Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 48 - n° 1Comptes rendusPatricia Loncle, L’action publiqu...

Comptes rendus

Patricia Loncle, L’action publique malgré les jeunes. Les politiques de jeunesse en France de 1870 à 2000

L’Harmattan, Paris, 2003 (338 p.)
Chantal Nicole-Drancourt
p. 121-123
Référence(s) :

Patricia Loncle, L’action publique malgré les jeunes. Les politiques de jeunesse en France de 1870 à 2000, L’Harmattan, Paris, 2003, 338 p.

Texte intégral

1Refaire l’histoire de l’Action publique en direction de la jeunesse est une entreprise ardue. Les raisons en sont multiples : d’ordre épistémologique d’abord (qu’est-ce que la jeunesse ? peut-on en dessiner les contours ?), d’ordre politique ensuite (la jeunesse est-elle une catégorie d’intervention publique, justifie-t-elle d’une approche sectorielle ?). Dès lors, s’intéresser à l’Action publique en direction de la jeunesse revient à tenter de saisir l’essence d’une logique en recherche constante de cohérence. C’est pourtant à cette tâche ardue que se consacre l’ouvrage de Patricia Loncle qui interroge cette cohérence à partir de trois caractéristiques récurrentes des politiques de jeunesse en France : la première est que ces politiques ne disposent pas de fondement d’intervention autonome ; la seconde renvoie au fait que des acteurs privés ont toujours eu une forte influence sur la construction des référentiels d’action ; la troisième enfin, c’est que même si « les politiques de jeunesse entretiennent un rapport symbolique étroit avec le national, elles trouveront essentiellement leur cohérence au niveau local ». Ce dernier aspect conduira d’ailleurs la sociologue à mener l’investigation empirique à ce niveau (seul à même, dit-elle, « de rendre compte d’actions logiques ») avec une mise en perspective historique et comparative des politiques locales de jeunesse sur deux villes françaises (Rennes et Lille). Sans cesse alimentée par les réflexions que suscite l’analyse de ses matériaux d’enquêtes (de types qualitatifs, documentaires ou bibliographiques), l’argumentation de P. Loncle décline tout au long de son ouvrage l’évolution de ces trois grandes caractéristiques de 1870 aux années 2000.

2Le chapitre 1 est consacré aux caractéristiques des politiques de jeunesse en France de 1870 à 1958. Jusqu’en 1936, la période se caractérise par le développement de structures privées d’encadrement de la jeunesse. Leur mobilisation est forte dans la mesure où les phénomènes d’industrialisation et d’urbanisation désocialisent les jeunes : poussés à l’exode rural ou enrôlés dans les ateliers et les usines, ils échappent en effet de plus en plus aux réseaux de socialisation traditionnels. Ces structures sont prises en charge au début par des organismes laïques ou confessionnels qui s’adressent aux jeunes en tant que population à protéger physiquement (santé, hygiène) et psychologiquement (soutien et prévention morale). Puis, les mouvements de jeunesse s’orientent vers « l’auto-encadrement, la responsabilisation individuelle et l’apologie du grand air » avec un développement sans précédent du mouvement scout. Après 1936, la période se caractérise par l’entrée remarquable de l’État dans le domaine de la jeunesse. L’Action publique envers la jeunesse est là, nous dit l’auteur, pour exprimer les projets globaux de l’avenir de la société nationale : dans les années 1930 il s’agit de « fonder une société nouvelle » puis après la guerre « de reconstruire un pays délabré ». Dans cette perspective, un dialogue étroit s’installe entre l’État et les associations, dialogue qui atteint son point d’orgue pendant le Front populaire et sa pire période sous le régime de Vichy (soulignons à ce stade l’analyse fine et critique de l’auteur sur la nébuleuse française des mouvements d’encadrement de la jeunesse sous l’occupation). Enfin, à la libération c’est l’ambiguïté des rapports publics/ privés qui domine et exige un important travail de restauration de la confiance. Ce processus se soldera par une institutionnalisation étatique des structures d’encadrement de la jeunesse, par la constitution d’un domaine spécifique d’intervention en direction de la jeunesse (la sectorisation) et par l’émergence de réseaux locaux d’acteurs de la jeunesse. À ce sujet, P. Loncle puise dans ses enquêtes de terrains une foule de données concrètes mettant en évidence le rôle des municipalités françaises dans la construction des politiques de jeunesse.

3Le chapitre 2 est ensuite consacré aux caractéristiques des politiques de jeunesse ente 1958 et 2000. L’auteur montre alors que même si la jeunesse devient un véritable objet d’investissement public, l’État ne parviendra que difficilement à faire valoir l’ampleur de son action. Dans la première période, celle des Trente Glorieuses, les politiques de jeunesse entament une tentative de « fonctionnement sectoriel » regroupant des représentants de l’État et des militants du monde associatif. Sous les auspices d’un tout nouveau ministère « Jeunesse et Sport » la période est riche en interventions publiques mais, au final, ne débouche sur aucune visibilité réelle. Pour expliquer ce paradoxe, l’auteur met en cause les conflits d’intérêts internes aux organisations : d’un côté l’instance Jeunesse et Sport « constamment en butte à l’irréductibilité interministérielle des questions de jeunesse » et de l’autre de sévères luttes d’influence entre l’État et un monde associatif qui oscille entre partenariat et contre-pouvoir. À terme les conflits récurrents viennent à bout des logiques mises en œuvre. La seconde période est marquée par la crise et ses effets dans la dégradation des conditions de vie des jeunes qui précipitent le bouleversement des modes d’intervention publics. Il s’agit alors de mettre en place des instruments plus « généralistes » qui portent à la jeunesse « une attention particulière ». La mobilisation s’exprime à travers des programmes élaborés par des instances interministérielles (Jeunesse et Sports, Affaires sociales, Emploi, Formation professionnelle, Ville) auxquelles s’adjoint une « liberté d’initiative des municipalités » pour « faire coïncider l’espace de décision et l’espace d’action ». La première expérimentation en matière de Politique de la ville « généraliste » est inaugurée par le dispositif « habitat et vie sociale » qui met la jeunesse au cœur du débat interministériel. Puis, le dispositif « développement social des quartiers » inspiré d’une série de rapports phares (Rapport Schwartz en 1981 ; Rapport Bonnemaison en 1982 ; Rapport Dubedout en 1983) est à l’origine « d’initiatives nombreuses, transversales et territorialisées en direction des jeunes ». À partir de là de nombreuses mesures sont développées contre le chômage des jeunes (dispositifs d’insertion professionnelle des jeunes) et contre leur « exclusion » (zones d’éducation prioritaires, conseils de prévention de la délinquance, etc.). Au final, ces « myriades d’initiatives » partenariales seront plutôt critiquées pour des lenteurs de décisions, pour des problèmes de représentativité des participants, pour leur faible efficacité apparente etc. L’ensemble dit-on, semble peu cohérent, « laisse l’impression d’un certain chaos » et renvoie peu de visibilité : « des initiatives locales aux programmes européens de lutte contre la pauvreté, les dispositifs en faveur des jeunes se chevauchent et sont rarement affichés comme politiques de jeunesse ». Dès lors s’impose le paradoxe de la question sociale jeune contemporaine : pendant que la jeunesse devient le public central des nombreux dispositifs et des nouvelles méthodes mises en œuvre dans l’Action publique, le ministère Jeunesse et Sport est marginalisé et la visibilité des politiques de jeunesse décline. L’auteur termine son ouvrage sur les conséquences de cette situation à savoir : « l’appropriation locale de la question jeune ». La comparaison des exemples rennais et lillois constitue l’épilogue de l’ouvrage.

4L’actualité du livre de P. Loncle est évidente en ces temps d’innovation sociale et institutionnelle. En dépit de son aspect touffu, il faut lire cet ouvrage pour prendre la mesure de la complexité du meccano politico social qui préside à la mise en forme d’une question sociale. À ce titre, l’histoire des politiques de jeunesse et la saga des mobilisations des acteurs publics et collectifs dont elles sont issues sont certainement le cas d’école le plus pertinent à découvrir pour se convaincre du caractère éminemment construit des institutions sociales et politiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal Nicole-Drancourt, « Patricia Loncle, L’action publique malgré les jeunes. Les politiques de jeunesse en France de 1870 à 2000 »Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 1 | 2006, 121-123.

Référence électronique

Chantal Nicole-Drancourt, « Patricia Loncle, L’action publique malgré les jeunes. Les politiques de jeunesse en France de 1870 à 2000 »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 1 | Janvier-Mars 2006, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/23629 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.23629

Haut de page

Auteur

Chantal Nicole-Drancourt

Lise, CNRS, Cnam, Analyse sociologique du travail, de l’emploi et des organisations, 2, rue Conté, 75003 Paris, France
drancourtchantal[at]hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search