Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 48 - n° 4Comptes rendusIsabelle Coutant, Délit de jeunes...

Comptes rendus

Isabelle Coutant, Délit de jeunesse. La justice face aux quartiers

La Découverte, Paris, 2005
Isabelle Astier
p. 601-603
Référence(s) :

Isabelle Coutant, Délit de jeunesse. La justice face aux quartiers, La Découverte, Paris, 2005.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Isabelle Coutant aurait pu s’intituler « l’éducation morale », puisqu’il commence par le récit de la conversion morale du jeune Walter. Ce jeune homme d’origine Ivoirienne a très tôt basculé dans la délinquance : à 14 ans, déjà bien inséré dans le milieu du « business », il est suivi par un éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse. Il va enchaîner stages et récidives jusqu’à ce qu’on l’oriente à 17 ans dans une formation d’animateur. Lorsqu’il se retrouve en position d’éducateur face à des enfants de cinq ans, son système de valeurs va être déstabilisé. Il va ainsi prendre goût peu à peu aux responsabilités et découvrir les attraits de « l’argent propre ». Il ne restera pas animateur mais occupera un emploi de magasinier dans une épicerie. C’est à ce moment de sa vie qu’il croise l’auteur.

2L’exemple de Walter et de nombreux autres « convertis » présentés dans cet ouvrage sont à bien des égards pleins d’espoirs. Ils démentent les discours sur les jeunes de banlieue présentés comme d’irrécupérables « racailles » et démontrent qu’ils comprennent d’autres langages que ceux de la répression. Déjà au début du siècle, Émile Durkheim mettait en garde les puissants contre les tentations répressives. La répression n’est pas adaptée car elle repose uniquement sur la contrainte, et par conséquent, elle ne permet pas d’agir sur un levier essentiel de la morale, l’attachement au groupe ou « la société conçue comme une fin qui nous attire ». Or ce dont semblent souffrir les jeunes rencontrés par Isabelle Coutant, c’est d’un déficit d’attachement à la société en dehors des groupes de pairs.

3Délit de justice doit donc être lu comme un appel à l’assistance éducative de l’État. Il rappelle la fonction socialisatrice fondamentale de l’école et le fait que l’éducation morale est une tâche qui incombe bien plus à l’État qu’à la famille. Pour ce faire, l’auteur explore deux dispositifs chargés du traitement de la délinquance juvénile. Le premier, une maison de justice et du droit correspond à une intervention ponctuelle. Le second, une formation visant à l’insertion socioprofessionnelle de jeunes délinquants, et qui s’inscrit dans la durée. Dans les deux cas, la sociologue se demande si les interventions institutionnelles peuvent modifier les valeurs et la vision du monde des jeunes encadrés. Dans quelle mesure les professionnels de ces dispositifs participent-ils d’une éducation morale ? A quelles conditions les jeunes peuvent-ils croire à l’intérêt de la conversion qui leur est proposée ?

4Si les leçons de morale de la maison de justice n’ont pas grand effet sur les jeunes et sont plutôt des vecteurs de déstabilisation des parents en les renvoyant à leur propre responsabilité en matière d’éducation, il en va tout autrement du dispositif de formation. Le travail agit effectivement comme un puissant convertisseur de valeurs et paraît seul capable d’enrayer les conséquences du déficit de reconnaissance dans le cadre familial et scolaire dont ont souffert ces jeunes. Oui, le travail, c’est beaucoup plus que le travail. Tel pourrait être l’épigraphe du livre d’Isabelle Coutant. Après s’être « fait engrainer », la seule voie pour se défaire de l’éthos de rue, entendez « se ranger », est de « se frotter au travail » par l’entremise des dispositifs d’insertion. Les conversions spontanées -c’est-à-dire sans interventions institutionnelles- décrites par R. Hoggart ne sont pratiquement plus possibles depuis les années 1970. Le passage à l’âge adulte ne se fait plus à 14 ans, et l’installation de la morale de l’atelier ne va plus de soi. La culture « anti-école » n’est plus l’antichambre de l’atelier. L’auteur montre bien que, si les modalités d’entrée dans la carrière délinquante n’ont guère changé, les modalités de sortie, elles, se transforment profondément. La conversion des dispositions acquises au contact de la culture de la rue en compétences professionnelles se fait plus difficilement. Ce que nous apprend ce bel ouvrage, c’est que ce phénomène est dû, bien sûr, au chômage massif et à l’accès difficile au travail, mais aussi à la dévalorisation du monde ouvrier aux yeux des jeunes de milieu populaire. Pour eux, être ouvrier c’est « se rabaisser », « être diminué ». D’où le succès des actions d’insertion lorsqu’elles proposent des formations aux métiers du social. L’objectif de l’équipe éducative observée est donc de faciliter pour ces jeunes le passage de l’univers de la cité au monde du travail. Une opération de conversion en quelque sorte des valeurs de la rue en compétences professionnelles.

5Pour la plupart de ces jeunes, entrer en formation puis travailler dans le cadre de stages, c’est être pour la première fois l’objet d’évaluations positives. Travail et formation se conjuguent pour former un dispositif de reconnaissance et constituent un support efficace de conversion. L’auteur en dégage deux dimensions essentielles : la reconnaissance de l’autorité morale de l’intervenant et l’appropriation de sa propre biographie à travers le récit de soi. Pour la première dimension, nous voyons comment de jeunes caïds peuvent se transformer en « entrepreneurs de morale ». La connaissance des conditions de vie et des valeurs de la rue leur permet d’ajuster au mieux leur message pédagogique. L’importance accordée au récit biographique, comme seconde dimension de l’efficacité du dispositif moral, confirme que nous entrons aussi dans une « société biographique » qui étend la réflexivité sur « soi ». Les professionnels rencontrés mais surtout les jeunes eux-mêmes croient en la vertu thérapeutique de la parole et considèrent que le récit de soi participe de la construction de soi. Tout se passe comme si la contrainte d’être un « individu » et de se conduire comme tel rendait nécessaire le récit de soi afin de découvrir une cohérence entre différentes périodes de sa vie. Le jeune peut ainsi trouver des explications à ses comportements et s’approprier peu à peu sa biographie. Plusieurs exemples, notamment celui de Fatima, montrent que le récit de soi constitue ainsi un support d’autonomisation à l’égard des groupes de pairs et permet de prendre ses distances avec la rue et de maîtriser son présent. La capacité à se projeter en dépend et l’on sait combien cette compétence devient de plus en plus déterminante dans la trajectoire des individus. Ce livre est un document de première main pour comprendre ces transformations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Astier, « Isabelle Coutant, Délit de jeunesse. La justice face aux quartiers »Sociologie du travail, Vol. 48 - n° 4 | 2006, 601-603.

Référence électronique

Isabelle Astier, « Isabelle Coutant, Délit de jeunesse. La justice face aux quartiers »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 48 - n° 4 | Octobre-Décembre 2006, mis en ligne le 21 mars 2008, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/25458 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.25458

Haut de page

Auteur

Isabelle Astier

Université Paris 12, 80, avenue du Général-de-Gaulle, 94009 Créteil Cedex, France
astier[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search