Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 48 - n° 4Comptes rendusBénédicte Havard Duclos, Sandrine...

Comptes rendus

Bénédicte Havard Duclos, Sandrine Nicourd, Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité

Payot, 2005
Maud Simonet
p. 584-585
Référence(s) :

Bénédicte Havard Duclos et Sandrine Nicourd, Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité, Payot, 2005.

Texte intégral

1L’objectif de l’ouvrage, résumé par les auteurs en page 14, est de « comprendre en situations comment les militants et bénévoles restent liés aux organisations pour produire de la solidarité, pourquoi et comment un engagement parvient dans la durée à s’enraciner et à perdurer ou au contraire, conduit au départ ». Pour mener à bien ce projet, Bénédicte Havard Duclos et Sandrine Nicourd s’appuient sur deux enquêtes, qu’elles ont menées pendant cinq ans, dans deux associations, en combinant entretiens biographiques et observations ethnographiques, souvent participantes. La première de ces deux associations, créée en 1984 et rebaptisée Alphasol à l’occasion de la publication, est « une association de proximité rassemblant des bénévoles et des salariés autour d’activités pour l’intégration des immigrés (alphabétisation, permanence d’écrivain public, soutien scolaire) » (p. 12). La seconde association étudiée est le Dal, association Droit au logement « suffisamment connue et médiatisée » précisent les auteurs « pour que son nom ne soit pas modifié » (p. 9). Certes, comme il est précisé d’emblée au début de l’ouvrage, le Dal et Alphasol différent fortement, tant par leur positionnement idéologique que par le profil sociodémographique des militants qu’elles attirent et le type de sociabilité qui s’y noue ; à l’hétérogénéité des milieux sociaux et l’évitement des questions politiques à Alphasol répond la sociabilité plus « communautaire », d’emblée politisée et davantage populaire du Dal. Toutefois, parce que le public en direction duquel ces deux associations interviennent est relativement proche et parce qu’elles revendiquent toutes deux une action fondée sur la « solidarité » avec celui-ci – quand bien même elles donnent à cette valeur un contenu différent – elles se prêtent bien à cette perspective comparée et permettent aux auteurs d’en tirer une analyse qui a vocation à dépasser le cadre strict de ces deux monographies. A partir de quatre entrées qui constitueront les quatre chapitres principaux de l’ouvrage, les auteurs vont chercher à mettre en lumière les ressorts de ces engagements bénévoles et militants, ressorts en partie construits par les organisations elles-mêmes, confrontées comme elles le sont à cette même nécessité d’« attirer et de retenir des bénévoles prêts à s’engager au nom de la solidarité » (p. 13). Rester fidèle à une association suppose donc que son utilité sociale soit reconnue par les autres (le public, l’association), que son engagement ait un sens par rapport à son histoire singulière, que l’on y trouve des gratifications (opportunités professionnelles, sociabilité) et enfin que l’on se trouve en correspondance avec les engagements valorisés par l’époque.

2Écrit dans une langue toujours claire et jamais jargonnante, à la fois riche et vivant, documenté et illustré, cet ouvrage s’adresse à n’en pas douter à un lectorat qui dépasse « le petit milieu des sociologues qui travaillent sur les associations ». Reste que c’est sans doute en le réinscrivant dans l’ensemble des recherches menées dans ce champ que l’on peut le mieux mesurer et son apport et son originalité.

3A un moment où la plupart des travaux sur l’engagement soulignent sa labilité et son affranchissement à l’égard des structures organisationnelles, voilà un ouvrage qui se penche sur l’entrée en association et l’entretien de la « vocation »… Le décalage de problématique n’est pas fortuit ; il est inscrit, au contraire, comme on peut le lire dans le dernier chapitre de l’ouvrage, dans une critique fine et argumentée du discours social et sociologique actuel sur « les transformations du militantisme » et « l’émergence de nouveaux militants ». Sans mettre en cause l’existence de ces modes d’engagements « distanciés », « autonomes » et « pragmatiques », les auteurs en questionnent la montée en généralité et la modélisation. Plus que l’engagement, à la fois plus pluriel et plus stable qu’il n’y paraît, c’est surtout « la bonne façon de s’engager » qui aurait changé. Bénédicte Havard Duclos et Sandrine Nicourd pointent alors la dimension à la fois normative et rhétorique de ces discours, plus ou moins savants, qui « prétendent décrire la réalité mais en l’utilisant pour ne valoriser qu’une partie de celle-ci et en dévaloriser une autre », c’est à dire le modèle du militantisme ouvrier institutionnalisé. Elles mettent ainsi en lumière comment dans un moment historique donné, les recherches en sciences sociales participent aux côtés, mais aussi à la frontière, des ouvrages pour le grand public, des articles de presse, ou des publications militantes, à la construction des figures légitimes de l’engagement. Le dernier chapitre constitue à ce titre une contribution épistémologique précieuse à un champ scientifique qui a parfois du mal à se départir, sinon d’un discours laudatif, du moins d’un a priori positif sur son objet. On a alors envie de demander aux auteurs de poursuivre ce travail de mise au jour et d’analyse des dimensions normatives de l’engagement et d’interroger, à partir de ce même regard critique et de ce même effort de distanciation, les autres « points d’ancrage de l’engagement » analysés dans les chapitres précédents. Tout comme « l’autonomie de l’engagement » valorisée par les « spécialistes » (sociologues, journalistes, ou leaders associatifs), « l’utilité sociale » recherchée par les bénévoles est une norme sociale, historiquement construite et culturellement située ; norme sociale qui s’inscrit, en France aujourd’hui, au cœur de ce « processus d’idéalisation de la vie associative » que les auteurs ont, à raison, entrepris de désenchanter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maud Simonet, « Bénédicte Havard Duclos, Sandrine Nicourd, Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité »Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 4 | 2006, 584-585.

Référence électronique

Maud Simonet, « Bénédicte Havard Duclos, Sandrine Nicourd, Pourquoi s’engager ? Bénévoles et militants dans les associations de solidarité »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 4 | Octobre-Décembre 2006, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/25334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.25334

Haut de page

Auteur

Maud Simonet

Grass (CNRS), 59,61 rue Pouchet, 75017 Paris, France
maud.simonet[at]grass.cnrs.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search