n’a jamais aussi bien mesuré qu’en cette occasion, à quel point l’engagement politique et moral des sociologues était devenu une pratique assumant ouvertement leur « présentisme » dans un paysage médiatique les dominant tous, au risque de rendre assez dérisoire la prétendue distinction gouvernant les morales de conviction et de responsabilité.

1. Révolte protopolitique ?

4Suivons pas à pas Gérard Mauger dans sa « méta-analyse » critique des controverses herméneutiques soulevées par les événements (Mauger, 2006a). Après en avoir, comme bien d’autres, retracé le film au jour le jour, il propose une typologie des postures d’engagement de nombreux journalistes, essayistes, politologues ou sociologues qualifiés d’« entrepreneurs d’identité » (p. 125) au sujet de faits qu’il a lui-même du mal à qualifier. Il opte finalement, avec la caution du politiste et historien, Michel Offerlé, pour le terme d’émeute : « émeute peut néanmoins sembler approprié dans la mesure où les événements en cause s’inscrivent dans le répertoire qui s’étend de la “journée” à la “manif” (p. 7). Pour G. Mauger, « l’émeute de papier » de 2005 (ses interprétations spontanées) fait partie de l’événement sociopolitique « émeute », comme sans doute les « manifs de décembre 1995 » constituèrent naguère pour les interprètes de ce mouvement social, une nouvelle ligne de fracture dans les modalités d’engagement des intellectuels français.

5Gérard Mauger distingue les argumentations visant à « disqualifier » le sens prétendument « politique » des événements (le fait de juristes, moralistes, culturalistes, voire d’intégristes de la laïcité républicaine), de celles qui, à l’inverse, visent plutôt à les « habiliter » politiquement. Elles ont pour auteurs, notamment des intellectuels engagés de la gauche radicale, s’exprimant « au nom des jeunes des cités » (p. 97), dont il met en scène trois types de porte-parole : ceux qui insistent sur une « révolte du précariat » (victimes économiques) ; ceux qui mettent plutôt en avant une « révolte des ghettos » (victimes de la relégation urbaine) ; ceux, enfin, qui argumentent autour d’une « révolte de minorités visibles » (victimes de discriminations ethniques). Aucune de ces entreprises d’habilitation n’emporte véritablement l’adhésion de l’auteur. Observons d’abord, pour en comprendre les raisons, que ce petit opuscule recensé est la reprise, mot pour mot, de la conclusion d’un autre ouvrage paru simultanément (Mauger, 2006b). Il y campe l’histoire des transformations de la « déviance des jeunes des classes populaires ». Sur une trentaine d’années, les bandes des jeunes loubards valorisant force physique et épreuves de virilité de naguère se seraient, d’après lui, numériquement accrues et rapprochées de l’univers des jeunes délinquants professionnels violents, tandis que la troisième composante identifiable à la fin des Trente Glorieuses — jeunes ouvriers aux tendances bohèmes enrégimentés par les « baba cool » de l’univers de la contre-culture des années 1970 — se serait effondrée. Elles auraient laissé la place à la culture hip-hop de rappeurs et au revival religieux musulman portés par une jeunesse reléguée, ségrégée, voire ethnicisée. Deux phénomènes macrosociaux auraient précipité ces mutations : d’une part, l’extension du chômage de masse et la précarisation des jeunes sans qualification et d’autre part, le fonctionnement du « milieu » de la délinquance professionnelle, de plus en plus lié à l’expansion de l’économie de la drogue dans les quartiers de relégation.

  • 1 On trouve le pendant de cette tendance classificatoire chez un analyste subtil des incivilités soci (...)
  • 2 En ce sens, Beaud S., Pialoux M., 2005. La « racaille » et les « vrais jeunes », http://www.alencon (...)

6Pour stimulante que soit la typologie critique du classement des « donneurs de sens à l’événement 2005 »1, il lui faut la dépasser. S’agissant de fournir son propre diagnostic sur les protagonistes, les théâtres de l’émeute et la spécificité des pratiques, G. Mauger s’explique de la façon suivante : « Tout porte à croire que les pratiques (de brûler les voitures) obéissent en fait à la logique agonistique du monde des bandes (défi, exploit guerrier) et à la pratique du “combat de rue”, lesquelles conduisent à faire feu de tout bois sans choisir ses cibles » (p. 60). Après quoi, il mobilise une explication en tout point conforme à la doxa dont il se réclame, l’intériorisation progressive de dispositions guerrières des acteurs : « l’enchaînement qui conduit de déréliction familiale (...) en disqualification scolaire (...) aboutissant à une disqualification professionnelle inéluctable (...) amène à chercher refuge dans le monde des bandes et la “culture de rue”, qui valorisent la force physique/force de combat et valeurs de virilité ». De la reproduction incorporée des habitus populaires en crise, au déterminisme des pratiques d’émeutes violentes, une remarque d’ordre interactionniste permet à l’auteur de n’avoir pas à se prononcer sur l’élément déclencheur, mais de botter en touche en mobilisant la recette de l’homologie structurale jeunes/police : « la défense du territoire contre les bandes adverses vaut également pour la police perçue comme une bande adverse lorsqu’elle envahit le territoire de la bande (“le quartier”) (...). Cette hostilité de principe contre la police, partenaire–adversaire de prédilection des jeunes des bandes est redoublée (...) par l’hostilité provoquée par l’extension des contrôles de police au faciès à répétition... » (p. 62) ou bien encore : « la violence de l’émeute apparaît aussi comme une réponse au désordre de la police ». L’auteur n’explique pas les raisons pour lesquelles « la » police aurait franchi la ligne jaune, ou du moins pourquoi on serait dans une dimension autre que celle d’un « épiphénomène » s’inscrivant dans un ordre des choses récurrent2.

  • 3 Compulsion de ses représentants à ne cesser d’instruire le procès des collègues réformistes, osant (...)
  • 4 À ce sujet, Sauvadet T., 2007. Le capital guerrier, concurrence et solidarité entre les jeunes des (...)

7On se demande au fond si le plus important, dans cette nouvelle version de « l’académisme radical »3 n’est pas de rentrer dans le bel ordonnancement de la pensée critique qui ne dialogue qu’avec elle-même. Après tout, le lumpenprolétariat n’a jamais été en odeur de sainteté dans la vulgate marxiste, car considéré comme incontrôlable et ne sera certainement jamais le fer de lance possible d’un quelconque mouvement social. Par ailleurs, si la fraction « saine » (75 % d’après l’auteur) des émeutiers peut être vue comme une victime du harcèlement et de la violence policière de l’État (« wébérien », comme il se doit) et comme la victime d’une violence symbolique (la privation de tous les capitaux possibles selon Pierre Bourdieu), la minorité gangrenée par la délinquance néo-lumpenprolétarisée (25 %), au jeu de l’affrontement viril4 avec les forces de police, disqualifierait à elle seule l’ensemble du « mouvement émeutier ».

2. Rationalités émeutières ?

8Formes archaïques de la révolte... Au lieu d’y voir un jugement de valeur plutôt négatif, d’autres sociologues « de papier » ont tenté au contraire d’en faire un argument positif. On en trouve, notamment un bon exemple dans la contribution inaugurale de Lapeyronnie (2006) vis-à-vis de laquelle Michel Kokoreff et Dominique Duprez ont invité des sociologues étrangers à se prononcer pour la mettre en perspective.

  • 5 Il y a de fortes chances pour que cette « intuition » ait été nourrie par les options du co-auteur (...)
  • 6 On ignore comment cette expression imagée fut, a été ou sera reçue par les intéressés en quête de r (...)

9Dans le droit fil de l’école tourainienne des mouvements sociaux et singulièrement des travaux fondateurs de François Dubet relatifs aux jeunesses en galère (1987) et à l’épistémologie d’une sociologie de l’expérience (1994), l’argument « intuitif » de Lapeyronnie vise à comprendre l’émeute comme une forme d’action collective5. L’ampleur et l’ambiguïté du mouvement de 2005 signeraient à ses yeux à la fois un processus continu et une nouveauté. On est certes passé de la rage à la révolte au sein d’un « mouvement politique primitif »6, comme il y en eut tant d’autres par le passé, mais les caractéristiques principales du mouvement émeutier de 2005 en auraient fait un événement différent : situé dans un répertoire normal de l’action politique, doté d’une logique propre (une stratégie de débordement du système institutionnel par le haut et par le bas), il présenterait une dimension nettement anti-policière ; l’émeute aurait été provoquée par une émotion qui aurait soudé l’individu à la collectivité et aurait libéré des potentialités d’action en se propageant ou diffusant sur un terrain favorable. La dimension principale de ce mouvement doit être considérée comme « rationnelle, voire instrumentale ». Elle illustrerait une façon originale d’entrer dans l’espace public pour obtenir des gains, sans parvenir pour autant à déboucher sur de la négociation. Cette impuissance s’expliquerait à la fois par l’absence de légitimité à leurs yeux et en même temps par leur extrême dépendance à ces mêmes institutions de la République, une absence de perspective politique, un faible niveau de vie et une segmentation par effet de discrimination et racisme les divisant. Impuissance, exclusion et dépendance auraient été les trois ingrédients majeurs d’un mouvement à la fois « infrapolitique » et « suprapolitique »...

  • 7 Aucun des sociologues actuellement répertoriés ne mobilise plus, à ce sujet, la sociologie du simul (...)
  • 8 Et notamment la thèse défendue par les avocats des familles des deux adolescents électrocutés, cell (...)
  • 9 Par exemple, Haenni P., 2006. La France face à ses musulmans : émeutes, jihadisme et dépolitisation (...)

10Dans une veine similaire, M. Kokoreff (2006), se montre sensible à l’absence de revendications précises des acteurs : leur demande lancinante de respect, signe d’un profond besoin de reconnaissance et de sollicitude, serait ainsi, dans un langage infrapolitique, le pendant d’une demande d’égalité des droits dans un langage politique recevable. Si les acteurs concernés sont apparus comme privés d’expression discursive, se pose alors la question de savoir si leur « silence »7 procéderait d’un « défaut ou d’un refus » (p. 528). Opter pour le défaut serait retomber dans la thématique de l’action protopolitique de la « classe objet » recyclée par les disciples de P. Bourdieu, lequel évoquait, on s’en souvient, les paysans des années 1970 comme des gens à ce point aliénés par la privation de toutes espèces de capitaux que leur condition ne pouvait être « parlée » que par les autres. Autrement dit, ce serait accepter l’idée d’avoir affaire à une nouvelle catégorie d’« idiots culturels », pour user des termes de Garfinkel. Prétendre en revanche être en présence d’une « action politique non conventionnelle », c’est l’affecter d’une sympathie compréhensive qui positionne les acteurs dans un contexte de « dépolitisation par le haut » mais aussi — nouveauté par rapport à la thèse de Lapeyronnie —, de « repolitisation par le bas ». M. Kokoreff émet en effet l’hypothèse que, en dépit d’un refus de revendiquer clairement quelque chose, il existait et existerait, à l’état virtuel, une « multitude de micromouvements entrés en résonance sous le double effet de la solidarité émotionnelle et morale et de la médiatisation spectaculaire des événements » (p. 531). Quoiqu’il en soit, pour cet analyste, l’élément déclencheur fut bel et bien une « révolte contre les forces de mort » (p. 524) de la part des « victimes quotidiennes du harcèlement policier »... L’image est saisissante pour affirmer, après bien d’autres8 la conviction d’une responsabilité directe des policiers dans l’électrocution des deux adolescents, mais surtout la responsabilité directe de « la » police et de son chef suprême, bref des agents de répression thanatologiques s’acharnant, non pas sur des « bandes de racaille », mais sur des victimes harcelées qui incarneraient, par contraste, de formidables pulsions de vie. Il est vrai que, pour maints sociologues, les incendies de véhicules sont des formes ritualisées de joyeux « potlatchs » (H. Lagrange) et pour d’autres, plus attristés par la mise à feu des écoles, un langage « d’émeute tribunitienne »9 pour signifier le sens de la destruction des lieux symboliques de l’humiliation vécue au quotidien...

3. Victimes protestataires ?

11Véronique Le Goaziou et Mucchielli (2006) dressent un autre tableau de ce qui leur semble être le plus grand des événements qu’aurait connu la France depuis mai 1968. Ceux de l’automne 2005 se seraient déclenchés sur fond d’un processus de ghettoïsation entamé depuis 20 ans, lequel s’aggraverait dangereusement, « au carrefour des processus d’exclusion créés par le marché du logement (combiné avec les politiques de peuplement des organismes publics et des élus locaux), du système scolaire et du marché du travail » (p. 27). Les raisons de la colère (investiguées dans une longue écoute ( ?) de « la parole des émeutiers ») seraient avant tout liées à une révolte contre une situation d’humiliation et d’injustice nouée dans une relation quotidienne avec la police. La vengeance envers les policiers aurait été l’une des motivations les plus immédiates. D’après ces auteurs, « la » police provoquerait cette violence au quotidien, sa propre violence s’ajoutant à la violence symbolique de l’humiliation vécue, parmi les révoltés, de se voir traités en « parias », à l’école, au travail, ou en matière de citoyenneté civique.

  • 10 « La police dans les “quartiers sensibles¨ : un profond malaise », in Le Goaziou V., Mucchielli L. (...)
  • 11 À noter chez cet auteur une autre mise au point très nuancée au sujet de l’éventuel enjeu d’une ten (...)

12Tout en ne reniant pas la trame de cette fresque analytique somme toute relativement convenue, Jobard (2006) établit un diagnostic beaucoup plus précis, sans chercher, comme Mucchielli à se faire passer pour un avocat nostalgique d’une police de proximité ou du moins le prophète rétrospectif de la chronique de « son échec annoncé »10. Les analyses fouillées de ce spécialiste reconnu des déviances policières méritent une attention plus particulière. F. Jobard présente les résultats de trois enquêtes personnellement menées dans diverses banlieues de l’Île-de-France : l’une est dédiée à l’analyse du contentieux d’outrages et de rébellions à agents dépositaires de la force publique ; la deuxième à des observations participantes menées au sein de brigades anti-criminalité (BAC) ; la troisième à des jeunes mobilisés contre des interventions policières ayant coûté la vie à trois d’entre eux. Il montre, notamment que sur 661 infractions d’outrage et rébellion, une conflictualité particulière se donne à voir entre police et jeunes d’origine maghrébine. L’étau pénal se resserrerait différemment sur eux, les tribunaux étant amenés à les poursuivre plus systématiquement et à prononcer des peines d’emprisonnement plus longues (un effet institutionnel de discrimination apparente)11. Les liens entre policiers et jeunes indisciplinés se seraient par ailleurs incontestablement durcis avec le temps, même si l’auteur concède une plus grande force d’autocontrôle chez les policiers des BAC ayant récemment intériorisé une déontologie dans le déploiement de la contrainte, lors des interpellations, notamment. F. Jobard pense que la « racaille » dont il décrit ironiquement la sociologie politique, serait en train de se construire une identité ou une « socialisation commune de l’expérience » dans un rapport de « clientélisation policière ». Il s’ensuit, au sein de certains ressorts judiciaires de la périphérie parisienne, le constat d’une politisation aiguë du rapport policiers/jeunes. Une « conscience politique » très nette s’ébaucherait au sujet de l’asymétrie perçue des ressources politiques, dont disposeraient les différents protagonistes : « le statut judiciaire des jeunes (« clients ») est converti en identité politique (« victimes d’injustices ») et l’arène judiciaire est convertie en espace politique ». C’est sans doute là le symptôme le plus alarmant d’une socialisation négative qui ne serait peut-être pas irréversible, si l’on essayait d’entrevoir collectivement des leviers d’action pour casser le cercle vicieux d’entrée dans ce type d’interaction mortifère.

13Dans son autopsie de la vague d’émeutes de 2005, Lagrange (2006) se montre surtout sensible, de son côté, « à leur géographie et à leur temporalité ». Il pointe des différences contextuelles entre novembre 2005 et les cycles émeutiers des années 1980 et 1990 et reste frappé par la « solitude institutionnelle des émeutiers », qu’il analyse comme un legs des ruptures politiques avec eux. L’automne 2005 n’a pas vu de solidarité active entre jeunes des cités et autres jeunes des communes concernées ; les grands frères ne se sont pas ralliés ; aucune jonction sociale ne s’est produite avec une opposition de gauche et la distance resta grande avec les organisations ou les autorités. Si la révolte lui paraît provenir d’une fraction de classe d’âge très délimitée dans son extrême jeunesse et n’ayant pas su ou pu nouer d’alliances avec des classes d’âges aînées, ce sociologue ajoute néanmoins une hypothèse assez nouvelle en relation à la « ghettoïsation urbaine ». Il se demande en effet, en vertu d’une théorie de la frustration relative à l’égard d’attentes toujours déçues au sujet des effets des « politiques de la ville », si la lenteur du programme annoncé de démolitions et reconstructions de l’Agence nationale de rénovation urbaine n’aurait pas été étrangère aux lieux mêmes du théâtre des émeutes. Il note par exemple que 62 communes ayant signé les premières conventions en juillet 2005 (plus 67 autres projets) furent touchées par les violences de novembre. Il admet toutefois que son hypothèse n’a été vérifiée que dans 79 % des cas (p. 114). D’une rare honnêteté intellectuelle, Lagrange n’hésite pas à admettre que dans 21 % des cas de la modélisation de son corpus, son hypothèse ne fonctionne pas : des émeutes attendues sur certains sites ne se sont pas produites alors que leurs conditions étaient réunies à ses yeux, et dans d’autres cas, elles sont apparues bien qu’elles ne fussent pas attendues. Il montre que les quartiers où ont éclaté les émeutes sont préférentiellement des lieux où il y a« présence de grandes familles (subsahariennes), pourcentage important des moins de 25 ans parmi les chômeurs, et Zones Franches Urbaines actives où ont été signées les premières conventions ANRU démolition–expulsion–relogement ». Mais la « crise d’intégration républicaine » constatée par les variables scolaires, taux de surchômage ou présence de grandes familles pauvres de l’immigration africaine, ne suffirait pas à prédire les lieux des violences émeutières. Car la question sociale serait désormais étroitement imbriquée à la question religieuse et multiculturelle. Les émeutes s’accentueront à l’avenir, avertit Lagrange, dans ce « spectre de la polarisation sociale et ethnique, à l’extrémité inférieure du spectre social », si l’on se contente de simplement « faire sécher la poudre » avec des lois d’exception, tels les couvre-feux et autres états d’urgence, qui ne règlent rien sur le fond...

4. Grand frisson chez les « rioteux » ?

14Ce que d’aucuns nomment « émeute » ne serait, pour Roché (2006), que la conjonction dans le temps et dans l’espace d’une pluralité de comportements s’apparentant à des « violences urbaines »... La qualification sociologique du phénomène reste criminologique ou policière, chez cet auteur qui propose une interprétation originale de la « crise » de l’automne 2005. Pas plus que les accès de fièvre précédents, on ne saurait accorder de sens collectif identitaire à l’action des rioteux, un néologisme franglais lui évitant de connoter positivement l’événement, tout en lui permettant d’établir des parallèles avec les États-Unis ou la Grande-Bretagne pour épingler les spécificités de la réponse française. Si l’objectif de S. Roché « n’est pas de prédire l’avenir » (p. 9), il entend à son tour rectifier le tir parmi ses pairs, des « militants que rien ne déstabilise » (p. 8) et produire surtout un réquisitoire contre les prétendus remèdes gouvernementaux du ministre de l’Intérieur, notamment dans sa nouvelle doctrine d’emploi des polices de sécurité.

15Le concept qui s’impose sous la plume de Roché pour qualifier les événements de 2005 est celui « d’agitation ». Les traits dominants des violences émeutières examinées se caractériseraient par quatre modalités : faiblesse des agressions anti-ethniques, forte implication collective des minorités, affrontements surtout orientés vers la police, destructions de biens importantes en termes économiques mais faibles en pertes humaines. Roché balance plutôt pour une plus forte implication de minorités ethniques noires que naguère, admettant une association possible des clivages ethniques et religieux dans le déclenchement et l’extension de l’agitation (p. 67). Pour rendre compte de l’exceptionnelle longévité temporelle de la « crise », il use d’une étonnante métaphore organiciste et médicale, expliquant le surgissement de la fièvre puis l’expansion de l’épidémie, et in fine son reflux et sa congélation par... la météorologie (les premiers froids ayant eu raison de la lassitude des acteurs dans la rue, selon l’auteur). Les facteurs ayant favorisé la contagion sont nombreux, mais la médecine de Roché ne semble pas en mesure d’établir un enchâssement inducteur des causalités respectives. L’électrocution des adolescents poursuivis, les propos du ministre sur la « racaille », et le « karcher », les médias, la pauvreté, la « demande de respect »..., tout cela est balayé d’un revers de main par l’auteur qui avance, parmi les facteurs ayant favorisé la contagion, plutôt cela : « un mélange d’identité en fonction des cultures d’origine et, notamment de l’islam, de discordes liées à l’actualité internationale, de tensions avec les forces de l’ordre ; du sentiment d’exclusion, de tactiques d’évitement (résidentielles, scolaires) qui consolident une fracture ethnique à la française ». Autrement dit, un peu à la manière de l’air de la calomnie, on aurait vu un virus apparaître sur ce terreau, la maladie couver, surgir, contaminer et se répandre, pour diminuer d’intensité et mourir enfin. Dans les quartiers de déclenchement des émeutes, et c’est une vue que le ministre ne désavouerait point, on aurait surtout eu affaire à des acteurs rationnels, des casseurs et des incendiaires multirécidivistes ou réitérants, calculant en permanence le rapport de forces entretenu avec les policiers : « La propension à l’émeute correspond à un rapport de forces. Dans ces quartiers, les minorités sont en situation de supériorité numérique. Les jeunes rioteux savent que, si la confrontation enfle, elle peut tourner au désavantage de la police ou du moins causer de grands troubles. Quant la minorité au plan national devient une majorité dans l’espace d’un quartier, le rapport de pouvoir tend à s’inverser » (p. 104).

16Finalement, la leçon de Roché, largement empruntée à des intuitions de Maurice Cusson, est simple : les rioteux, casseurs incivils et prédisposés à la violence et à des actes de destruction gratuite, se donnent le plaisir de jouer à la guerre avec des ennemis tout trouvés, en calculant comment en découdre avec les forces de police : « l’intervention d’un agent de police ne peut à elle seule constituer le point de départ d’une émeute : ce n’est qu’un épisode à l’intérieur d’une confrontation permanente entre certains groupes de jeunes et policiers » (p. 110). Les policiers ne seraient d’ailleurs pas en reste, certains d’entre eux prenant des risques inutiles pour éprouver par eux-mêmes les sensations fortes du frisson du danger (p. 137 sq.). La deuxième partie de l’ouvrage est une attaque en règle contre les mauvais usages de la « police urbaine de proximité » par les pouvoirs publics, assortis des propositions de l’auteur en vue d’amender le système de sécurité publique dans le sens d’une « inversion de ses moyens et de ses fins ».

5. Pour une sociologie plus compréhensive des politiques de prévention des troubles urbains

17Nous restons frappé par un point commun à tous ces travaux. Autant ils sont prolixes et imaginatifs sur le sens à donner à « l’action collective » des acteurs émeutiers, autant ils négligent de mettre en scène et d’analyser la diversité des contextes du policing où se jouent les pratiques de négociation et/ou dissuasion parmi les acteurs locaux en charge des politiques sociales et urbaines. Tout se passe en effet comme si les sociologies convoquées devaient se pencher sur le sens que les acteurs dominés auraient pu donner à leurs actes ; ou bien prenant leurs distances, comme si elles devaient indirectement justifier la position des forces de contention, réactives ou proactives, sans vraiment faire dans la nuance analytique. Ou bien enfin, cherchant à se tenir à vue de Sirius, comme si elles se devaient de scruter les forces profondes ayant « agi » les acteurs, émeutiers autant que policiers, quasiment à leur insu.

18Nous suggérons ici deux nouvelles voies d’analyse susceptibles de desserrer l’étau des théorisations généralisantes, en observant une littérature émergente prometteuse qui nous semble vouloir dépasser les paradigmes jusqu’à présent mobilisés. Nous observerons d’abord ce qu’apportent les « regards étrangers » sur la situation française et ensuite, ce que pourraient apporter des monographies locales sur les arts du policing urbain en situation.

5.1. Un détour par les regards évaluatifs étrangers sur les événements français

  • 12 La place nous manque pour évoquer la singularité du regard néerlandais qui insiste de son côté sur (...)

19Des sociologues ayant eu à évaluer des politiques publiques de prévention des éruptions émeutières dans les « quartiers sensibles » de leurs pays respectifs, ont été invités par D. Duprez et M. Kokoreff (2006) à donner leur sentiment sur les événements français de l’automne 2005. Nous en donnerons un bref aperçu à travers deux versions contrastées, l’américaine et l’allemande12, avant de refaire une incursion dans la France provinciale. Ces regards dessinent d’intéressantes perspectives, dans la mesure où ils paraissent beaucoup moins entravés par les découpages d’objets qu’ils ne le sont en France. Ils prennent beaucoup plus aisément en compte l’analyse des configurations où se placent les interactions entre des protagonistes mis sur un même plan, parce que leurs réflexes évaluatifs n’ont pas pour habitude de découpler a priori les politiques de sûreté des politiques urbaines et sociales.

20En comparant les émeutes protestataires françaises de 2005 et les mobilisations contre la « loi anti-immigration » de 2006 aux États-Unis, Koff (Koff, 2006) suggère que les politiques du néolibéralisme seraient la solution intégratrice d’avenir, dans la mesure où elles favoriseraient plus que tout autre, le social movement entrepreneurship. Les Chicanos, par exemple, ayant autant souffert de double exclusion aux États-Unis que les Maghrébins en France, surmonteraient mieux leur handicap d’origine. En organisant le capital humain et en fournissant le capital financier aux groupes d’immigrants d’origine mexicaine, leurs réseaux auraient réussi à unifier les efforts locaux pour créer une force politique nationale capable de faire capoter la loi anti-immigration de 2006, pièce maîtresse dans l’édification fédérale du Homeland Security. Par ailleurs, justice et police seraient de moins en moins considérées, par les Chicanos états-uniens, comme des instances travaillant contre les populations, mais plutôt à leur bénéfice (p. 456) grâce à deux phénomènes majeurs : une amélioration constante de la confiance des minorités ethniques envers le système juridique américain et une montée progressive de la croyance en une meilleure efficacité des pratiques de vigilance publique sur le travail policier à l’égard des minorités ethniques. Bref, pour H. Koff, les « Mexicains ont très peu à gagner en recourant à la violence tandis que les jeunes Français (...) ont peu à perdre. Les positions morales des deux populations sont diamétralement opposées » (p. 457).

21En Allemagne, A. Groenemeyer fait ressortir une baisse historique continue des niveaux de violence sociale dans toutes les tranches d’âge, la violence restant plutôt individuelle que collective (Groenemeyer, 2006). Il subsiste sans doute des formes de violences personnelles exprimant des problèmes de statut et de reconnaissance parmi des hommes jeunes, notamment les « perdants de la réunification ». Mais la politique sociale allemande n’y aurait jamais abandonné les quartiers. L’éducation des citoyens à la participation civique au niveau communal, y compris des « étrangers », y serait restée très active. Et surtout, la police « n’y (jouerait) pas le même rôle de producteur de discriminations et de sentiments d’injustice chez les jeunes en Allemagne ». Ce dernier phénomène s’expliquerait en grande partie par le fait que la police allemande serait « de mieux en mieux formée, grâce à des séminaires spécialisés, et de plus en plus sensibilisée aux problèmes et conflits des jeunes issus de l’immigration » (p. 483).

  • 13 Une terminologie toujours utile aux administrations comme aux sociologues, puisqu’elle joue d’un br (...)
  • 14 À ce sujet, Ocqueteau F., 2006. Les nécessaires repositionnements de la sécurité publique urbaine, (...)

22En France, il apparaît qu’aucune de ces conditions ne soit véritablement au rendez-vous. C’est qu’il faut encore composer avec un « modèle professionnel » de police à bout de souffle, qui apparaît pourtant à beaucoup comme un dernier rempart d’autorité, voire le seul expert des désordres engendrés par les ratés d’une intégration et d’une socialisation en déroute parmi certaines « populations dites à risque »13. Et cela, au nom d’une idée intangible qui repose, à tort ou à raison, sur un mythe : celui de l’universalisme républicain reposant sur une nation dont la cohésion serait garantie par l’existence de notre police centralisée. Ce mythe fondateur empêche de prendre la bonne mesure des effets destructeurs de la « fracture » sociale, urbaine et ethnique, une cécité d’autant plus confortée par une élite politico-administrative jacobine qu’elle se refuse à décentraliser véritablement la gestion de la sécurité publique14.

23Or il devient urgent de remédier à ces blocages, même s’il demeure encore difficile à une sociologie politique peinant à s’ouvrir aux politiques de sécurité, nationales ou locales, d’échapper elle-même à deux syndromes opportunément rappelés par Duprez (2006). D’une part, la lecture a-historique du rapport police/jeunes, qui parcourt tous les paradigmes disponibles, qu’il s’agisse, comme on l’a vu, de la lecture de G. Mauger (rapport agonistique de violence entre « bandes » de types différents), de S. Roché (recherche de part et d’autre de sensations fortes à caractère ludique), de M. Kokoreff (forces de mort contre pulsions de vie), voire de F. Jobard (politisation du rapport des « clientèles policières » en « victimes d’injustices » et de discriminations). D’autre part, la lecture « passe-partout » de l’échec programmé de la réforme socialiste dite de la « police de proximité », qu’il faudrait entièrement ressusciter, comme si elle était devenue, après sa mise à mort politique en 2002, la solution miracle à tous nos maux. Il s’agit là en réalité d’un autre lieu commun à la peau dure lié à un pur « tropisme parisien ». Celui qui, considérant cette réforme socialiste mal articulée aux contrats locaux de sécurité, la savait prédestinée à avorter dans l’œuf. Cette lecture, très largement répandue parmi la hiérarchie syndicale policière elle-même (p. 512 sq.) aurait été trop rapidement reprise par les sociologues prétendument avertis.

  • 15 À ce sujet, voir le recueil de monographies dans Ferret J. Mouhanna C. (eds.), 2005. Peur sur les v (...)
  • 16 Ocqueteau F., 2006. Mais qui donc dirige la police ? Sociologie des commissaires, A. Colin, Paris, (...)
  • 17 À ce sujet, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance, 2007. Les orientations de la p (...)

24Duprez s’y inscrit en faux, constatant qu’en province (nord), au contraire, la supposée conflictualité générale police/jeunes est rien moins qu’attestée. On sait par ailleurs que beaucoup de maires, indépendamment de leur couleur politique, ont tenté de faire vivre cette réforme en aidant au déploiement de la police de proximité, dans la mesure où elle leur parut la seule réforme susceptible d’apaiser les tensions entre police, jeunes et riverains dans les « quartiers sensibles ». Cette réforme suscita de grands espoirs parmi les édiles, même si, à l’époque, leurs positionnements ne furent pas toujours très lisibles au plan local15. Nous avons nous-mêmes fait un sort au lieu commun de l’échec « programmé » de la police de proximité, en montrant comment les discours syndicaux des officiers et des commissaires ne se sont pas forcément traduits sur le terrain par de la prétendue « résistance droitière au changement »16. Nous avons expliqué pourquoi les fondements de cette réforme allaient rester longtemps à l’agenda politique, même si le gouvernement issu des élections présidentielles de 2002 a pu s’en détourner durant quatre ans, revendiquant plutôt l’idée alternative d’une « sécurité de proximité »17, basée sur la seule recherche du renseignement à l’égard des fauteurs de troubles et une amélioration des techniques de maintien de l’ordre dans les quartiers sensibles. Avant de s’apercevoir, récemment, qu’il allait falloir consentir de nouveaux investissements cognitifs et matériels dans le champ de la prévention policière.

5.2. Approfondir la nature du lien entre modalités du policing urbain et troubles locaux

25Tous les chantiers d’analyse des politiques de sécurité nationales et locales sont ouverts, en dépit de l’apparente difficulté qu’ont encore les sciences sociales à les objectiver. Mais il faut inlassablement insister sur l’idée que « la police » ne peut plus être uniquement pensée dans les mécanismes de sa pure instrumentalisation politicienne.

26D’abord, les sous-administrations policières sont distinctes et ne défendent certainement pas toutes des intérêts homogènes, en dépit de la puissance de leurs corporatismes professionnels qui semble les « unifier » contre le monde environnant. Il existe des représentations différenciées sur les causes des troubles sociaux et sur les modalités pratiques de leur éventuelle contention. Des voix dissonantes parmi les fonctionnaires réussissent à se faire entendre, contestant par exemple que « la » police de sécurité urbaine se vivrait en état de guérilla permanente aux périphéries ou au cœur des villes ; elles suggèrent hic et nunc des stratégies alternatives à la répression pure, même si les politiques publiques de sécurité ont durablement dressé maints policiers de terrain (îlotiers, proximiers...) à devenir plus rentables en « faisant du chiffre ».

27Les sciences humaines ne sont pas condamnées, en France, à ignorer le mystère des synergies et liens positifs possibles entre différentes politiques publiques poursuivant des objectifs d’amélioration du lien social, urbain et ethnique au plan local. Il n’est pas sûr que les brigades anti-criminalité soient par vocation, brutales, racistes et harcelantes pour permettre aux sociologues de prendre le « parti » élégant des humiliés au quotidien. Il n’est pas sûr que les « politiques » soient totalement ignorants des enjeux réels des crises urbaines émeutières, au point de n’être jamais en capacité d’en prévenir les éruptions par des actions sur la longue durée. Il n’est pas sûr que les sciences humaines, elles-mêmes, soient indéfiniment condamnées à ne pas savoir régler la bonne distance avec les médias au sujet de l’implication des « mafieux » (économie de la drogue), des « barbus » (islamistes radicaux), voire de l’influence néfaste des « rappeurs », dans des événements tels que ceux de l’automne 2005.

28Si le déni, l’aveuglement et la naïveté sont souvent présents dans ces domaines de l’analyse et de l’action, la prudence analytique devrait rester de mise en cas d’incertitudes.

  • 18 Cette enquête a été conduite par quatre sociologues entre avril et juillet 2006. Ils y campent le c (...)
  • 19 Notion difficilement traduisible en français, bien que très courante dans les sciences sociales ang (...)

29Un récent « retour d’expérience » commandité par le centre d’analyse stratégique et conduit sur la ville d’Aulnay-sous-Bois (Cicchelli et al., 2006), une ville qui fut le théâtre d’émeutes spectaculaires où démarra le cycle émeutier de l’automne 2005, montre la bonne direction. Car cette monographie18 a réussi le pari de mieux élucider la logique des interactions entre « police des émeutes » et « actions de prévention locales ». Ces deux dimensions de l’action s’inscrivent dans l’énoncé d’une démonstration empirique du policing public19, au sein duquel l’ensemble des acteurs de la régulation locale de cette ville fut passé au crible d’une interrogation compréhensive.

30Il en résulte une conclusion inédite (p. 27) : les acteurs policiers, tout autant que les édiles municipaux et ceux du monde associatif local furent frappés des mêmes faiblesses et dépossessions temporaires, dans les premiers jours de l’irruption de l’émeute. Autrement dit, ils firent face à une difficulté commune à anticiper le cours des événements. Leurs actions respectives furent entravées par des obstacles de coordination paralysants. Pour des raisons différentes, les représentants de ces trois mondes furent dépossédés de leur emprise habituelle sur le cours des choses durant quelques jours, parce que les jeunes émeutiers réussirent à se couper du monde des adultes, avant que tout ne rentre finalement dans un nouvel ordre.

  • 20 À la lumière des événements sous examen, peut-être serait-il utile de revisiter le caractère vision (...)

31Nous aimerions seulement suggérer, pour conclure, à quel point une « communauté d’expérience » parmi des acteurs aux fonctions dissemblables, ayant tous admis avoir été pris de court durant quelques jours, nous semble une expérience d’une nouveauté sans pareille dans sa modestie même. Cette modestie existe aussi sous des plumes sociologiques sans prétention d’établir des responsabilités dans l’enchaînement des causes, à la place des acteurs concernés. Est-ce là un tournant ? Un nouveau filet de lumière qui s’insinuerait là où commenceraient à tomber des œillères de part et d’autre, peut-être, après une trop longue cécité collective20 ?

Haut de page

Bibliographie

Cicchelli, V., Galland, O., de Maillard, J., Misset, S., 2006. Comprendre les émeutes de novembre 2005, l’exemple d’Aulnay-sous-Bois. Centre d’analyse stratégique, la documentation française, Paris.

Duprez, D., Kokoreff, M. (Eds), 2006. Dossier « Les émeutes urbaines : comparaisons internationales ». Déviance et société 30 (4), 429–533.

Duprez, D., 2006. Comprendre et rechercher les causes des émeutes urbaines de 2005, une mise en perspective. Déviance et société 30 (4), 505–520.

Groenemeyer, A., 2006. Formes, sens et significations sociales de la violence. Quelques impressions sur la situation allemande. Déviance et société 30 (4), 477–489.

Jobard, F., 2006. Sociologie politique de la « racaille ». In : Lagrange, H., Oberti, M. (Eds.), Émeutes urbaines et protestations, une singularité française. Presses de Sciences Po, Paris, pp. 59–80.

Koff, H., 2006. Une comparaison des mobilisations politiques en France et aux États-Unis en 2005–2006. Déviance et société 30 (4), 449–461.

Kokoreff, M., 2006. Sociologie de l’émeute. Les dimensions de l’action en question. Déviance et société 30 (4), 521–534.

Lagrange, H., 2006. La structure et l’accident. In : Lagrange, H., Oberti M. (Eds.). Émeutes urbaines et protestations, une singularité française, Presses de sciences po, Paris. pp. 102‑130.

Lapeyronnie, D., 2006. Révolte primitive dans les banlieues françaises. Essai sur les émeutes de l’automne 2005. Déviance et société 30 (4), 431–448.

Le Goaziou, V., Mucchielli, L. (Eds), 2006. Quand les banlieues brûlent... Retour sur les émeutes de novembre 2005. La Découverte, Paris.

Mauger, G., 2006a. L’émeute de novembre 2005, une révolte protopolitique. Éd. Du Croquant, Broissieux.

Mauger, G., 2006b. Les bandes, le milieu et la bohème populaire. Études de sociologie de la déviance des jeunes des classes populaires (1975–2005). Belin, Paris.

Roché, S., 2006. Le frisson de l’émeute, violences urbaines et banlieues. Seuil, Paris.

Haut de page

Notes

1 On trouve le pendant de cette tendance classificatoire chez un analyste subtil des incivilités sociales, D. Peyrat qui s’exprime en tant que magistrat du Parquet de Pontoise (Face à l’insécurité, refaire la cité, 2006, Paris, Buchet Chastel). Visiblement traumatisé par la gravité de l’irruption de la violence gratuite de jeunes de quartiers périphériques venus agresser les manifestants pacifistes « anti-CPE », cet auteur, acteur institutionnel de la justice et grand lecteur de travaux sociocriminologiques, stigmatise la légèreté des sociologies « sécuriphobes » qui répondent aux « catastrophistes », en déréalisant l’insécurité et les dégâts des victimations.

2 En ce sens, Beaud S., Pialoux M., 2005. La « racaille » et les « vrais jeunes », http://www.alencontre.org/France/FranceBeauPialoux12_05.htm

3 Compulsion de ses représentants à ne cesser d’instruire le procès des collègues réformistes, osant collaborer à des évaluations des politiques publiques, donc à les faire implicitement leurs... Cf. plus généralement, D. Lapeyronnie évoquant cette faculté ventriloque qu’auraient les disciples les plus orthodoxes de la pensée de Pierre Bourdieu, à ne dialoguer avec personne, quoiqu’en s’érigeant en juges suprêmes de ce qui est défendable et revendicable dans le monde social, in Lapeyronnie, 2004. L’académisme radical ou le monologue sociologique. Avec qui parlent les sociologues ? Revue française de sociologie, 45(4), 621–651.

4 À ce sujet, Sauvadet T., 2007. Le capital guerrier, concurrence et solidarité entre les jeunes des cités, A. Colin.

5 Il y a de fortes chances pour que cette « intuition » ait été nourrie par les options du co-auteur des « quartiers d’exil », François Dubet, pour qui les émeutes de novembre auraient été « la dernière étape d’un processus de glissement de la question sociale vers la question nationale républicaine », novembre 2005 ayant annoncé dans l’espace infrapolitique illégitime ce que la mobilisation des étudiants et lycéens luttant contre le projet de « contrat première embauche » annonça dans l’espace politique légitime, quatre mois plus tard en mars 2006. Cf. Dubet F., « Le retour à l’ordre et après ? » in Fondation Copernic, Banlieue, lendemains de révolte, Paris, Regards/La Dispute, Paris, pp. 57–68.

6 On ignore comment cette expression imagée fut, a été ou sera reçue par les intéressés en quête de respect, mais gageons qu’Eric Hobsbawm devra au moins leur être expliqué dans le texte, s’ils veulent retrouver eux-mêmes une certaine confiance dans le respect que leur doivent aussi les représentants de la sociologie historique...

7 Aucun des sociologues actuellement répertoriés ne mobilise plus, à ce sujet, la sociologie du simulacre et de la simulation, en reprenant les vues provocatrices d’un Jean Baudrillard, sans doute à cause du bruit et de la visibilité « médiatique » mondiales qu’ont provoqués les émeutes de 2005. Cette autre herméneutique aurait pourtant pu être mobilisée, en référence aux « majorités silencieuses ». Car on voit bien que ce silence au sujet du « sens » de l’action des émeutiers reste insupportable aux interprètes et analystes qui n’osent apparemment plus pratiquer la maïeutique de « l’intervention sociologique ». En l’absence de travaux solides sur le sens que les émeutiers de novembre auraient su donner à leur action collective, on aurait tout aussi bien pu considérer que les sciences humaines interprétatives eussent également pu servir à « sauver le système en produisant du sens social, face à une demande de sens cruciale pour la sauvegarde du système lui-même ». Cf. Baudrillard J., 1982. À l’ombre des majorités silencieuses, Gontier/Denoël, Paris, p. 32.

8 Et notamment la thèse défendue par les avocats des familles des deux adolescents électrocutés, celle de Mignard J.‑P., Tordjman E., 2006. L’affaire Clichy, Stock, Paris.

9 Par exemple, Haenni P., 2006. La France face à ses musulmans : émeutes, jihadisme et dépolitisation, Esprit, octobre, 112–145. Voir aussi, Ott L. 2006. Pourquoi ont-ils brûlé les écoles ? in Le Goaziou V., Mucchielli L., op. cit., pp. 120–138.

10 « La police dans les “quartiers sensibles¨ : un profond malaise », in Le Goaziou V., Mucchielli L. (eds.), op. cit. p. 116.

11 À noter chez cet auteur une autre mise au point très nuancée au sujet de l’éventuel enjeu d’une tendance à la discrimination raciale au sein des pratiques policières françaises : F. Jobard, « Police, justice et discriminations raciales », in Fassin D., Fassin E. (eds), 2006. De la question sociale à la question raciale, représenter la société française, La Découverte, Paris, pp. 211–229.

12 La place nous manque pour évoquer la singularité du regard néerlandais qui insiste de son côté sur l’importance d’une politique de logement et une politique policière beaucoup plus cohérentes sur le long terme. Cf. Boekhout van Solinge T. 2006. Un regard néerlandais sur les émeutes françaises, Déviance et société, 30(4), 491–504.

13 Une terminologie toujours utile aux administrations comme aux sociologues, puisqu’elle joue d’un brouillage de plus en plus manifeste sur la cible : population dangereuse qui risque de basculer dans la violence ou la délinquance versus la population à risque de « décrochage » social, de précarisation, et d’exclusion géographique et ethnique... Les deux catégories se rapprochant sémantiquement, on voit pourquoi les politiques sociales ne peuvent plus être déconnectées des politiques de sûreté. De là à prétendre que nous serions déjà entrés dans l’ère de la « punition des pauvres »...

14 À ce sujet, Ocqueteau F., 2006. Les nécessaires repositionnements de la sécurité publique urbaine, in Violences urbaines, polices et responsabilités, Revue Lamy des collectivités territoriales, juillet/août, 15, 75–81.

15 À ce sujet, voir le recueil de monographies dans Ferret J. Mouhanna C. (eds.), 2005. Peur sur les villes, vers un populisme punitif à la française ? PUF, Paris.

16 Ocqueteau F., 2006. Mais qui donc dirige la police ? Sociologie des commissaires, A. Colin, Paris, notamment p. 203–258. Mais aussi de nouveaux témoignages vécus parmi des metteurs en œuvre de première ligne. Par exemple, Terry J., Bourguinat E., 2005, Mille jours pour vaincre l’insécurité, policier aux Halles de Paris, Créaphis, Paris. Également, Collectif, 2005 : « Incivilités dans les espaces publics et commerciaux, un dialogue entre chercheurs et gestionnaires », Cahiers de la sécurité, 57, 9–152.

17 À ce sujet, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance, 2007. Les orientations de la politique de prévention de la délinquance en 2006, Rapport au Parlement, La documentation française, Paris, p. 37 sq.

18 Cette enquête a été conduite par quatre sociologues entre avril et juillet 2006. Ils y campent le contexte dans lequel se sont situées les émeutes, leur gestion par les acteurs professionnels, associatifs et politico-idéologiques ; en se centrant sur des interviews de jeunes et d’adultes, les auteurs montrent enfin la pluralité des facteurs explicatifs, du sentiment d’injustice subie, en passant par le sentiment de fierté ou les dimensions ludiques de l’action. Cf. V. Cicchelli et al., 2007. Retour sur les violences urbaines de l’automne 2005, in Horizons stratégiques, La documentation française, Paris, 3, 98–119.

19 Notion difficilement traduisible en français, bien que très courante dans les sciences sociales anglo-saxonnes. Action de restaurer de l’ordre ou de « policer ». Derrière ce syntagme, il importe de comprendre un processus de mise en œuvre de « fonctions de police », formelles ou informelles par un complexe dynamique d’activités de régulation de désordres, soutenues par des agents publics, privés, hybrides, au sein d’un cadre territorial donné, ici une zone urbaine. Se reporter à Ocqueteau F. 2004, Polices entre État et marché, Presses de Sciences Po., Paris, notamment p. 49 et 50.

20 À la lumière des événements sous examen, peut-être serait-il utile de revisiter le caractère visionnaire des deux romans de José Saramago, « L’aveuglement » et « La lucidité », Seuil, Paris, 1997 et 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Ocqueteau, « Les émeutes urbaines de l’automne 2005 : cadres d’analyse et points aveugles de la sociologie française », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 531-543.

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Les émeutes urbaines de l’automne 2005 : cadres d’analyse et points aveugles de la sociologie française », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/23049 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.23049

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

Centre d’études et de recherches de science administrative (CERSA), CNRS, 10, rue Thénard, 75005 Paris, France
frederic.ocqueteau[at]cersa.org

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search