Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Le travail de prévention. Les relations professionnelles face aux risques cancérogènes, A. Mias, E. Legrand, D. Carricaburu, F. Féliu, L. Jamet

Octarès, Toulouse (2013). 200 p.
Jorge Muñoz
p. 533-535
Référence(s) :

Arnaud Mias, Émilie Legrand, Danièle Carricaburu, François Féliu et Ludovic Jamet, Le travail de prévention. Les relations professionnelles face aux risques cancérogènes, Octarès, Toulouse, 2013, 200 p.

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Direccte : Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail e (...)

1Cet ouvrage d’Arnaud Mias, Émilie Legrand, Danièle Carricaburu, François Féliu et Ludovic Jamet s’inscrit dans un domaine peu abordé par la littérature sociologique. En effet, les travaux s’intéressant au « travail de prévention », titre de l’ouvrage, ne sont guère nombreux en France. L’ouvrage résulte d’un travail d’enquête financé par la Direccte de Haute Normandie et l’Anses1, basé sur 17 monographies et sur plus de 70 entretiens conduits auprès de différents acteurs des dispositifs de prévention — médecins et inspecteurs du travail, élus des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHS-CT), etc. —, ainsi que des représentants des entreprises de différents secteurs : bois, chimie... Le livre appréhende la manière dont les normes et les enjeux en santé au travail sont saisis par les acteurs. En se focalisant sur les relations professionnelles tissées par les principaux acteurs de la prévention, l’analyse veut saisir « la construction sociale des démarches de prévention des risques Cancérigènes, Mutagènes et Reprotoxiques [CMR] » (p. 2). Pour ce faire, les auteurs écartent une approche qui tenterait de départager le risque objectif du risque subjectif pour s’intéresser à la dimension cognitive de la prévention des risques, à savoir la définition de la situation (p. 3). Le travail de prévention possède en effet une dimension « cognitive », que les acteurs vont mettre à l’épreuve en s'efforçant de faire coïncider leurs définitions respectives de la situation. Mais il implique également « un travail d’organisation », à savoir la mobilisation des acteurs pour inventer des solutions singulières face à un problème particulier et pour construire des dispositifs facilitant les échanges. C’est pourquoi le travail de prévention engage les acteurs à gérer les interactions qui, dans ce processus, comme le montrent les auteurs, peuvent aboutir à un « aveuglement organisationnel » (Boussard et al., 2004) minimisant le risque CMR. Ainsi, les auteurs tentent de prolonger les analyses des effets de configurations locales sur la prévention des risques (Amossé et al., 2011).

  • 2 Observatoire regional de la santé (ORS), Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (CAR (...)

2L’ouvrage se divise en six chapitres. Le premier d’entre eux analyse les difficultés liées à la prévention du risque CMR — dans laquelle prédomine une vision mono-causale inscrite dans les tableaux de maladies professionnelles. D’autre part, les controverses existant dans les milieux scientifiques, combinées au dogme de Paracelse — toutes les choses sont poison, et rien n’est sans poison ; seule la dose détermine ce qui n’est pas un poison —, aboutissent à une « administration du risque » et à son euphémisation (chapitre 2). De cette façon, le risque CMR n’est pas invariablement prioritaire car il peut être obéré par des risques plus immédiats : troubles musculo-squelettiques (TMS), risques psycho-sociaux (RPS). Forts de ce constat, les chapitres 3 et 4 — les plus importants de l’ouvrage — explorent, à travers l’analyse des configurations relationnelles dans le cadre des démarches de prévention, la façon dont se construisent différents « registres d’action » dans les CHS-CT où la définition de la règle par rapport au risque va de la plus active à la plus éloignée de l’action. Le quatrième chapitre, relatif à l’inspection du travail, expose les changements institutionnels qui orienteront l’action vers la coordination et l’animation entre les différents acteurs au plan régional2. La complexification des modes d’intervention, où le contrôle n’est plus le cœur du métier de l’inspection, sera une épreuve majeure. En effet, la formation des inspecteurs est pour l’essentiel juridique, alors que l’inspecteur doit composer avec les ingénieurs. Si les discours sont très favorables à la prévention du risque CMR, l’analyse des configurations des pratiques de contrôle montre les différentes « tactiques » déployées par les inspecteurs. Est ainsi examinée la mobilisation des textes réglementaires pour influencer l’entreprise ou pour éviter des situations de remise en cause. Mais au-delà de ces pratiques, pour les auteurs, le caractère contingent des interventions prime. En effet, le risque différé lié aux CMR engendre une tension entre, d’une part, la nécessité pour les inspecteurs d’inscrire leurs actions dans la durée et, d’autre part, le suivi et le respect in fine des savoirs mis en place pour l’identification des risques. Les deux derniers chapitres (5 et 6) se concentrent sur les cas des médecins du travail et de la sous-traitance. Les auteurs constatent une faible présence des médecins du travail dans les actions de prévention, le tiers temps étant peu utilisé pour développer une approche individuelle et clinique. Quant à la sous-traitance, qui concerne la moitié des entreprises étudiées, elle rend difficile la transmission de l’information et sa collecte en matière de prévention, même si ces entreprises ont recours à la certification pour contrôler les relations avec leurs sous-traitants. En fait, la certification a des effets contre-productifs lorsque « le respect des procédures éloigne de la compréhension des risques » (p. 181). La procédure peut donner l’illusion de maîtriser le risque alors même qu’elle ne fait que l’occulter, illustrant par là l’aveuglement organisationnel.

3L’étude éclaire un angle mort des analyses de la prévention, à savoir les effets de configurations locales sur le travail de prévention. Cependant, un paradoxe subsiste dans le travail ainsi présenté. Le titre de l’ouvrage laisse entendre que l’on va plonger directement dans le quotidien de l’activité de travail de ces différents acteurs. Or, dès le début le lecteur est prévenu que l’approche n’a pas permis d’effectuer des observations (p. 4). Par conséquent, l’ouvrage porte davantage sur les représentations sociales (p. 3 et p. 185) que sur les interactions concrètes entre les différents acteurs. Si les auteurs montrent les effets de « l’aveuglement organisationnel », ils restent peu explicites sur les dimensions pragmatiques contribuant à cet aveuglement. Autrement dit, on regrette que les « légalités ordinaires » n’aient pas fait l’objet d’une analyse plus systématique. Par ailleurs, il est assez étonnant de voir une quasi absence de la littérature anglo-saxonne sur ces sujets alors que les effets des rapports sociaux ou le concept de dark side de Diane Vaughan auraient pu être discutés (Dwyer, 1991 ; Vaughan, 1999). Enfin, la conclusion s’attarde sur le rôle des syndicats et du CHS-CT, alors même que l’ensemble de l’analyse démontrait l’importance des expertises. Il reste que cet ouvrage est une contribution importante à la compréhension sociologique de la prévention en santé au travail.

Haut de page

Bibliographie

Amossé, T., Célérier, S., Fretel, A., 2011. Pratiques de prévention des risques professionnels. Rapport de recherche, CEE, Paris.

Boussard, V., Mercier, D., Tripier, P., 2004. L’aveuglement organisationnel ou comment lutter contre les malentendus. CNRS, Paris.

Dwyer, T., 1991. Life and Death in Work: Industrial Accident as a Case of Socially Conditioned Error. Plenon Press, New York and London.

Vaughan, D., 1999. The Dark Side of Organizations: Mistake, Misconduct and Disaster. Annual Review of Sociology 25, 271-305.

Haut de page

Notes

1 Direccte : Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi ; Anses : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail.

2 Observatoire regional de la santé (ORS), Caisse d’assurance retraite et de la santé au travail (CARSAT), etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jorge Muñoz, « Le travail de prévention. Les relations professionnelles face aux risques cancérogènes, A. Mias, E. Legrand, D. Carricaburu, F. Féliu, L. Jamet », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 4 | 2014, 533-535.

Référence électronique

Jorge Muñoz, « Le travail de prévention. Les relations professionnelles face aux risques cancérogènes, A. Mias, E. Legrand, D. Carricaburu, F. Féliu, L. Jamet », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 4 | Octobre-Décembre 2014, mis en ligne le 30 juillet 2014, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2487

Haut de page

Auteur

Jorge Muñoz

Laboratoire d’études et de recherche en sociologie (LABERS), EA 3149, Université de Bretagne Occidentale, 20, Rue Duquesne – CS 93837, 29285 Brest Cedex, France
jorge.munoz[at]univ-brest.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals