Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 49 - n° 4Comptes rendusNorbert Alter (dir.), Sociologie ...

Comptes rendus

Norbert Alter (dir.), Sociologie du monde du travail

Presses universitaires de France, coll. « Quadrige Manuels », Paris, 2007 (356 p.)
Alexandra Bidet
p. 564-565
Bibliographical reference

Norbert Alter (dir.), Sociologie du monde du travail, Presses universitaires de France, coll. « Quadrige Manuels », Paris, 2007, 356 p.

Full text

1L’ouvrage est proposé par des enseignants-chercheurs de l’université de Paris-Dauphine, auxquels sont associés cinq chercheurs extérieurs. Si la palette d’auteurs est large, six des 19 chapitres sont toutefois de la plume de son coordinateur (sept, en intégrant une collaboration).

2Dans la filiation de la « recherche–action », l’ouvrage entend se démarquer d’une sociologie avant tout « affaire de sociologues ». Il s’agit d’offrir au lecteur des perspectives en prise sur « la pratique des rapports sociaux » et à même d’alimenter la compréhension qu’en forment les acteurs. La référence au « monde du travail » est au cœur de cette ouverture à un public large, peu familier des distinctions académiques entre « sociologie du travail », « sociologie des organisations », « sociologie de l’entreprise », etc. Si ce collectif se propose de « développer une lecture globale », il annonce ainsi d’emblée de ne pas avoir « de thèse propre ou même spécifique ».

3Le volume se compose de quatre parties. La première s’attache aux « travaux fondateurs » et à leur actualité. Elle considère successivement : Taylor et l’organisation scientifique du travail, la psychosociologie des organisations, la critique de la bureaucratie aux États-Unis et la sociologie des professions et des métiers. La deuxième partie, entièrement rédigée par N. Alter, est consacrée aux « classiques ». Elle présente la sociologie des organisations et la question du pouvoir, puis les travaux sur la question de la culture et des identités au travail, enfin, la théorie de la régulation sociale. Les deux dernières parties regroupent un ensemble de « perspectives actuelles », en privilégiant deux points de vue : l’articulation entre l’économie, le social et les sujets pour la première (autour de six thématiques : le don et l’échange social, la sociologie économique, le monde associatif, le langage et le travail, l’ennui, le stress et la souffrance au travail) ; l’émergence de nouveaux acteurs et la crise des régulations traditionnelles pour la seconde (avec ici aussi six thématiques : l’institution et l’organisation, l’innovation et la déviance, le monde du travail et le genre, les coopérations intergénérationnelles, le temps et le travail et enfin, la modernisation, le mouvement et la crise).

4Tout le pari consiste à mettre sur le marché un manuel débarrassé des scories souvent attachées au genre, sinon de tout académisme. En ce sens, l’appareillage critique est minimal : on relève l’absence de note et des bibliographies thématiques limitées à une dizaine de titres. Mais le risque n’est-il pas que l’académisme, chassé par la porte, revienne par la fenêtre ?

5À la lecture, le résultat apparaît mêlé, au-delà de la part d’arbitraire associée au choix des thématiques, des auteurs présentés et des traitements qui en sont faits — choix qui n’est guère explicité pour le profane. Ainsi, le statut central accordé à la théorie de la régulation de J.‑D. Reynaud n’est pas sans lien avec l’attention portée dans d’autres chapitres à la place de l’innovation, de la déviance et de la crise dans l’action organisée. A contrario, quoique plusieurs auteurs fassent référence à la « sociologie du travail » classique — ou « sociologie industrielle » — pour en marquer les limitations, le lecteur néophyte apprendra finalement bien peu sur la tradition de travaux empiriques, forgée dès l’après-guerre autour de G. Friedmann et P. Naville (le premier bénéficie toutefois d’un meilleur traitement que le second, absent de l’index) et dont J.‑D. Reynaud est issu, alors même qu’elle sert manifestement de contrepoint. Or l’usage de la notion d’autonomie, ainsi que la référence à un « désir de métier », sont tributaires d’une anthropologie de l’acteur au travail mise en place dans l’œuvre de G. Friedmann. De même, un compte rendu des travaux menés sur l’automation par l’équipe de P. Naville aurait permis de ne pas identifier trop rapidement « taylorisme » et « idéal de fluidité », en rappelant que ce dernier s’oppose à la conception mécaniste du travail humain à l’œuvre chez F.W. Taylor. Enfin, si la question des « modèles d’organisation » est pour les auteurs « une mauvaise question », qui confond la pensée de l’organisation et l’activité organisatrice, on peut se demander si l’association du « taylorisme » à l’activité organisatrice est à même d’éclaircir le débat. Ainsi, le problème de la cumulativité des recherches sociologiques, menées sur le travail depuis les années 1950, ne cesse de cheminer à travers l’ouvrage, sans y être véritablement abordé.

6D’une façon plus générale, le principe même de structuration du volume, distinguant « fondateurs », « classiques » et « perspectives actuelles », mobilise des routines académiques qui pourront laisser le lecteur sceptique quant à l’intérêt des « fondateurs », dont les contributions souffrent de ne pas être réinscrites dans leur contexte historique. Selon les chapitres, on oscille alors entre un « classicisme » qui mériterait d’être revisité — ainsi, la présentation de F.W. Taylor au titre de « fondateur » et son inscription au principe de l’analyse sociologique du travail, alors que la réédition des textes de l’organisateur s’est accompagnée depuis plus d’une dizaine d’années d’une discussion critique de la part des historiens comme de sociologues — et des développements originaux étayés sur des recherches récentes, en sociologie économique ou des associations par exemple.

7Enfin, peut-on échapper aux vocables usuels ? Force est de constater que les contributeurs en font un usage récurrent, quoique varié : « sociologie des organisations », « sociologie du travail », « sociologie du genre », « sociologie industrielle », « sociologie du monde du travail », « sociologie de l’engagement au travail », « sociologie de la coordination des activités économiques », « sociologie de l’innovation », etc. En l’absence de présentation des débats et des contextes qui ont présidé à la genèse de ces vocables, on peut alors se demander si la vocation pédagogique de l’ouvrage est tout à fait remplie.

Top of page

References

Bibliographical reference

Alexandra Bidet, « Norbert Alter (dir.), Sociologie du monde du travail », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 564-565.

Electronic reference

Alexandra Bidet, « Norbert Alter (dir.), Sociologie du monde du travail », Sociologie du travail [Online], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, Online since 21 March 2008, connection on 06 March 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/23230 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.23230

Top of page

About the author

Alexandra Bidet

Centre Maurice Halbwachs CNRS-EHESS-ENS, 48, boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
alexandra.bidet[at]ens.fr

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search