Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 48 - n° 4ArticlesConstruction d’un problème public...

Articles

Construction d’un problème public autour du dopage et reconnaissance d’une spécialité médicale

The recognition of a medical specialty and the construction of the public issue “dope in sports”
Christophe Brissonneau et Olivier Le Noé
p. 487-508

Résumés

Cet article retrace le mouvement de constitution d’une spécialité professionnelle (la médecine du sport), appuyé sur l’animation d’un espace délibératif autour du dopage et sur la mise en forme de cette catégorie. L’itinéraire de cette notion est retracé sur une période s’étendant entre 1955 et 1999, ce qui permet de mettre en évidence des problématisations successives de la question du dopage, portées par des médecins ayant des profils et des activités différenciés. Progressivement les objectifs de la médecine appliquée au sport évoluent. Initialement l’optique curative domine, opposant fermement célébration des vertus de la pratique sportive et condamnation du dopage. Puis un nouveau domaine de compétences médicales s’ouvre avec la préparation biologique de la performance, qui est présentée comme une alternative au dopage tout en rendant les frontières avec celui-ci plus incertaines. Ensuite les positions médicales se polarisent : d’un côté émerge une science de l’entraînement appuyée sur la physiologie de l’effort, qui permet d’intensifier la pratique sportive tout en l’optimisant par des périodes de repos ; de l’autre des cliniciens plus proches de la vie quotidienne des sportifs comprennent les contraintes d’un renouvellement incessant des performances et manifestent de l’empathie vis-à-vis de la prise de « produits » dans une optique curative. Finalement la légitimation de la médecine du sport comme spécialité professionnelle s’appuie sur une double relation : l’une, évidente, opposant dopage et santé, l’autre, aberrante d’un point de vue sanitaire mais tout autant admise, associant sport intensif et santé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Débats Assemblée Nationale (AN), JORF, séance du 15 décembre 1964, p 6113 et sq.

1Si, déjà au début des années 1890, des journalistes parlent d’actes de doping au sein du peloton cycliste, il faut attendre le début des années 1930 pour voir des médecins aborder ce sujet dans des revues médicales. C’est seulement au milieu des années 1950 que cette absorption de produits pharmacologiques, et les dangers qui en découlent, sont plus systématiquement dénoncés. Quant à la loi, elle ne s’était intéressée au phénomène que sous l’angle des courses hippiques ; il était donc interdit de doper les chevaux avant que ce ne soit le cas pour les sportifs. Les médecins découvrent les pratiques pharmacologiques en vigueur dans le peloton lorsqu’ils officient sur les courses cyclistes. Une poignée d’entrepreneurs de morale, médecins sportifs proches d’institutions telles que l’Institut National des Sports (INS), l’Ecole Normale Supérieure de l’Education Physique et Sportive (ENSEPS), le Bataillon de Joinville (BJ), contribuent au passage de l’agenda systémique à l’inscription sur l’agenda institutionnel de la question du dopage (Cobb & Elder, 1972). Prenant appui sur des signes cliniques, ces médecins vont essayer de sensibiliser une partie de l’opinion et les pouvoirs publics sur l’émergence de ce que Maurice Herzog nommera bientôt un « fléau social »1. Pour cela, ce groupe de médecins va utiliser divers moyens pour susciter une prise de conscience : communiquer avec la presse, organiser des colloques et entretenir des contacts répétés avec le secrétariat d’Etat à la jeunesse et aux sports.

  • 2 Une caractéristique partagée par nombre de ces médecins est d’avoir évolué à un niveau au moins rég (...)

2Un ordre local (Friedberg, 1993) du dopage s’est donc constitué au confluent d’intérêts professionnels, politiques et moraux. Les interventions des médecins dans la délimitation d’un espace délibératif permettent d’identifier l’adossement d’un mouvement de constitution d’une spécialité professionnelle2 sur la mise en forme d’une catégorie d’intervention publique (le dopage). Cette hypothèse peut précisément être examinée lors de ces moments critiques qui reflètent l’existence de délimitations variables dans le temps et dans l’espace social de ce problème public au gré des groupes qui s’en font les interprètes.

3Des stratégies de légitimation variables peuvent ainsi être repérées : stratégies gagnantes ou perdantes, stratégies subversives ou stratégies légalistes, stratégies polysémiques enfin. De la sorte, un espace des prises de position a pu être reconstitué avec des asymétries d’accès aux labellisations officielles.

4La ligne d’analyse privilégiée ici consistera à retracer l’itinéraire de la notion de dopage, le halo sémantique qui l’entoure augurant de l’état des relations entre les courants de l’expertise et le pouvoir politico-administratif ; l’enjeu de ces rapports étant la légitimation croisée de l’institutionnalisation d’un corps de spécialistes et des fondements rationnels de l’intervention publique.

  • 3 24 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de médecins généralistes et spécialistes : tro (...)

5Une étude socio-génétique (depuis 1955 à 1999), à partir d’un corpus d’ouvrages médicaux, d’articles de presse, de textes législatifs et d’entretiens3, offre la possibilité de distinguer les déplacements successifs du centre de gravité de la problématisation au fondement de la participation des différents profils de médecins à l’élaboration du mode de traitement de la question.

6Cette question fut tout d’abord largement traitée au travers d’une vision enchantée des effets sanitaires du sport surdéterminant les usages légitimes de la médecine dans le cadre sportif. Dans le prolongement de l’intervention légale sur le dopage, une convergence historique d’intérêts s’observe entre médecins du haut niveau et administration de la jeunesse et des sports autour de la nécessité d’un encadrement médical stabilisé et orienté vers la consolidation physique des champions. Par la suite, le changement de fondements et d’objectifs de la médecine du sport divise celle-ci sur la question du dopage qui devient largement indéterminée, ou plus exactement « pluri-déterminée ». Les résultats de notre analyse mettent en évidence une polarisation des médecins sur la question du dopage selon les caractéristiques de leur activité :

  • cliniciens versus chercheurs, les premiers proches du pathos, étant moins unanimes sur la prise de produits que les seconds, proches du labo, reconnus à ce titre comme les experts (Castel, 1985) ;

  • sensibilité médicale proche des problématiques de santé publique versus spécialisation en physiologie de l’effort appliquée à l’amélioration de la performance.

1. Une relation surdéterminée (1955‑1965) : des médecins soucieux de morale et de santé publique exclusifs à l’égard du dopage

7La relation supposée vertueuse entre sport et santé confine dans un premier temps le médecin dans un rôle thérapeutique écartant toute alternative autre qu’une condamnation du dopage. L’émergence d’une perspective de préparation biologique de la performance ouvre une brèche dans cet unanimisme des spécialistes du sport dans la profession médicale au milieu des années 1960.

1.1. La consécration des valeurs sanitaires du sport

  • 4 Ces propositions rejoignent les résultats observés dans le cadre de « L’expérience de Vanves » mené (...)

8Aux réticences du monde médical (Defrance, 1998) à l’égard du sport succède, au début des années 1950, un discours lui attribuant des vertus pour la santé. Ses principaux promoteurs sont des médecins, souvent anciens sportifs exerçant dans des institutions dépendant de la Direction générale de la jeunesse et des sports (ENSEPS, service médical sportif extra-scolaire du ministère de l’Education Nationale, fédérations sportives). Ceux-ci s’appuient sur des découvertes physiologiques qui montrent l’intérêt de cette pratique physique. Deux types d’arguments ressortent des discours ; le premier concerne la santé anatomo-physiologique. Pour le docteur Encausse (Encausse, 1951) (ancien champion de France universitaire), sa pratique entraîne des bienfaits sur le système cardio-vasculaire. La deuxième série d’arguments concerne les propriétés morales qui lui sont prêtées, notamment auprès de la jeunesse. « Il [le sportif] est assuré d’une bonne santé physique et morale » (Boigey, 1948), un des précurseurs de la médecine du sport. Pour le professeur Saya (Saya, 1967), la pratique du sport prémunirait contre les formes de déviance comme l’alcoolisme, les stupéfiants ou encore les perversions sexuelles. Le docteur Encausse va même jusqu’à projeter un impact positif de cette pratique compétitive sur la scolarité des sportifs4. Quelques médecins essayent toutefois de tempérer ces discours. En 1954, lors du 10ème congrès international de médecine sportive, le président de la Fédération Internationale de Médecine Sportive, A. Govaerts, se demande « dans quelle mesure ceux-ci [les effets du sport] peuvent-ils provoquer un état de maladie comme exercer un effet thérapeutique ? » (FIMS, 1954).

9Parallèlement à ces discours « enchantés » sur les nombreuses vertus du sport, les mêmes médecins du sport mettent en garde contre un danger qui menace cette pratique : le doping.

10Cette crainte ne repose pas réellement sur un nombre important de cas avérés mais plutôt sur quelques faits décrits par des médecins du sport ou des aveux livrés à la presse par des cyclistes. Le docteur Boigey, dans son livre sur l’entraînement, essaye de répertorier les différents dopings possibles. Il y inclut aussi bien le massage des sportifs que l’absorption de rayons ultra-violets, en passant par la caféine ou les vitamines ; en bref, l’ensemble des procédés ayant en commun la propriété de modifier l’équilibre compétitif. Les ouvrages traitant du sujet partagent cette proposition du Dr Boigey et considèrent ces adjuvants déloyaux (Encausse, 1951 ; Guillet, 1964). Ainsi, pour le docteur Delezenne, médecin de la fédération française de football, « on en revient toujours à la seule raison morale que se doper, c’est rechercher un avantage illicite » (Delezenne, 1963). Le dopage en tant que problème de santé est paradoxalement rarement évoqué (Brissonneau, 2003) par les médecins.

11Le docteur Dumas s’est imposé comme l’entrepreneur de morale (Becker, 1985) insistant sur ces deux dimensions du dopage.

1.2. Un médecin militant

  • 5 9ème congrès international de médecine du sport (Paris, 30‑31 mai - 1er juin 1952) ; 10ème congrès (...)
  • 6 Le docteur H. Périé lui succède en 1966 en tant que responsable de la médecine sportive à la direct (...)
  • 7 “Premier colloque européen sur le doping et la préparation biologique du sportif de compétition”, M (...)

12Le docteur Pierre Dumas peut être considéré comme un pionnier de la lutte antidopage. Professeur d’éducation physique, il devient ensuite docteur en médecine. Il entre en 1950 à l’ENSEPS et occupe parallèlement un poste de médecin sur le Tour de France. Proche des coureurs pendant les trois semaines de compétition, il noue avec eux des liens d’amitié. C’est ainsi qu’il découvre l’utilisation courante de « produits », pharmacologiques ou non. Dumas profite de la présence de journalistes sportifs pour sensibiliser le public sur cette pratique médicamenteuse et signifier son opposition. Ainsi, chaque été (quand le Tour a lieu), dès 1955, le journal L’Equipe consacre un à deux encarts aux protestations du Dr Dumas. Après avoir assisté aux premiers congrès médicaux abordant le problème du doping5, il décide avec le Dr Maigre, suite à une étape du Tour 1962, d’organiser un colloque. Son objet serait, notamment, de s’accorder sur la différenciation entre doping et préparation biologique. De telles préoccupations taxinomiques sont aussi des traductions d’un double travail de légitimation : légitimation d’un secteur administratif alors en expansion, le Haut-Commissariat à la jeunesse et aux sports (HCJS) de M. Herzog, légitimation d’une branche du savoir médical, en voie de constitution. Le colloque a lieu à Uriage les Bains, les 26 et 27 janvier 1963. L’organisation de ce colloque à l’initiative de l’Etat était une occasion de sortir la question du dopage de son confinement médical et, ce faisant, de légitimer sa dévolution à l’administration de la Jeunesse et des Sports. Le Dr Encausse joua à cette occasion un rôle privilégié d’interface : médecin du sport s’exprimant sur ces questions, athlète de niveau national, inspecteur général de la jeunesse et des sports, il est responsable du service du contrôle médical et de la rééducation du HCJS6 au moment du colloque d’Uriage. De nombreux scientifiques sont présents ainsi que des journalistes et des sportifs. Le colloque se termine par une définition qui englobera le doping de façon relativement large : « Est considéré comme doping l’utilisation de substances ou de tous moyens destinés à augmenter artificiellement le rendement, en vue ou à l’occasion de la compétition, et qui peut porter préjudice à l’éthique sportive et à l’intégrité physique et psychique de l’athlète7 ». Ces deux derniers points reflètent bien la vision du docteur Dumas.

  • 8 Loi nº 65‑412 sur la répression de l’usage des stimulants à l’occasion des compétitions sportives, (...)
  • 9 M. Herzog avait pourtant souhaité “éviter qu’une liste de ces produits figure dans un texte qui ser (...)

Du colloque d’Uriage à la loi du 1er juin 1965
Les travaux du colloque servent de fondements scientifiques à l’élaboration de la loi du 1er juin 1965 (Le Noé, 2000a). Des médecins cliniciens participent aux travaux préparatoires. Ainsi, on relève les présences du Dr Dumas ou du Dr Jaulin (travaillant à l’INS et qui finit la première thèse de médecine sur le doping). Le texte de loi est relativement court. L’argument mis en avant pour justifier la lutte contre le dopage est la nécessité de préserver la santé des sportifs. La filiation avec les travaux d’Uriage est nette dans la définition donnée du dopage dans l’article 1 ; le texte voté le définit comme le fait d’avoir, “en vue ou au cours d’une compétition sportive, utilisé sciemment l’une des substances déterminées par le règlement d’administration publique qui sont destinées à accroître artificiellement et passagèrement les possibilités physiques et sont susceptibles de nuire à la santé ”8. La prise de produits interdits et son incitation sont punies par une amende allant jusqu’à 1000 francs et un an de prison maximum. Le rôle du médecin dans la lutte antidopage est affirmé. Pour accomplir les contrôles, il doit être agréé par le ministère. Celui-ci peut recourir aux forces de police pour obliger le sportif à se faire examiner et fournir ses urines, dans le seul cas où il serait soupçonné d’avoir commis une infraction à cette loi. Une liste de produits soupçonnés d’être dopants paraît en juin 19669. Les dopants qui y figurent ont la propriété de développer leurs effets pendant la compétition uniquement.

13Précurseur, le Dr Dumas (1975) développa également des propositions plaidant pour la médicalisation de la préparation des sportifs. De l’idée à sa traduction concrète, le projet connut quelques vicissitudes.

1.3. La préparation biologique, une alternative au dopage

  • 10 Le décret du 24 mars 1953 indexe l’octroi de l’agrément ministériel à l’organisation d’un contrôle (...)

14En 1952, J. Masson, secrétaire d’Etat à l’enseignement technique, à la jeunesse et aux sports (Fédération Internationale de Médecine du Sport, 1952) appelle de ses vœux le développement de la médecine du sport à laquelle il assigne trois objectifs : la mise en œuvre de recherches scientifiques en physiologie de l’effort, en pathologie sportive et l’instauration d’un contrôle médical10 régulier. En réponse, le bureau médical de la DGJS impulse des recherches sur le phénomène de la fatigue physique et réfléchit aux différents produits et méthodes pouvant aider le sportif à faire reculer ce seuil.

15Les médecins vont devoir alors songer à ce qui peut rentrer dans une préparation biologique du champion et à ce qui n’en relève pas ; ce qui sera alors étiqueté « doping ». Ce problème est abordé au colloque d’Uriage en 1963 ; le Pr Boissier définit comme dopants les produits utilisés pendant ou juste avant la compétition alors que ceux pris pendant l’entraînement « rentreraient presque dans le cadre d’une alimentation mieux conçue et plus équilibrée ». Le Dr Delezenne est favorable à une préparation biologique qui agirait sur le métabolisme cellulaire. Un des sportifs invités, M. Pallière distingue les « moyens de soutien » utilisés pendant la période d’entraînement des « moyens de dépassement » qui interviennent au moment de la compétition. Dans les débats, une unanimité se dégage pour situer cette préparation biologique pendant la période d’entraînement. Mais, quels produits et méthodes peut-on y mettre ? Cette irrésolution montre déjà la fragilité de la frontière entre dopage et préparation biologique.

  • 11 Il évoque notamment les « mouvements d’attaque » qui sont le fait de professions stabilisées visant (...)

16La préparation biologique est une condition de possibilité de l’extension du domaine de compétence des médecins dans le domaine du sport. Il existe déjà des médecins dans le sport qui œuvrent à des objectifs généraux de santé publique. En préconisant la préparation biologique, la présence du médecin recouvre une seconde justification : l’accompagnement du sportif de haut niveau. A certains égards, cette évolution correspond à une situation d’« attaque juridictionnelle » telle que la définit Abbott11. Composé d’anciens sportifs ou de passionnés, le public des médecins du sport aspire à s’impliquer davantage dans la préparation des athlètes ; aspiration perceptible dans leurs discours disqualifiant les pratiques des entraîneurs et pédagogues. Lors du 12ème Congrès de la Fédération Internationale de Médecine du Sport (1958), son président, le professeur Govaerts est plutôt catégorique en reconnaissant au seul médecin la capacité à entraîner :

« La formule de la performance maximum s’établit à présent : athlète + entraîneur + médecin sportif + employeur compréhensif. La performance serait peut-être encore meilleure avec la formule suivante : athlète + médecin entraîneur + employeur compréhensif. »

17En 1964, en revenant des congrès communs de la Fédération Internationale de Médecine du Sport (FIMS) et de la Fédération Internationale d’Education Physique (FIEP) à Tokyo, le Pr Chailley-Bert déclare :

« Ceux-ci [les professeurs d’E.P.S] ont, de leur côté, présenté des rapports qui nous ont amenés à 40 ans en arrière et ne nous ont rien apporté. »

18Occupant la seule position « mandarinale » d’alors en médecine du sport – il est détenteur de l’unique chaire dans ce domaine –, la critique de Chailley-Bert s’entend comme la proposition d’une nouvelle donne transactionnelle. Les termes de l’échange sont : les connaissances de la médecine du sport permettront de donner des moyens scientifiques de progresser avec des cautions relatives à la santé, apanage de la profession, en contrepartie de quoi le monde du sport de haut niveau offrirait des opportunités d’élargissement du spectre des connaissances médicales. Le droit d’entrée à acquitter : une préparation rationnelle et un suivi médical qui formeront les deux ressorts d’un « art de se rendre indispensable » (Callon, 1986). Des éléments conjoncturels offrirent un appui à ces ambitions.

  • 12 Un changement d’administration est vraisemblablement la plus évidente fenêtre politique qui puisse (...)

19Analytiquement, deux composantes expliquent l’émergence d’une dynamique sectorielle favorable à la reconnaissance d’un domaine de compétences revendiqué par les médecins du sport en matière de dopage. D’une part, l’existence d’entrepreneurs en faveur d’une cause qui peuvent être définis comme toute personne ou groupe d’individus qui, à l’intérieur d’un espace concurrentiel, élabore un projet original ou remet en cause une partie des représentations et des normes régissant cet ensemble, tente de mettre en œuvre son projet ou d’imposer son nouveau cadre normatif, réagence et découvre à cette fin certaines des ressources et contraintes qui composent son environnement. D’autre part, une conjoncture caractérisée par des conditions “extraordinaires” (Keeler, 1993). En dépit de l’existence d’une sollicitation de l’administration depuis J. Masson, en 1952, le tournant marqué par la politique de M. Herzog (1958‑1965) semble décisif pour la reconfiguration des positions autour de la question de la préparation médicale des sportifs (Le Noé, 2000b). La configuration institutionnelle française, marquée à partir de 1958 par la prédominance de l’exécutif sur les assemblées législatives, permet en l’occurrence de comprendre que la reformulation préalable du problème par les instances gouvernementales soit déterminante pour son inscription sur l’agenda parlementaire (Rochefort & Cobb, 1994). A compter de la mise en place du HCJS, le glissement de perspective de la santé vers la performance inscrit le secteur du sport dans la perspective modernisatrice du nouveau régime12. L’opinion publique localisée du monde sportif s’avéra peu sensible au glissement sémantique en passe de s’opérer : il y avait déjà des médecins dans le sport, seule la médecine changeait. Le courant de l’expertise bénéficia ici incontestablement d’une forme d’« anesthésie » pour proposer une alternative en termes de préparation médicale des sportifs de haut niveau. La contestation de la position des éducateurs et entraîneurs, la proposition d’une alternative rationalisatrice rencontrèrent un écho favorable auprès de l’administration qui s’installait rue de Chateaudun.

  • 13 Les passages consacrés au doping dans les ouvrages du Dr Boigey ou encore du Dr Encausse offrent un (...)
  • 14 Le Dr P. Encausse dédie par exemple son livre Sport et santé à G. Roux, son « cher compagnon d’arme (...)
  • 15 Boigey M., « Toutes les compétitions doivent être loyales. La bonne foi est à la base des compétiti (...)

20A défaut de développer des connaissances biologiques rigoureuses13, l’effet de ces recherches est de produire une délimitation (Bourdieu, 1987) entre produits cautionnés par la médecine du sport en voie de développement et ceux qu’elle exclut de la préparation « saine » du sportif. Les produits jugés nocifs sont notamment des excitants, principalement des amphétamines. Autrement dit, la valeur de cette classification ne tient peut-être pas tant au statut médical de ses promoteurs qu’à leur insertion14 dans l’administration des sports d’alors. Les relais administratifs qu’ils détiennent offrent à leurs propos une résonance qu’ils n’auraient pas eue sur leur seul fondement scientifique, de même que la possibilité de tenir un discours autre que médical, un discours protecteur de la jeunesse aux fondements moraux15. Tant que la santé publique et la morale sont les deux fronts ouverts par la médecine face au dopage, l’appréhension du phénomène reste largement surdéterminée : la pratique est unanimement condamnée.

  • 16 Ce passage de l’absence d’indétermination à une situation d’ambiguïté évoque le passage de l’éthos (...)

21La préparation biologique, présentée comme alternative possible au dopage, traduit également une autre approche de la santé du sportif, avec le passage d’une optique curative à des aspirations de maîtrise d’un donné corporel (Memmi, 2003), refusé comme tel. Ce déplacement a pour effet de brouiller l’unanimité et la simplicité du jugement moral autour du dopage. Ainsi, la médecine du sport où s’était développée la thématique de la condamnation morale, contribue en quelques années au brouillage de la définition des frontières entre le dopage et une préparation médicalement assistée. Le déplacement du centre de gravité des préoccupations de la médecine du sport – le passage d’une approche traumatologique vers une approche davantage centrée sur le biologique – induit dans son sillage un glissement d’approche du rapport sport-santé. D’une relation simple qui va de soi, cette relation perd son caractère d’évidence16.

2. Une relation travaillée : du médecin d’institution à la médecine de la performance (1965‑1978)

22Dans cette deuxième période s’observe une dissociation à l’intérieur du groupe de spécialistes de la médecine du sport de haut niveau. Engageant les finalités et par suite les moyens de son action, cette division démarque approche endocrinologique et approche physiologique. La première propose une action clinique régulatrice de déséquilibres nés de la pratique intensive. La seconde adopte une posture moins tournée vers les applications médicales que vers le développement de connaissances fondamentales, propres à engendrer des mécanismes physiologiques d’incrémentation pour éviter les déséquilibres.

2.1. Un rapprochement de la médecine vers le sport de haut niveau

  • 17 Entretien réalisé le 12 février 2001.
  • 18 Entretiens réalisés avec Pierre Mazeaud (ancien Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports de 19 (...)

23Le développement de la médecine du sport s’opère très progressivement, accompagnant la création de nouvelles institutions sportives (INS puis INSEP, Lycée de Font Romeu, plus tard les Sections Sport Etudes). Chacune possède un centre médical où les sportifs de haut niveau peuvent être suivis. Dans les faits, le médecin est présent sur les lieux mais les sportifs de haut niveau y ont peu recours spontanément. De même, les procédures institutionnalisées de suivi se limitent bien souvent à une visite annuelle. Encouragée par les services centraux de la Jeunesse et des Sports, cette présence se conçoit encore comme une opportunité plutôt qu’un dispositif volontariste de soutien médicalisé. Deux types de profil de médecin coexistent dans un centre comme l’INS : des médecins chargés de recherches sur l’effort cardio-vasculaire et des cliniciens qui soignent les sportifs. Dans les deux cas, ces praticiens se préoccupent de la santé du sportif : les premiers en amont au niveau de la préparation, les seconds en aval en traitant les effets de la pratique intensive. Deux modèles étrangers de la médecine au service du sport sont des références disponibles : les Etats-Unis avec une culture de la sollicitation de la présence médicale, notamment sur les campus universitaires, et les pays du bloc de l’Est avec une intégration systématique du médecin dans l’équipe d’encadrement. La diffusion du modèle américain relève d’initiatives individuelles ; tel lanceur de poids17 de niveau national dans la deuxième moitié des années 1960, en formation sur le continent américain, partit s’aguerrir aux méthodes d’entraînement des universitaires californiens. Il découvre que les techniques d’entraînement sont combinées à une préparation biologique. Aux Etats-Unis, cette seconde dimension bénéficie en outre d’une certaine indétermination quant à son caractère transgressif. La circulation du modèle soviétique s’appuie sur des voyages encouragés, encadrés par des médecins d’institutions telles que les fédérations, l’INS. Aux sommets de l’administration de la Jeunesse et des Sports, le modèle de l’Est exerce une fascination18 en raison, d’une part, de son haut degré de rationalisation et, d’autre part, de la valeur de preuve attribuée à la rapidité et à l’excellence de ses résultats. Les médecins discutent aussi avec leurs confrères et les voient notamment administrer des produits juste avant les entraînements ou les compétitions.

  • 19 Pour être tout à fait exact, la première loi anti-doping n’est pas française, mais belge, à quelque (...)
  • 20 Sur l’action du CIO en la matière, Cf. Chappelet, 1991, pp. 227‑241.

24Le corollaire de cette diffusion est le développement d’une régulation internationale. Le congrès de médecine sportive de Madrid en juin 1963, les premiers travaux du conseil de l’Europe pour lutter contre le dopage en 1964 précèdent les premières résolutions19. L’organisation olympique fut sensibilisée à la pratique du dopage par des événements dramatiques comme la mort du cycliste danois Jensen aux Jeux Olympiques de Rome en 1960. Une commission médicale fut créée l’année suivante par le Comité International Olympique (CIO). “La commission fonctionne comme un conseiller médical du CIO […], mais son rôle essentiel est la lutte anti-dopage”20. Elle resta toutefois quasiment inactive jusqu’en 1967, date à laquelle sa présidence fut confiée au jeune membre belge du CIO, le prince Alexandre de Mérode.

25Les influences étrangères ne se limitent pas à des dispositifs de régulation et des pratiques d’entraînement ; elles débouchent rapidement sur l’élaboration et la diffusion de connaissances médicales mises au service de l’amélioration de la performance.

2.2. Genèse d’une médecine de la performance au nom de l’argument du « réalisme »

  • 21 A la suite de différends avec l’Union Cycliste Internationale et des cyclistes professionnels, Jacq (...)
  • 22 Ancien chef de clinique adjoint de la faculté de médecine de Strasbourg, il fait cette déclaration (...)
  • 23 Tonus, 26 juillet 1976.

26Dès 1967, quelques voix commencent à s’élever en demandant une certaine compréhension envers les sportifs professionnels. Ainsi, à la suite du scandale provoqué par les aveux du coureur cycliste J. Anquetil21, un médecin, le Dr Burger22 demande à ce que les médecins puissent prescrire des doses « acceptables » dans le cadre de l’exercice de leur profession. Selon lui, le corps médical devrait suivre les coureurs afin de leur faire partager ses connaissances dans le cadre d’une préparation biologique. Dans une revue médicale, le Dr Caseris préconise une autorisation pour la prise d’amphétamines en faibles quantités23. Elle permettrait ainsi aux coureurs de ne pas recourir aux stéroïdes anabolisants ou corticoïdes, bien plus dangereux d’après lui. Dans des colloques internationaux, des médecins allemands abordent la question du dopage. A Fribourg, le Dr W. Hollmann pose la question de savoir si on veut interdire les anabolisants et laisser les sportifs de l’Est gagner ou s’il ne vaut mieux pas prescrire « les anabolisants sous forme de thérapeutique substitutive, sans nuire le moins du monde à leur santé ». Lors d’un colloque médical à Cannes, le Dr Philippi demande s’il faut « emboîter le pas aux pays de l’Est » ou continuer à « être ridiculisés dans les compétitions de haut niveau. » Un des effets de ces prises de position au nom d’arguments « réalistes » est de produire un cadrage (Muller, Surel, 1998) des modes d’appréhension du dopage en tant que problème public. Face à cette approche mêlant arguments sanitaire, de rendement physique du travailleur et de prestige national, l’alternative se développe autour d’un référentiel éthique professionnel.

2.3. La décontextualisation du traitement du problème

27En référence à une déontologie commune, deux positions se dessinent à partir de 1977 : elles se différencient, d’une part, sur le rôle de la médecine du sport et, d’autre part, sur les moyens de son action. Elles ont en commun de se développer à distance de la vie quotidienne de l’élite sportive. Il en résulte une autonomisation de la question. Extraite de son insertion sociale, elle perd de sa dimension empirique. Le problème fait l’objet d’un déplacement : les glandes, les sécrétions, le système cardio-vasculaire, le transport et l’extraction de l’oxygène sont les sujets qui se développent loin des lieux de l’entraînement des sportifs.

28D’un côté, la pratique du sport de haut niveau est appréhendée à l’aune de ses effets déstabilisants sur le système hormonal. La préparation biologique interpelle la médecine du sport. En réponse, le secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports demande en 1975 au Pr Plas de diriger un groupe de travail chargé de développer trois axes de recherche : la prévalence des comportements de dopage parmi les sportifs de haut niveau ; l’analyse des variations biologiques au cours d’un effort physique prolongé ; l’existence d’un bénéfice sur la performance d’un sujet sportif, hormonalement dopé par rapport à un placebo.

  • 24 Canguilhem a bien montré que le travail médical se définissait en référence à une situation de norm (...)

29Son rapport (Plas, 1979) montre une baisse des taux hormonaux chez les sportifs étudiés ainsi que l’importance des cas de dopage. Le Pr Plas et le Dr De Lignières notamment laissent transparaître un avis favorable au « rééquilibrage hormonal ». Le sportif de haut niveau est présenté comme un patient dont le système hormonal présente des troubles importants, du fait de sa pratique intensive. Les résultats de ces travaux, prolongés dans une commission « biologie du champion » à partir de 1977, induisent que la pratique sportive extra-ordinaire est source de dérèglements de la santé. Le rôle préconisé du médecin est de corriger a posteriori ces effets pervers. L’endocrinologie définit des normes de sécrétions hormonales dont le niveau est altéré par les entraînements répétés ; le travail du médecin serait de « supplémenter » le sportif pour rétablir son niveau normal24. Cette « supplémentation » passe par un apport exogène mesuré d’hormones stéroïdes (stéroïdes anabolisants, cortisone), sans dépasser les taux observés chez les sujets ordinaires ; apport mesuré signifiant ne pas basculer dans l’artificialité, le dopage.

  • 25 Pour Hoberman, le sportif, en tant qu’être aux qualités extra-ordinaires, n’est qu’un simple sujet (...)
  • 26 Pour autant, les considérations de médecins relatives à une éthique du sport ne disparaissent pas d (...)

30De l’autre côté, le sportif est perçu comme un patient sujet à la fatigue. L’alternative au traitement hormonal consiste à proposer une scientifisation des méthodes d’entraînement (meilleure utilisation des différentes filières énergétiques, planification de la préparation physique) et le respect de temps de repos suffisants. La connaissance médicale opposée à la vision endocrinologique est la physiologie de l’effort développée autour du Pr Rieu. A l’intérieur de l’hôpital Cochin, il organise une équipe médicale où sont rassemblés des services de prévention et de soins (consultations de médecine du sport), de recherche (laboratoire de physiologie) et d’enseignement (Certificat d’Etudes Spécialisées de biologie et de médecine sportive) (Rieu, 1980). Le rôle préconisé du médecin est d’accompagner in situ la préparation pré-compétitive. La physiologie de l’effort telle qu’elle est alors développée est fondamentalement une médecine de la performance25. Encadrée médicalement, la pratique sportive de haut niveau ne dégénère pas en altération de la santé pourvu qu’elle fasse l’objet d’un suivi rationnel en amont. Outre le fait que le rééquilibrage hormonal, initialement bien accueilli, ait par la suite suscité de vives critiques lors de la présentation des travaux aux Jeux Mondiaux de la médecine à Cannes en 1980, cette position médicale converge avec les objectifs de la politique sportive d’alors. L’idée d’une santé qui ne soit pas altérée par le sport26 s’inscrit dans la perspective d’un développement du « sport pour tous » affichée par le ministère. En outre, le corollaire de cette approche préventive de la préparation des sportifs de haut niveau est un programme de recherche visant à comprendre le phénomène physiologique de la fatigue. La possibilité de discerner les différents types de fatigue et la recherche de modalités d’atténuation de leurs effets permettent la systématisation d’une planification de l’entraînement. Ici, la vision médicale devient un instrument de la politique sportive du haut niveau, la politique dite des « commandos (Mazeaud, 1980) ».

31L’année 1978 constitue un tournant pour la médecine du sport. Le référentiel traumatologique associé à la figure de médiateur du médecin clinicien est prolongé par un référentiel planificateur porté par le profil du chercheur en physiologie de l’effort. Dans ce moment de redéfinition d’un ordre local du dopage s’expriment les rapports de force entre les groupes en présence. Les moments ont donc leurs hommes, qu’il s’agisse des entrepreneurs politiques (Bardach, 1972 ; Cobb, Ross & Ross, 1976 ; Kingdon, 1994 ; Payen, 1996) ou des groupes de spécialistes les plus sollicités. Ils laissent des traces, notamment dans les dispositifs. L’institutional building est rythmé par le passage des hommes (Wildavsky, 1987) ; ce qui explique qu’il épouse la forme d’une construction gigogne.

  • 27 « Ce qui était important en sport de haut niveau, cétait la microtraumatologie. Cest ce petit que (...)

32Le déplacement du problème connaît en effet une traduction institutionnelle : au service médical de l’INSEP qui ne s’adresse pas qu’aux seuls sportifs de haut niveau – puisqu’il a le statut de dispensaire – le ministère de la Jeunesse et des Sports substitue un département médical. L’« infirmerie27 » change de vocation : le modèle hospitalo-universitaire y importe des problématiques de recherche. Les rapports du sport à la médecine vont s’en trouver fondamentalement changés.

3. Une relation déplacée (1978‑98) : de la médecine du sport à la science de l’entraînement

33La scientifisation de l’entraînement se manifeste par l’intérêt porté à la connaissance des limites physiologiques des sportifs de haut niveau, tout en les encadrant médicalement. L’intensification des séances d’entraînement qu’elle permet doit néanmoins être couplée avec des temps de repos optimisés. Toutefois, ce qui correspond du point de vue de la médecine à une solution fondée scientifiquement, apparaît aux yeux des sportifs comme un problème, une contrainte à résoudre. L’extension de la logique marchande dans le secteur sportif a contribué à produire un retournement de la perspective : la connaissance médicale n’est plus entrave mais devient solution à la poursuite de l’amélioration du rendement du capital humain.

3.1. Genèse d’une science de l’entraînement en France

3.1.1. Le modèle de la physiologie de l’effort s’impose

34Le soutien politique apporté à la recherche en physiologie de l’effort confère une aura accrue à la figure du médecin chercheur au détriment de celle du praticien de la médecine du sport. La physiologie de l’effort « se sportivise » ; les connaissances sur le muscle cardiaque trouvent un domaine d’application nouveau : un être biologiquement hors du commun, le sportif de haut niveau. Dans le même temps, la médecine du sport « s’hospitalise » ; ce nouveau domaine étant développé autour de professeurs de médecine des grands établissements parisiens et stéphanois, le sportif fréquente avec plus d’assiduité ces endroits qui concentrent matériels, compétences et personnels.

35La convention du 6 juillet 1978 officialise un système de relations croisées entre le bureau médical du Ministère de la Jeunesse et des Sports et l’Université de Paris V. En substance, l’accord confie au Pr Rieu, président de la Société Française de Médecine du Sport (SFMS) quelques années plus tard, la gestion du développement du département médical de l’INSEP. Ses collaborateurs implantent à l’INSEP, réservoir du sport de haut niveau, un renversement de perspectives : l’empirisme des entraîneurs et des médecins cliniciens est supplanté par la rigueur des recherches scientifiques en physiologie de l’effort. Au médecin soignant les traumatologies au sortir de la piste d’entraînement se substitue la convocation du sportif à l’hôpital à des fins non curatives. Les relations médecins-athlètes se font de plus en plus par l’intermédiation d’une instrumentation scientifique : dans une salle d’hôpital, le sportif effectue des tests d’effort sur un tapis mécanique avec un casque et des électrodes tandis que le médecin enregistre ses performances cardiovasculaires pour les analyser ensuite. Cette santé objectivée dans des électrocardiogrammes, des statistiques est ensuite indexée à des programmes d’entraînement dans lesquels les médecins revendiquent une compétence. Bientôt, les rats viennent à la rescousse des sportifs sur les tapis mécaniques. Ce recours à l’animal permet l’intensification de la recherche fondamentale. Le laboratoire extrait le sportif de son contexte traditionnel et modifie l’approche médicale de la performance. Le sportif incorpore, loin des gymnases et des stades, des positions, des gestes. Ses déficits sont identifiés et comblés méthodiquement en laboratoire ; des solutions sont identifiées et initiées dans le but d’être reproduites à l’extérieur. La frontière nature-artifice, récurrente dans la définition du dopage, s’en trouve brouillée. Ce problème est en fait éludé par le développement d’une science de l’entraînement qui éclipse la question.

3.1.2. Un entraînement scientifique comme rempart au dopage

36Dans la lignée de ces recherches, les méthodes d’entraînement ont pour but de stresser les différentes qualités du sportif pour amener son organisme à travailler et à être plus fort, c’est le mécanisme d’auto-adaptation du corps. Ces formes de scientifisation de l’entraînement prennent appui sur des recherches concernant le stress du système cardio-vasculaire. Le stress engendre en effet, par des mécanismes auto-adaptatifs, la sollicitation de ressources physiologiques sous-utilisées, dans une perspective d’apprentissage, d’incrémentation ; cette rationalisation permettant la répétition et l’intensification des entraînements (Brissonneau, 2003).

37Le critère de pertinence de l’entraînement tend à devenir la qualité du stress généré, c’est-à-dire la sollicitation aiguë des limites physiologiques et psychologiques. Par exemple, pour accoutumer l’organisme du sportif à travailler malgré la hausse de l’acide lactique dans ses tissus, qui tend à empêcher la contraction musculaire, les programmes d’entraînement scientifiques préconisent des reproductions de séquences de course à plus grande intensité avec des temps de récupération raccourcis. Ce type de séances, extrêmement dures physiologiquement, allant jusqu’à la nausée, obligent le sportif à mener un travail psychologique sur soi quelques jours auparavant. Le jour de l’entraînement, le stress cardiovasculaire est accentué par l’appréhension psychologique.

38Comme le rat acclimaté à l’effort, l’organisme du sportif sécrète des mécanismes adaptatifs aux confins de l’addiction. La contrepartie de ces méthodes prend la forme de fatigues plus intenses et récurrentes. La réponse des physiologistes consiste rigoureusement à préconiser le respect des temps d’adaptation de l’organisme pendant des périodes de repos aménagés. Cette prescription médicale est toutefois contrariée par l’introduction croissante d’un regard économique dans le secteur sportif.

3.1.3. La récupération : un impératif médical incompatible avec les impératifs marchands

39La compensation biologique de la fatigue est la suite des méthodes de préparation rationnelle valorisant les phénomènes auto-adaptatifs. Le travail sur l’organisme engagé pendant l’entraînement se poursuit lors de la phase de repos : le mécanisme d’assimilation de nouvelles conditions de l’effort produit pleinement ses effets pendant la phase de récupération. La rationalisation de l’entraînement consiste à intensifier les séances en les couplant avec des temps de repos optimisés de sorte à produire l’effet d’acclimatation recherché. L’acceptation de ce temps de fatigue, de l’interruption du travail d’entraînement est la condition de l’efficacité de la méthode. Ce relâchement nécessaire transgresse une valeur-étalon du sport de haut niveau : le temps mort paraît inconciliable avec la performance. En outre, il entre de plus en plus en contradiction avec la logique économique qui étend son emprise sur le secteur sportif.

  • 28 Tout le temps est occupé par l’activité sportive (entraînements, soins, récupération, déplacements) (...)

40La présence d’impératifs marchands dans le sport n’est pas nouvelle. La cadence de l’activité s’est cependant intensifiée. Le nombre de compétitions internationales est ainsi passé de 315 en 1977 à 850 au début du XXIème siècle ; l’athlète de l’équipe de France qui s’entraînait trois fois par semaine dans les années 1970 s’entraîne aujourd’hui deux fois par jour à raison de six jours par semaine28 ; cette intensification de l’entraînement correspond à une multiplication des objectifs sportifs (un objectif international tous les deux ans dans les années 1970 pour l’athlétisme contre deux objectifs annuels actuellement). Les flux financiers sont également sans commune mesure : 1,2 million de dollars pour les droits de retransmission télévisée des Jeux de Rome en 1960, 1498 millions de dollars pour Athènes en 2004 (Bourg, 2004). Si l’argent circule autour du phénomène sportif dès le début du XXème siècle, son sens a en revanche changé (Mignon, 2002a) : il ne s’agit plus aujourd’hui de dépenser pour obtenir de la gloire ou du plaisir, il s’agit de considérer ce secteur comme une activité économique comme une autre, de lui imposer des exigences de rentabilité financière, de lui appliquer les règles du calcul économique. Autrement dit, l’argent du sport s’est aussi professionnalisé. Les activités sportives échappent de moins en moins à une logique d’imputation et d’appropriation privées communes aux autres activités marchandes. Cette mise au diapason de l’économie est repérable à l’aune de trois transformations caractéristiques : d’abord, l’évaluation statistique de la performance qui remplit les fonctions d’objectivation du rendement du sportif, d’incitation pécuniaire, d’anticipation face à l’avenir ; ensuite, un mode de rémunération dual de la prestation (Doeringer, Piore, 1971) où coexistent un marché primaire et un marché secondaire du travail sportif ; enfin, une représentation managériale de plus en plus péremptoire qui tend à considérer le sport comme une affaire d’entrepreneurs professionnels. Ces tendances structurantes portent en elles le déplacement du regard porté sur les acquis de la physiologie de l’effort : loin d’entraver la logique marchande, ils y ont été asservis.

41Les connaissances de physiologie de l’effort donnent lieu à des applications qui se généralisent à travers des méthodes comme l’interval training, la VO2 max, la sollicitation de la filière anaérobie lactique (Margaria, 1969). Les sportifs subissent des méthodes d’entraînement plus dures et des calendriers plus chargés. Irréversiblement, cette conjonction génère une fatigue accrue chez les sportifs de haut niveau. Conséquence d’une circulation accrue d’argent dans certaines disciplines, les sportifs subissent un surcroît de contraintes, perdant ainsi une large part de la maîtrise de leur activité. Les temps de repos que ces méthodes induisent en contrepartie ne sont pas respectés. A cette détresse physique, la réponse des médecins-physiologistes est rigoriste : le repos. L’injonction est révélatrice de cette nouvelle configuration dans la médecine du sport : un sportif qui se rend au laboratoire, un médecin qui ne se déplace pas sur la piste. Du fait de cet éloignement, de cette moindre connaissance du milieu du haut niveau, leur réponse est perçue comme inadéquate.

42Les athlètes se tournent alors vers le « bon » médecin, celui qui est à leur service : le clinicien qui, tout en ayant intégré les acquis de la physiologie de l’effort, se montre plus compréhensif à leur égard.

3.2. Des médecins au service des sportifs

43L’univers du sport de haut niveau a connu une médicalisation généralisée (Mignon, 2002b) : le médecin, les blouses blanches, les comprimés, les électrodes, les seringues, les ordonnances, les bistouris, les machines de rééducation font partie des repères quasi-quotidiens des sportifs. Ils disposent d’un catalogue de ressources médicales qu’ils utilisent au gré des circonstances. La physiologie de l’effort permet de bénéficier d’entraînements rationalisés, d’un côté, la perspective clinique apporte, le cas échéant, des solutions pour rééquilibrer les carences nées de l’intensification de l’entraînement, de l’autre.

3.2.1. Hégémonie des physiologistes et propositions subversives : le rééquilibrage hormonal réactivé dans les débats

  • 29 Le Monde, 29 septembre 1988.
  • 30 De Lignières, B., « Hormones sexuelles et sport = Dopage dégage ? Dopage fait rage ? », La revue du (...)
  • 31 On peut signaler les signatures du professeur Baulieu (créateur de la DHEA), du professeur Lacour ( (...)
  • 32 Pour une éthique de lintervention médicale dans le sport, 14 pages.

44Un premier groupe de médecins apparaît dans les débats. Parmi eux, le Dr De Lignières, qui appartenait au groupe de travail du Pr Plas, intervient régulièrement dans la presse nationale29 et médicale30 pour développer l’idée du rééquilibrage hormonal. Autre figure défendant ces propositions : le Dr Koralsztein qui met en avant les déséquilibres induits par la pratique sportive de haut niveau (Koralsztein, 1986). Ancien médecin de l’équipe de rugby de Béziers, de la fédération française des sports de glace, membre de la commission sportive du PCF, ayant effectué des voyages dans les pays de l’Est, il est l’instigateur avec le Dr De Lignières d’une tentative de « délocalisation » du traitement de la question. Leur démarche consiste à extraire le débat sur le rééquilibrage hormonal du strict cadre de la médecine du sport. En changeant d’arène délibérative, il s’agit de tenter d’obtenir une requalification de la position médicale stabilisée sur les relations entre santé et sport intensif. L’objectif est de dissoudre l’espace confiné de la médecine du sport dans l’espace élargi des usages de la médecine. Avec l’appui de médecins et scientifiques réputés31, les docteurs De Lignières et Koralsztein demandent32 en 1989, au Conseil consultatif national d’éthique des sciences de la vie de prendre position sur la question du rééquilibrage hormonal. Les sages, embarrassés, ne répondent que quatre ans plus tard, le 18 mai 1993. Leur réponse, consistant à préconiser du repos pour les sportifs de haut niveau, ne s’appuie pas sur un argumentaire scientifique (Louveau et al, 1995).

  • 33 Entretiens réalisés avec des cyclistes sur route et un athlète. « … jusqu’à preuve du contraire, c’ (...)

45Un autre médecin du sport, le Dr Bellocq, ancien médecin de la Fédération Française de Cyclisme, de l’équipe cycliste Peugeot, de nombreux internationaux (le coureur automobile A. Prost, le perchiste P. Abada, les cyclistes G. Duclos-Lassalle, B. Thévenet) adopte une démarche moins prudente. D’une part, il publie un pamphlet (Bellocq, Bressan, 1991) où il défend son idée du rééquilibrage hormonal. D’autre part, il fait allusion à la gratitude et à la fidélité de ses patients, qui reconnaissent la qualité de ses « soins »33.

46La « méthode » Bellocq comporte deux volets. Le premier consiste à accompagner les sportifs dans leur planification de l’entraînement : à partir des bilans sanguins, il propose une personnalisation du travail des athlètes en sollicitant différemment leurs filières physiologiques (aérobie, anaérobie lactique ou alactique) selon les besoins liés aux moments de la saison. Le deuxième volet de cette perspective de compensation des déséquilibres est d’accompagner la quête de la performance sportive par un recours à la pharmacopée. Alors que le discours des promoteurs de la pétition présente leur proposition comme un acte curatif des carences générées par la pratique intensive du sport, la démarche du Dr Bellocq se veut plus pragmatique en intégrant la connaissance pharmacologique à l’ensemble des moyens mis au service de la performance. La position du Dr Bellocq est donc un avatar de la rationalisation de l’entraînement qu’il élargit aux sécrétions hormonales. Alors que Bellocq déclare rééquilibrer les sportifs, le premier groupe de médecins considère qu’il supplémente. Leur opposition renvoie à la possibilité de faire le départ entre le rééquilibrage curatif et le rééquilibrage à des fins compétitives.

  • 34 Enquête par entretiens : une vingtaine de médecins rencontrés entre janvier 1998 et juillet 2003. E (...)

47Une enquête sur les médecins du sport34 révèle qu’une fraction de ceux-ci, les plus proches de la vie quotidienne des sportifs, porte un regard compréhensif sur l’opportunité de rééquilibrer les athlètes de haut niveau. Pour quelques-uns de ces médecins, anciens internationaux ou médecins d’équipes de France, l’inspiration des méthodes des pays du bloc de l’Est est revendiquée, même si paradoxalement leur discours reste marqué par une optique curative. Accompagnant leurs patients en stage ou en compétitions, ils sont confrontés directement à leurs souffrances et à leurs questionnements. Ils peuvent adopter une certaine empathie (Collin, Damestoy, Lalande, 1999) concernant la prise de produits stéroïdiens. Ils estiment préserver la santé de leurs patients en contrant les effets néfastes du sport intensif et souhaiteraient une politique de réduction des risques en encadrant médicalement la prise de ces produits. Lorsque ces questions sont abordées en comités restreints en présence de dirigeants sportifs et de leurs collègues, ils sont le plus souvent immédiatement soupçonnés de prôner le dopage. Défendant un point de vue hérétique – le sport peut être nuisible pour la santé –, ils ne sont écoutés ni par les autorités administratives ni par les parlementaires.

  • 35 De l’avis même d’A. Calmat (ministre de la Jeunesse et des Sports de 1984 à 1986, chirurgien de for (...)
  • 36 JORF, débats, allocution du sénateur François Lessein au nom de la commission des affaires culturel (...)

48Les interlocuteurs du Ministère de la Jeunesse et des Sports sont en effet sur de toutes autres positions : la SFMS reste le réservoir d’idées des services de la rue Olivier de Serres35. S’ils suscitent peu d’intérêt auprès des députés et sénateurs, les débats autour de cette loi diabolisent « l’action de certains endocrinologues qui essaient, souvent avec une grande réussite d’administrer de manière indétectable aux athlètes des substances interdites [ayant] pour effet de créer une suspicion vis-à-vis de la fiabilité des contrôles antidopage36. » Les points de vue des docteurs Bellocq et De Lignières sont nommément désignés pour mieux rappeler que « la très grande majorité des médecins rejettent ces hypothèses. Le risque est grand, en effet, de voir certains endocrinologues jouer aux « apprentis sorciers » avec les athlètes au détriment de leur santé ». Appartenant fréquemment au corps médical, les principaux orateurs demandent un meilleur encadrement médical du haut niveau, une recherche scientifique plus poussée afin de garantir la bonne santé des sportifs, et enfin, une présence « importante » du monde scientifique et médical au sein de la commission de la lutte contre le dopage. C’est fondamentalement l’avis des médecins-chercheurs qui est suivi.

3.2.2. Scientifisation de l’entraînement et scientifisation du dopage : « des seringues et des hommes »

49Au même titre que le perfectionnement du matériel sportif (Defrance, 1985), la préparation mentale, la technique médicale fait partie de la palette des ressources qui peuvent être mises au service de la performance. Il s’est développé une culture du produit chez les athlètes de haut niveau, a fortiori dans les pratiques où le facteur énergétique est fortement sollicité pendant les entraînements.

  • 37 Lors des entretiens réalisés avec des sportifs de haut niveau, l’emploi du terme « dopage » s’est s (...)
  • 38 Cf. Brissonneau, 2003. Confirmé dans des entretiens réalisés dans le cadre de l’enquête réalisée pa (...)

50La scientifisation de l’entraînement induit un recours accru à la médecine pour réduire les délais de guérison et optimiser le rendement de l’effort. En outre, les développements nés des autres connaissances scientifiques (les sols en tartan améliorent la performance mais créent des micro-traumatismes osseux aux pieds et tibias) requièrent la connaissance médicale sur de nouveaux fronts. La présence médicale au quotidien rend familière l’utilisation des « produits37 ». Il est fréquent de posséder un Vidal dans le monde des sportifs de haut niveau38. Dans le sac de sport, l’équipement nécessaire à l’entraînement côtoie des produits tels que des vitamines, des crèmes anti-inflammatoires, de l’aspirine, du Guronsan®. Au vu et au su de tous, les sportifs interrogés ont leurs petites recettes banalisées dans un univers médicalisé.

51L’ordinaire, c’est aussi le bilan sanguin qui donne lieu à un prélèvement par seringue, ou l’injection par le médecin de glucose ou de vitamines. Objet commun, la piqûre est apprivoisée et va même pouvoir être utilisée en commun, sans médecin.

  • 39 Damien ne sait pas que les corticoïdes perturbent également l’activité des glandes surrénales.

Le cas Damien (cycliste professionnel anonymisé)
C’est lors d’un stage national qu’il fait sa première expérience avec la seringue. Un de ses meilleurs camarades, avec qui il partage la chambre, s’injecte un produit de récupération autorisé. Il lui montre la technique pour faire la piqûre en intramusculaire. Cet ami lui propose alors de faire de même et vérifie ses gestes. Tout se passe correctement, sans peur aucune. Avec l’expérience, il appréhende mieux les moments de fatigue. Il sait comment réagit son corps et reconnaît les signes annonciateurs de faiblesses. Pour y remédier rapidement, il absorbe le produit approprié :
« …au bout d’un moment le coureur cycliste il se connaît donc quand on a des périodes de fatigue, il y a des signes qui ne trompent pas comme les paupières qui se mettent à trembler ou le muscle au repos qui se met à trembler ; ça veut dire c’est un manque de magnésium. Parce qu’automatiquement, on n’a même pas besoin d’avoir recours à un bilan sanguin ou d’appeler le médecin, on le sait. Donc à partir de là, on se gère soi-même. »
Pendant les mois qui suivent, les places honorifiques au classement s’accumulent. Ses relations avec le leader de l’équipe deviennent des relations de camaraderie. Lorsque celui-ci lui donne un produit dopant en lui expliquant les posologies à suivre, Damien ressent ce geste comme un geste d’intégration au sein du monde professionnel.
Plus tard, un coéquipier de l’équipe lui montre comment faire une piqûre en sous cutané. Ce mode d’administration permet une action moins rapide du produit. La phase finale d’initiation se termine avec l’apprentissage de la piqûre en intraveineuse. Damien observe son compagnon de chambre et reproduit scrupuleusement les gestes. Dans les discussions avec les autres coureurs, il apprend les risques inhérents à l’utilisation des corticoïdes. Le danger – une décalcification osseuse – surgit avec une absorption massive : il estime que cela n’est pas son cas39.

  • 40 Les entretiens réalisés révèlent que ce proche peut prendre la figure d’un équipier, de la mère ou (...)

52Le récit de Damien illustre la normalisation de la seringue et la progressivité de ses usages : de l’intramusculaire à l’intraveineuse, des vitamines B6, B12 ou du fer à la testostérone ou l’EPO. Le médecin, le cabinet médical deviennent superflus ; une initiation, un apprentissage collectif débouchent sur l’autonomisation d’un savoir profane sur la médecine. Le sportif est capable d’associer une auto-connaissance de soi, de son corps et la prescription de produits pharmacologiques. L’aiguille métallique initialement enfoncée dans le corps par le médecin effectuant un prélèvement finit par perdre toute charge émotionnelle pour devenir le support d’une injection en l’absence de blouses blanches faite par un proche40 ou par soi-même. La seringue est en quelque sorte le témoin de cette inversion des flux dominants : elle apporte davantage de produits qu’elle n’extrait de substance. Elle fonctionne comme un objet de transition entre l’univers sportif et la connaissance médicale. Utilisée par le monde médical comme un moyen de connaître le sportif, elle illustre de manière privilégiée l’appropriation de la connaissance médicale par le monde sportif.

4. Conclusion : la molécule contre l’empathie

53Le mode de construction d’un problème public autour du dopage est riche d’enseignements sur les relations qu’entretiennent, d’une part, la médecine et le sport et, d’autre part, la santé et le sport.

  • 41 Experts mandatés et experts instituants, les chercheurs, notamment en physiologie de l’effort, occu (...)
  • 42 Ce sont des institutions du type des quasi autonomous non-governmental organizations (quango).(Quer (...)

54Dans son mouvement de rapprochement des sportifs, l’activité médicale a évolué d’un ensemble de savoir-faire en une forme du savoir. Conjointement à cette évolution, une division s’est opérée au sein de la médecine du sport. Au terme de ce processus, deux groupes de professionnels de la médecine du sport se dégagent distinctement : ceux que nous avons appelés les chercheurs d’un côté et les cliniciens de l’autre. Les premiers préconisent, planifient un entraînement qui se définit scientifique ; les seconds sont davantage ceux qui soignent, qui corrigent mais surtout qui sont proches du quotidien des sportifs. Cette polarisation des positions médicales est redoublée dans les dispositifs de l’intervention publique. Les médecins hospitalo-universitaires occupent davantage des positions de « conseillers du prince » ; ils sont toujours plus intégrés aux dispositifs légaux et gouvernementaux41. Quant aux cliniciens, marginalisés par les instances gouvernementales42, ils continuent d’être appréciés et sollicités par les sportifs. Plus présents dans leurs moments de détresse, les sportifs les identifient comme les « bons médecins ».

  • 43 Deux exemples extraits de nos enquêtes illustrent l’étendue de cette gamme d’apprivoisement des con (...)

55Pour autant, les sportifs n’ont pas seulement recours aux cliniciens, engagés dans un monde de la performance, ils utilisent le large stock des ressources médicales qui sont disponibles (traumatologie, physiologie de l’effort, diététique, endocrinologie). Inséré dans cette médicalisation de l’entraînement, le sportif de haut niveau ne la subit cependant pas passivement mais réalise un travail de médiation cognitive qui produit un savoir profane indexé sur ses objectifs d’optimisation de ses performances. A l’intérieur de ce savoir médical profane existe tout un continuum des usages sportifs de la pharmacologie. La diversité de cet apprentissage syncrétique des connaissances savantes est fonction du degré d’encadrement médical des sportifs43.

  • 44 Sur un autre registre, dans le cadre de son analyse économique du dopage, J.‑F. Bourg explique que (...)
  • 45 Depuis 2002, la médecine du sport ne donne plus lieu à la délivrance d’une capacité mais d’un Diplô (...)

56La reconstitution du traitement médical donné de cette question du dopage précise aussi les visions des relations entre sport et santé telles qu’elles sont engagées par les acteurs en présence. Les reproches adressés au dopage de nuire à la santé des athlètes, et plus largement à la santé publique, pour fondés qu’ils soient, agissent comme un écran44 occultant la question des effets du sport intensif. La centration sur le dopage dispense de questionner les excès de la pratique du sport de haut niveau. Excès d’entraînement, excès de pression physique et psychologique, excès de compétitions, surexploitation des organismes au nom d’enjeux financiers n’apparaissent pas non plus comme les meilleurs garants de la santé entendue dans son sens le plus ordinaire. « L’image radieuse du sportif victorieux adossée à une confusion des notions qui mêle activité physique (éducation physique ou « sport-santé ») et recherche de performance (compétition, sport de haut niveau) dans la même appellation de sport, conduit à cette méprise qui voudrait que le champion sportif incarne la santé (et donc la forme) et que le dopage soit, à ce titre, ce qui pourrait le détruire » (Queval, 2001). Ce décalage offre un point d’ancrage à la légitimation de la médecine du sport comme spécialité reconnue45. De même que la relation néfaste dopage-santé fonctionne comme une évidence, la vertueuse relation sport intensif-santé n’est qu’exceptionnellement questionnée. Autrement dit, le dopage correspond pour ces spécialistes à une ressource discursive précieuse pour l’association sport-santé, la dissociation dopage-santé la renforçant.

57Cette grille d’interprétation recèle deux propriétés favorables pour une inscription sur l’agenda : elle simplifie la complexité du monde sportif au travers d’un codage binaire de la réalité, tout en réglant le fonctionnement interne du sous-système de la médecine du sport (Luhmann, 1982). On saisit clairement les incidences d’une stratégie de positionnement, même chez les médecins, des débats publics sur la préparation pharmacologique au travers de l’opposition entre la nature et l’artifice. Un positionnement des débats au travers de l’opposition sain-malsain apparaît rétrospectivement plus improbable car il engage des représentations indépendantes de l’essence du sport. Un regard strictement sanitaire eût empêché la médecine du sport de se démarquer du reste de la médecine. S’il est légitime que son discours mette l’accent sur la dégradation de la santé, la question de l’artifice ne peut en être évincée car elle affecte le critère de la mesure des uns par rapport aux autres en sport : le corps biologique est le principe à partir duquel s’organise l’essence du sport de compétition qui exige que tout le monde soit en situation d’égalité « naturelle » (Ehrenberg, 1991). En ignorant cette dimension, la médecine du sport saperait une partie de ses fondements.

Haut de page

Bibliographie

Abbott, A., 1988. The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor. The University of Chicago Press, Chicago and London.

Bardach, E., 1972. The Skill Factor in Politics. Repealing the Mental Commitment Laws in California, University of California Press, Berkeley.

Becker, H.S., 1985. Outsiders. Métailié, Paris (1965).

Bellocq, F., Bressan, S., 1991. Sport et dopage : La grande hypocrisie. Ed. du Félin, Paris.

Boigey, M., 1948. L’entraînement. Masson, Paris.

Bourdieu, P., 1987. La codification. In: Choses dites. Minuit, Paris, pp. 94–105.

Bourdieu, P., 1987. Lecture, lecteurs, lettrés, littérature. In: Choses dites. Minuit, Paris, pp. 132–143.

Bourg, J.‑F., 2000. Contribution à une analyse économique du dopage. Reflets et perspectives de la vie économique. Bruxelles XXXIX (2‑3), 169–178.

Bourg, J.‑F., 2004. “L’économie du sport”. Les cahiers français 320, 64–69.

Brissonneau, C., 2003, Entrepreneurs de morale et carrières de déviants dans le dopage sportif, Thèse, Université de Paris X-Nanterre.

Callon, M., 1986. Eléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles St Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de St Brieuc. L’année sociologique, 169–208.

Canguilhem, G., 1966. 1999, Le normal et le pathologique. PUF, Paris.

Castel, R., 1985. L’expert mandaté et l’expert instituant. In: Situations d’expertise et socialisation des savoirs, Actes de la table ronde organisée par le CRESAL. St Etienne.

Chappelet, J.‑L., 1991. Le système olympique. PUG, Grenoble.

Cobb, R.W., Elder, C.D., 1972. Participation in American Politics: The Dynamics of Agenda Building. John Hopkins University Press, Baltimore.

Cobb, R.W., Ross, J.‑K., Ross, M.H., 1976. Agenda Building as a Comparative Political Process. American Political Science Review LXX (1), 126–138.

Collin, J., Damestoy, N., Lalande, R., 1999. La construction d’une rationalité : les médecins face à la prescription de psychotropes aux personnes âgées. Sciences sociales et santé 17 (2), 31–51.

Defrance, J., 1985. L’adoption de la perche en fibre de verre. Culture technique 13, 257–263.

Defrance, J., 1998. Sport, santé et institution médicale. Prévenir 34, 85–91.

Delezenne, R., 1963. Considérations actuelles sur le doping. Médecine, éducation physique et sport 4, 38–45.

Doeringer, P., Piore, M., 1971. Internal Labor Markets and Manpower Analysis. Heath, D.C.

Dumas, P., 1975. Le doping. Amicale des entraîneurs français d’athlétisme 48, 7–12.

Ehrenberg, A., 1991. 2001, Le culte de la performance. Hachette, Paris.

Encausse, P., 1951. Sport et santé. Amédée Legrand, Paris.

Fédération Internationale de Médecine du Sport, 1952, 9ème congrès international de médecine du sport (Paris, 30‑31 mai - 1er juin 1952), FIMS, Actes du colloque, Paris.

Fédération Internationale de Médecine du Sport, 1954, 10ème congrès international de médecine du sport (Belgrade, 19‑22 mai 1954), FIMS, Actes du colloque, Paris.

Friedberg, E., 1993. Le pouvoir et la règle. Dynamiques de l’action organisée. Seuil, Paris.

Guillet, R., 1964. Le doping de l’homme et du cheval. Masson, Paris.

Hoberman, J., 1992. Mortal engines: The science of performance and the deshumanization of sport. The Free Press, New York.

Keeler, J.T.S., 1993. Opening the Window for Reform. Mandates, Crises, and Extraordinary Policy-Making, Comparative Political Studies XXV (3), 433–486.

Kingdon, J.W., 1994. Agenda, Alternatives in Public Policies (1984). Scot, Foresman and Company, Glenview, Illinois, London.

Koralsztein, J.‑P., 1986. La santé à l’épreuve du sport. PUG, Grenoble.

Lapouble, J.‑C., 1992. Le régime juridique de la prévention et de la répression du dopage dans le sport, Thèse de Droit, Tours.

Le Noé, O., 2000a. Comment le dopage devint l’affaire des seuls sportifs. In: La fièvre du dopage. Autrement, Coll Mutations, pp. 77–91 (nº 197).

Le Noé, O., 2000b. Socio-histoire des politiques sportives (1940‑1975). Genèse d’un groupe de spécialistes de l’administration d’État des activités sportives et structuration du service public du sport, Thèse de Science Politique, Université de Paris-I.

Louveau, C., et al., 1995. Dopage et performance sportive. INSEP, Paris.

Luhmann, N., 1982. The differenciation of Society. Columbia University Press, New York.

Margaria, R., et al., 1969. Energy utilization in intermittent exercise of supra-maximal intensity. Journal of Applied Physiology XXVI, 752–756.

Mazeaud, P., 1980. Sport et liberté. Denoël, Paris.

Médecine, Education Physique et Sport, 1964, Premier colloque européen sur le doping et la préparation biologique du sportif de compétition, 1, 12‑63.

Memmi, D., 2003. Faire vivre et laisser mourir. La Découverte, Paris.

Mignon, P., 2002a. L’argent du Football. Pouvoirs 101, 89–103.

Mignon, P., 2002b, Le dopage : état des lieux sociologique, Documents du CESAMES, nº 10.

Muller, P., Surel, Y., 1998. L’analyse des politiques publiques. Montchrestien, Paris.

Payen, G., 1996. “Décision et entrepreneurs politiques”. In: Lacasse, F., Thoenig, J.‑C. (Eds.), L’action publique. L’Harmattan, Paris.

Plas, F., 1979, Sur l’emploi des substances hormonales dans la pratique sportive, Rapport nº 4 du groupe de travail sur la médecine sportive, In: Bulletin de l’Académie Nationale de médecine, Tome 163, nº 1.

Quermonne, J.‑L., 1991. L’appareil administratif de l’Etat. Seuil, Paris.

Queval, I., 2001. Le dépassement de soi, figure du sport contemporain. Le Débat 114, 103–124.

Rieu, M., 1980. Intérêt d’une activité coordonnée de recherche en médecine du sport. Présentation générale, Médecine du sport, 59–60 (T 50, nº 2).

Rochefort, D.A., Cobb, R.W., 1994. The Politics of Problem Definition. Shaping the Policy Agenda, University Press of Kansas, Lawrence (dir.).

Saya, R., 1967. Le Sport dans la société. Médecine du sport, 237–245.

Waddington, Y., 2000. Sport, Health and Drugs. A critical sociological perspective. Spon Press, London and New York.

Wildavsky, A., 1987. Choosing Preferences by Constructing Institutions: A Cultural Theory of Preference Formation. American Political Science Review 81 (1), 3–22.

Wullaert, P., 1978. Guide pratique de médecine du sport. Ed. médicales et universitaires, Paris.

Haut de page

Notes

1 Débats Assemblée Nationale (AN), JORF, séance du 15 décembre 1964, p 6113 et sq.

2 Une caractéristique partagée par nombre de ces médecins est d’avoir évolué à un niveau au moins régional de pratique sportive. En outre, ils s’expriment souvent avec “passion” sur le sport. Nous avons longuement piétiné autour de ce constat infra-sociologique. Comment « sociologiser » la passion, l’enthousiasme ? Cherchant à comprendre ce qui avait pu rendre pertinente pareille disposition, il nous a semblé que l’absence de tradition balisée et contraignante dans ce domaine de la médecine faisait de cette propriété une ressource précieuse dans cet espace en voie de constitution.

3 24 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de médecins généralistes et spécialistes : trois généralistes ; deux médecins titulaires d’une capacité de biologie et de médecine du sport dont les patients appartiennent à un environnement local ; 19 médecins spécialistes en traumatologie, endocrinologie, physiologie de l’effort, bio-technologie conduits dans le cadre de leurs activités de recherche ou de praticien à rencontrer des sportifs de haut niveau.
Ces entretiens ont été complétés par des discussions informelles avec des médecins favorables à la légalisation du dopage. Ces entretiens ont été réalisés en garantissant l’anonymat de ces enquêtés. Leur confidentialité a été assurée par un protocole juridique - une convention d’entretien visée par un avocat spécialiste des affaires de dopage. Il nous est donc impossible de livrer leur identité. Ces entretiens ont été complétés par une courte enquête par questionnaires (n = 120) passés trois années de suite lors d’une formation de capacité de médecine du sport et de diplôme universitaire de “promotion de la santé”, à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière. Les thèmes principaux abordés dans cette enquête, réalisée par Christophe Brissonneau dans le cadre de sa thèse, étaient les critères de définition du dopage et la position relative au rééquilibrage hormonal. Les entretiens avec des sportifs ont été réalisés dans le cadre de l’enquête préparatoire au rapport Dopage et temporalités, 2006, réalisé par le laboratoire Sport et Cultures de l’Université de Paris X - Nanterre. Le corpus d’ouvrages médicaux étudiés compte une vingtaine d’ouvrages de médecine du sport publiés entre 1949 et le début des années 1990. La revue de la Société Française de Médecine du Sport - rebaptisée à plusieurs reprises Médecine, éducation physique et sportive puis Médecine, éducation physique et sport, Médecine du sport puis aujourd’hui Science et sports - a été consultée au moyen de l’entrée “doping” ou “dopage” de l’index, de 1952 au milieu des années 1980. Deux cartons d’archives du Secrétariat d’Etat à la Jeunesse et aux Sports relatives au dopage ont été consultés au Centre des Archives Contemporaines de Fontainebleau ; Cote CAC : 840515/1‑2 ; Dopage, lutte anti-dopage (1965‑76).

4 Ces propositions rejoignent les résultats observés dans le cadre de « L’expérience de Vanves » menée en 1952, au groupe scolaire Gambetta. Le travail intellectuel est regroupé sur 5 matinées, tandis que les après-midis sont consacrés aux activités physiques. La réussite au Certificat d’Etudes primaires passe de 83 à 92 %. Le gain staturo-pondéral est également substantiel ; en outre, l’équilibre psychologique est jugé meilleur.

5 9ème congrès international de médecine du sport (Paris, 30‑31 mai - 1er juin 1952) ; 10ème congrès international de médecine du sport (Belgrade, 19‑22 mai 1954).

6 Le docteur H. Périé lui succède en 1966 en tant que responsable de la médecine sportive à la direction des sports puis, à partir de 1968, en tant que médecin inspecteur principal, chef du bureau médical de la direction de l’éducation physique et des sports. Il y reste jusque dans le courant des années 1980. Comme le docteur Encausse, sa position d’interface est renforcée par son appartenance à la Société Française de Médecine du Sport.

7 “Premier colloque européen sur le doping et la préparation biologique du sportif de compétition”, Médecine, Education Physique et Sport, 1, 1964, pp. 12‑63.

8 Loi nº 65‑412 sur la répression de l’usage des stimulants à l’occasion des compétitions sportives, JORF, 2 juin 1965.

9 M. Herzog avait pourtant souhaité “éviter qu’une liste de ces produits figure dans un texte qui sera publié au Journal Officiel. […][Craignant] en effet qu’une telle publicité ne provoque paradoxalement un développement de la consommation de ces produits” (JORF, Débats, AN, 16 décembre 1964, p. 6116). Mais il quitta son poste avant que ne soit paru le décret d’application du 10 juin 1966 (JORF, 14 juin et 16 juillet 1966).

10 Le décret du 24 mars 1953 indexe l’octroi de l’agrément ministériel à l’organisation d’un contrôle médical ayant pour objet la vérification de l’aptitude des licenciés à pratiquer les activités sportives.

11 Il évoque notamment les « mouvements d’attaque » qui sont le fait de professions stabilisées visant à démontrer que de nouvelles tâches sont réductibles à une des juridictions bien balisées des « attaquants » (Abbott, 1988), p. 98. La juridiction correspond au domaine des compétences revendiquées par une profession.

12 Un changement d’administration est vraisemblablement la plus évidente fenêtre politique qui puisse exister ; sur cette proposition, cf. Kingdon, J. W., 1994, p. 168.

13 Les passages consacrés au doping dans les ouvrages du Dr Boigey ou encore du Dr Encausse offrent un contraste saisissant entre la véhémence des condamnations morales du dopage et la rigueur des connaissances sur les produits et leurs effets.

14 Le Dr P. Encausse dédie par exemple son livre Sport et santé à G. Roux, son « cher compagnon d’armes et si dynamique et bienveillant directeur général » (de la Jeunesse et des Sports). Lequel lui retourne la politesse en rédigeant l’avant-propos.

15 Boigey M., « Toutes les compétitions doivent être loyales. La bonne foi est à la base des compétitions sur le stade. », p. 228.

16 Ce passage de l’absence d’indétermination à une situation d’ambiguïté évoque le passage de l’éthos à l’éthique dont Bourdieu écrit qu’il intervient “lorsque les principes cessent d’agir pratiquement dans la pratique ; on commence à consigner les normes quand elles sont sur le point de mourir”, “Lecture, lecteurs, lettrés, littérature”, (Bourdieu, 1987), p. 138.

17 Entretien réalisé le 12 février 2001.

18 Entretiens réalisés avec Pierre Mazeaud (ancien Secrétaire d’Etat à la Jeunesse et aux Sports de 1973 à 1976), le 19 juin 1998, et Bernard Bourandy (ancien Directeur Technique National de l’aviron), le 17 novembre 1998.

19 Pour être tout à fait exact, la première loi anti-doping n’est pas française, mais belge, à quelques jours près. Sous l’impulsion de la Ligue Vélocipédique, les autorités belges ont aussi adopté une législation contre le dopage le 2 avril 1965. Reprenant les grandes lignes de la définition du colloque d’Uriage, cette loi fut publiée au Moniteur du 6 mai 1965. Cf. Lapouble, 1992, pp. 51 et 83‑84.

20 Sur l’action du CIO en la matière, Cf. Chappelet, 1991, pp. 227‑241.

21 A la suite de différends avec l’Union Cycliste Internationale et des cyclistes professionnels, Jacques Anquetil décrit, dans plusieurs numéros de France-Dimanche parus à la fin du mois de juillet 1967, les mœurs du peloton et la nécessité d’avoir recours à des produits.

22 Ancien chef de clinique adjoint de la faculté de médecine de Strasbourg, il fait cette déclaration dans la revue Miroir du cyclisme, nº 92, octobre 1967.

23 Tonus, 26 juillet 1976.

24 Canguilhem a bien montré que le travail médical se définissait en référence à une situation de normalité (Canguilhem, 1999 [8ème éd°]).

25 Pour Hoberman, le sportif, en tant qu’être aux qualités extra-ordinaires, n’est qu’un simple sujet de curiosité au début du siècle. Jusqu’alors le médecin ne pouvait étudier que l’homme mort ou l’homme allongé. Grâce au développement du sport, il va pouvoir observer l’homme en mouvement. Un renversement s’opère au début des années 1960 ; la médecine du sport va se rapprocher du sportif et lui proposer son aide pour s’améliorer. Yvan Waddington développe cette idée en montrant l’implication des médecins-chercheurs dans l’élaboration de la méthode de l’auto-transfusion, utilisée pour aider le sportif, mais qui, ensuite, va être considérée comme une méthode dopante. Ce rapprochement révèle une spécificité de la médecine du sport : le thérapeute est payé par un employeur ; dans le cas étudié par Waddington, il s’agit de clubs de football anglais. Le médecin du sport va se différencier des autres types de médecin ; cette dépendance vis-à-vis d’un employeur et les liens amicaux qu’il tisse avec le sportif vont le conduire dans des situations où ses choix seront relativement contraints (Hoberman, 1992 ; Waddington, 2000).

26 Pour autant, les considérations de médecins relatives à une éthique du sport ne disparaissent pas de leurs préoccupations. Ainsi, le Dr Wullaert affirme-t-il : « Le doping est un mal qui frappe autant le sport dans sa morale que le sportif dans sa santé » (Wullaert, 1978).

27 « Ce qui était important en sport de haut niveau, cétait la microtraumatologie. Cest ce petit quelque chose qui gêne lathlète de haut niveau pour atteindre le centième de seconde qui lui manque. » (entretien réalisé en juin 2002 avec le docteur Prévôt, médecin traumatologue de l’INS de 1962 à 1975).

28 Tout le temps est occupé par l’activité sportive (entraînements, soins, récupération, déplacements). Les revenus tirés de cette occupation à plein temps (aides de l’Etat, du club, des collectivités territoriales, le cas échéant, subsides des sponsors) n’excèdent pas nécessairement le salaire minimum du moment. L’opulence que connaissent certains sportifs ne doit pas masquer la précarité que connaît le plus grand nombre.

29 Le Monde, 29 septembre 1988.

30 De Lignières, B., « Hormones sexuelles et sport = Dopage dégage ? Dopage fait rage ? », La revue du praticien, nº 24, 21 octobre 1989.

31 On peut signaler les signatures du professeur Baulieu (créateur de la DHEA), du professeur Lacour (physiologiste de l’effort réputé).

32 Pour une éthique de lintervention médicale dans le sport, 14 pages.

33 Entretiens réalisés avec des cyclistes sur route et un athlète. « … jusqu’à preuve du contraire, c’était un médecin vraiment extraordinaire. S’il n’y avait eu que des Bellocq, on n’en serait pas là aujourd’hui. » (Damien, cycliste professionnel anonymisé).

34 Enquête par entretiens : une vingtaine de médecins rencontrés entre janvier 1998 et juillet 2003. Enquête par questionnaires auprès de 60 médecins (en formation de capacité de médecine du sport) et de 60 spécialistes (kinésithérapeutes, diététiciens, entraîneurs en formation pour le diplôme universitaire « promotion de la santé ») à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière.

35 De l’avis même d’A. Calmat (ministre de la Jeunesse et des Sports de 1984 à 1986, chirurgien de formation), ce sont les conclusions élaborées lors des première Assises de la médecine du sport en 1985 qui ont permis d’établir les grandes lignes de la loi de 1989.

36 JORF, débats, allocution du sénateur François Lessein au nom de la commission des affaires culturelles sur le projet de loi relatif « à la prévention et à la répression de l’usage des produits dopants à l’occasion des compétitions et manifestations sportives », discussion et adoption le 2 juin 1989.

37 Lors des entretiens réalisés avec des sportifs de haut niveau, l’emploi du terme « dopage » s’est souvent avéré délicat. Pour en parler sans en parler, le vocable « produits », moins saturé de connotations, fonctionne comme un sésame. Par ailleurs, l’intérêt de la catégorie est qu’elle englobe produits autorisés et proscrits.

38 Cf. Brissonneau, 2003. Confirmé dans des entretiens réalisés dans le cadre de l’enquête réalisée par le Laboratoire « Sport et cultures », contrat de recherche MILDT-INSERM sur le thème Dopage et temporalités, 2006.

39 Damien ne sait pas que les corticoïdes perturbent également l’activité des glandes surrénales.

40 Les entretiens réalisés révèlent que ce proche peut prendre la figure d’un équipier, de la mère ou de la femme.

41 Experts mandatés et experts instituants, les chercheurs, notamment en physiologie de l’effort, occupent des positions où ils sont bien souvent à la fois juges et parties. Ce type de statut peut leur offrir l’opportunité de cristalliser institutionnellement leurs opinions en contrôlant les formations de médecine du sport, en proposant par exemple la création d’un DESC de médecine du sport en deux ans. (Castel, 1985).

42 Ce sont des institutions du type des quasi autonomous non-governmental organizations (quango).(Quermonne, 1991).

43 Deux exemples extraits de nos enquêtes illustrent l’étendue de cette gamme d’apprivoisement des connaissances savantes. X, coureur de 2ème catégorie improvise un protocole avec des hormones de croissance d’origine animale qui lui vaudra de rester paralysé quelques heures ; Y, athlète de niveau international, rationalise les connaissances mobilisées dans le cadre de la lutte contre le dopage (site Internet de l’agence mondiale antidopage, fréquentation des colloques scientifiques sur le sujet) pour mieux contourner les dispositifs de contrôle.

44 Sur un autre registre, dans le cadre de son analyse économique du dopage, J.‑F. Bourg explique que “la lutte contre le dopage à travers les contrôles n’a pas pour objet, totalement illusoire, d’éradiquer cette pratique. Elle a pour but de crédibiliser la compétition, et, pour ce faire, de veiller à une stricte égalité des concurrents garante de l’incertitude du spectacle et de sa commercialisation” (Bourg, 2000).

45 Depuis 2002, la médecine du sport ne donne plus lieu à la délivrance d’une capacité mais d’un Diplôme d’Etudes Supérieures Complémentaires qui permet de l’assimiler à une spécialité. Journal Officiel de la République Française du 26 juillet 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Brissonneau et Olivier Le Noé, « Construction d’un problème public autour du dopage et reconnaissance d’une spécialité médicale »Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 4 | 2006, 487-508.

Référence électronique

Christophe Brissonneau et Olivier Le Noé, « Construction d’un problème public autour du dopage et reconnaissance d’une spécialité médicale »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 4 | Octobre-Décembre 2006, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/25154 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.25154

Haut de page

Auteurs

Christophe Brissonneau

Olivier Le Noé

Paris X Nanterre, laboratoire « Sport et culture », France
christophe.brissonneau[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search