Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 4Comptes rendusGilles Jeannot, Les métiers flous...

Comptes rendus

Gilles Jeannot, Les métiers flous. Travail et action publique

Octarès Éditions, Toulouse, 2005 (166 p.)
Fabienne Barthélémy
p. 566-567
Référence(s) :

Gilles Jeannot, Les métiers flous. Travail et action publique, Octarès Éditions, Toulouse, 2005, 166 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Gilles Jeannot s’inscrit dans une réflexion sur les transformations de l’action publique. Elle ne peut plus être envisagée comme un programme à mettre en œuvre et ce, parce qu’elle est aujourd’hui marquée par le « flou » et l’indétermination : flou des prescriptions qui sont faites aux agents, de leurs emplois, de leur position institutionnelle, de leur métier et des dispositifs publics qui les encadrent. Le flou est désormais consubstantiel à l’action publique. L’auteur entend dans son ouvrage donner sens à cette évolution. Afin d’engager cette réflexion sur les formes contemporaines de l’action publique, il propose d’analyser des « agents aux métiers flous » dont l’activité condense les nouvelles caractéristiques de l’action publique. Il se centre plus spécifiquement sur les fonctions des cadres de la gestion publique territoriale (notamment chefs de projets de la politique de la ville, agent de développement rural) et s’appuie sur une série d’enquêtes de terrain afin d’illustrer ses propos analytiques : de nombreux exemples précis et diversifiés donnent à voir les pratiques des agents en situation de travail. L’ouvrage s’organise autour de quatre parties, chacune s’attachant à analyser l’une des quatre dimensions clés de l’action publique telle qu’elle est envisagée par l’auteur : la prescription, le travail des agents, les dispositifs et les métiers.

2Dans la première partie, l’auteur part d’un constat : la difficulté à nommer ce que font concrètement les agents employés sur des postes de « chefs de projets » ou encore de « médiateur ». Le flou des appellations des fonctions des agents publics tiendrait au fait que les prescriptions qui leur sont faites sont de plus en plus vagues. Le métier n’est plus défini par une tâche précise à accomplir mais par l’énoncé d’un problème public général à résoudre (« résorber l’insécurité » ou « lutter contre le chômage »). Face à une « prescription » floue, les agents doivent façonner leur pratique en situation de travail dans une forme de bricolage local pour tenter de prendre en charge les problèmes globaux qui leur sont confiés. C’est donc au gré des interactions entre les agents et leur environnement, de la gestion des incertitudes et des difficultés désormais au centre de leurs préoccupations que l’action publique prend forme.

3Dès lors, comment expliquer cette indétermination de l’action publique ? L’argument développé par l’auteur dans la deuxième partie est le suivant : si le travail des agents publics ne relève plus d’une simple application de normes et de programmes officiels, c’est que les objets publics eux-mêmes « résistent » à l’énonciation de prescriptions précises. Ces derniers mettent souvent en relation plusieurs secteurs d’intervention qui engagent des acteurs aux logiques hétérogènes : ce qui « résiste », c’est alors l’impossibilité à articuler ces différentes composantes dans une procédure formelle unique.

4Dans ces conditions, comment penser la construction de l’action publique ? Comment les interventions s’agencent-elles et ce malgré leur hétérogénéité ? Comment les acteurs réussissent-ils à ordonner et à structurer leurs actions ? Dans ce conglomérat de professionnels et de modes d’intervention, un ordre qui lèverait l’indétermination consubstantielle de l’action publique actuelle, est-il envisageable ? L’auteur traite ces questions dans les deux dernières parties de son ouvrage. Il montre que des collectifs locaux se forment, rassemblant des acteurs unis autour de préoccupations communes : le ressort de la coopération entre les acteurs hétérogènes est alors le partage de « soucis » communs (Astier, 1997). Un ordre local émerge ainsi autour de « communautés » de problèmes. Dès lors, les frontières des collectifs qui se créent pour prendre en charge les problèmes publics ne suivent plus le découpage de la profession. Le flou du travail s’étend au flou des métiers. La forme professionnelle, organisée autour de la figure du métier ou de la profession, ne semble plus être aujourd’hui adaptée pour rendre compte des spécificités du travail de l’action publique. Elle suppose notamment la constitution d’un collectif ayant prétention à contrôler l’accès aux emplois et le contenu des interventions et un « désir de métier » avec l’attente d’un espace d’autonomie (Osty, 2003). Or la transversalité des problèmes à traiter par les fonctions des nouveaux domaines publics et de manière générale, l’ensemble des sources de résistance des objets publics identifiées par l’auteur, amène à remettre en question la culture professionnelle comme variable stabilisatrice de la position des agents publics et comme ressort de la coordination entre les individus engagés dans le traitement d’un problème commun. Le ressort de la coordination entre individus n’est plus le métier ou la profession mais le « souci ». L’ordre n’est plus aujourd’hui généré par les cadres et les normes formels mais par les agents qui s’en emparent. Une part importante est alors faite à l’engagement des individus et aux dynamiques d’apprentissage collectif et individuel. Dès lors, comment stabiliser ces agencements locaux ? L’auteur montre que les tentatives d’encadrer ce travail singulier ne cessent de se multiplier. Mais si les pouvoirs publics entendent construire une action publique efficace, ils ne peuvent mettre en place des procédures et dispositifs qui ne tiennent compte du travail collectif localisé dans lequel les agents publics sont engagés.

5En définitive, cet ouvrage riche engage une réflexion stimulante sur les tendances actuelles de l’action publique et plus spécifiquement les formes sociales de la stabilisation d’une action collective. Son originalité réside tout particulièrement dans l’élaboration d’un nouveau modèle de prise en charge de l’action publique. On comprend que la profession n’est plus la forme sociale par laquelle se réalise l’action publique. Se dessine aujourd’hui une autre forme de coordination : des collectifs rassemblant des acteurs hétérogènes autour de préoccupations communes. On peut toutefois s’interroger sur ce que recouvrent concrètement les communautés d’acteurs rassemblées autour de préoccupations communes. Ne sont-elles pas traversées par des conflits, des formes d’opposition entre les agents qui la composent ? Une analyse des relations au sein des collectifs aurait permis de fournir un éclairage supplémentaire sur ces nouvelles formes de coordination. Plus généralement, on peut questionner l’usage de l’appellation « métiers flous » comme catégorie d’analyse sociologique. Si l’auteur dans son ouvrage caractérise de manière précise et détaillée les différentes dimensions génératrices du flou consubstantiel à l’action publique contemporaine, le recours à cette appellation tend à brouiller les contours du regard sociologique et à l’entourer d’une forme d’indétermination à son tour quelque peu génératrice de « flou ».

Haut de page

Bibliographie

Osty, F., 2003. Le désir de métier. Engagement, identité et reconnaissance au travail. PUR, Rennes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Barthélémy, « Gilles Jeannot, Les métiers flous. Travail et action publique », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 566-567.

Référence électronique

Fabienne Barthélémy, « Gilles Jeannot, Les métiers flous. Travail et action publique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/23236 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.23236

Haut de page

Auteur

Fabienne Barthélémy

Centre de sociologie des organisations, 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
f.barthelemy[at]cso.cnrs.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search