Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 48 - n° 4Comptes rendusGabrielle Varro, Sociologie de la...

Comptes rendus

Gabrielle Varro, Sociologie de la mixité. De la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturelles

Éditions Belin, 2003 (coll. « Perspectives sociologiques »)
Beate Collet
p. 598-599
Référence(s) :

Gabrielle Varro, Sociologie de la mixité. De la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturelles, Éditions Belin, 2003, (coll. « Perspectives sociologiques »)

Texte intégral

1Le titre de l’ouvrage évoque un domaine de recherche qui ne va pas de soi. Peu pris en compte encore par la sociologie institutionnalisée, le terme de « mixité » accolé à « sociologie » constitue d’emblée une démarche nouvelle, un pari dans l’élaboration d’une réflexion théorique et de son application à des recherches empiriques. Le sous-titre précise qu’il s’agit du passage de la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturelles et dès les premières pages, on comprend que ces dernières sont en lien avec l’expérience migratoire et interculturelle. La mixité conjugale était le terrain de prédilection de Gabrielle Varro (chercheure au CNRS, membre du laboratoire Printemps, UVSQ) depuis 1984, année de parution de son premier livre sur le mariage franco-américain et le bilinguisme des enfants. L’originalité du présent volume réside dans le fait qu’il suit un parcours : un chemin de recherches éclairé par un itinéraire personnel. En adoptant cette démarche encore peu courante en sciences sociales et se référant à Max Weber (p. 9), l’auteure plaide pour la prise en compte de l’expérience subjective comme matériau de base, objectivé par la compréhension sociologique.

2Pour construire la sociologie de la mixité, G. Varro se propose de « tenir ensemble le mot et la chose » (p. 19) : l’analyse sociolinguistique du terme et de la notion (chapitre 1) ouvre la réflexion sur les critères qui, à travers les siècles – depuis le Concile de Trente au moins – ont servi à définir le mariage mixte, à commencer par la différence de religions, puis, selon les contextes sociaux et historiques, de nationalités, de « races » (terme dilué en « cultures » ou « ethnies »). L’hypothèse que l’auteure va s’efforcer de démontrer est que, « contrairement à son histoire, souvent faite de discriminations et de souffrances, le terme ‘mixité’ présuppose plutôt un rapport égalitaire, les éléments en présence étant différents, mais égaux ou en tout cas pas nécessairement inégaux » (p. 61), proposition logico sémantique qu’elle reprend à la suite de Pierre Achard.

3Dans les chapitres 2 et 3, G. Varro inscrit la question dans le champ de la sociologie de la famille, discutant les réalités conjugales et familiales mixtes par rapport aux concepts fondateurs du champ, notamment l’homogamie. Sans être toujours hétérogames socialement parlant, les couples « mixtes » restent des couples marqués du fait d’un certain nombre de spécificités culturelles, et cherchent à leur tour à marquer l’identité de leurs enfants (par leurs choix d’un prénom, du bilinguisme…), produisant des « univers mixtes ». Un « tableau expérimental » (p. 117) synthétise des résultats de recherche (pas seulement les siennes), tendant à démontrer la pertinence sociologique de la catégorie.

4La question des enfants débouche sur les « mixités personnelles » (chapitre 4), analysées comme des actes didentification qui émergent des allers-retours entre les désignations (identités pour autrui) et l’expérience (identités pour soi). À partir du chapitre 5 (mixités scolaire et sociale), grâce à l’outil heuristique de l’habitus discursif (p. 174), G. Varro explore la problématique intégration des élèves issus de l’immigration, parfois encore associés à la vieille notion de handicap, à l’école française. Le caractère politique de son interrogation surgit ici de manière plus évidente. Enfin, au chapitre 6, elle aborde de front la dimension culturelle de la mixité qui, au fond, régit l’ensemble de sa réflexion : dans quelle mesure la mixité serait-elle en fait une valeur cachée du modèle français (« la mixité de la population et des individus ne s’oppose pas à la citoyenneté, elle en est l’un des soubassements », p. 233) ?

5De l’analyse d’une réalité sociale privée à l’étude de ses implications politiques, il devient possible de prolonger la réflexion vers d’autres dimensions, notamment sexuelles et intergénérationnelles, et vers d’autres champs, comme le monde du travail. Publié la même année, le livre de Sabine Fortino propose aussi « mixité » dans son titre (La mixité au travail, La Dispute, 2003) et argumente à partir de la dimension sexuelle – femmes et hommes au travail – sans poser la question de la définition culturelle de la mixité, qui est au contraire le point de vue privilégié par G. Varro. En combinant les deux perspectives, on pourrait se demander quelles sont les possibilités du « vivre-ensemble » entre protagonistes d’horizons culturels, sexués et sociaux différents, sans qu’une logique d’indifférenciation ne favorise toujours les majoritaires ou les catégories dominantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Beate Collet, « Gabrielle Varro, Sociologie de la mixité. De la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturelles »Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 4 | 2006, 598-599.

Référence électronique

Beate Collet, « Gabrielle Varro, Sociologie de la mixité. De la mixité amoureuse aux mixités sociales et culturelles »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 4 | Octobre-Décembre 2006, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/25430 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.25430

Haut de page

Auteur

Beate Collet

Maître de conférences, Membre du Glysi-Safa (Lyon2/CNRS) – ISH Lyon. Faculté d’anthropologie et de sociologie, université Lumière-Lyon-II, 86, rue Pasteur, 69007 Lyon, France
Beate.Collet[at]univ-lyon2.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search