Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 4Comptes rendusAgnès Jeanjean, Basses œuvres. Un...

Comptes rendus

Agnès Jeanjean, Basses œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts

Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), coll. « le Regard de l’ethnologue », nº 15, Paris, 2006 (280 p.)
François Vatin
p. 557-559
Référence(s) :

Agnès Jeanjean, Basses œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), coll. « le Regard de l’ethnologue », nº 15, Paris, 2006, 280 p.

Texte intégral

1C’est un ouvrage original et attachant que nous offre Agnès Jeanjean à partir d’un travail de thèse, appuyé sur une longue observation ethnographique du travail dans les égouts de Montpellier, réalisée de 1994 à 2000. Elle nous donne à voir le travail et les travailleurs des égouts, avec d’ailleurs une riche iconographie de photos originales à l’appui : interventions d’urgence sur les réseaux publics et privés, traitement des eaux usés, travaux de réfection du réseau. À chaque fois, elle décrit avec finesse le contenu des tâches, la technicité, l’organisation, mais aussi les travailleurs eux-mêmes, leur parcours de vie, leur rapport au métier et à la matière « impure » à laquelle ils sont confrontés. Une première partie présente un historique de la gestion des eaux usées à Montpellier ; il est un peu court peut-être, car il inviterait à relativiser le statut de la matière traitée aujourd’hui pur déchet (les boues recyclées sont offertes gratuitement aux agriculteurs qui viennent les chercher), alors qu’elle était avant l’invention des engrais chimiques, un produit recherché, objet d’un commerce lucratif.

2L’objet de l’ouvrage d’Agnès Jeanjean n’est pas défini par un métier (celui d’égoutier, qui n’existe d’ailleurs pas en tant que tel à Montpellier), ni par les contours d’une entreprise (elle nous montre un entrelacement complexe de structures qui étaient en pleine évolution au moment de ses observations, dans le contexte d’une dévolution croissante au privé des fonctions municipales d’assainissement), ni par une unité technique (elle traite du curage des canalisations, du traitement des eaux usées, de l’inspection du réseau et des travaux sur le réseau). Ce qui fait l’unité de son objet, c’est la situation partagée par tous les acteurs qu’elle a rencontrés au cours de sa recherche, celle de s’occuper, au propre — si on me permet l’expression — de la « merde des autres » dans l’agglomération de Montpellier. Ces travailleurs de la merde (on ne peut éviter d’employer ce terme omniprésent dans l’ouvrage) sont variés et Agnès Jeanjean a cherché à être exhaustive. Il y a d’abord les employés de la compagnie fermière à laquelle la ville de Montpellier a confié la gestion de son réseau d’assainissement et qui étaient pour beaucoup, au moment de l’enquête, des employés municipaux détachés, que l’entreprise avait dû reprendre avec le marché. Il y a ensuite ceux de l’entreprise privée, d’ailleurs filiale de la même société que la compagnie fermière, qui assure des interventions facturées, parfois sur le réseau public, mais aussi dans les canalisations privées. Il y a enfin les salariés des entreprises de travaux publics (parfois d’ailleurs liées au même grand groupe) qui interviennent sur des chantiers d’égouts, même si ce n’est pas leur spécialité professionnelle exclusive. Les statuts aussi sont variés : les cadres, dont Agnès Jeanjean décrit le monde à part, ritualisé par les repas et les pots, les employés municipaux, les salariés de droit privé, techniciens, ouvriers et manœuvres, et tout en bas de la chaîne de précarité, les intérimaires qui travaillent sur les chantiers.

3Le cœur de l’analyse d’Agnès Jeanjean consiste à montrer que le rapport à la merde diffère considérablement suivant ces catégories de travailleurs. Il y a une variable hiérarchique qui n’étonnera pas, du cadre qui descend dans les égouts à quelques occasions dans l’année à l’ouvrier dont c’est la situation quotidienne de travail. Mais Agnès Jeanjean insiste sur une autre variable : la distinction privé/public. Les salariés de droit public, tous niveaux hiérarchiques confondus, se caractérisent par leur capacité à construire un discours inversé sur la merde et développent sur cette base des pratiques transgressives qui leur confèrent une sorte de pouvoir magique : du chef de service, dont le bureau est rempli de plantes vertes engraissées aux boues d’égout, aux ouvriers qui se comparent à des rats et prennent un malin plaisir à « arroser » les passants avec des eaux douteuses, surtout quand ceux-ci manifestent un peu trop clairement leur dégoût. Les salariés de droit privé, en revanche, n’ont pas cette capacité à inverser le registre des valeurs ; ils subissent donc la merde et intériorisent l’infamie de leur fonction sociale, qu’ils cachent parfois à leur entourage en employant des termes euphémisés pour définir leur travail.

4On n’est pas forcé de suivre pleinement Agnès Jeanjean dans l’interprétation anthropologique un peu contournée qu’elle donne de cette différence à partir d’une analyse du statut politique de l’ordure et des régimes de transgression qui l’accompagnent. La description suggestive qu’elle fait de ce personnel municipal, souvent recruté selon les logiques clientélistes des villes méridionales, du chef de service qui se prévaut de ses liens politico-amicaux direct avec le maire (dont le nom : Georges Frèche, n’est jamais cité par Agnès Jeanjean), de ses ouvriers qui, entre deux interventions, déambulent librement dans la ville à bord de leur camion hydrocureur pour éviter de retourner dans leurs locaux comme il leur est officiellement prescrit, suffit à faire comprendre le pouvoir inversé qui peut être ici conféré par le « sale boulot ». On songe effectivement à Hughes qui décrit, sur un terrain proche de celui d’Agnès Jeanjean, le pouvoir inversé du concierge qui vide les ordures ménagères, mais on pourrait trouver dans la sociologie des organisations de multiples exemples analogues de pouvoir inversé de subordonnés dans des structures d’emploi bureaucratiques.

5L’ouvrage d’Agnès Jeanjean me paraît receler une autre dimension anthropologique qu’elle n’exploite pas pleinement. Tous ces riches récits de vie qui font la trame de l’ouvrage témoignent d’une évidence : on n’arrive pas dans les égouts par hasard. Du haut en bas de l’échelle, tous ces hommes sont plus ou moins déclassés, qu’ils aient bénéficié des réseaux clientélistes de la mairie après un drame ou un échec personnel ou que, comme les intérimaires, ils ont souvent connu la prison, la drogue ou les deux à la fois. Les seuls cas d’ascension sociale sont liés à des parcours d’émigration réussie d’Algériens, mais qui reposent ici encore sur une rupture. Comment en vient-on donc à assurer des tâches réputées impures ? Les sociétés de caste fournissent une réponse simple à cette question ; nous en avons conservé longtemps des traces, comme pour le métier de bourreau, transmis de père en fils, jusqu’à la disparition récente de la fonction... Mais, dans la société libérale, la chose n’est pas si simple et Agnès Jeanjean l’illustre bien en montrant, par exemple, le cas de ces intérimaires qui, après quelques heures passées sur le chantier, repartent sans demander leur reste. Pourtant, des mécanismes complexes de recyclage social fonctionnent, qui permettent qu’il y ait encore des hommes disposés, bon gré mal gré, à « traiter la merde des autres ». L’ouvrage d’Agnès Jeanjean est un bel hommage qui leur est rendu.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Vatin, « Agnès Jeanjean, Basses œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 557-559.

Référence électronique

François Vatin, « Agnès Jeanjean, Basses œuvres. Une ethnologie du travail dans les égouts », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/23146 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.23146

Haut de page

Auteur

François Vatin

IDHE, CNRS–université Paris-10, Maison Max Weber, 200, avenue de la République, 92000 Nanterre, France
vatin[at]u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search