Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michèle Tallard, Action publique et régulation de branche de la relation salariale

L’Harmattan, Coll. Logiques Politiques, 2004, 246 p.
Olivier Mériaux
p. 447-450
Référence(s) :

Michèle Tallard, Action publique et régulation de branche de la relation salariale, L’Harmattan, Coll. Logiques Politiques, 2004, 246 p.

Texte intégral

1Au début des années 1990, la communauté scientifique française des relations professionnelles apparaissait en quête d’un « second souffle » pour un champ de recherches certes encore très actif, mais marginalisé dans l’univers académique et menacé par le caractère daté de ses principales références théoriques : la relecture du grand schéma structuralo-fonctionnaliste de John Dunlop à la lumière de l’environnement contemporain laissait clairement apparaître ses lacunes et le besoin d’une actualisation. Depuis lors, si la situation n’a que peu évolué d’un point de vue académique, un certain renouveau des concepts et des outils d’analyse est heureusement perceptible. La confrontation de la sociologie des relations professionnelles — fortement imprégnée chez nous des travaux de Jean-Daniel Reynaud sur la construction des régulations sociales — avec les analyses de science politique portant sur les transformations de l’action publique a certainement produit l’une des pistes de renouvellement les plus fécondes.

2L’ouvrage de Michèle Tallard — dont le titre est explicite à cet égard — reflète pleinement cette volonté d’enrichissement de la sociologie des relations professionnelles par les problématiques de la science politique. Même restreinte, l’argumentation théorique du cadrage introductif en pose clairement les enjeux : il s’agit d’équilibrer les « tendances spontanées » de chacune de ces approches, tant il est vrai que l’une privilégie le jeu des acteurs et leur activité de production de règles alors que l’autre tend à mettre l’accent sur la construction des cadres d’interaction.

3Dans une première partie à vocation historique, l’auteur mobilise différents travaux déjà bien connus pour retracer la constitution du modèle français de régulation professionnelle centrée sur la branche, et l’équilibre qui s’y réalise entre réglementation par la puissance publique et autonomie collective. Un contre-point contemporain est donné par un aperçu sur la politique de généralisation de la couverture conventionnelle dans les années 1980. Michèle Tallard éclaire ainsi les parts respectives des acteurs sociaux et des pouvoirs publics dans la structuration des secteurs et l’organisation de la représentation des intérêts. Le rôle de la branche dans la régulation des relations collectives de travail fait l’objet d’une analyse fine dans le secteur du BTP, d’où ressort en particulier l’empreinte persistante des identités collectives de métiers dans les dispositifs de régulation professionnelle.

4La deuxième partie de l’ouvrage s’efforce de saisir les transformations de l’intervention publique dans les relations professionnelles au travers de « l’exemple » de la formation continue. Reprenant à son compte les analyses sur le caractère néo-corporatiste de la production des politiques en la matière et l’existence de processus d’échanges politiques entre l’Etat et les partenaires sociaux, l’auteur se penche sur les dispositifs « contractuels » mis en œuvre à partir du milieu des années 1980 pour développer les politiques de formation des entreprises (engagements de développement de la formation). Elle montre comment l’action publique s’est appuyée sur la capacité d’intermédiation des organisations professionnelles envers les entreprises, renforçant en retour la puissance d’expertise de ces organisations et, au-delà, la capacité des branches à définir des politiques de qualifications adaptées à la spécificité des relations salariales en leur sein. Ainsi institutionnalisées par l’action publique, les branches ont su développer dans la dernière décennie des stratégies pour accompagner les évolutions qui auraient pu les marginaliser. Evoquant la décentralisation au profit des Régions et la montée en puissance des logiques d’individualisation de l’évaluation des compétences, Michèle Tallard juge que les régulations professionnelles ont fait la preuve tout à la fois de leur pérennité et de leur capacité d’adaptation.

5Bien qu’il n’ouvre pas réellement de nouvelles perspectives sur le traitement théorique des relations entre les pouvoirs publics et les acteurs socio-professionnels, cet exercice de capitalisation de travaux réalisés par l’auteur à des époques différentes offre une lecture stimulante. Il confirme tout d’abord que les concepts de science politique forgés sous d’autres latitudes pour décrire la « politique des intérêts sociaux » (le néo-corporatisme, l’échange politique) gardent une capacité heuristique dans un contexte aussi exotique que le système français de relations professionnelles. Mais le principal mérite de l’ouvrage réside dans sa capacité à tirer parti d’une analyse longitudinale des processus d’institutionnalisation des relations entre instances politiques et intérêts sociaux pour éclairer les débats récurrents qui font l’actualité sociale : sur le rôle souhaitable de l’Etat dans la régulation des relations de travail, les équilibres à trouver entre niveaux de régulation ou bien encore l’encadrement collectif du droit individuel à la formation.

6On pourra être déçu cependant — tout en admettant que le reproche est sans doute facile venant d’un politiste — que l’auteur n’aille pas plus loin dans sa volonté affichée de croiser les apports de la sociologie des relations professionnelles et de la science politique. La déclinaison du néo-corporatisme sectoriel « à la française » emprunté à Bruno Jobert et Pierre Muller — et le maniement des notions d’analyse des politiques qui l’accompagnent (le « référentiel », le « médiateur ») — prennent souvent l’allure d’une « figure imposée ». Surtout, en ne mobilisant que les schémas les plus classiques de l’analyse des politiques publiques hexagonale, l’auteur se prive des apports importants de la littérature anglo-saxonne récente. Le néocorporatisme demeure un courant d’analyse très fertile et des contributions importantes manquent ici à l’appel, notamment celles qui ont revisité les théories de l’échange politique en termes « informationnels ». L’omission est d’autant plus regrettable que certains de ces travaux portent précisément sur le rôle d’intermédiation des organisations professionnelles dans les politiques de qualification menées en France (Culpepper, 2001). Au final, la valeur ajoutée de l’échafaudage conceptuel n’apparaît pas si évidente, et le lecteur peut avoir le sentiment que la discussion s’enlise dans la paraphrase des débats politiques, entre reconnaissance du « rôle incontournable » (p. 71) de l’Etat et rappels de l’importance « de la dynamique propre des acteurs dans la genèse et le fonctionnement » des institutions paritaires (p. 40).

7Certaines des thèses défendues par l’auteur mériteraient enfin un débat plus approfondi. Dans quelle mesure est-on fondé par exemple à considérer « l’interpénétration de la réglementation et du contractuel » comme « l’un des traits historiques spécifiques du système français de relations professionnelles » (p. 58) ? N’est-on pas là plutôt face à une donnée structurelle — qui prend certes des formes variables dans divers contextes nationaux — dès lors que l’expression de l’autonomie collective doit nécessairement s’articuler, dans tout système politique fondé sur la souveraineté populaire, à l’ordre normatif émanant du Législateur ? Par ailleurs, concevoir les formes de régulation professionnelle comme expressions d’une régulation autonome n’est possible qu’à la condition d’ignorer la portée régalienne de l’attribution sélective par l’Etat d’une capacité à produire les normes professionnelles participant à l’ordre normatif public. Une analyse du dispositif de représentativité ou des mécanismes d’extension des conventions collectives aurait certainement permis de mieux percevoir cet aspect crucial de l’hybridation des régulations professionnnelles et des régulations publiques.

8D’autres interrogations surgissent à la lecture des chapitres portant sur la formation professionnelle. La description de la politique contractuelle de formation laisse apparaître des organisations professionnelles (d’employeurs donc) capables de remplir effectivement la fonction d’intermédiation attendue des pouvoirs publics, ainsi qu’un jeu « gagnant-gagnant » pour les structures patronales et pour la partie syndicale. Des travaux réalisés sur le même objet (en particulier Brochier et verdier, 1999) amènent à des conclusions sensiblement plus prudentes sur les deux aspects. Si Michèle Tallard mentionne ces travaux ce n’est pas pour autant qu’elle en affronte les arguments. Or affirmer, comme le fait l’auteur, que c’est « à travers la contractualisation avec l’organisation professionnelle de branche (que) la branche professionnelle en tant qu’institution devient l’élément central de la politique contractuelle de formation » (p. 172) n’est pas un constat anodin : quelle est dès lors la dimension paritaire de la régulation professionnelle ? Enfin, si l’on admettra avec l’auteur que la formation a constitué depuis des décennies « un élément-clé de l’élaboration des compromis sociaux » (p. 135), est-il juste de généraliser les fruits des observations menées dans ce champ — en particulier sur l’action des pouvoirs publics ou le rôle des branches — à l’ensemble du système de relations professionnelles ? Des observations menées dans d’autres domaines, comme le temps de travail, amèneraient sans doute à nuancer le constat et à différencier davantage par exemple les registres d’intervention des pouvoirs publics. Au total, c’est en laissant prise à la discussion et à la critique que Michèle Tallard parvient à stimuler la réflexion de ses lecteurs. Et cette qualité fait tout l’intérêt de son ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Brochier, D., verdier, E., 1999. « Contractualisation de l’action publique et critères de performance dans le domaine de la formation continue : un lien problèmatique ». In: Politiques et management public, nº 3. pp. 130–149.

Culpepper, P., 2001. « Employers’ Associations, Public Policy, and the Politics of Decentralized Cooperation in Germany and France ». In: A. Hall, P., Soskice, D. (Eds.), Varieties of Capitalism: The Institutional Foundations of Comparative Advantage. Oxford University Press, New York, pp. 275–306.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Mériaux, « Michèle Tallard, Action publique et régulation de branche de la relation salariale », Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 3 | 2006, 447-450.

Référence électronique

Olivier Mériaux, « Michèle Tallard, Action publique et régulation de branche de la relation salariale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 3 | Juillet-Septembre 2006, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/24954

Haut de page

Auteur

Olivier Mériaux

UMR PACTE (CERAT), BP 48, 38040 Grenoble cedex 09, France
Olivier.Meriaux[at]iep.upmf-grenoble.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals