Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 48 - n° 4Comptes rendusPhilippe Estèbe, L’usage des quar...

Comptes rendus

Philippe Estèbe, L’usage des quartiers. Action publique et géographie dans la politique de la ville (1982‑1999)

L’Harmattan, coll. « Logiques politiques » Paris, 2004 (263 p. Préface de Jacques Donzelot)
Éric Le Breton
p. 594-596
Référence(s) :

Philippe Estèbe, L’usage des quartiers. Action publique et géographie dans la politique de la ville (1982‑1999), L’Harmattan, coll. « Logiques politiques » Paris, 2004, 263 p. [Préface de Jacques Donzelot]

Texte intégral

1La politique de la ville est le dispositif visant à endiguer ce que l’on raccourcit souvent en « crise des banlieues ». Depuis bientôt trente ans, des financements, des expertises et des partenariats complexes entre l’Etat et les collectivités locales, des opérateurs publics et privés sont mobilisés à destination des « quartiers » où se concentreraient les ratés du changement social, à des degrés très différents selon les sites : l’écart est immense entre, par exemple, la situation de certaines cités franciliennes et celle des « quartiers » de la ville de Rennes, les uns et les autres relevant pourtant des mêmes mesures. L’ouvrage de Philippe Estèbe propose une généalogie de cette action publique.

2L’auteur expose d’abord quels sont les axes de reformulation de l’action publique auxquels la politique de la ville participe en même temps qu’elle les illustre de façon exemplaire. La première mutation consiste dans l’entrée en scène des territoires. L’action publique à la française a longtemps privilégié une logique de secteurs - la santé, l’éducation, la route, etc. A travers la politique de la ville, la question sociale tout entière est posée dans les « quartiers », qui deviennent aussi les territoires où peuvent s’élaborer toutes les réponses. « Tout se passe comme si le territoire se substituait à la société […] comme critère de l’action publique. […] Le territoire apparaît comme le plan de consistance nouveau pour un Etat menacé d’évidement » (p. 69). Mais la politique de la ville ne se contente pas d’appliquer cette nouvelle modalité de l’action publique, elle se situe à son avant-garde. La géographie prioritaire est une « fabrique continuelle de territoires », délimitant les quartiers inscrits aux contrats de ville, ceux relevant des Zones urbaines sensibles (ZUS) et des Zones de redynamisation urbaine (ZRU), et plus tard les territoires relevant des Grands projets de ville (GPV), ou des Opérations de renouvellement urbain (ORU). La seconde mutation réside dans l’émergence du global. Les dispositifs de la réparation sociale ne sont plus spécialisés mais transversaux. Ainsi, les contrats de ville énoncent, en 1993, qu’ils doivent empêcher l’exclusion par la race et l’origine, par l’école et le logement, par l’emploi, la santé, la culture, le système judiciaire, etc. Enfin, la dimension du contrat, du partenariat, est un troisième axe de renouvellement de l’action publique porté par la politique de la ville, qui se présente comme le discours de la méthode de cette transition du substantiel au procédural.

3Après avoir présenté la politique de la ville comme analyseur des mutations actuelles de l’action publique, Philippe Estèbe entre dans le détail de sa conception au fil des Xème et XIème Plans (1989‑1993 et 1994‑1999). Il met en évidence un paradoxe. D’une part, la politique de la ville est rapidement et fortement institutionnalisée à travers la création d’un ministère dédié, la constitution d’un fonds d’intervention spécial, l’extension continue du nombre de quartiers concernés, de 148 en 1984 à 1300 dans le cadre du pacte de relance de 1996. Néanmoins, cette politique perd sa substance au fur et à mesure qu’elle paraît s’affirmer. La mobilisation d’un nombre croissant d’acteurs tient davantage, selon l’auteur, au flou de la démarche et de ses objectifs qu’à l’adhésion partagée à une véritable stratégie. C’est parce qu’elle est une « auberge espagnole » que la politique de la ville connaît un certain succès institutionnel.

4Dans le chapitre 3, le plus intéressant à nos yeux et qui, avec 70 pages, représente à lui seul presqu’un tiers de l’ouvrage, Philippe Estèbe explore les différents « programmes » qui coexistent dans la politique de la ville. Le premier définit les territoires de la géographie prioritaire en tant que quartiers populaires. Pour les tenants de cette approche, les difficultés procèdent de l’existence d’un mode de vie populaire qui ne trouve plus, dans une société post-fordiste, les possibilités d’accéder à l’autonomie et à l’intégration. La politique de la ville doit alors rendre à ce peuple sa mémoire, sa capacité de se faire entendre, doit valoriser ses compétences, notamment sur le plan économique – c’est le projet des régies de quartier. Dans ce programme, inscrit dans la filiation du socialisme autogestionnaire, les quartiers sont les laboratoires d’une action collective libérée de la matrice étatique. L’Etat est prié d’être discret : « inutile […] de faire peser sur les habitants des quartiers […] un ensemble d’injonctions normatives. […] Plutôt que de « refaire nation » […], il faut refaire le peuple, c’est-à-dire aider ses membres à reconquérir identité, dignité, autonomie et solidarité » (p. 125). Certes, on peut se demander comment définir les classes populaires habitant aujourd’hui les « quartiers » ? Quelle est la cohérence interne de ce groupe hypothétique ? Une des difficultés des territoires de la géographie prioritaire réside précisément, pour de nombreux spécialistes, dans la disparition de ce type de référent collectif. Il n’en demeure pas moins que l’héritage du communautarisme ouvrier informe une logique d’action encore bien établie parmi certains acteurs de la politique de la ville.

5Le second programme fait des « quartiers » le symptôme des changements sociaux. Les populations des territoires prioritaires ne sont pas « invalides », elles sont « invalidées » par les désajustements actuels entre l’économique et le social. La géographie des quartiers recouvre le risque d’exclusion bien plus que la pauvreté. Dès lors, l’Etat « animateur » doit compenser les déficits que la contraction de la société salariale fait émerger dans ces territoires. La politique de la ville aboutit ainsi à la refondation de l’Etat-providence.

6Le troisième programme émerge en 1996, avec le pacte de relance pour la ville voté à l’issue d’une campagne présidentielle argumentée sur la « fracture sociale ». A la différence des deux programmes précédents qui conceptualisent les relations entre les « quartiers » et leur environnement, les causes des difficultés sont ici localisées dans les quartiers eux-mêmes, qui ont des « handicaps ». Handicaps des personnes sans diplôme, de la privation d’activités économiques ; handicap de la concentration de personnes « handicapées ». La politique de la ville devient alors pragmatique, concrète : exonérations fiscales au bénéfice des entreprises, refonte du parc immobilier et disparition des sur-loyers qui dissuadent les classes moyennes de s’installer. Ce programme est celui de la discrimination positive à la française, dérogatoire au droit commun mais pour un temps limité. L’Etat, prescripteur, doit intervenir massivement pour être efficace, y compris par la voie législative.

7Philippe Estèbe achève sa réflexion sur l’échec des médiateurs du projet de départ. Les sous-préfets à la ville, le fonds d’intervention pour la politique de la ville et les délégués de l’Etat avaient la même mission : faire entrer toutes les parties prenantes de cette action publique, et notamment les services déconcentrés de l’Etat, dans une logique d’expérimentation partagée. Les inerties administratives, les aléas des politiques gouvernementales, les logiques de corps, les tactiques des collectivités locales ont produit l’effet contraire : l’expérimentation est rentrée dans le rang. Echec donc au regard de l’ambition initiale : faire de la politique de la ville le cheval de Troie d’un renouvellement de l’action publique dans sa globalité. De manière plus modeste et pragmatique, ce dispositif a peut-être néanmoins contribué à une évolution dans les manières d’impulser le changement social, à travers une contractualisation très ouverte, une attention plus grande au « terrain »…

8La mise au point définitive de l’ouvrage méritait davantage d’attention. Plusieurs notes de bas de page sont très aléatoires. La bibliographie ne reprend pas tous les titres. Cela dit, L’Usage des quartiers est un livre original. La majorité des examens de la politique de la ville se focalisent sur les dimensions institutionnelles du dispositif. Philippe Estèbe nous ouvre les coulisses de l’action et propose une sociologie des cultures professionnelles. A côté des protagonistes habituels : les décideurs politiques, les habitants et les médias, l’ouvrage remet utilement en scène les promoteurs en actes d’une politique publique complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Le Breton, « Philippe Estèbe, L’usage des quartiers. Action publique et géographie dans la politique de la ville (1982‑1999) »Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 4 | 2006, 594-596.

Référence électronique

Éric Le Breton, « Philippe Estèbe, L’usage des quartiers. Action publique et géographie dans la politique de la ville (1982‑1999) »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 4 | Octobre-Décembre 2006, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/25398 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.25398

Haut de page

Auteur

Éric Le Breton

Université Rennes 2, RESO (UMR 6590 CNRS), 6, avenue Gaston Berger, 35043 Rennes cedex, France
eric.lebreton[at]uhb.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search