Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Splendeurs et misères du travail des diplomates, F. Piotet, M. Loriol, D. Delfolie

Hermann, Paris (2013). 552 p.
Pierre Tripier
p. 530-531
Référence(s) :

Françoise Piotet, Marc Loriol et David Delfolie, Splendeurs et misères du travail des diplomates, Hermann, Paris, 2013, 552 p.

Entrées d’index

Mots-clés :

Professions, Diplomates
Haut de page

Texte intégral

1Françoise Piotet, Marc Loriol et David Delfolie nous proposent dans ce livre une étude approfondie du corps diplomatique français. Il s’agit bien d’un corps ou, comme on l’argumentera plus loin, d’une institution, mais divisée en segments distincts dont la hiérarchie suit celle des concours et modes d’entrée. Et, comme de coutume, le segment le plus élevé prétend être le seul composé de véritables diplomates.

2La matière du livre est issue d’une longue enquête de trois ans, pendant laquelle le groupe de chercheurs s’est entretenu avec 150 diplomates de tout rang et de toute localisation géographique, et en a observé certains pendant les réunions de service, la réception d’hôtes de marque ou les négociations qu’ils étaient amenés à conduire. Les informations ont été recueillies au ministère des Affaires étrangères, à Paris et à Nantes et, à l’étranger, dans les représentations permanentes auprès d’organismes internationaux et dans les ambassades et les consulats.

3L’ouvrage est important par sa taille et par son contenu — 520 pages et des annexes dans lesquelles les auteurs répondent aux questions : comment devient-on diplomate ? Que font les diplomates ? Comment leur groupe professionnel se segmente-t-il et se hiérarchise-t-il ? De quels atouts doit-on disposer pour faire la carrière la plus brillante ?

4Le ministère des Affaires étrangères, régalien, est une institution au sens que Pierre Ansart donne à ce terme : « l’Institution, pour subsister, exige que ses répertoires de symboles soient reconnus et utilisés par l’ensemble de ses membres, selon les rôles et les positions de chacun ; elle tend à imposer un système de dispositions durables qui modèlent les modes de perception, de jugement et d’action » (Ansart, 1999, p. 287). Le livre étudie, sur chacun de ces points, les cadres A, recrutés pour leur culture générale, leur tact et leurs bonnes manières, leur connaissance des sciences politiques et administratives, acquise à l’ENA ou dans les Instituts régionaux d’administration, ou pour leur connaissance d’au moins une langue rare, par le concours d’Orient.

5Le premier des éléments symboliques serait la langue — une façon très correcte de l’écrire et de la parler —, le deuxième serait le « langage diplomatique » — une façon de s’exprimer qui euphémise les jugements négatifs — et le troisième, le vêtement — d’une élégance classique, un peu empesée.

6Comme ce ministère est une institution, la carrière des cadres A commence de la même façon pour tous, quel que soit leur itinéraire ultérieur : comme rédacteurs dans une direction géographique du ministère, sous l’œil vigilant d’un sous-directeur. Ils y apprennent à constituer des dossiers sur l’état politique des pays qui leur sont affectés, à synthétiser des informations de nature et d’origine diverses en vue d’ouvrir des pistes d’action pour le ministère, le gouvernement et les diplomates en poste dans les ambassades ou représentations permanentes, et à se convaincre que le cœur de leur métier est l’analyse politique. Cette institution correspond aussi au type idéal de la bureaucratie, avec des archives conservées avec soin et souvent consultées, et un annuaire des agents dans lequel on peut tout lire sur leur parcours professionnel.

7Une étude prosopographique d’une quarantaine d’agents de la même génération suggère que les carrières les plus rapides, pouvant atteindre leur sommet — un poste d’ambassadeur dans un grand pays — seraient à l’avantage des énarques. Mais les visions subjectives des agents mettraient en avant le rôle des mentors et l’existence d’écuries qui infléchiraient ce mouvement et souligneraient l’importance, pour les agents de même formation, des petites différences cumulées.

8La seconde partie du livre illustre et analyse les différentes fonctions remplies par les diplomates en poste : représenter la France, s’informer et communiquer sur l’état du pays ou de l’organisation multilatérale, construire en amont une négociation et arriver à une transaction souhaitable ou équilibrée — et, pour cela, se constituer des réseaux d’amitié et de confiance qui permettent d’aller au-delà des informations publiques. Pour les consulats, il s’agit d’administrer, assister et protéger nos compatriotes et, ici encore, la connaissance du terrain et des personnes indispensables est un gage de réussite. Les chapitres décrivant ces modes d’action sont construits comme autant de dissertations savantes, avec précision sur les principaux concepts, la description et l’analyse des situations et une synthèse conclusive.

9L’ouvrage est dense et épais, il fait très honnêtement le point sur tout ce que l’on peut savoir sur ce ministère et ses agents et apporte un éclairage certain sur ce qu’il nous reste d’institutions régaliennes nationales. Il devrait trouver un public varié puisqu’il entre dans des détails minutieux sur l’organisation du ministère et le déroulé des itinéraires professionnels, intéressant quiconque voudrait approcher la diplomatie ou les diplomates. Et, en même temps, il pourrait servir de modèle à tout chercheur qui initierait une étude sur un ministère régalien.

10Deux aspects cependant étonneront le lecteur. D’une part, l’ouvrage est fleuri de comparaisons avec des auteurs anglo-saxons, malgré la différence de formation de leurs diplomates « au recrutement diversifié, suivi d’une formation interne » (p. 144). On peut s’interroger sur la pertinence de cette comparaison si les Français doivent apprendre « sur le tas » à informer, communiquer, négocier ou secourir, alors que les Anglo-saxons ont des formations dès le départ plus ancrées dans le mode de conduite de ces futures négociations. D’autre part et a contrario, une comparaison avec les fonctionnaires du ministère de la Défense, autre institution régalienne, riche de trois revues scientifiques et d’un centre d’études sociales rendant compte de la vie professionnelle des officiers et sous-officiers, aurait permis de rendre plus familier le caractère exceptionnel que les auteurs attribuent à la diplomatie.

Haut de page

Bibliographie

Ansart, P., 1999. Institution. In: Dictionnaire de Sociologie. Le Robert/Le Seuil, Paris, p. 287.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Tripier, « Splendeurs et misères du travail des diplomates, F. Piotet, M. Loriol, D. Delfolie », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 4 | 2014, 530-531.

Référence électronique

Pierre Tripier, « Splendeurs et misères du travail des diplomates, F. Piotet, M. Loriol, D. Delfolie », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 4 | Octobre-Décembre 2014, mis en ligne le 31 octobre 2014, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2429

Haut de page

Auteur

Pierre Tripier

Professions, institutions, temporalités (PRINTEMPS)
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
47, boulevard Vauban, 78280 Guyancourt, France
tripier.pierre[at]wanadoo.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals