Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 48 - n° 4Comptes rendusMargaret Maruani, Femmes, genre e...

Comptes rendus

Margaret Maruani, Femmes, genre et sociétés. Létat des savoirs

La Découverte, Paris, 2005 (480 p.)
Guillaume Malochet
p. 590-592
Référence(s) :

Margaret Maruani, Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs, La Découverte, Paris, 2005, 480 p.

Texte intégral

  • 1 Depuis l’inscription de la question « Masculin-Féminin » au programme de l’agrégation de sciences é (...)

1Après Le travail du genre (Laufer, et al., 2003), qui dressait le tableau de l’introduction du genre dans les sciences sociales du travail, Femmes, genre et sociétés propose un état des lieux et des savoirs sur la (re-)production des hiérarchies sexuées. En s’appuyant sur les contributions d’une cinquantaine de spécialistes français, l’ouvrage tente de capitaliser les connaissances accumulées sur la question des rapports sociaux de sexe. Au-delà de l’actualité éditoriale dans laquelle il prend place1, Femmes, genre et sociétés participe à l’institutionnalisation d’un champ de recherche à la légitimité souvent contestée.

2Cette publication marque d’ailleurs le dixième anniversaire du Groupement de recherche européen MAGE (Marché du travail et genre). L’ambition fondatrice y est maintenue et confirmée : il s’agit, d’une part, de promouvoir une lecture sexuée du monde social qui ne se réduise pas à l’ajout d’une variable supplémentaire et, d’autre part, de prendre la mesure de la « transformation des référentiels » (p. 38) qu’une telle analyse impose. Le genre n’est donc pas considéré comme « un domaine spécialisé, [mais comme] une grille de lecture de la société » (p. 12).

3Respectueux de la diversité « des thèmes, des points de vue, des générations et des disciplines » (p. 8), l’ouvrage est construit de manière claire. À la présentation des concepts et des problématiques qui nourrissent les analyses sexuées du monde social succèdent des entrées thématiques (corps et sexualité, famille, marché du travail, pouvoir, politique et mobilisations). La dernière partie est consacrée aux « débats contemporains », c’est-à-dire à la présentation d’interrogations nouvelles et de chantiers originaux. La perspective générale de l’ouvrage ne consiste pas seulement à enregistrer les nombreuses mutations intervenues pour les femmes depuis la seconde moitié du XXème siècle. Bien sûr, la contraception apparaît plus libre, la sexualité mieux maîtrisée, l’activité féminine davantage acceptée. Bien sûr, la promotion de la parité en politique et les dispositifs d’égalité professionnelle font s’ouvrir aujourd’hui des portes restées closes pendant longtemps. Mais la domination masculine se trouve-t-elle pour autant entamée par ces diverses avancées ? Des zones d’ombre demeurent, sur lesquelles l’ouvrage offre des éclairages riches et contrastés. Les contributions relèvent en effet la persistance des divisions sexuées. Les rapports sociaux entre hommes et femmes sont enserrés dans des principes de différences et de hiérarchies dont le poids persistant est rappelé. Ainsi des pratiques sexuelles qui « renvoient à des représentations où le désir et le plaisir masculins restent prioritaires » (p. 120), des processus de socialisation qui continuent à « [produire] du masculin et du féminin » (p. 199), des salaires qui s’analysent encore « toutes choses inégales par ailleurs » ou de l’univers politique dont les résistances à la féminisation sont avérées. C’est à la mise au jour et à l’explication de tels phénomènes que s’attellent les contributions.

4La force d’un tel ouvrage réside dans son parti pris pédagogique. En à peine dix pages, les articles proposent tous d’utiles synthèses, agrémentées de références bibliographiques courtes et ciblées. L’ouvrage propose en outre de remarquables annexes statistiques sur les thèmes suivants : « Démographie, famille, santé », « Activité, emploi, chômage » et « Vote, participation politique ». En rassemblant des « séries longues sur des indicateurs simples » (p. 433), les auteurs fournissent une base de travail essentielle, tant la dispersion des données chiffrées sur les différences entre hommes et femmes est grande. Enfin, Femmes, genre et sociétés mêle débats classiques et contemporains sans jamais sacrifier à sa vocation de diffusion et de vulgarisation. À cet égard, la dernière partie mérite d’être saluée. Elle fait ainsi une place intéressante aux gender studies américaines, ce qui se révèle fort utile pour la compréhension de travaux traduits récemment en français (ceux de J. Butler, par exemple). Elle pointe également, à travers le thème de la mondialisation, les enjeux d’une réflexion à grande échelle. Du point de vue de l’emploi féminin, les mouvements sont contrastés. Au Nord comme au Sud, le travail rémunéré augmente en même temps que la précarisation. De même, l’internationalisation des échanges économiques a pour conséquence un accroissement des inégalités entre les femmes elles-mêmes, les unes sous-traitant aux autres le travail socialement considéré comme féminin (les activités de care). La contribution intitulée « Femmes, genre et développement » fait écho à ces constats en exposant le « glissement conceptuel et théorique » (p. 406) vers une approche intégrée par le genre (ou « gender mainstreaming »). Les politiques publiques font désormais des femmes les actrices essentielles du développement. L’enjeu consiste alors à déterminer comment les doter de capacités d’action.

5La richesse de cet ouvrage fait toutefois naître un regret. En effet, l’impasse (presque totale) sur la question des hommes et du masculin ne laisse pas d’étonner. Elle est d’autant plus dommageable que, comme certaines contributions le montrent, masculin et féminin ne se construisent ni ne s’expriment indépendamment.

Haut de page

Bibliographie

Ferrand, M., 2004. Féminin – Masculin. La Découverte, Paris.

Guionnet, C., Neveu, É., 2004. Féminins / Masculins : Sociologie du genre. Armand Colin, Paris.

Laufer, J., Marry, C., Maruani, M., 2003. Le travail du genre. Les sciences sociales du travail à l’épreuve des différences de sexe. La Découverte-MAGE, Paris.

Haut de page

Notes

1 Depuis l’inscription de la question « Masculin-Féminin » au programme de l’agrégation de sciences économiques et sociales (entre 1998 et 2001), de nombreux ouvrages de synthèse ont tenté de combler le déficit de reconnaissance académique de la question des différences de sexe. Publiés dans des collections universitaires de référence, ils fournissent une visibilité accrue à des questionnements qui n’ont jamais bénéficié jusqu’à présent de la structuration existant outre-Atlantique. Outre les livres parus sous l’égide du MAGE, on peut citer deux autres ouvrages parmi les plus récents : Ferrand, 2004 ; Guionnet et Neveu, 2004

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Malochet, « Margaret Maruani, Femmes, genre et sociétés. Létat des savoirs »Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 4 | 2006, 590-592.

Référence électronique

Guillaume Malochet, « Margaret Maruani, Femmes, genre et sociétés. Létat des savoirs »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 4 | Octobre-Décembre 2006, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 22 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/25379 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.25379

Haut de page

Auteur

Guillaume Malochet

Laboratoire Interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise–CNRS), Conservatoire national des arts et métiers, 2, rue Conté, 75003 Paris, France
guillaume.malochet[at]cnam.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search