Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 48 - n° 4Comptes rendusMichel Chauvière, Le travail soci...

Comptes rendus

Michel Chauvière, Le travail social dans l’action publique. Sociologie d’une qualification controversée

Dunod, Paris, 2004 (304 pages)
François Dubet
p. 585-588
Bibliographical reference

Michel Chauvière, Le travail social dans l’action publique. Sociologie d’une qualification controversée, Dunod, Paris, 2004, 304 p.

Full text

1Le livre de Michel Chauvière se présente comme le bilan de trente années de recherches, de réflexions et d’interventions sur le travail social. En ce sens, c’est une somme, notamment pour la première partie qui rend compte de la longue formation du travail social, entendu au sens large comme le « travail du social », comme la construction de cadres cognitifs, définissant la question sociale, de politiques et d’organisations, de règles de droit et, à terme, de corps professionnels spécialisés. Avant la phase actuelle, à laquelle est consacrée la seconde moitié du livre, Michel Chauvière distingue trois périodes. La première est celle du « proto-travail du social » du 19ème siècle dominé par la philanthropie. La deuxième période est celle de l’installation de la République face au mouvement du catholicisme social qui garde cependant toute son influence avec la loi de 1901. La troisième est celle de la protestation collective qui aboutira à la création de la sécurité sociale. Alors que les assistantes sociales se constituent à partir de la pauvreté, de la question ouvrière et de l’intervention sur les familles, les éducateurs spécialisés se forment comme profession avec la protection de l’enfance et la pédopsychiatrie. Au bout du compte, se constituent des modes de légitimité et des grammaires professionnelles qui apparaissent encore comme les cadres canoniques de l’action sociale. Afin de mettre un peu de cohérence dans un monde du travail social extrêmement touffu et éclaté, Michel Chauvière propose de distinguer trois grandes topiques du travail social. Celle de l’aide sociale dominée par les assistantes sociales et les travailleuses familiales, et relevant de l’administration publiques et des associations caritatives ; celle de la clinique sociale confiée aux éducateurs spécialisés et ancrée sur les établissements spécialisés ; puis celle de la médiation sociale traditionnellement réservée aux animateurs, aux mouvements de l’éducation populaire et au secteur associatif. Le lecteur familier des travaux de Michel Chauvière trouvera là (p. 106‑107) une synthèse méticuleuse de ses recherches et de la plupart des études relatives à la genèse du travail social.

2La seconde partie de l’ouvrage porte sur la situation actuelle dominée, selon Michel Chauvière, par un tournant néo-libéral, tournant qui sert de grille de lecture des politiques menées depuis plus de vingt ans dans le domaine social. La présentation de ce tournant est sans ambiguïtés : nous assistons à « l’hégémonie du monde marchand communicationnel ». Tout est soumis au marché, y compris le travail social, soit par le marché lui-même à la recherche de publics solvables, soit par le management moderne, soit par les nouvelles technologies de l’information et de la communication. Les représentations de l’exclusion et de la crise urbaine participent de ce virage, comme le triomphe de l’individualisme et les nouvelles politiques de la famille, centrées sur « l’instrumentalisation » des parents. Dès lors, appuyé sur cette représentation des changements sociaux contemporains, Michel Chauvière se livre à une critique sans faille. La décentralisation du social et les idéologies de la gouvernance menacent le travail social et le soumettent à la pression des politiques. La nécessité de rendre des comptes réduit un travail humaniste par nature à une logique d’efficacité instrumentale. L’obligation de travailler sur des territoires et de manière concertée affecte les identités professionnelles dont les formations et les diplômes ne sont plus assurés face aux emplois précaires et déqualifiés. La loi de 2002 sur le rôle des usagers et l’évaluation des services ne serait, en fait, que le masque de la promotion du client au profit des officines chargées de l’évaluation et du développement des secteurs rentables et privatisés, notamment dans le domaine du handicap et des associations chargées du service à la personne. Sous le prétexte de la formation d’une « nouvelle question sociale », le traitement des problèmes sociaux et les services individualisés à la personne seraient progressivement séparés. A terme, c’est la totalité de la longue construction du travail social et de la solidarité qui serait menacée avec la mise en cause des principes fondateurs d’une république sociale.

3Sans rien ôter à la qualité et à l’utilité du livre de Michel Chauvière qui mobilise une information considérable et une connaissance intime et unique de son objet, on peut cependant penser que la thèse défendue n’est pas totalement convaincante. Alors qu’il est incontestable que se développent des secteurs marchands dans le domaine du social, notamment dans l’animation et le soin aux personnes âgées, il ne semble pas évident pour autant que toutes les mutations décrites et critiquées par Michel Chauvière, s’inscrivent dans cette logique-là. Même si le travail social est délégué à des associations 1901, peut-on véritablement parler de libéralisme à ce propos ? Les associations sont financées sur des fonds publics et sont soumises à des cahiers des charges extrêmement rigoureux. L’extension d’un tiers secteur ne procède pas nécessairement d’un dessein ultra-libéral, sauf à considérer que tout ce qui n’est pas directement étatisé s’inscrit dans le marché « pur ». Le nouveau management est-il, lui aussi, toujours réductible au règne du marché ? On s’étonnera à ce propos de voir que les normes ISA (Indice Synthétique d’Activité) mises en œuvre à l’hôpital sont présentées (p. 135) comme une ruse du néolibéralisme. Plus encore, même si l’on peut partager les jugements de Michel Chauvière sur la décentralisation, on peut aussi refuser d’y percevoir les manifestations d’un projet néolibéral commandé par la construction européenne, sauf à considérer que la République une et indivisible est seule capable de résister aux désordres du marché et de la démocratie. Quant à la promotion de l’usager, il est un peu rapide de la réduire à la fabrication du client contre le citoyen, surtout quand on sait que le citoyen en question était si totalement dépourvu de droits réels que l’individu ne devenait qu’un assujetti, qu’un assisté comme nous l’a appris la sociologie critique des années soixante-dix, marquée par la pensée de Michel Foucault, à laquelle certains travaux de Michel Chauvière avaient d’ailleurs contribué de façon marquante. Enfin, est-il vraiment raisonnable de réduire les transformations des problèmes sociaux, entraînées par le néo-libéralisme justement, à de simples opérations idéologiques et à des leurres ? Entendons-nous bien, il ne s’agit pas d’opposer un récit enchanté des mutations du travail social à la dénonciation entreprise par Michel Chauvière, mais il y a quelque chose de forcé à ramener un mouvement de rationalisation, un mouvement de décentralisation, une territorialisation des politiques sociales et une promotion de l’individu à un projet néo-libéral d’autant plus efficace qu’il se manifeste sous des visages aussi contrastés. En voyant du néo-libéralisme partout, on court le risque de ne le situer nulle part et la critique perd singulièrement de sa force. Le libéralisme économique, le libéralisme culturel, le libéralisme politique, la rationalisation du monde participent-ils du même « projet » ou sont-ils, aujourd’hui comme hier, largement contradictoires entre eux ? Dans ce dernier cas, le monde social nous apparaîtrait bien plus ambivalent et conflictuel que ne l’affirme Michel Chauvière.

4Un des effets les plus étonnants de cette position critique est d’abolir toute posture critique sur l’histoire du travail social qui apparaît alors comme la construction d’une république sociale sans faille. Etrange retournement de perspective. Il y a trente ans, la sociologie du travail social était presque totalement dominée par la dénonciation des ruses par lesquelles le capitalisme et le contrôle social étendaient leur règne sur les exclus, les pauvres et les travailleurs. Son humanisme même n’était qu’une illusion de « socio-clercs » aliénant des pauvres au nom de leur libération. Aujourd’hui, l’histoire que nous présente Michel Chauvière s’est totalement renversée, le néo-libéralisme jouant le rôle de deus ex machina que la domination capitaliste tenait trente ans plus tôt, l’histoire du travail social devient alors lisse, positive et « républicaine ». On observe d’ailleurs le même type de renversement pour ce qui est de la sociologie de l’éducation où l’école capitaliste des années soixante-dix est aujourd’hui devenue l’école républicaine menacée par le néo-libéralisme, et pour la sociologie du travail où le fordisme est passé du statut de mode d’exploitation ultime à celui d’équilibre relativement harmonieux et vertueux des forces entre le capital et le travail. Ainsi, face à la brutalité des changements, le changement lui-même devient une menace et le monde passé, comme la communauté au temps des pères fondateurs de la sociologie, se charge-t-il de toutes les vertus dont on dénonçait les illusions trente ans plus tôt.

5Le travail social dans laction publique est, à la fois, un livre savant et indispensable, et un témoignage sur un itinéraire intellectuel débordant largement le parcours de son seul auteur. A ce double titre, ce livre doit être lu et gageons qu’il est d’ores et déjà un livre important. D’ailleurs, c’est reconnaître cette importance que de dire ses réserves sur la thèse qu’il défend.

Top of page

References

Bibliographical reference

François Dubet, “Michel Chauvière, Le travail social dans l’action publique. Sociologie d’une qualification controversée”Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 4 | 2006, 585-588.

Electronic reference

François Dubet, “Michel Chauvière, Le travail social dans l’action publique. Sociologie d’une qualification controversée”Sociologie du travail [Online], Vol. 48 - n° 4 | Octobre-Décembre 2006, Online since 21 March 2008, connection on 18 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/sdt/25352; DOI: https://doi.org/10.4000/sdt.25352

Top of page

About the author

François Dubet

CADIS, Université Victor Segalen Bordeaux 2, EHESS, 3 ter, place de la victoire, 33076 Bordeaux cedex, France
francois.dubet[at]u-bordeaux2.fr

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search