Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La profession comptable au Maroc 1906-2006. Analyse critique et sociologique, S. El Omari

Afrique-Orient, Casablanca (2013). 232 p.
Élisabeth Longuenesse
p. 528-530
Référence(s) :

Sami El Omari, La profession comptable au Maroc 1906-2006. Analyse critique et sociologique, Afrique-Orient, Casablanca, 2013, 232 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Professions, Maroc
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les plus connus, on citera les travaux d’Éric Gobe et Saïd Ben Sedrine sur les ingénieurs pui (...)

1Trop rares sont, en France, les travaux sur l’histoire et la structuration des professions libérales et supérieures dans les pays ex-coloniaux1. C’est beaucoup moins le cas dans le monde anglophone où nombre d’auteurs — généralement issus des sciences de la gestion, mais fortement inscrits dans le champ d’une réflexion sociologique originale — se sont intéressés aux comptables dans les pays de l’empire britannique. Il est vrai que jusqu’à la récente et monumentale thèse de Carlos Ramirez (2005), cette profession était quasi ignorée des sociologues français. Pourtant, nous dit d’entrée de jeu Sami El Omari, « la profession comptable joue un rôle central dans les économies libéralisées » et, à ce titre, mérite toute l’attention des chercheurs. Ce faisant, l’auteur pose d’emblée l’enjeu, à la fois scientifique et professionnel, de sa recherche.

2Issu d’une thèse en gestion (El Omari, 2008), son livre est donc intéressant comme contribution à la compréhension des dynamiques professionnelles dans le contexte d’un pays anciennement colonisé, mais aussi, plus largement, de la « professionnalisation » de la comptabilité — ici au sens d’institutionnalisation d’une profession réglementée — dans un pays marqué durablement par l’influence française. En effet, c’est bien l’histoire contrastée de la profession dans le monde anglo-saxon et dans le monde latin qui explique qu’elle soit si différemment traitée de part et d’autre de la Manche. C’est aussi ce qui permet à l’auteur de mettre en évidence le rôle différent de l’État (français) d’un côté, des associations professionnelles (britanniques) de l’autre, dans l’institutionnalisation d’une profession comptable d’un monde colonial à l’autre.

3L’auteur organise son livre en deux grandes parties définies par la chronologie. La première période est celle de la mise sous tutelle de la société et de l’économie par la puissance coloniale, tandis que la seconde, qui commence avec l’indépendance en 1956, est elle-même divisée entre deux décennies d’interventionnisme étatique d’abord, et une phase de réformes libérales ensuite.

4Il n’est guère surprenant que les premiers « comptables » et « experts auprès des tribunaux », dans les années 1930, soient français et concentrés à Casablanca et Rabat. En 1954, un dahir (décret royal) définit les règles d’exercice et la protection de deux titres d’expert-comptable et de comptable agréé. Paradoxalement, il semble que les « experts-comptables » se soient plus préoccupés d’exclure du champ d’exercice les « comptables agréés » que les « ingénieurs conseils » et autres « organisateurs de comptabilité » : c’est que la profession de comptable agréé est une porte d’entrée pour les Marocains dans une profession alors encore exclusivement française. La particularité du contexte colonial explique l’échec des tentatives d’appliquer le modèle français, alors même que la profession reste française jusqu’aux années 1970 : les professionnels français ne sont remplacés que progressivement par les Marocains, avec le départ à la retraite des anciens. Le marché des services comptables est encore dominé par des professionnels dont l’expérience compense l’absence de diplôme lorsqu’arrivent les premières générations d’experts-comptables diplômés marocains formés en France. Mais ceux qui intègrent le Conseil des Experts Comptables Marocains, fondé en 1947, entrent alors vite en conflit avec les anciens. Quelques-uns fondent une nouvelle association, tandis que les non diplômés prennent peur et se regroupent à leur tour.

5La création de l’Ordre des Experts Comptables en 1993, qui impose désormais d’être titulaire d’un diplôme d’expert-comptable, prévoit des dispositions transitoires pour accueillir tous les experts-comptables en exercice. Mais ces dispositions sont si restrictives que sur trois cents candidats, seuls cent quarante seront admis. Les exclus passent à l’offensive et réussissent à obtenir l’appui de députés menés par un professionnel exclu par la loi de 1994. Ainsi, si les experts-comptables diplômés ont réussi à imposer leur légitimité dans le champ professionnel, les exclus ont des relais dans le champ politique qui leur permettent de reprendre le dessus.

6L’intérêt du cas étudié réside donc dans une segmentation du champ professionnel par la multiplication des associations cherchant à défendre les intérêts de groupes se définissant par des trajectoires de formation et d’expérience particulières. Cette évolution est plus proche de l’histoire de la comptabilité britannique que de celle de la comptabilité française, mais cependant mue par des dynamiques héritées du contexte colonial.

7L’auteur inscrit sa réflexion au croisement d’une sociologie néo-wébérienne des professions, attentive à la compétition entre segments professionnels pour le contrôle d’un marché et aux processus d’ouverture et de fermeture sociale, et d’une approche néo-institutionnaliste, considérant l’importance du politique et du rôle de l’État dans le processus d’institutionnalisation d’une profession, mais aussi le poids de la « croyance » et de la référence au modèle français. Ce faisant, il privilégie naturellement une approche sociétale et macrosociologique. On regrettera cependant l’absence d’une analyse plus fine de la structuration de ce « champ organisationnel », qui aurait éclairé les modalités de la pratique et leurs transformations, les poids relatifs des différents types de pratique, et particulièrement celui — en toute hypothèse croissant des grands cabinets — et leur position à l’égard de l’ordre. On aurait aimé savoir comment et au sein de quels cabinets les premiers experts-comptables marocains ont été formés, et comment ils se sont autonomisés. Alors que les anciens contestent le caractère « étranger » du diplôme des jeunes professionnels formés à l’étranger (c’est-à-dire en France), n’est curieusement pas évoquée la question de la « marocanisation » de la formation, et particulièrement en matière de droit. Est-ce que les associations en conflit s’opposent seulement sur une question de diplôme et de reconnaissance, ou représentent-elles aussi des formes de pratique différentes ? Autant de questions que de prochaines recherches pourraient explorer, en s’appuyant sur les acquis de ce travail pionnier.

8Cet ouvrage reste en effet une contribution importante à une sociologie francophone des professions soucieuse de s’ouvrir à des objets jusqu’alors peu traités.

Haut de page

Bibliographie

Botiveau, B., 1993. Loi islamique et droit dans les sociétés arabes. Karthala, Paris.

Chiffoleau, S., 1997. Médecine et médecins en Égypte. Construction d’une identité professionnelle et projet médical. L’Harmattan/Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Paris.

El Omari, S., 2008. Contribution à l’analyse de l’organisation d’une profession comptable : le cas du Maroc (1906-2006). Thèse de doctorat en gestion sous la direction de Michèle Lacombe-Saboly, Université de Toulouse I Capitole, Toulouse.

Gobe, É., 2013. Les avocats en Tunisie de la colonisation à la révolution, 1883-2011. Sociohistoire d’une profession politique. Karthala, Paris

Gobe, É., Ben Sedrine, S., 2004. Les ingénieurs tunisiens. Dynamiques récentes d’un groupe professionnel. L’Harmattan, Paris.

Ramirez, C., 2005. Contribution à une théorie des modèles professionnels. Le cas des comptables libéraux en France et au Royaume-Uni. Thèse de doctorat en sociologie sous la direction d’Yves Dezalay, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

Haut de page

Notes

1 Parmi les plus connus, on citera les travaux d’Éric Gobe et Saïd Ben Sedrine sur les ingénieurs puis sur les avocats en Tunisie (Gobe et Ben Sedrine, 2004 ; Gobe, 2013), de Sylvia Chiffoleau (1997) sur les médecins égyptiens et de Bernard Botiveau (1993) sur le droit et les professions juridiques en Egypte et dans le monde arabe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Longuenesse, « La profession comptable au Maroc 1906-2006. Analyse critique et sociologique, S. El Omari », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 4 | 2014, 528-530.

Référence électronique

Élisabeth Longuenesse, « La profession comptable au Maroc 1906-2006. Analyse critique et sociologique, S. El Omari », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 4 | Octobre-Décembre 2014, mis en ligne le 31 octobre 2014, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2409

Haut de page

Auteur

Élisabeth Longuenesse

Professions, institutions, temporalités (PRINTEMPS)
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
47, boulevard Vauban, 78280 Guyancourt, France
elisabeth.longuenesse[at]uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals