Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 4Comptes rendusYasmine Siblot, Faire valoir ses ...

Comptes rendus

Yasmine Siblot, Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires

Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, coll. « Académique », Paris, 2006 (348 p.)
Marion Carrel
p. 570-572
Référence(s) :

Yasmine Siblot, Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, coll. « Académique », Paris, 2006, 348 p.

Texte intégral

1Issu d’une thèse soutenue en 2003, l’ouvrage de Yasmine Siblot apporte des avancées significatives dans la compréhension des rapports pratiques entre les habitants des quartiers populaires et les services publics. Afin de dépasser les approches traditionnellement centrées sur les interactions au guichet ou les situations de travail des agents administratifs, la chercheuse a inventé un protocole d’enquête permettant d’élargir l’analyse à l’ensemble des rapports sociaux dans lesquels les interactions entre agents et usagers prennent place. Si le guichet représente un poste remarquable d’observation des rapports sociaux, Yasmine Siblot pousse l’analyse un cran plus loin, sur les deux versants, enquêtant aussi bien sur les trajectoires familiales et résidentielles des individus que sur les conséquences des réformes managériales des services.

2L’enquête de terrain, menée dans une ville de la banlieue parisienne, a articulé des phases d’entretiens auprès d’agents et d’usagers avec des phases d’observation dans les trois administrations sélectionnées (la poste, la mairie et le centre social). L’ouvrage restitue toute la richesse de l’approche ethnographique. Le lecteur est par exemple amené à prendre conscience de l’inutilité, sur le terrain, de certaines catégories ordinaires dans le monde scientifique ou militant. La notion de « service public », après quelques déconvenues lors d’entretiens, a dû être abandonnée au profit de la notion « d’administration », couramment utilisée par les agents et les usagers. L’ouvrage livre également des analyses fécondes sur les jugements formulés à l’égard de l’administration et par extension de la politique. Les usagers opèrent une distinction entre les administrations où « on peut faire valoir ses droits » et les autres, où il « faut demander l’aumône ». Les agents administratifs opposent quant à eux le fait de « rendre service » dans leur travail, activité jugée positivement, à celle « d’être tatillon », difficilement compatible avec la satisfaction des usagers.

3Au cœur de l’analyse figure la question des formes de domination, intériorisées, qui s’exercent dans les relations administratives des classes populaires, s’incarnant par exemple dans le sentiment d’incompétence et d’angoisse face à la « paperasse » à remplir. La force de l’ouvrage réside cependant dans la démonstration d’une variété des pratiques — une typologie de quatre profils est proposée — selon les trajectoires biographiques et les modes de socialisation. Certains individus peuvent développer des compétences qui facilitent la relation de leur famille aux administrations. L’ouvrage donne finalement à voir l’intrication entre des rapports de pouvoir et des formes d’atténuation de la domination dans les relations entre agents et usagers. La familiarité (visible notamment dans l’appropriation verbale des administrations : « ma mairie », « ma poste »), génératrice de sociabilité locale et de considération, est analysée comme un facteur de réduction de la domination administrative. La dernière partie de l’ouvrage montre à quel point les réformes en cours, dans le cadre de la modernisation des services publics, tendent à freiner, voire empêcher ces relations de familiarité. Face aux exigences de rentabilité et aux techniques de contrôle –– la description de « l’enquête mystère » de la Poste est à cet égard croustillante — les agents administratifs sont de moins en moins enclins à passer du temps à discuter ou à aider les usagers à remplir leurs formulaires. Plus largement, Yasmine Siblot montre l’évolution des services publics au gré des réformes des années 1990, d’un abandon de la question du sous-équipement des quartiers densément peuplés, au profit d’une nécessaire « adaptation » des services (embauche d’interprètes et de médiateurs, rapprochement de la politique de la ville) qui se traduit par une stigmatisation croissante de ces quartiers.

4Cette analyse socio-institutionnelle focalisée sur la stigmatisation des quartiers sensibles est sans doute la moins aboutie de l’ouvrage. La thèse de l’imposition « par le haut », issue des rapports et audits commandités dans les années 1990, de la rhétorique de la violence et du handicap socioéconomique des habitants de ces quartiers apparaît surplombante. En cela, elle réduit la portée ethnographique de la recherche. Soulignons au passage que certains rapports, tels que le rapport Sueur sur la politique de la ville, ont plaidé pour le rétablissement d’une égalité de traitement et d’équipement en services publics sur le territoire. Plus généralement, si quelques descriptions et analyses sont fournies à propos du « coup de gueule » au guichet, lorsque l’usager donne de la voix pour tenter de régler son problème, aucune description ethnographique ne vient traiter des situations plus tendues, de « pétages de plomb » ou autres accusations de racisme ou de blocage du dossier. La violence est-elle seulement une rhétorique, une fiction véhiculée par des programmes de politiques publiques et des formateurs inculquant aux agents des techniques de maîtrise de soi adaptées aux différentes particularités ethniques ? Si l’ethnocentrisme et les stéréotypes misérabilistes peuvent baigner dans certains milieux professionnels, l’analyse ethnographique de comportements agressifs aux guichets ne mérite cependant pas d’être systématiquement écartée. Non seulement ces comportements font partie du quotidien – imaginaire ou réel – des agents administratifs, mais se jouent également dans ces relations conflictuelles des formes de critiques sur le sens de l’action administrative qui font probablement l’objet de discussions, de débats, voire de controverses.

5Cet ouvrage apporte néanmoins des analyses inédites et stimulantes sur le sens pratique du service public, les relations administratives et les classements sociaux qui s’opèrent au quotidien. Le pari d’une approche ethnographique et biographique, articulée à une analyse macrosociale de l’évolution des services publics et des quartiers populaires, est réussi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Carrel, « Yasmine Siblot, Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 570-572.

Référence électronique

Marion Carrel, « Yasmine Siblot, Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/23257 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.23257

Haut de page

Auteur

Marion Carrel

Institut Marcel-Mauss (CEMS-EHESS), 54, boulevard Raspail, 75006 Paris, France
marion.carrel[at]free.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search