Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Besnard, Études durkheimiennes | La sociologie durkheimienne : tradition et actualité, à Philippe Besnard in memoriam

Droz, coll. « Travaux de sciences sociales », Genève/Paris, 2003 (382 p.) | Revue européenne des sciences sociales, nº 129, février 2004 (410 p.)
Philippe Steiner
p. 128-130
Référence(s) :

Philippe Besnard, Études durkheimiennes, Droz, coll. « Travaux de sciences sociales », Genève/Paris, 2003, 382 p.

La sociologie durkheimienne : tradition et actualité, à Philippe Besnard in memoriam, Revue européenne des sciences sociales, nº 129, février 2004, 410 p.

Texte intégral

1Avant que la maladie ne l’emporte, en septembre 2003, Philippe Besnard a eu le temps de mettre au point un recueil de ses principales publications consacrées à l’œuvre d’Émile Durkheim et des durkheimiens. Tous ceux et celles qui se sont intéressés à la tradition sociologique française ont eu l’occasion de mesurer tout ce que notre connaissance du sujet doit à P. Besnard. Mais peu d’entre eux savaient l’ampleur du travail accompli depuis l’article décisif — « Durkheim et les femmes ou le Suicide inachevé » — paru en 1973. La bibliographie des travaux de P. Besnard sur les durkheimiens fait état de 101 références étalées sur 30 ans, dont son grand ouvrage sur l’anomie (paru en 1987), la direction de plusieurs numéros spéciaux de la Revue française de sociologie (1976, 1979, 1981, 1985), la création des Études durkheimiennes, toujours vivantes sous la forme bilingue retenue par le Durkheim’s Center (Oxford) et la publication de nombreux documents et correspondances — celle entre É. Durkheim et Marcel Mauss est disponible depuis 1998, la correspondance générale d’É. Durkheim, préparée avec Massimo Borlandi est annoncée. La bibliographie permet aussi de constater que l’accueil réservé aux travaux de P. Besnard dépassait largement les frontières de l’hexagone : un tiers des articles ont été traduits ou publiés en diverses langues. Le volume que la Revue européenne des sciences sociales consacre à P. Besnard, outre une bibliographie exhaustive de l’ensemble de ses travaux, ceux sur les prénoms et les cycles sociaux compris, contient une trentaine de contributions sur les différents aspects de son travail, et se termine par un très intéressant interview sur la trajectoire de P. Besnard.

2P. Besnard ne s’était jamais beaucoup expliqué sur les raisons de son attachement à l’école durkheimienne — en 1970, son premier grand travail portait sur la controverse engendrée par l’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Dans son interview, P. Besnard associe cet intérêt pour É. Durkheim à la rencontre avec Mohammed Cherkaoui, Victor Karady et Bernard Lacroix au début des années 1970, moment où paraissent quelques grandes publications sur É. Durkheim, dont la biographie rédigée par Steven Lukes. D’une manière moins contingente, cet intérêt tient à ce qu’É. Durkheim est le premier sociologue en ce sens qu’il a été le premier à s’être considéré comme sociologue et comme fondateur d’une nouvelle science ; il est aussi le premier à s’attacher au projet de fonder une nouvelle discipline. Si on rajoute le fait qu’il a été le seul à fonder une école, à faire de son entreprise intellectuelle une entreprise collective, on tient avec É. Durkheim, dit P. Besnard, un sujet qui se prête à une histoire des sciences sociales, à la fois interne (exégèse des textes) et externe (étude du contexte). On peut d’ailleurs pousser un peu plus loin l’argument : l’approche sociologique d’É. Durkheim offerte par P. Besnard est exemplaire de sa capacité à faire se rejoindre les deux domaines que trop souvent, un peu par paresse intellectuelle, on tient pour disjoints ou, pire, que l’on veut rendre disjoints, au motif d’une pureté aussi historicisante que stérile.

3P. Besnard accorde une grande importance aux contextes de production des œuvres, au fonctionnement de la revue durkheimienne (L’Année sociologique) et aux événements affectant la vie du groupe durkheimien. De ce point de vue, la lecture de l’ouvrage apporte une foule d’informations à toute personne intéressée par l’école française de sociologie (voir tout particulièrement les chapitres XV à XXI). Mais P. Besnard, ne s’est jamais contenté de ce niveau d’enquête. Il a fait intégralement sienne l’exigence durkheimienne — particulièrement développée par François Simiand dans sa polémique avec les historiens — de l’histoire problème, c’est-à-dire de l’histoire examinée au travers de la construction d’une « énigme » à laquelle la recherche s’efforce de trouver une réponse. On voit ce procédé à l’œuvre dans le travail minutieux de datation des textes (chap. V), travail dont le sens s’éclaire par le fait que P. Besnard vise à montrer comment une datation exacte des cours contribue à éclairer la structure théorique du Suicide avec la rupture que P. Besnard a décelée à l’intérieur de cet ouvrage en termes des deux visions de la socialisation qui y sont successivement développées.

4Il faut aussi insister sur le fait que P. Besnard a su mettre à profit une ressource que l’histoire des sciences sociales mobilise finalement assez peu. En effet, il s’est attaché avec un succès marqué à l’examen des données sur lesquelles É. Durkheim s’était appuyé pour son Suicide. Il ne s’agit pas seulement de savoir quelle est la nature et le degré de fiabilité de ces données, mais aussi de savoir si É. Durkheim les a utilisées correctement (ce qui n’est pas toujours le cas) et, mieux encore, de tirer de ces données des résultats qu’É. Durkheim aurait pu tirer par lui-même pour clarifier et prolonger sa réflexion. Le travail réalisé sur le suicide selon le genre, l’état matrimonial et l’âge est exemplaire (chap. VIII) : il permet d’aboutir à une claire distinction entre intégration sociale et régulation sociale (chap. III et VIII). Cette distinction centrale n’est pas seulement une affirmation doctrinale magnifiée par une exégèse fine des textes, mais elle ressort d’un travail statistique sur les « faits sociaux » à partir desquels É. Durkheim travaillait. Dans la foulée, P. Besnard avait donc les moyens de prolonger l’étude de l’œuvre d’É. Durkheim en examinant comment les données recueillies sur le suicide après la Deuxième Guerre mondiale vérifiaient ou infléchissaient les résultats d’É. Durkheim lui-même (chap. XIII). L’histoire des idées débouche ainsi sur l’actualisation de la théorie dans le présent.

5Le travail sur l’œuvre n’est jamais soumis à la volonté de « sauver » É. Durkheim ou les durkheimiens. É. Durkheim n’a pas besoin d’être sauvé contre lui-même ; une fois passé au crible les moments forts du roman familial durkheimien, P. Besnard fait montre d’une grande précision et d’un questionnement incisif pour débusquer les erreurs (factuelles, scientifiques, institutionnelles) ou les omissions que l’on peut trouver dans l’œuvre du grand sociologue français. Par exemple, l’article sur le suicide des femmes souligne que si É. Durkheim a eu un coup de génie en examinant l’effet de la possibilité du divorce sur l’effet du mariage sur le suicide (une causalité de deuxième rang), il lui arrive de se tromper sur la signification de ce qu’il fait, ou d’utiliser à contre-emploi ses propres résultats (chap. VIII). De même, commentant les passes d’armes entre É. Durkheim et Gabriel Tarde, P. Besnard relève les manœuvres du premier à l’égard du second, et n’hésite pas à conclure que cette opposition, poussant É. Durkheim à radicaliser ses positions sur la réalité des phénomènes collectifs et à mettre sa sociologie à distance de la psychologie, lui a finalement été néfaste (chap. VI).

6Au total, le dernier ouvrage de P. Besnard offre à ceux qui veulent puiser dans l’œuvre d’É. Durkheim une inspiration pour leurs travaux de sociologie les ressources d’une lecture critique rigoureuse adossée à une connaissance exceptionnelle du contexte intellectuel. À celles et ceux qui ont eu le plaisir d’avoir rencontré P. Besnard, le volume de la Revue européenne des sciences sociales donne le plaisir de retrouver l’atmosphère de sa conversation, exigeante, caustique (ses jugements sur la sociologie française rapportés dans son interview en donnent la mesure), mais toujours profondément chaleureuse, et fait découvrir des facettes peu connues — ses talents de jazzman, jouant avec Bud Powel dans les années 1960 — ainsi que son attachement indéfectible pour la dimension de connaissance, celle qui vise à apporter de la clarté sur le fonctionnement de la société, au-delà des engagements partisans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Steiner, « Philippe Besnard, Études durkheimiennes | La sociologie durkheimienne : tradition et actualité, à Philippe Besnard in memoriam », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 1 | 2005, 128-130.

Référence électronique

Philippe Steiner, « Philippe Besnard, Études durkheimiennes | La sociologie durkheimienne : tradition et actualité, à Philippe Besnard in memoriam », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 1 | Janvier-Mars 2005, mis en ligne le 24 mai 2005, consulté le 17 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/25932

Haut de page

Auteur

Philippe Steiner

Iris, université Paris IX, place du Maréchal de Lattre de Tassigny, 75016 Paris, France
Philippe.Steiner[at]dauphine.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals