Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Minguet Guy, Thuderoz Christian (dir.), Travail, entreprise et société. Manuel de sociologie pour ingénieurs et scientifiques

Paris, Presses universitaires de France (coll. Sciences sociales et sociétés), 2005, 339 p.
Konstantinos Chatzis
p. 452-454
Référence(s) :

Guy Minguet et Christian Thuderoz (dir.), Travail, entreprise et société. Manuel de sociologie pour ingénieurs et scientifiques, Paris, Presses universitaires de France (coll. Sciences sociales et sociétés), 2005, 339 p.

Texte intégral

1Collaborateur, du patron il va sans dire. Et quand, gêné par cette proximité, réelle ou supposée, il veut marquer ses distances, c’est souvent dans le rôle du tiers providentiel qu’il s’installe, celui qui s’interpose au nom de la science entre le Capital et le Travail pour apporter prospérité et paix à tous. Je parle de l’ingénieur, celui du passé. Car la figure a perdu progressivement beaucoup de sa superbe de jadis. Donneur de leçons hier, il doit en recevoir un grand nombre aujourd’hui afin d’assurer avec efficacité ses fonctions d’expert technique et de manager d’hommes. Entre autres, les lumières des sciences sociales ne lui sont pas superflues. Mais comment devient-on sociologue quand on est ingénieur ou en train de le devenir ? Guy Minguet et Christian Thuderoz, professeurs de sociologie à l’Ecole des Mines de Nantes et à l’INSA-Lyon respectivement, se sont posé, nécessité professionnelle oblige, cette question et y ont donné une réponse originale : en enseignant la sociologie d’une façon appropriée. Exit donc les initiations classiques avec la galerie de portraits des fondateurs de la discipline et le résumé de leurs théories.

2Auteurs eux-mêmes de trois chapitres, les deux responsables de ce manuel pour ingénieurs et scientifiques ont demandé à plusieurs collègues d’en rédiger quinze autres : tous portent sur autant d’aspects du monde réel dans lequel le public du livre habite déjà ou qu’il rejoindra bientôt (le fait que chaque contribution soit l’œuvre d’un spécialiste se ressent nettement et positivement, par ailleurs, dans le produit rendu). Le tout est agrémenté d’une Introduction générale, dans laquelle les deux initiateurs du livre s’expliquent sur leur projet éditorial, qui comprend, dans sa forme finale, quatre parties. Intitulées respectivement : « Sciences et techniques en action », « Technologie et organisation », « Entreprises, entrepreneuriat et marchés », « Coopération et travail », ces dernières proposent à la réflexion du lecteur une multitude de sujets. Citons, au hasard : les rapports entre la technique et la société, le travail d’ingénieur, le marché du travail des ingénieurs, l’entrepreneur et son art, le statut du conflit et de la négociation sociale au regard des problèmes de décision, la quête identitaire dans l’entreprise contemporaine : tous, on le voit, interpellant directement le public auquel s’adresse principalement ce livre.

3La diversité thématique des sujets traités se fond dans une forme commune, puisque toutes les contributions sont organisées selon le même plan. Une énigme ou un paradoxe – du genre : « pourquoi existe-t-il des entreprises (et non des petits producteurs isolés, ou une seule et immense entreprise) ? » (p. 211) – ouvre chaque chapitre. Une fois l’énigme posée, elle est « résolue » à l’aide d’une « grille d’analyse associant des éléments historiques, les auteurs qui comptent, les grands concepts, des exemples et des illustrations, les questions en devenir » (p. 24).

4Comment le public visé va-t-il recevoir ce livre dont le « niveau d’exigence (…) est tel que l’apprentissage du raisonnement sociologique nécessite une relation d’accompagnement et de facilitation » (p. 23), préviennent les responsables du recueil, qui proposent dans l’Introduction plusieurs préceptes pédagogiques à mettre en œuvre lors de l’usage de l’ouvrage ? Difficile de se mettre dans la peau de l’« usager » de cet ouvrage, quand on a quitté depuis longtemps le banc de l’école et que l’on n’est pas ingénieur (je peux témoigner, en revanche, que le professionnel des sciences humaines appréciera les claires mises au point qui lui sont offertes sur de nombreux sujets). Rendez-vous donc dans quelques années pour une évaluation de l’efficacité de ce manuel pas comme les autres. Mais en attendant, les enseignants des sciences sociales dans les écoles d’ingénieur, les professionnels, actuels et futurs, de la technique mais aussi tous ceux qui s’intéressent à la thématique de l’ouvrage gagneront à se plonger sans tarder dans sa lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Konstantinos Chatzis, « Minguet Guy, Thuderoz Christian (dir.), Travail, entreprise et société. Manuel de sociologie pour ingénieurs et scientifiques », Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 3 | 2006, 452-454.

Référence électronique

Konstantinos Chatzis, « Minguet Guy, Thuderoz Christian (dir.), Travail, entreprise et société. Manuel de sociologie pour ingénieurs et scientifiques », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 3 | Juillet-Septembre 2006, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/24983

Haut de page

Auteur

Konstantinos Chatzis

Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS), École nationale des ponts et chaussées (ENPC), 6-8, avenue Blaise-Pascal – Cité Descartes, 77455 Marne-la-Vallée cedex 2.
chatzis[at]mail.enpc.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals