Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 49 - n° 4Comptes rendusMarcel Durand, Grain de sable sou...

Comptes rendus

Marcel Durand, Grain de sable sous le capot. Résistance et contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972–2003)

Agone, Marseille, 2006, 428 p.
Guillaume Huyez-Levrat
p. 574-575
Référence(s) :

Marcel Durand, Grain de sable sous le capot. Résistance et contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972–2003), Agone, Marseille, 2006, 428 p.

Texte intégral

1« Grain de sable sous le capot » a paru pour la première fois en 1990 à La Brèche – un éditeur proche de la Ligue communiste révolutionnaire. Pourtant comme le souligne Michel Pialoux dans la préface de cette seconde édition largement augmentée, le texte de Marcel Durand est assez loin d’un manifeste théorisant la lutte des classes. La réception de sa première édition aura même été plutôt tiède parmi les militants ouvriers. Ceux-ci n’appréciant guère de voir dévoiler une certaine intimité de la relation entre les OS et leur chaîne. Relation qui est au cœur de ce livre. Il s’agit en effet d’une chronique truculente du quotidien de l’usine Peugeot de Sochaux, livrée par un de ses acteurs, un OS. C’est le premier intérêt de l’ouvrage : il nous permet de saisir de l’intérieur presque 30 ans d’une histoire organisationnelle et de l’histoire générationnelle des babyboomers. Cette chronique couvre trois périodes (« Le clan des planches de bord » de 1973 à 1977 ; « La résistance des Hen-Heins » de 1982 à 1988 ; « Galère Pijo » de 1990 à 2003) entrecoupées par deux journaux de grève (« Les trois K » en 1981, « Peugeot la colère » en 1989). Le second intérêt de ce livre réside dans le travail réflexif qu’il impose aux sociologues du travail. Sur ce que nous ne parvenons pas à saisir, parce que les conditions de la recherche conduisent parfois à ce que l’accès au terrain soit filtré par les entreprises. Sur ce que, peut-être, nous ne voulons pas saisir parce que ce n’est « pas très propre ». Nous voulons indiquer ici certaines de ces questions.

  • 1 On notera deux exceptions : Merle, P., Le Beau, B., 2004. Alcoolisation et alcoolisme au travail. E (...)
  • 2 Touraine, A., 1966. La conscience ouvrière. Seuil, Paris.

2Les années 1970 constituent une première période qui apparaît rétrospectivement comme un âge d’or pour ces, alors jeunes, OS pris dans un jeu « bon enfant » avec l’entreprise. Jeu avec le rythme de la chaîne que l’on va parfois bloquer ou ralentir. Jeu avec les collègues, les « singeries » qui, sitôt finies, permettent d’occuper l’esprit pendant que le corps se contorsionne et s’use dans la répétition des mêmes gestes. On comprend que la mise en lumière de cette sociabilité de la chaîne pose problème aux tenants d’une figure prométhéenne de l’ouvrier : cette vie a sa part de scatologie, de sexe et d’alcool : le « kil de rouge », ou le Ricard « la boisson pilote qui sert à fêter tous les genres d’évènements » (p. 87) et qui sert aussi, parfois, à tenir la cadence. Voilà une première question sur laquelle les sociologues ont été peu diserts.1 Jeu encore, mais parfois féroce, tourné contre les contremaîtres. Il s’agit alors de marquer sa distance avec « l’ennemi » : les « cravates », les « fayots » et les « siap » (du nom du syndicat maison) dans une opposition qui permet de construire une conscience ouvrière2 mais aussi de donner du sens à sa journée de travail. Ce dernier point n’a pas non plus été assez discuté par les sociologues du travail : comment un OS peut-il mettre en récit une journée de travail qui n’est sensée qu’être la réitération monotone du même geste ?

« C’est drôle comme on ne trouve qu’un langage très pauvre pour parler de la chaîne à sa femme. C’est dur. Point. Mais parler d’un gag comme celui de ce matin, c’est exaltant. Comme quoi un contremaître, même aussi peau de vache que le Gras, dans le fond, ça peut parfois servir » (p. 108).

3Une seconde période s’ouvre après la grève de 1981. Elle traduit un double phénomène. D’une part, l’introduction d’un nouveau management concomitant au changement dans l’organisation de la production (mécanisation accrue, polyvalence et intégration des tâches de contrôle dans le travail productif). D’autre part, un désamour des OS vis-à-vis de leurs représentants syndicaux et politiques traditionnels qui échouent à se mobiliser sur le thème des conditions de travail et à endiguer l’intensification du travail.

  • 3 Beaud, S., Pialoux, M., 2004. Retour sur la condition ouvrière. 10/18, Paris. Marcel Durand a été l (...)

4Une troisième période plus sombre débute après la grève de 1989. Les « Hen-Heins » qui maintenaient depuis la grève de 1981 une forme de résistance à la novlangue managériale sont fatigués. Dans l’usine vidée de ses hommes (les « pré-retraites restructurations » sont passées par là) résonne un nouvel écho : celui de la « génération non non » (comme dans la chanson de Diam’s). Ils apparaissent à peine dans le récit de Marcel Durand, les membres de cette « troisième génération d’ouvriers »3 ; ces jeunes intérimaires qui n’ont pas grand-chose à espérer et pas plus à perdre et qui parfois quittent la chaîne ou réagissent violemment à la pression managériale. Cette absence aussi mérite d’être interrogée car elle traduit une difficulté à faire cohabiter des générations différentes au travail.

5Pour conclure, espérons que parmi ces « jeunes » se trouvent des Marcel Durand pour écrire au jour le jour la suite de cette chronique qui constitue un matériau précieux pour l’analyse de l’évolution des conditions de travail et du rapport au travail.

Haut de page

Notes

1 On notera deux exceptions : Merle, P., Le Beau, B., 2004. Alcoolisation et alcoolisme au travail. Ethnographie d’un centre de tri postal. Revue française de sociologie 45 (1), 3–36 et, sur la question du sexe à l’usine, Roy, D., 2006. Un sociologue à l’usine (textes réunis par J.-P. Briand et J.-M. Chapoulie). La Découverte, Paris.

2 Touraine, A., 1966. La conscience ouvrière. Seuil, Paris.

3 Beaud, S., Pialoux, M., 2004. Retour sur la condition ouvrière. 10/18, Paris. Marcel Durand a été l’un des interlocuteurs des chercheurs au cours de leur travail dans les usines Peugeot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Huyez-Levrat, « Marcel Durand, Grain de sable sous le capot. Résistance et contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972–2003) », Sociologie du travail, Vol. 49 - n° 4 | 2007, 574-575.

Référence électronique

Guillaume Huyez-Levrat, « Marcel Durand, Grain de sable sous le capot. Résistance et contre-culture ouvrière : les chaînes de montage de Peugeot (1972–2003) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 49 - n° 4 | Octobre-Décembre 2007, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/23285 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.23285

Haut de page

Auteur

Guillaume Huyez-Levrat

Centre d’études de l’emploi, Le Descartes I, 29, promenade Michel-Simon, 93191 Noisy-Le-Grand cedex, France
ghuyez[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search