Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Véronique Dimier, Le gouvernement des colonies, regards croisés franco-britannique

Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. « Sociologie politique », 2004, 288 p.
Odile Join-Lambert
p. 450-452
Référence(s) :

Véronique Dimier, Le gouvernement des colonies, regards croisés franco-britannique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, coll. « Sociologie politique », 2004, 288 p.

Texte intégral

  • 1 Notamment parce que les colonisations tardives du Maroc et de la Tunisie ont été plus respectueuses (...)

1Selon une idée reçue, il est d’usage d’affirmer, de l’entre-deux-guerres jusqu’à nos jours, que les Français, globalement assimilationnistes à l’égard des colonies, n’auraient pas su faire évoluer leur empire colonial, alors que les Britanniques, plus attentifs aux populations locales et adeptes du gouvernement indirect, auraient bien mieux traversé l’aventure. Au terme d’une étude approfondie des profils et discours des administrateurs coloniaux, Véronique Dimier prend le contre-pied de cette affirmation. Elle montre de manière très convaincante que cette opinion a pris la forme d’une controverse née dans les années 1930 entre la France et la Grande-Bretagne. Elle était liée à un contexte où l’on s’efforçait, des deux côtés de la Manche, de définir un mode de gouvernement qui permettrait de mieux garantir la pérennité des empires. Des travaux menés sur les territoires coloniaux eux-mêmes et sur l’histoire des pratiques coloniales ont déjà en partie montré que les modèles français et anglais de gouvernement des colonies se révélaient proches1 sans qu’une étude des discours n’ait été menée : l’ouvrage vient donc à point nommé brillamment confirmer les travaux spécialisés d’anthropologie et d’histoire.

  • 2 Cf. par exemple « L’Etat et les pratiques administratives en situation coloniale : l’exemple frança (...)
  • 3 Patrick Hassenteufel, « De la comparaison internationale à la comparaison transnationale. Les dépla (...)
  • 4 Michael Werner, Bénédicte Zimmerman (dir.), De la comparaison à lhistoire croisée, Paris, Le Seuil (...)

2Restituant les alternatives – bien vite écartées – à une opposition trop simple, l’ouvrage s’adresse ainsi aussi bien aux historiens de l’Etat (notamment ceux qui s’interrogent sur l’existence de « modèles » français et britannique de fonction publique opposés)2 ou aux historiens des savoirs et des sciences, qu’aux sociologues ou aux politistes discutant la nouveauté et la réalité du modèle « anglo-saxon » de « gouvernance » et l’application des analyses de Michel Foucault. L’ouvrage s’inscrit dans le champ en plein essor de l’étude franco-britannique des circulations, des regards croisés, des connexions et des espaces internationaux3 et qui met en rapport, depuis une dizaine d’années, l’échelle nationale de formations sociales, culturelles et politiques entretenant des relations entre elles4.

3Pourquoi a-t-on donc cherché à savoir et à démontrer scientifiquement qu’il y avait des différences entre les deux systèmes français et anglais d’administration coloniale ? Pour répondre à cette question, le choix de la France et de la Grande-Bretagne est particulièrement approprié. C’est dans ces deux pays qu’émerge précocement une sphère publique dans laquelle l’économie politique et l’histoire jouent un rôle majeur. Par ailleurs, l’espace franco-britannique connaît une internationalisation de la vie intellectuelle nourrie à la fois par une intense vie de relations, une proximité des niveaux de développement économique et de perspectives idéologiques, en même temps qu’une très vive concurrence entre des élites intellectuelles et politiques porteuses de projets à vocation mondiale en partie antagonistes.

4L’auteur décrit d’abord les acteurs de la controverse entre la Grande-Bretagne et la France (les personnalités importantes telles que Lucy Mair et Margery Perham d’un côté, Henri Labouret et Robert Delavignette de l’autre) et leurs statuts dans chacun de ces pays, dans le cadre de la naissance d’une politique administrative scientifique et comparative. La Grande-Bretagne souhaite devenir, dans les années 1930, le leader mondial de l’étude scientifique dans l’administration coloniale. Les plus prestigieuses institutions britanniques rivalisent pour organiser cette nouvelle science quand l’Université française reste, à l’exception des facultés de droit, à l’écart de ce mouvement pourtant ponctué par la réforme de l’Ecole coloniale puis par son changement de nom lorsqu’elle devient l’Ecole nationale de la France d’Outre-mer en 1936.

5L’auteur montre ensuite que la controverse entre les deux pays ne vient pas d’un malentendu sur les conceptions : les méthodes et les approches étaient en fait souvent similaires. Certes, les deux pays sont à la recherche de la définition du « bien-être indigène », et les avis divergent dans les deux cas. Mais entre les deux positions – l’assimilation française ou le respect des traditions locales par les Anglais – existent quantités de positions, qui relativisent cette opposition. Certains républicains français, dont Robert Delavignette est l’exemple type, participent au développement d’une certaine conception de la République, décentralisatrice et respectueuse des cultures locales des pays en métropole comme dans les colonies.

6Le cœur de la controverse concerne en fait l’administrateur colonial, dont l’auteur étudie ensuite la figure, et ses relations avec le chef local, relation clé d’un modèle de gouvernement se voulant respectueux et plus proche des populations, plus efficace et à moindre coût aussi. Dans le détail là encore, les modèles anglais et français de gouvernement se révèlent très proches. En définitive, en France comme en Grande-Bretagne, l’alimentation du débat sur la nature du gouvernement à appliquer aux colonies fut l’occasion pour la science politique coloniale naissante d’asseoir sa légitimité.

7L’auteur apporte enfin des constats importants sur l’évolution de cette controverse, à l’heure de la coopération entre la France et la Grande-Bretagne, dans le cadre de nouvelles normes internationales. Il y en a d’intéressants sur le développement des échanges, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, entre le ministère de la France d’Outre-mer et l’Institute of Colonial Administration, y compris avec des plans ambitieux d’échanges entre élèves et administrateurs responsables de la formation, parfois associés dans des projets d’études communes.

8Certes, à la lecture, on a envie d’en savoir plus et on peut se demander s’il n’aurait pas été possible d’étudier aussi d’autres lieux de sociabilité, des réseaux, des médias (savants amateurs, experts, administrateurs civils, journalistes, théologiens, « culture populaire », etc.) qui élargissent la circulation des savoirs et l’espace de leur circulation. Peut-être auraient-ils permis d’étudier des transferts de savoirs des empires aux métropoles et vice versa, ainsi que la part de savoirs dit « indigènes » adaptés, reformulés ou instrumentalisés. Par ailleurs, on a aussi envie d’en savoir davantage sur la seconde étape de la démonstration proposée par l’auteur : la mise en pratique de savoirs abstraits et de concepts dans des règlements et des pratiques sociales. Autrement dit, quelle fut l’utilisation de ces savoirs par les acteurs sociaux ?

  • 5 Pour Marie-Ange Rauch (Le bonheur dentreprendre. Les administrateurs de la France dOutre-mer et l (...)
  • 6 Jean-Charles Fredenucci, « Aux origines des pratiques de mission dans l’administration de l’urbanis (...)

9Tel n’est cependant pas l’objet de l’ouvrage, qui appelle donc directement des études de sociologie ou d’histoire analysant soit les origines sociales des élèves administrateurs, sur lesquelles les analyses divergent5, soit les pratiques des administrateurs, fondées sur la biographie collective des agents circulant d’un pays à l’autre ou sur les sources orales par exemple. Jean-Charles Fredenucci a pu ainsi montrer comment le rôle de la guerre de 1914‑1918 est déterminant pour comprendre le contenu de l’idéal colonial des professionnels à travers leurs formateurs (pères, enseignants, cadres coloniaux)6. Un des grands mérites de cet ouvrage non clos sur lui-même, et non des moindres, est précisément d’ouvrir des perspectives à la fois aux politistes, aux sociologues et aux historiens sur de stimulantes nouvelles recherches.

Haut de page

Notes

1 Notamment parce que les colonisations tardives du Maroc et de la Tunisie ont été plus respectueuses des institutions politiques antérieures.

2 Cf. par exemple « L’Etat et les pratiques administratives en situation coloniale : l’exemple français », Outre-mers, Revue dhistoire, nº 338‑339, 1er semestre 2003.

3 Patrick Hassenteufel, « De la comparaison internationale à la comparaison transnationale. Les déplacements de la construction d’objets comparatifs en matière de politiques publiques », Revue française de science politique, vol. 55, nº 1, février 2005 ; Pierre-Yves Saunier, « Circulations, connexions et espaces transnationaux », Genèses, nº 57, décembre 2004.

4 Michael Werner, Bénédicte Zimmerman (dir.), De la comparaison à lhistoire croisée, Paris, Le Seuil, 2004.

5 Pour Marie-Ange Rauch (Le bonheur dentreprendre. Les administrateurs de la France dOutre-mer et la création du ministère des Affaires culturelles, Paris, La Documentation française, 1998), les administrateurs sont de milieu modestes. Pour William B. Cohen (Empereurs sans spectre : histoire des administrateurs de la FOM et de lécole coloniale, Paris, Berger Levrault, 1973), ils sont d’origine bourgeoise avec très peu de mobilité sociale. Véronique Dimier tranche en faveur d’une classe moyenne de type petite bourgeoisie ayant les moyens de financer le passage par une école préparatoire au concours, de préférence dans les lycées parisiens.

6 Jean-Charles Fredenucci, « Aux origines des pratiques de mission dans l’administration de l’urbanisme de la ve République : l’Afrique noire. Approche historique d’une expérience de formation d’ingénieurs des Ponts et Chaussées coloniaux et d’administrateurs de la France d’Outre-mer », Clio en Afrique, nº 16, hiver 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Join-Lambert, « Véronique Dimier, Le gouvernement des colonies, regards croisés franco-britannique », Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 3 | 2006, 450-452.

Référence électronique

Odile Join-Lambert, « Véronique Dimier, Le gouvernement des colonies, regards croisés franco-britannique », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 3 | Juillet-Septembre 2006, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/24971

Haut de page

Auteur

Odile Join-Lambert

Institut de recherches économiques et sociales (IRES), 16, boulevard du Mont d’Est, 93192 Noisy-le-Grand

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals