Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 4Comptes rendusLouis Le Guillant, Le drame humai...

Comptes rendus

Louis Le Guillant, Le drame humain du travail. Essais de psychopathologie du travail

Présentés par Yves Clot, Erès, coll. « Clinique du travail », Ramonville Saint-Agne, 2006 (264 p.)
François Vatin
p. 567-570
Référence(s) :

Louis Le Guillant, Le drame humain du travail. Essais de psychopathologie du travail, Présentés par Yves Clot, Erès, coll. « Clinique du travail », Ramonville Saint-Agne, 2006, 264 p.

Texte intégral

  • 1 Une première édition plus complète des œuvres de Louis Le Guillant avait été publiée en 1984 sous l (...)
  • 2 Chez Hughes, la notion de « drame » renvoie à une métaphore théâtrale aucunement présente chez Le G (...)

1C’est une excellente initiative que vient de prendre Yves Clot en rééditant dans un volume commode de petit format un choix de textes sur le travail du psychiatre Louis Le Guillant (1900–1968).1 Malgré le titre adopté par Yves Clot en clin d’œil à Everett Hughes, Le drame humain du travail, l’ouvrage pourrait passer inaperçu chez les sociologues du travail. Ce serait dommage car, à bien des égards, c’est un regard sociologique sur le travail que porte Le Guillant. En dépit du titre, cette sociologie du travail n’a toutefois pas grand chose à voir avec celle de Hughes2 ; de même, comme le souligne justement Yves Clot dans son introduction, l’approche clinique de Le Guillant diffère assez fortement de celle, dorénavant bien connue des sociologues, développée sous le nom de « psychodynamique du travail » par Christophe Dejours, qui pourtant revendique cet héritage. Le Guillant nous offre en fait l’illustration de ce qu’aurait pu être une sociologie durkheimienne du travail, si la rupture de la guerre n’avait pas conduit à la recomposition complète du projet sociologique dans les années 1950–1960, recomposition d’où est sortie la tradition moderne de sociologie du travail.

  • 3 Le Guillant n’a adhéré au P.C. qu’après la guerre ; il s’en est détaché au début des années 1960. B (...)
  • 4 Voir sur ce sujet : Ohayon, 1999, chapitre 10. Elle évoque notamment, pp. 350 et sq. les combats de (...)

2Précisons le contexte pour éclairer ce point de vue. Louis Le Guillant, médecin, spécialiste notamment de la psychiatrie de l’enfance, est d’abord un homme engagé, membre du Parti communiste (P.C.), et marxiste convaincu. Il est un des représentants de cette aristocratie intellectuelle communiste qui occupe après-guerre des places centrales dans les institutions avant que la guerre froide les en chasse ou qu’ils virent eux-mêmes de bord.3 Son combat intellectuel, conforme à la ligne suivie par le P.C. dans les années 1950, est alors la critique de la psychanalyse, considérée comme une discipline d’inspiration américaine visant à masquer les plaies sociales en cherchant l’origine des troubles et des souffrances dans un substrat personnel aux individus (l’inconscient) et à dégager de nouvelles voies de contrôle disciplinaire en faisant intérioriser par les individus leur condition sociale4. En bref, à masquer l’aliénation sociale par le complexe psychique.

  • 5 Dans son étude sur la jeunesse (voir infra), Le Guillant cite Durkheim, précisément sur la notion d (...)

3A contrario, toute l’analyse de Le Guillant vise à montrer comment le travail, et plus généralement les conditions matérielles et morales d’existence des sujets, se traduisent par des désordres psychiques ou psychophysiologiques (somatisation). Sans doute ne nie-t-il pas l’existence d’un substrat psychique sur lequel viendrait agir l’environnement. Mais il s’agit bien pour lui de dire que les conditions environnementales, c’est-à-dire socioéconomiques, sont le facteur déterminant, « en dernière instance », selon la formule qu’affectionnait Louis Althusser. La référence marxiste de cette posture théorique ne fait pas de doute. Mais, articulée comme elle l’est chez Le Guillant à une attention fine aux structures mentales des sujets, peu présente, il faut bien le dire, dans l’œuvre de Marx, elle le conduit curieusement sur les traces de Marcel Mauss ou de Maurice Halbwachs qui, dans la poursuite de Durkheim, cherchèrent à montrer comment la conscience sociale est produite par les conditions concrètes d’existence5. Nous pensons notamment à la remarquable étude sur « la condition de “bonne à tout faire” » dans laquelle Le Guillant analyse la genèse du ressentiment dans l’état de servitude et comment ce conflit de valeur peut aller jusqu’à la folie. Nous pensons aussi à son analyse du cas de Mme L. (1957), atteinte d’un glaucome résultant d’une hypertension artérielle, dont il montre qu’elle s’inscrit dans l’habitus de cette personne (le terme n’y est pas), qui la conduit, dans un désir perfectionniste, à surinvestir tout travail, même le tricot qu’elle doit finalement arrêter. Le psychisme est au cœur de l’analyse, mais le social le surdétermine : en amont comme en aval de l’analyse, dans l’étude des origines rurales des bonnes à tout faire ou dans le désir d’ascension sociale de Mme L., comme dans les conditions techniques et morales de l’exercice du travail qui exploite ces habitus jusqu’à provoquer la névrose et les troubles somatiques. Signalons enfin cette étude sur la jeunesse : « jeunes difficiles ou temps difficiles » qui de bout en bout ressort d’un schéma durkheimien de l’anomie, en montrant comment les comportements autodestructeurs de la jeunesse résultent des conflits de valeur qui accompagnent le changement social.

4Certains des textes rassemblés par Yves Clot relèvent plus classiquement de la tradition sociotechnique et sont très proches des débats contemporains. Dans son étude sur la « névrose des téléphonistes » (1957 et 1958), comme dans celle sur une « condition de travail particulièrement pénible : la veille automatique à contrôle de maintien d’appui (VACMA) » (1966), Le Guillant entend montrer que le travail moderne, s’il exige moins d’énergie corporelle, provoque en revanche de la « fatigue nerveuse », qui se traduit par des désordres pathologiques avérés, psychiques ou psychosomatiques. Mais là aussi, grâce à ses observations fines et à son attention aux sujets comme à l’exercice concret du travail, son analyse dépasse la critique ordinaire de l’« intensification » du travail. Ainsi, pour les téléphonistes, qui sont évaluées par le nombre d’appels pris, il montre que, paradoxalement, le stress est moins fort dans les heures de fort trafic, car alors « il y en a pour tout le monde », que dans les heures creuses, où elles sont en compétition pour les capter. De même, si la VACMA, qui impose au conducteur de train de relâcher toutes les 55 secondes une pédale pour témoigner de sa vigilance, (au risque de voir retentir une sonnerie stridente, puisque le train s’arrête) est si pénible aux chauffeurs, ce n’est pas tant en raison du caractère répétitif du geste, que de l’état de soumission que génère le mécanisme. La crainte de la sonnerie devient obsédante et interdit au chauffeur l’appropriation de son travail, ce qui n’est pas sans rappeler la situation de la « bonne à tout faire », elle aussi « sonnée ».

5À lire ces beaux textes de Le Guillant, on est frappé de l’esprit sociologique qui les anime, de sa référence fréquente d’ailleurs aux sociologues de son temps, mais aussi aux écrivains, classiques (Zola, Mirbeau) et contemporains (Bernanos, Sagan ou Genet) qu’il lit en sociologue, comme les témoignages d’une conscience collective. Le contraste est frappant à cet égard entre les travaux de Le Guillant et la sociologie du travail techniciste qui lui est contemporaine. On peut regretter à ce point de vue qu’Yves Clot n’ait pas jugé utile d’insérer dans le volume la virulente critique adressée par Louis Le Guillant à Georges Friedmann en 1952 (Le Guillant, 1952). Ilya de bons motifs à cette omission : ce texte, à bien des égards odieux, sent la guerre froide et se conclut par une apologie du stakhanovisme. Il ne grandit pas Le Guillant et ne présente pas les qualités que nous avons soulignées dans ses autres études. Mais il constitue un témoignage du projet de Le Guillant face à la sociologie friedmannienne du travail.

  • 6 À l’appui de sa thèse, Le Guillant cite, contre Friedmann, le jeune Michel Crozier, alors trotskist (...)
  • 7 C’est la thèse défendue par Georges Friedmann en 1934 dans ses Problèmes du machinisme en U.R.S.S. (...)

6Que reproche Le Guillant à Friedmann ? De s’être laissé prendre aux pièges des « relations humaines », après avoir pourtant fait une revue critique lucide de la pensée d’organisation du travail et de la psychotechnique techniciste. Il aurait bien perçu celles-ci comme des dispositifs de manipulation des travailleurs, mais sans voir qu’il en était de même des « relations humaines ». Il y a là bien sûr en filigranes, dans le contexte de la guerre froide, une dénonciation de l’évolution des positions politiques de Friedmann, qui s’est éloigné du P.C., et, plus généralement, un rejet de principe des conceptions managériales américaines, que les réformistes tentaient alors d’importer grâce aux « missions de productivité »6. Paradoxalement proche des positions défendues par Friedmann avant-guerre7, Le Guillant soutient que la seule amélioration possible des situations de travail est le changement de régime politique qui modifiera le rapport même de l’ouvrier à son travail : « aucune des attitudes de l’homme devant son travail ne peut être connue et éventuellement modifiée sans que soit pris en considération le contexte social (ou plus exactement économique et politique) dans lequel s’effectue le travail » (Le Guillant, 1952, p. 76). C’est au nom de ce principe que Le Guillant fait l’apologie du stakhanovisme dans des termes qui peuvent, à raison, sembler aujourd’hui désolants. Mais, au-delà des errances politiques de ce temps, il affirme ici une posture méthodologique qu’il suivra effectivement dans ses études concrètes : étudier le travail comme un « fait social total », ne pas dissocier l’observation « au poste » d’une situation de travail du contexte plus général qui lui donne sens, dans l’organisation générale de la société, comme dans les itinéraires sociaux des personnes qui les ont conduites à ce poste, ne pas se focaliser sur les conditions matérielles d’exercice de la tâche au détriment de l’étude des valeurs sociales qui lui donnent, ou non, un sens pour le travailleur. Sur tous ces points, la démarche de Le Guillant contraste avec la sociologie du travail de son temps et est, d’une certaine manière, plus proche que celle-ci du programme durkheimien, ou, plus généralement, de la tradition classique de sociologie. Sa dimension anthropologique nous la rend aujourd’hui très familière.

Haut de page

Bibliographie

Crozier, M., 1951. « Human engineering ». Les nouvelles techniques « humaines » du Big Business américain. Les temps modernes, 69, p. 44–75.

Doray, B., 1996. Un regard sur l’œuvre de Le Guillant dans la psychopathologie du travail. In: Clot, Y. (Ed.), Les histoires de la psychologie du travail. Octares, Toulouse.

Friedmann, G., 1934. Problèmes du machinisme en U.R.S.S. et dans les pays capitalistes. Éditions sociales internationales, Paris.

Le Guillant, L., 1952. La psychologie du travail. La Raison 4, 75–103.

Ohayon, A., 1999. L’impossible rencontre. Psychologie et psychanalyse en France (1919–1969). La Découverte, Paris.

Vatin, F., 2004. Machinisme, marxisme, humanisme : Georges Friedmann avant et après-guerre. Sociologie du travail 46, 205–223.

Haut de page

Notes

1 Une première édition plus complète des œuvres de Louis Le Guillant avait été publiée en 1984 sous le titre Quelle psychiatrie pour notre temps, Erès, Toulouse. C’est Bernard Doray qui s’était chargé du volet consacré au travail de ce livre. Voir le témoignage et le commentaire de cet auteur : Doray, 1996.

2 Chez Hughes, la notion de « drame » renvoie à une métaphore théâtrale aucunement présente chez Le Guillant.

3 Le Guillant n’a adhéré au P.C. qu’après la guerre ; il s’en est détaché au début des années 1960. Bernard Doray (op. cit.) évoque sa culpabilité pour avoir couvert certaines des affaires les plus sordides du stalinisme comme le prétendu complot des « blouses blanches ».

4 Voir sur ce sujet : Ohayon, 1999, chapitre 10. Elle évoque notamment, pp. 350 et sq. les combats de la revue La Raison, Cahiers de psychopathologie scientifique, créée en 1951 sous le patronage d’Henri Wallon et la direction de Louis Le Guillant. Celui-ci abandonne la rédaction en chef de la revue en 1956, au moment où celle-ci change de ligne éditoriale à l’égard de la psychanalyse.

5 Dans son étude sur la jeunesse (voir infra), Le Guillant cite Durkheim, précisément sur la notion de « conscience collective » (p. 239 de l’édition d’Y. Clot).

6 À l’appui de sa thèse, Le Guillant cite, contre Friedmann, le jeune Michel Crozier, alors trotskiste, qui vient de faire un rapport au vitriol sur les méthodes de management américaines qu’il avait étudiées sur place (Crozier, 1951).

7 C’est la thèse défendue par Georges Friedmann en 1934 dans ses Problèmes du machinisme en U.R.S.S. et dans les pays capitalistes. Sur l’évolution de la pensée de Friedmann : Vatin, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Vatin, « Louis Le Guillant, Le drame humain du travail. Essais de psychopathologie du travail », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 567-570.

Référence électronique

François Vatin, « Louis Le Guillant, Le drame humain du travail. Essais de psychopathologie du travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/23245 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.23245

Haut de page

Auteur

François Vatin

IDHE CNRS, université Paris-X–Nanterre, 200, avenue de La-République, 92000 Nanterre, France
vatin[at]u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search