Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 48 - n° 2Comptes rendusSophie Dubuisson-Quellier, Jean-P...

Comptes rendus

Sophie Dubuisson-Quellier, Jean-Philippe Neuville (Eds.), Juger pour échanger

MSH-INRA, Paris, 2003 (239 + X p.)
Alessandro Stanziani
p. 268-269
Référence(s) :

Sophie Dubuisson-Quellier et Jean-Philippe Neuville (dir.), Juger pour échanger, MSH-INRA, Paris, 2003, 239 + X p.

Texte intégral

1Ce bel ouvrage collectif constitue le produit d’un séminaire de trois ans et d’un travail successif de rédaction quasiment collectif. D’où l’homogénéité de la problématique et des approches ainsi que la clarté des propos des deux coordinateurs. Dans leur introduction, ils déclarent d’emblée l’objet de leur analyse, à savoir les systèmes d’équivalence à la base des échanges. Cette analyse tient compte, d’une part, des conventions à la base de ces mises en équivalence et, d’autre part, du lien étroit entre organisation de la production et caractéristiques du produit échangé. Il s’agit dès lors « de passer d’une économie fondée sur l’incertitude qualitative des choses échangées à une économie fondée sur l’incertitude relative à la production des accords issus des jugements opérés par les partenaires de l’échange » (p. 17). L’économie du jugement est par sa nature équipée de dispositifs collectifs qui sont donc à la fois cognitifs et organisationnels. Ce programme est mis en œuvre en étudiant plusieurs cas empiriques : les assurances-vie (Olivier Biencourt, Thierry Jolivet), les produits alimentaires (Sophie Dubuisson-Quellier), les services professionnels (Henri Isaac), le vin (Geneviève Teil), la clémentine corse (Christine de Sainte Marie, Dominique Agostini), l’industrie automobile (Jean-Philippe Neuville), les big-bags faits à partir d’emballages industriels reconditionnés (Thomas Reverdy), les instrument de mesure de la qualité (Alexandre Mallard). Une préface de Denis Segrestin et une postface de Lucien Karpik complètent cet ouvrage qui, sans bouleverser le panorama d’une sociologie de la qualité des produits désormais solide, en représente une synthèse efficace tout en suggérant des pistes nouvelles (la relation entre jugement et calcul ou encore celle entre la production des cadres collectifs du jugement qualitatif et la distribution du revenu).

2Même si tous les articles sont d’un très bon niveau, comme dans tout ouvrage collectif, certains chapitres sont plus solides que d’autres. Nous rappellerons en particulier, l’article de C. de Sainte Marie et D. Agostini sur la clémentine corse qui a le mérite de mettre en évidence le lien entre règles de droit, normes « informelles » et conventions de qualité. Ces dernières ne se définissent pas dans un univers cognitif et normatif vide, mais, au contraire, elles s’ancrent à ces éléments.

3En revanche, cette attention aux institutions du marché et aux équipements juridiques est laissée à l’arrière-plan dans une bonne partie des autres articles qui mettent l’accent plutôt sur ces aspects cognitifs (publicité, interviews, circulation de l’information, qualification du produit, métrologie, etc.) qui assurent la convergence entre les intérêts de l’acheteur et ceux du vendeur. Ainsi, s. Dubuisson-Quellier insiste sur la médiation importante des commerciaux et sur le fait que « les énoncés produits ne sont détachables ni des personnes (compétences et chiffre de vente du commercial), ni des conditions de leur production » (p. 56). Car, en effet, dans toute opération d’information, une place importante revient à l’interprétation (Biencourt, Jolivet, p. 43).

4Cette médiation cognitive influence l’organisation elle-même de la production ; plusieurs chapitres (Neuville, Reverdy, Biencourt, Jolivet) mettent en évidence comment, à la différence de l’époque de la standardisation taylorienne, les producteurs sont désormais obligés de prendre en compte les exigences des consommateurs lors de la définition des caractéristiques du produit. Les études de marché jouent là un rôle central ; elles visent à réduire l’incertitude, mais affectent aussi l’organisation de la production. En même temps, si répandues soient-elles, ces informations ne permettent pas pour autant d’écarter le risque d’un insuccès du produit. C’est là une différence majeure avec l’analyse économique standard qui ancre la coordination des marchés à la seule circulation de l’information.

5En même temps, les démarches adoptées dans cet ouvrage posent une question épistémologique, avant même qu’analytique, intéressante : l’opposition entre produits standardisés et produits singuliers, si importante soit-elle sur le plan heuristique, trouve-t-elle une véritable confirmation empirique ? Par exemple, même dans le cas des produits standardisés, le travail à la chaîne s’impose pour certaines caractéristiques et moins pour d’autres ; il suffit d’ailleurs de prendre en considération le cas des voitures pour s’en convaincre. De nos jours, la diffusion de certaines caractéristiques suivant les « goûts » des consommateurs n’interdit en rien la standardisation qui, simplement, se déplace vers d’autres caractéristiques.

6Une analyse historique du marché automobile montre que cette transformation ne répond pas seulement (et pas tellement) à la demande des consommateurs mais plutôt à l’exigence d’externaliser (face à la montée du syndicalisme et à la rigidité des salaires et des conditions de production) une partie de la production tout en imposant une plus grande flexibilité du travail. Autrement dit, le « dialogue avec le consommateur » constitue aussi un outil de règlement des conflits à l’intérieur de l’entreprise ; mais, du coup, il s’agirait de réintégrer toute la tradition historiographique et sociologique des rapports au sein de l’entreprise dans ces orientations nouvelles qui, elles, mettent plutôt l’accent sur les modalités (et les limites éventuelles) de la convergence entre l’entreprise et le consommateur.

7Les deux coordinateurs de l’ouvrage semblent être conscients de cette exigence ; dans leur conclusion, ils évoquent, comme futur programme de recherche, l’étude des institutions d’une économie des jugements. Il ne nous reste, donc, qu’attendre leur prochain ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandro Stanziani, « Sophie Dubuisson-Quellier, Jean-Philippe Neuville (Eds.), Juger pour échanger », Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 2 | 2006, 268-269.

Référence électronique

Alessandro Stanziani, « Sophie Dubuisson-Quellier, Jean-Philippe Neuville (Eds.), Juger pour échanger », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 2 | Avril-Juin 2006, mis en ligne le 21 mars 2006, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/24313 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.24313

Haut de page

Auteur

Alessandro Stanziani

Institution et dynamiques historiques de l’économie (IDHE), École normale supérieure de Cachan, 61, avenue du Président-Wilson, 94235 Cachan cedex, France
Alessandro.stanziani[at]idhe.ens-cachan.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search