Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 4Comptes rendusNicolas Herpin, Le pouvoir des gr...

Comptes rendus

Nicolas Herpin, Le pouvoir des grands : de l’influence de la taille des hommes sur leur statut social

La Découverte, Paris, 2006 (110 p.)
Christian Baudelot
p. 562-564
Référence(s) :

Nicolas Herpin, Le pouvoir des grands : de l’influence de la taille des hommes sur leur statut social, La Découverte, Paris, 2006, 110 p.

Texte intégral

1La sociologie donne le meilleur d’elle-même, lorsque portant le regard sur des domaines de la vie qui s’imposent comme des faits naturels, elle y décèle les effets directs ou indirects de la vie sociale. Perçue, dans la vie quotidienne, comme un fait de nature dont les variations relèvent à la fois de la génétique et de la biologie, la taille est devenue très tôt un objet de la sociologie (Adolphe Quételet). Depuis une cinquantaine d’années, nombreuses sont en France et à l’étranger les études portant sur les facteurs sociaux contribuant aux différences de taille entre les hommes. Un fait est ainsi bien établi dans tous les pays, les riches sont plus grands que les pauvres. Historiens, statisticiens, démographes, sociologues convergent alors pour attribuer ces écarts souvent très accentués (3,2 cm aujourd’hui séparent la taille moyenne d’un cadre supérieur et d’un ouvrier), à des facteurs économiques et sociaux liés à l’alimentation, à l’âge de la mise au travail, aux conditions de travail. La mise au travail précoce des enfants qu’on soumettait dans les usines, les mines ou aux champs à des travaux physiques durs développait chez eux une musculature précoce des bras et des jambes au détriment des cartilages de conjugaison qu’ils écrasaient : la croissance osseuse était alors entravée. L’une des premières études menées en France sur cette question portait d’ailleurs sur la taille beaucoup plus élevée que la moyenne des élèves de l’école polytechnique qui n’a cessé de progresser de 1801 à 1954, et sans doute après aussi. Issu de milieu aisé, bien nourri, pratiquant très tôt des activités sportives et surtout délivré de la nécessité de devoir précocement gagner leur vie à la sueur de leurs muscles, ce corps d’élite réunissait effectivement toutes les conditions pour accéder, en moyenne, à des niveaux de taille élevée.

  • 1 Touraille, P., 2007. Dismorphismes sexuels de taille corporelle : des adaptations meurtrières. Les (...)

2Plus récemment, un travail très original, mené sous la direction de Françoise Héritier, propose des hypothèses nouvelles pour rendre compte des écarts de taille entre hommes et femmes.1 Cette différence ne se retrouve pas dans toutes les espèces. Rien de tel entre le cheval et la jument, le chien et la chienne, le gibbon mâle et le gibbon femelle. Concernant l’espèce humaine, seule l’hypothèse d’une augmentation de la taille des hommes a, en effet, été envisagée pour expliquer les écarts moyens de stature existant entre hommes et femmes dans toutes les populations humaines étudiées : le modèle darwinien suppose, en effet, que la taille des hommes a augmenté sous l’effet de la compétition reproductive entre les mâles. Sans nier la pertinence de cette hypothèse, Priscille Touraille explore la piste inverse : du même point de vue darwinien de la sélection, on pouvait aussi attendre que les femmes soient les plus grandes, les contraintes obstétriques constituant la force majeure de cette sélection. L’écart de stature observé ne serait donc pas seulement dû à une augmentation de la taille des hommes, mais aussi à une diminution de la taille des femmes. Diminution provoquée par des privations nutritionnelles, en particulier en matière de protéines.

3S’inscrivant dans le droit fil de ces travaux qu’il connaît d’autant mieux qu’il a largement contribué à les produire, Nicolas Herpin apporte à l’édifice des pierres entièrement nouvelles. Son propos n’est plus de chercher les causes sociales des variations de la taille mais d’identifier les effets produits par la taille sur tout un ensemble de comportements de la vie sociale. Ces effets sont souvent très lourds puisqu’ils touchent aux domaines essentiels de la vie, de l’amour à la mort : fécondité, réussite scolaire, choix du conjoint, emploi, revenus, pouvoir, suicide. Le tragique perce souvent sous le caractère apparemment incongru de certaines relations. Savait-on que les petits se suicidaient plus que les grands, ces derniers ayant toujours plus d’enfants ? Que la rémunération est proportionnelle à la taille de l’homme salarié, deux universitaires américains ayant calculé que l’accroissement de la taille d’un pouce (2,54 cm) entraînait, toutes choses égales par ailleurs, une augmentation de $ 789 par an ? Ce sont les grands qui font la course en tête de l’ascension sociale. Le point de vue de l’observateur est ici engagé ; prenant délibérément le point de vue et le parti des petits, le livre se termine par un appel à lutter contre les discriminations.

4Lesquelles prennent souvent, à l’âge scolaire, la forme de brimades et de violences surtout faites aux garçons, puis à l’âge adulte, un accès plus difficile des petits aux postes d’encadrement et de responsabilité, sans compter les mille et une formes de racisme quotidien infligées aux petits par le biais de stéréotypes qui passent d’autant plus souvent inaperçus des autres qu’ils sont fortement ancrés dans les esprits comme des évidences naturelles.

5Ce petit livre a de grands mérites : il se lit comme un roman, regorge de données dont certaines sont nouvelles, fourmille d’anecdotes et de témoignages significatifs, mais sa qualité principale tient à l’unité que donne à cette étude le point de vue très subtil de l’auteur. Le statisticien et le sociologue ne se départissent jamais de l’objectivité qui permet de mettre à distance les souffrances endurées par toutes les victimes du pouvoir des grands. Ce livre constitue néanmoins, avec son humour contrôlé, un chapitre stratégique d’une sociologie du corps douloureux.

Haut de page

Notes

1 Touraille, P., 2007. Dismorphismes sexuels de taille corporelle : des adaptations meurtrières. Les modèles de biologie évolutive et les silences de l’écologie comportementale humaine. Thèse de doctorat soutenue le 13 décembre 2005 au Collège de France, sous la direction de Françoise Héritier. Prix de thèse 2007 de la ville de Paris et du journal Le Monde.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Baudelot, « Nicolas Herpin, Le pouvoir des grands : de l’influence de la taille des hommes sur leur statut social », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 562-564.

Référence électronique

Christian Baudelot, « Nicolas Herpin, Le pouvoir des grands : de l’influence de la taille des hommes sur leur statut social », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 21 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/23225 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.23225

Haut de page

Auteur

Christian Baudelot

Centre Maurice Halbwachs, École normale supérieure, 48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
Christian.baudelot[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search