Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sociologie des outils de gestion. Introduction à l’analyse sociale de l’instrumentation de gestion, È. Chiapello, P. Gilbert

La Découverte, Paris (2013). 294 p.
Gauthier Bayle
p. 535-537
Référence(s) :

Ève Chiapello et Patrick Gilbert, Sociologie des outils de gestion. Introduction à l’analyse sociale de l’instrumentation de gestion, La Découverte, Paris, 2013, 294 p.

Texte intégral

1Si « l’instrumentation de gestion » est souvent réduite à un ensemble de techniques et d’outils censés mener efficacement des actions de contrôle et de coordination, son rôle dans les rouages de notre société demeure largement méconnu. Aussi, proposer un ouvrage tout entier occupé par la question sociale des instruments de gestion relève d’un objectif ambitieux mais également légitime.

2Ambitieux, car une telle démarche recoupe un large pan de recherches portant sur le travail, les organisations, les marchés — ou plus largement le capitalisme — et convoque de multiples disciplines : sociologie, science politique, sciences de gestion, philosophie des techniques, ergonomie...

3Légitime, car peu nombreux restent à ce jour les travaux qui donnent à voir la gestion sous l’angle des instruments qui la matérialisent. Pourtant, ces derniers structurent le fonctionnement des organisations et régissent par là même tant les facteurs économiques qu’elles mobilisent que les rapports sociaux de leurs agents. Si les outils de gestion déferlent dans les organisations contemporaines, c’est qu’ils dépassent le contexte interne des entreprises et interviennent au niveau « macro » de l’économie et de la société. On pense alors aux mécanismes de régulation des marchés ou aux instruments de l’action publique.

4Forts de ce constat, les auteurs, Ève Chiapello et Patrick Gilbert, affirment que nos sociétés doivent pouvoir être étudiées à partir des mécanismes qui les régulent. Les trois parties qui composent ce manuel portent ainsi la perspective d’une « analyse sociale » des pratiques instrumentées de gestion et interrogent, chacune spécifiquement, leurs « dimensions non directement rationnelles » (p. 13).

5De la première partie on retiendra les apports d’une posture réflexive sur l’instrumentation de gestion. Constituant avant tout les appendices techniques de la gestion, les origines des outils gestionnaires sont à retracer au travers de l’évolution historique de la réflexion sur la technique. Si la technique a commencé par connaître l’indifférence de ceux qui en nient l’imbrication dans le social, elle n’a cessé de nourrir conjointement des élans de technophilie, eux-mêmes perçus comme dérives prosélytes par des postures plus technophobes. En identifiant ces trois tendances, les auteurs y voient la marque d’un rapport à la technique qui évolue dans le temps, et une « opposition stérile » qu’il s’agirait de dépasser (p. 24). Lorsqu’ensuite la revue de littérature gagne la « théorie des organisations », regroupement d’approches pionnières des méthodes d’organisation, on bascule de la technique aux outils de gestion. Mais si d’un côté les théories « rationnelles » se focalisent sur l’efficacité des techniques instrumentées, de l’autre les « théories normatives » sous-estiment lourdement leurs effets. De sorte qu’entre la fin du XIXe siècle et les années 1980, on jongle « entre oubli et déni de la technique » (p. 38). Ce n’est qu’en abordant des travaux plus contemporains, de l’approche sociotechnique de Tavistosk jusqu’au mouvement de recherche initié par Michel Berry, que l’étude des outils de gestion acquiert sa légitimité actuelle.

6Ce manuel dresse dans sa seconde partie un large panorama d’études qui, mises bout à bout, donnent à voir « un fait social total » (p. 13). Les outils de gestion sont en effet observés dans leurs rapports avec les représentations sociales, les systèmes de valeurs ou les rapports de forces qui s’exercent dans le contexte où des acteurs y ont recours.

7Pour une première partie d’entre elles, le regard est essentiellement critique. Elles donnent à voir des outils pris dans des rapports de force et de domination. L’outil de gestion est tour à tour un levier d’exploitation (Braverman), une technique disciplinaire (Foucault) ou encore un dispositif d’aliénation (Brunel).

8Pour les approches institutionnalistes, deuxièmement, le choix et l’utilisation des outils sont largement dépendants de l’environnement des structures qui les adoptent. La recherche de légitimité, le poids des conventions et des structures sociales sont alors avancés pour expliquer les actes de gestion, au-delà de leurs prétentions à l’efficacité organisationnelle.

9Troisièmement, les travaux interactionnistes soutiennent que l’outil est aux mains d’acteurs stratèges et autonomes. On y retrouve la thèse d’un agencement humain/non humain chère aux tenants de la théorie de l’acteur-réseau. L’outil est ensuite vu comme un « artefact » construit par des schèmes d’utilisation qui lui donnent sens (activity theory). Puis il est décrypté à partir du discours qui l’accompagne (thèse discursive) et, enfin, la théorie de l’acteur stratégique avance que les jeux de pouvoir l’éloignent de son objectif initial.

10Par-delà leurs divergences, ces travaux confortent la proposition des auteurs lorsqu’ils plaident pour un ré-encastrement de « la gestion dans les sciences sociales » (p. 13). Car proposer une analyse sociale des outils de gestion, c’est en soi réfuter l’hypothèse d’outils axiologiquement neutres et cela suppose de s’écarter du discours laudateur qui les présente comme tels. De surcroît, il s’en dégage une stratégie de recherche commune. Il s’agit de s’appuyer sur les outils de gestion pour éclairer le contexte qui les fait vivre, et non l’inverse. Les organisations sont alors analysées à partir des outils qu’elles mobilisent (tableaux de bord, normes, outils comptables et financiers, logiciels de référencement, etc.) de manière à voir ce que ne permet pas d’observer l’analyse plus ordinaire d’ « éléments surplombants » (p. 57) : les stratégies organisationnelles des entreprises, les méthodes de management ou le système productif.

11En troisième partie, le manuel complète les développements théoriques précédents par des études de terrain récentes proposées par des collègues. Les quatre études de cas présentées fournissent des exemples d’applications typiques, décrivent des outils de gestion en situations concrètes et, ce faisant, assurent l’adéquation entre l’enseignement théorique du manuel et la réalité observable empiriquement. Indicateurs de performance pour évaluer l’action publique (Corine Eyraud), progiciel de gestion de la relation client (Bénédicte Grall), dispositifs de financement des associations (Carine Chemin-Bouzir) et instrument du crédit bancaire (Céline Baud) sont autant de matériaux d’analyse mobilisés dans cette partie.

12Ce contrepoint empirique laisse finalement place à des annexes dont la lecture ne saurait être trop recommandée. L’ouvrage s’achève en effet sur une réflexion épistémologique soutenue et de précieux conseils de méthode.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gauthier Bayle, « Sociologie des outils de gestion. Introduction à l’analyse sociale de l’instrumentation de gestion, È. Chiapello, P. Gilbert », Sociologie du travail, Vol. 56 - n° 4 | 2014, 535-537.

Référence électronique

Gauthier Bayle, « Sociologie des outils de gestion. Introduction à l’analyse sociale de l’instrumentation de gestion, È. Chiapello, P. Gilbert », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 56 - n° 4 | Octobre-Décembre 2014, mis en ligne le 28 juillet 2014, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2517

Haut de page

Auteur

Gauthier Bayle

Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA), Université Paris 8, 2, rue de la Liberté, 93200 Saint-Denis, France
ga.bayle[at]gmail.com

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals