Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 48 - n° 2Comptes rendusGuy Brucy, Histoire de la FEN

Comptes rendus

Guy Brucy, Histoire de la FEN

Belin, coll. « Histoire de l’éducation », Paris, 2003 (598 p.) (Suivies d’annexes : sources et bibliographie, index des noms de personnes, textes divers.)
Guy Groux
p. 271-273
Référence(s) :

Guy Brucy, Histoire de la FEN, Belin, coll. « Histoire de l’éducation », Paris, 2003, 598 p. [Suivies d’annexes : sources et bibliographie, index des noms de personnes, textes divers.]

Texte intégral

1Plus de dix ans après la scission de la FEN, Guy Brucy propose un ouvrage sur l’histoire de la grande organisation syndicale de l’éducation. Historien de l’enseignement et du syndicalisme, l’auteur était particulièrement qualifié pour se consacrer à une telle tâche. Préfacé par Patrick Gonthier, secrétaire général de l’UNSA Éducation et par l’historien Antoine Prost, l’ouvrage répondait à une demande de la FEN liée à l’Institut de recherches économiques et sociales et au Centre d’histoire sociale du xxe siècle (Paris I–Panthéon Sorbonne).

2Après deux premiers chapitres sur les origines de l’éducation publique et du syndicalisme enseignant, le texte repose sur cinq parties recoupant des périodes précises qui vont de 1944 à 1992. Il s’agit d’une histoire intérieure de la FEN même si certains contextes culturels, sociaux ou politiques plus globaux sont souvent évoqués, et pour cause. L’histoire de la FEN fut profondément tributaire de tels contextes. A priori, cette histoire renvoie à un objet, l’autonomie syndicale. Mais derrière cet objet, c’est aussi celui de l’unité (syndicale) entre des tendances diverses qui est en question, une unité longtemps maintenue grâce à la cohésion (syndicale) des instituteurs mais aussi grâce aux « réseaux de gestion du quotidien » et des institutions de solidarité (MGEN, MAAIF, etc.) tournant autour de l’ex-FEN (pp. 19, 126–127).

3Dans les faits, l’unité de la FEN devint vite une unité conflictuelle tributaire de circonstances et de contextes divers. Dès ses origines, la FEN est marquée par la scission de la CGT et de FO et par les divisions de la gauche politique. Puis, elle le sera encore par des conjonctures liées aux questions internationales (l’écrasement de Budapest en 1956, la guerre d’Algérie,…). Par-delà les contextes globaux retenus par l’auteur, existent encore des contextes eux aussi porteurs de clivages, mais qui renvoient plus directement au monde de l’Éducation. Il en est ainsi de la différenciation des corps d’enseignants et de la césure « primaire–secondaire » ou de débats qui portent sur des problèmes cruciaux comme le débat : « École libératrice ou école reproductrice (des inégalités sociales) ». Au fond, l’histoire de la FEN dans l’après-guerre, c’est l’histoire de clivages idéologiques qui se doubleront de clivages corporatistes et qui prendront un relief toujours plus aigu à compter des années 1960 (p. 275).

4Outre ces contextes, l’auteur évoque de façon plus immédiate des registres qui ont ponctué l’action syndicale de la FEN, durant les périodes concernées. Parmi ces registres souvent décrits avec détails, rigueur et précisions, certains prennent plus de relief que d’autres, comme : la laïcité ; la nationalisation de l’enseignement ; la réforme de l’éducation (et le plan Langevin–Wallon entre autres) ; le reclassement ou la revalorisation des métiers de l’Éducation ; les effets des stratégies des grandes confédérations (CGT, FO mais aussi CFDT) sur la démarche de la FEN ; les liens entre celle-ci et l’Unef en mai 1968 ; le rapport entre l’école et l’entreprise ; la formation continue,…

5L’ouvrage de G. Brucy apporte ainsi divers éclairages qui prolongent ceux déjà donnés dans les nombreux écrits produits sur la FEN ou les métiers de l’enseignement par des auteurs comme Alain Bergounioux et al., Laurent Batsch, Jacques Girault, René Mouriaux, Antoine Prost, etc.

6Pourtant, le sociologue s’interroge et il le fait d’autant qu’il s’agit (ici) de rédiger un compte rendu pour une revue propre à sa discipline. Certes, G. Brucy n’ignore nullement les liens entre la sociologie et son objet. La sociologie de la reproduction, les travaux des années 1960 sur l’école capitaliste, etc. sont ainsi et à juste titre évoqués (pp. 375 sq.). Mais les rapports de l’auteur à d’autres approches sociologiques restent inexistants alors même que ces approches concernent des traits essentiels de l’ouvrage. Ainsi, G. Brucy fait souvent état de la notion de corporatisme(s) et pour cause. Elle est indissociable de l’histoire de la FEN. Mais rien n’est dit des travaux de sociologues sur le corporatisme par exemple ceux de Denis Segrestin (1985) alors qu’il s’agit là d’approches qui auraient permis de mieux comprendre certains aspects de la démarche de la FEN sur le terrain contractuel, notamment. Par-delà le corporatisme, se pose la question du néocorporatisme qui renvoie (entre autres) aux rapports entre l’État et les syndicats, rapports qui concernent particulièrement la FEN. Or, si le « politique » est souvent abordé par l’auteur, qu’il s’agisse des liens entre partis et syndicats ou du rôle des pouvoirs publics dans les négociations collectives, rien n’est vraiment dit des évolutions qui ont touché le rôle de l’État durant ces trente dernières années. Pourtant, peut-on parler comme le fait G. Brucy de « crise de l’École » ou de « crise des syndicats » sans référence aux mutations de l’État dues aux effets conjugués de la segmentation des sociétés modernes et de la mondialisation ? Ou encore sans références aux nouveaux rapports entre la loi et la négociation voire à la perte d’effectivité de la décision publique reconnue par de nombreux sociologues ? Non, assurément et surtout pas dans le contexte français où les rapports « État-syndicats » sont souvent plus prégnants qu’ailleurs. Or, c’est ce que fait l’auteur occultant ainsi divers travaux sur les évolutions de l’État dans son lien à la société ou à l’action collective, qu’il s’agisse de la théorie de la régulation sociale et de ce que Jean-Daniel Reynaud nomme la « normativité sociale ordinaire » ou encore des approches actuelles de l’action publique.

7Mais au fond, ces lacunes restent compréhensibles. Elles découlent, à l’évidence, d’un choix de l’auteur. Celui-ci ne s’est pas donné pour seul but d’édifier une histoire interne de la FEN. Il a aussi choisi un mode d’exposé, celui de la chronique (historique) avec ses apports mais aussi ses limites. Il s’agit là d’un choix parfaitement légitime, dût-il appauvrir les liens entre historiens et sociologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Groux, « Guy Brucy, Histoire de la FEN », Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 2 | 2006, 271-273.

Référence électronique

Guy Groux, « Guy Brucy, Histoire de la FEN », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 2 | Avril-Juin 2006, mis en ligne le 21 mars 2006, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/24348 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.24348

Haut de page

Auteur

Guy Groux

Centre de recherches politiques de Sciences Po, Cevipof, CNRS, 98, rue de l’Université, 75007 Paris, France
guy.groux[at]sciences-po.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search