Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Sabine Erbès-Seguin, La sociologie du travail

La Découverte, coll. « Repères », Paris, 2004 (109 p.), 2e édition (1re édition en 1999)
Pierre Tripier
p. 127-128
Référence(s) :

Sabine Erbès-Seguin, La sociologie du travail, La Découverte, coll. « Repères », Paris, 2004, 109 p., 2e édition (1re édition en 1999)

Texte intégral

1Dans le style concis que suppose cette collection, Sabine Erbès-Seguin analyse l’état passé et présent de la discipline.

2Dans un premier chapitre, elle définit moins le travail que les liens collectifs engendrés par lui et la façon dont certains auteurs (Marx, Durkheim) ou les autres disciplines (psychologie, économie, histoire, droit, ergonomie) étudient cet objet et ses attaches.

3Elle peut alors aborder l’histoire de la sociologie du travail. Histoire très hexagonale, même si l’impulsion, venue des États-Unis, est donnée par la controverse entre le taylorisme et le mouvement des relations humaines.

4La sociologie du travail en France naît d’une distance critique à cette dispute, de la création et du succès de Sociologie du travail, et de l’étrange composition d’un Traité de sociologie du travail par deux penseurs et leurs disciples, dont l’un, Georges Friedmann, recherche un certain retour à l’équilibre entre conditions de travail et conditions de vie, d’où son intérêt pour les loisirs de masse comme compensation du « travail en miettes », alors que l’autre, Pierre Naville, organise sa perception du futur sur les logiques qu’instillent, dans la société, les nouveautés technologiques, telle l’automation.

5Apparaissent, parmi les sociologues du travail, de vifs clivages méthodologiques, comme de savoir s’il faut observer le travail ou poser des questions. Les combinaisons de méthodes sont si inventives et fluctuantes de nos jours qu’elles font apparaître ces querelles comme les vestiges d’une époque cherchant désespérément, mais en vain, à imposer un seul catéchisme.

6L’ouvrage fait ensuite le point sur les grands thèmes (organisation du travail, qualification, conflits collectifs) qui ont agité la discipline de sa genèse au milieu des années 1980, moment où se transforment les problèmes dans les entreprises. Avec la nouvelle époque, le champ du négociable change : « Depuis les années 1980, l’équivalent général cesse progressivement d’être le salaire pour devenir les conditions de partage de l’emploi » (p. 76).

7S. Erbès-Seguin analyse les données de la nouvelle période, sélectionnant quelques thèmes comme l’insertion des jeunes sur le marché du travail et l’emploi différentiel entre hommes et femmes. Un dernier point correspond à ses recherches récentes : contrairement aux juristes qui opposent droit du travail et architecture de contrats, elle estime que « le développement de la législation sur le contrat de travail a pour effet paradoxal de briser la stabilité de la forme contractuelle » (p. 104).

8Ainsi, alternant doctrines classiques et sujets de discussion, cet ouvrage aux pages comptées, riche mais forcément lacunaire, retient l’attention de qui veut s’initier, comme du lecteur à la recherche de propos inattendus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Tripier, « Sabine Erbès-Seguin, La sociologie du travail », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 1 | 2005, 127-128.

Référence électronique

Pierre Tripier, « Sabine Erbès-Seguin, La sociologie du travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 1 | Janvier-Mars 2005, mis en ligne le 24 mai 2005, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/25923

Haut de page

Auteur

Pierre Tripier

Laboratoire Printemps, CNRS–université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 47, boulevard Vauban, 78047 Guyancourt cedex, France
tripier.pierre[at]wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals