Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Reconfigurations de l’État social en pratique. Les interactions entre acteurs publics, professionnels et militants dans le champ de l’intervention sociale, M.‑C. Bureau, I. Sainsaulieu (Eds)

Presses universitaires du Septentrion, Paris (2012). 356 p.
Maryse Bresson
p. 531-533
Référence(s) :

Marie-Christine Bureau et Ivan Sainsaulieu (dir.), Reconfigurations de l’État social en pratique. Les interactions entre acteurs publics, professionnels et militants dans le champ de l’intervention sociale, Presses universitaires du Septentrion, Paris, 2012, 356 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Si le sujet des transformations de l’État social fait l’objet d’une littérature abondante, cet ouvrage mérite d’y figurer en bonne place puisqu’il présente un état des connaissances actualisé, problématisé et solidement étayé par des études de cas. C’est en effet « en pratique » que le collectif d’auteurs, sociologues ou praticiens, réunis par Marie-Christine Bureau et Ivan Sainsaulieu, revient sur la tension duale du travail social, depuis ses origines, entre contrôle et émancipation. Structuré en deux parties intitulées « La fabrique conflictuelle de normes du social » et « l’État social mobilisateur », le livre démontre surtout l’impossibilité de trancher dans la mesure où sur le terrain, des modalités de contrôle social renouvelé et renforcé coexistent, se combinent, et parfois même prennent appui sur les formes de mobilisation des acteurs, publics, professionnels et usagers.

2La thèse centrale de l’ouvrage est celle d’un triple changement qui porte sur les formes du contrôle social, sur le projet éthique et sur la conversion de l’émancipation en mobilisation.

3Les nouvelles formes de contrôle social étaient en germe dans l’institution totale, associée à Michel Foucault et Erving Goffman. En effet celle-ci masquait déjà d’autres modalités de contrôle social plus fines et non étatiques, préfigurant ainsi l’émergence récente d’un contrôle « hybride » qui, à la fois, comporte des demandes étatiques explicites et importe dans le social des normes issues du modèle du management et de l’idéologie sécuritaire (Brigitte Bouquet). Le « nouveau référentiel » de l’insertion illustre ce basculement d’un contrôle disciplinaire par des institutions publiques à un social auto-disciplinaire de marché, enjoignant les travailleurs sociaux comme les individus en insertion à devenir des acteurs stratégiques, capables de se transformer pour s’adapter au contexte (Christophe Trombert).

4Simultanément, l’ouvrage montre comment le projet éthique fondateur du social se transforme. Alors que son objectif affiché était de remédier aux inégalités, on assiste au retour de la dénonciation de l’insupportable, de la morale, ainsi que des droits de l’homme pour justifier des décisions politiques (Colette Bec). Ce double glissement est confirmé a contrario par la crise de sens exprimée par des « professionnels en résistance ». En effet, ce que les assistants sociaux remettent en cause, au-delà de leurs nouvelles normes professionnelles, c’est la reprise en main de l’action sociale par les pouvoirs publics locaux, ainsi que les politiques managériales de la nouvelle gestion publique (Lise Périno).

5L’ouvrage illustre alors la mutation complémentaire de l’idée d’émancipation, qui s’éloigne des idéaux partagés de l’éducation populaire pour prendre la forme nouvelle d’une injonction intériorisée à l’autonomie, appropriée par des mécanismes variés. C’est cette transformation qui permet de dépasser, en pratique, la contradiction. Subissant des formes de contrainte et de contrôle, les professionnels et les usagers/clients se mobilisent en effet afin d’en coproduire aussi, pour les autres et pour eux-mêmes. Les nouvelles pratiques des éducateurs spécialisés visent ainsi à imposer un destin des usagers, ce qui les fait basculer vers la normalisation plutôt que la réparation (Romuald Bodin). Un mécanisme similaire s’illustre pour les éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse confrontés à la remise en cause de l’idéal socio-éducatif à travers la mise en réseau et la libéralisation du marché (Ludovic Jamet). Et dans cette fabrication de formes fines et auto-instituées de contrôle social, les usagers/clients sont eux-mêmes impliqués, comme l’illustrent les magistratures sociales qui permettent à tous les acteurs de contribuer au droit « en train de se faire ». Professionnels, associatifs et personnes handicapées se réunissent ainsi autour d’une table pour délibérer et ajuster en commissions l’attribution d’un droit aux demandeurs (Marie-Christine Bureau et Barbara Rist) ; et les commissions « Droit au logement » conditionnent l’accès aux droits à un « consensus pragmatique éclairé » (Catherine Bourgeois).

6Pour finir, les changements ne doivent pas masquer des formes de continuité importantes, aussi bien du côté du contrôle que de l’émancipation. Entre individualisation des droits, inégalité de traitement et intrusion dans la vie privée des bénéficiaires, le travail des commissions reproduit la persistance du fonctionnement bureaucratique (Louis Bertrand, Vincent Caradec et Jean-Sébastien Eideliman). Et ce sont encore les pouvoirs publics qui incitent à la coopération interprofessionnelle et intersectorielle, aussi bien dans le domaine de la santé (Ivan Sainseaulieu, Valéry Ridde et Anne Guichard), que dans la prise en charge des « ados difficiles » (Bertrand Ravon) et dans l’action culturelle (Sylvie Rouxel). Symétriquement, pour les acteurs, la marge d’autonomie prend des formes multiples et, parfois, proches de l’émancipation. Dans les zones rurales, elle oscille entre bricolage et tentatives de peser sur les missions de la structure (François Brun et Martin Thibault). Lorsque le cadre législatif des maisons de l’emploi entre en tension avec la construction d’une stratégie locale, c’est cette dernière qui prend le dessus (Solen Berhuet). L’expérimentation conduite par les professionnels, sous la forme d’« expertise sur autrui » (ou avec lui), peut aussi permettre que l’usager se repositionne en « citoyen » (François Brun, Delphine Corteel, Brigitte Frotiée et Jérôme Pelisse). L’interaction entre les sphères étatique et citoyenne peut donc permettre à quelques fenêtres de s’ouvrir, comme l’illustrent encore le pouvoir de codécision des associations d’enfants placés (Abdia Touahria), les modes de gouvernance d’un important réseau de formation des adultes en France (André Moisan), ou l’influence des associations de lutte contre le sida sur l’évolution des politiques publiques (Melaine Cervera).

7Cheminant ainsi à travers l’indécidable tension entre contrôle et émancipation, l’apport principal de l’ouvrage, souligné en conclusion par ses coordinateurs, est d’esquisser une voie d’analyse convaincante de la « dépolitisation » de l’État social, en dévoilant comment les politiques publiques y contribuent, et suscitent aussi des formes multiples de re-politisation, portées plus ou moins efficacement par des acteurs qui laissent, en réalité, ouvert l’avenir du social.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maryse Bresson, « Reconfigurations de l’État social en pratique. Les interactions entre acteurs publics, professionnels et militants dans le champ de l’intervention sociale, M.‑C. Bureau, I. Sainsaulieu (Eds) », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 4 | 2014, 531-533.

Référence électronique

Maryse Bresson, « Reconfigurations de l’État social en pratique. Les interactions entre acteurs publics, professionnels et militants dans le champ de l’intervention sociale, M.‑C. Bureau, I. Sainsaulieu (Eds) », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 4 | Octobre-Décembre 2014, mis en ligne le 31 octobre 2014, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2459

Haut de page

Auteur

Maryse Bresson

Professions, institutions, temporalités (PRINTEMPS)
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
47, boulevard Vauban, 78280 Guyancourt, France
maryse.bresson[at]uvsq.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals