Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 4Comptes rendusEvelyne Ribert, Liberté, égalité,...

Comptes rendus

Evelyne Ribert, Liberté, égalité, carte d’identité : les jeunes issus de l’immigration et l’appartenance nationale

La Découverte, Paris, 2006 (274 p.)
Arnaud Frauenfelder
p. 572-574
Référence(s) :

Evelyne Ribert, Liberté, égalité, carte d’identité : les jeunes issus de l’immigration et l’appartenance nationale, La Découverte, Paris, 2006, 274 p.

Texte intégral

  • 1 Resurgies suite à l’émotion suscitée par les incidents qui ont émaillé, en 2001, le match de footba (...)

1Depuis le début des années 1980, la crainte d’un affaiblissement de l’identité nationale resurgit régulièrement dans les débats publics en se focalisant sur les jeunes issus de l’immigration. Ces crispations vont trouver une traduction juridique concrète par la loi dite « Méhaignerie » (1994) qui proposa, pendant quatre ans, de remplacer pour les jeunes nés en France de parents étrangers l’obtention automatique de la nationalité française à la majorité par une procédure de « manifestation de volonté » afin de raffermir le sentiment d’appartenance nationale des candidats à la nationalité. Plutôt que de reprendre à bon compte les interprétations convenues en ce domaine (soupçonnant ces jeunes d’une trop forte allégeance étrangère)1, l’auteur a préféré restituer le point de vue des premiers concernés. Ainsi, par une enquête de terrain minutieuse, elle s’est interrogée sur ce que représente l’appartenance nationale pour les jeunes issus de l’immigration. L’enquête a été menée en 1995 et 1996 auprès de 50 jeunes, âgés de 16 à 20 ans, nés en France de parents marocains, tunisiens, espagnols, portugais et turcs, enquête mêlant entretiens approfondis auprès des adolescents et observations dans des tribunaux d’instance où les jeunes se rendaient pour « manifester leur volonté ». Or la déconvenue fut grande de rencontrer des adolescents ne voyant pas « quelles questions pouvaient bien se poser » sur l’appartenance nationale (p. 45). D’où la nécessité d’interroger désormais l’« écart entre les représentations presque unanimement admises » associant nationalité et identité et la façon dont les intéressés perçoivent les choses (ibid), questionnement orienté par l’hypothèse d’une « remise en cause » possible du modèle d’appartenance nationale.

2Après avoir, au début de son ouvrage, restitué trois portraits incarnés de jeunes sur leurs diverses façons de décider de leur nationalité, l’auteur s’intéresse aux raisons présidant au choix en matière de nationalité. On apprend que l’acquisition de la nationalité française est généralement présentée par eux comme une nécessité. L’existence des sanctions – d’ordre à la fois juridique, administrative et informelle (railleries) – auxquelles s’exposent les jeunes étrangers nés en France s’ils ne deviennent pas Français révèle que l’acquisition de la nationalité constitue une « norme sociale » avec laquelle les jeunes sont contraints de composer. Par ailleurs, sans être pour autant totalement désintéressée, l’acquisition de la nationalité n’obéit pas pour autant à des motivations étroitement utilitaires. L’auteur constate que les intéressés parviennent souvent « tout juste à dénicher un malheureux argument » ; qu’ils la recherchent aussi pour toutes les situations « imprévues et imprévisibles » (car « on ne sait jamais ») ; que leur visée est traversée également par des préoccupations égalitaires (p. 109). Force est dès lors de constater, souligne l’auteur, que la nationalité n’est que « rarement associée au sentiment d’identité », tant « l’adhésion enthousiaste à la nation [...] reste exceptionnelle » (p. 120). Or en quoi l’énonciation de ces motifs pratiques à devenir Français ne serait-elle pas parfois le produit d’une mise en scène de soi permettant d’éviter la réprobation morale devant ses proches (compatriotes) et d’entretenir de façon souterraine les illusions de la fidélité à soi ? L’auteur n’en dit rien.

3Si la nationalité n’engage pas l’identité, c’est avant tout, relève l’auteur, parce que les jeunes durant leur minorité ignorent souvent leur nationalité ou se pensent dotés d’une « nationalité provisoire ». La méconnaissance de leur statut national est à l’image de l’usage limité qu’ils font de la nationalité : l’origine affleure et, avec elle, l’idée partagée par certains qu’ils ne seraient pas de « vrais Français ». Au-delà, on apprend que la nationalité n’engage pas l’identité car l’appartenance nationale ne constitue souvent que l’une des facettes de l’identité de ces jeunes et apparaît loin derrière l’appartenance à la jeunesse ou la position scolaire.

4L’ouvrage se termine par le constat d’une mise en cause du modèle d’appartenance nationale caractéristique de l’État nation où les différents types de liens – affectif, politique, identitaire et culturel – sont imbriqués (en tout cas sur le plan théorique), alors qu’aujourd’hui, ils seraient davantage déliés : « Ainsi, certains adolescents dissocient-ils la nationalité du lien affectif : très attachés à la terre de leurs ancêtres, ils n’en conservent cependant pas la nationalité. Le désir de participer aux élections – la citoyenneté – est parfois également disjoint du sentiment national, alors qu’il est lié à la résidence : ceux qui ont l’intention de s’installer dans le pays d’origine de leurs parents, qui représente à leurs yeux « leur patrie », ne souhaitent pas voter là-bas, mais en France, tant qu’ils y habitent » (p. 240). Cette mise en cause de l’identification à la communauté nationale cache en fait l’émergence d’une nouvelle forme de lien national fondée sur l’« impression d’y avoir une place », de « pouvoir y être inclus socialement, sur les plans professionnel et relationnel » (p. 233). Bien documentée, l’auteur relève que la perte d’importance de l’identité nationale n’est pas « propre aux jeunes issus de l’immigration », on la retrouve aussi chez les adolescents nés de parents français (p. 253). Au-delà, cette attitude est en phase avec l’évolution globale des sociétés modernes « qui tendent vers toujours plus d’individualisme » (p. 254).

5Au final, on pourrait regretter que les conditions sociales du choix de la naturalisation soient peu explorées ; la discussion finale aurait pu, également, gagner à intégrer la question des variations nationales sur l’expérience du choix de la nationalité. Malgré ces légères réserves, cette enquête propose de manière convaincante, et cela avec un haut degré de réflexivité théorique et méthodologique, une transformation du regard sur un objet préconstruit à plusieurs titres.

Haut de page

Notes

1 Resurgies suite à l’émotion suscitée par les incidents qui ont émaillé, en 2001, le match de football France–Algérie au Stade de France, au cours duquel La Marseillaise a été conspuée par des jeunes d’origine algérienne. Le 24 mars 2005, l’apprentissage de La Marseillaise redevient obligatoire à l’école.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Frauenfelder, « Evelyne Ribert, Liberté, égalité, carte d’identité : les jeunes issus de l’immigration et l’appartenance nationale », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 572-574.

Référence électronique

Arnaud Frauenfelder, « Evelyne Ribert, Liberté, égalité, carte d’identité : les jeunes issus de l’immigration et l’appartenance nationale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/23269 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.23269

Haut de page

Auteur

Arnaud Frauenfelder

Département de sociologie, université de Genève, Genève, Suisse
Arnaud.Frauenfelder[at]socio.unige.ch

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search