Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 47 - n° 1Comptes rendusOlivier Giraud, Fédéralisme et re...

Comptes rendus

Olivier Giraud, Fédéralisme et relations industrielles dans l’action publique en Allemagne : La formation professionnelle entre homogénéités et concurrences

L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », Paris, 2003 (284 p.)
Annick Kieffer
p. 134-136
Bibliographical reference

Olivier Giraud, Fédéralisme et relations industrielles dans l’action publique en Allemagne : La formation professionnelle entre homogénéités et concurrences, L’Harmattan, coll. « Logiques politiques », Paris, 2003, 284 p.

Full text

1Les performances du système de formation professionnelle allemand, notamment dans la gestion de la transition entre l’école et l’emploi, ont donné lieu à une abondante littérature depuis près d’un quart de siècle en France. Les auteurs s’accordent à attribuer ce succès au consensus dont il fait l’objet, autour notamment de la figure de l’ouvrier de métier, s’intéressant peu à ses modes de régulation. Olivier Giraud propose dans cet ouvrage une analyse des rapports entre les institutions et les partenaires impliqués dans l’organisation, la mise en œuvre et le contrôle de ce système qui complète les travaux menés jusqu’ici sur cette question.

2Pour O. Giraud, la régulation des relations entre la formation professionnelle et l’emploi résulte d’une coordination entre différentes catégories d’acteurs publics et privés qui ont des logiques et des intérêts divers, voire divergents. Cette coordination, pour fonctionner, doit obéir à une double condition : l’existence dans chaque segment du système de groupes d’acteurs organisés et leur reconnaissance mutuelle. Chaque groupe d’acteurs ne peut intervenir, être reconnu et légitimé que s’il jouit d’un monopole dans la représentation d’une catégorie, s’il est en capacité d’imposer une discipline non seulement à l’intérieur de l’organisation mais également à l’ensemble des membres de cette catégorie et enfin s’il montre sa capacité à dépasser son intérêt particulier et à faire preuve d’« impartialité ». La régulation de la formation professionnelle en Allemagne fournit à l’auteur une occasion de mettre à l’épreuve une théorie des modes de gouvernance par les intérêts organisés. Il n’y a donc pas une régulation mais des régulations selon les espaces (ou pour O. Giraud des arènes) dans lesquels se produisent les interactions entre les instances du domaine public (l’État fédéral et les Länder) et les organisations du secteur privé (patronales et syndicales), espaces définis dans des contextes historiques et socioéconomiques singuliers. C’est donc par le biais de la sociologie politique que l’auteur aborde cette question, loin de la comparaison de l’efficacité des différents modèles de formation plus souvent traitée. Pour O. Giraud, la structure fédérale allemande permet de multiplier les points d’accès des acteurs non publics à la régulation du système ; une part des fonctions qui relèvent dans d’autres pays des politiques publiques y est déléguée à des groupes d’intérêts organisés, élargissant les modes de régulation, ouvrant l’espace des opportunités de réformes et d’adaptations des institutions et rendant ainsi le changement social plus aisé. Il choisit deux Länder pour étudier de manière très détaillée la production des régulations : le Bade-Wurtemberg, Land anciennement industrialisé, qui bénéficie d’un taux de chômage modéré et où les activités tertiaires connaissent une forte croissance et la Saxe, Land de l’Est, également à forte tradition industrielle mais qui connaît depuis la réunification une crise avec un taux de chômage élevé.

3La genèse du système dual est marquée à la fin du xixe siècle par les tensions entre l’artisanat qui assurait traditionnellement la formation des apprentis et le patronat qui souhaitait attaquer ce monopole du contrôle de l’accès aux métiers. La puissance des organisations ouvrières contraint l’État bismarckien et les organisations patronales à s’entendre pour maintenir la primauté de la formation par l’artisanat. Parallèlement, des ingénieurs et des universitaires agissent pour ouvrir l’accès à l’éducation, mouvements qui aboutissent à la création d’écoles dans certains Länder malgré l’opposition des conservateurs, puis à la loi de 1920 qui instaure l’obligation pour tous les apprentis de suivre une formation générale scolaire, loi qui n’est véritablement appliquée qu’après la Seconde Guerre mondiale. Le système dual, tel que nous le connaissons, date donc de l’après-guerre. Le patronat est très divisé selon les secteurs, si celui de la machine-outil est à la pointe dans ce domaine car il fait appel à une main-d’œuvre très formée, d’autres secteurs répugnent à s’engager dans la formation, pour des considérations de coûts. Face à cette division patronale, les syndicats ouvriers (la DGB et en son sein IG-Metall) sont plus centralisés ; ils acquièrent leurs moyens d’intervention sur les questions de formation au travers des négociations salariales de branche et par l’intermédiaire des conseils d’entreprise créés en 1952. L’élévation des niveaux de qualification et l’homogénéisation de la formation sont pour eux un des éléments déterminants de la coordination des salaires dans les branches, ce qui nécessite l’unification des contenus de formation et le développement de la formation scolaire. Cet intérêt des organisations de salariés converge selon les époques avec celui du patronat qui voit dans la formation d’une main-d’œuvre qualifiée un moyen d’améliorer la production. Du point de vue des acteurs publics, l’espace est défini par la forme coopérative des relations entre le gouvernement fédéral et ceux des Länder, instaurée après la dernière guerre, qui définit précisément les champs de compétence des instances. Dans cet espace interviennent les partis politiques avec une opposition entre le SPD qui cherche à uniformiser la formation sur le territoire allemand comme moyen de réduire les inégalités (avec un soutien des syndicats de salariés, modéré toutefois par leur pragmatisme) et donc à limiter le champ d’intervention des Länder, et les conservateurs qui entendent au contraire élargir ces prérogatives. L’action de l’État fédéral a été orientée vers la standardisation des contenus et des cursus de formation dans les entreprises, les Länder gardant leur prérogative sur la partie scolaire de la formation professionnelle. Ceux-ci interviennent également en amont : selon les politiques scolaires appliquées par les Länder, les conditions d’articulation entre type de formation et filière d’éducation (le système éducatif allemand est segmenté) varient, et donc les modes de sélectivité des métiers de formation. L’auteur rejoint en ceci, sans aller toutefois aussi loin, le constat de Martin Baethge qui parle d’un système plus divisé (gespaltet) que coordonné entre les entreprises intervenant dans le cadre civil, et les écoles relevant du cadre public. Le fédéralisme allemand se caractérise donc par la recherche de compromis entre les différents groupes d’intérêt impliqués dans la formation, entre notamment les deux niveaux des instances publiques et les corporations reconnues. Il ne faut pas cependant, relève O. Giraud, surestimer (comme le fait Claus Offe par exemple) ces relations entre les corporations et l’État, du fait de l’autonomie des départements ministériels, de l’organisation sectorielle des acteurs du privé et des déséquilibres entre les acteurs, les syndicats n’étant que consultés.

4L’analyse détaillée des relations entre ces catégories d’acteurs dans deux Länder permet à l’auteur d’examiner les modes de construction des régulations et les modes d’intervention des groupes d’intérêt. Il met en évidence le rôle des orientations politiques. Les passages fréquents de l’élite des entreprises vers les instances du Land assurent au patronat une opportunité supplémentaire de se faire entendre. Ainsi le maintien à un niveau trop élevé de la scolarisation en Hauptschule (au détriment de l’école moyenne et du lycée) dans un Bade-Wurtemberg dominé par les conservateurs entrave le recrutement de jeunes pour des métiers de formation très qualifiés. Le choix du gouvernement du Land s’est porté sur l’adaptation des contenus des enseignements des Berufsschulen et la création d’établissements spécifiques qui délivrent des savoirs professionnels complémentaires ou assurent la partie scolaire de la formation des ingénieurs. Ces mesures ont permis aux acteurs publics d’intervenir dans la sphère privée de la formation et d’introduire une segmentation de la formation (malgré l’opposition patronale et syndicale). La Saxe a été amenée pour des raisons différentes (déclin industriel, tensions fortes entre offre et demande de places d’apprentissage, faiblesse de la Hauptschule dans un Land issu de l’ex-RDA où l’école était unifiée) à prendre des mesures proches au risque de marginaliser les jeunes issus d’une Hauptschule qui apparaît dès lors comme lieu de relégation. Les tensions se nouent autour du problème des coûts de formation, question qui permet à l’acteur public d’intervenir dans un domaine réservé depuis la réunification au secteur des entreprises. Cependant on peut s’étonner du choix de ces deux Länder. Les intérêts organisés se sont constitués de manière très exogène dans les Länder de l’Est, leurs dirigeants sont tous issus de l’Ouest. Leur mode d’intervention revêt dès lors une dimension politique autant que corporative en raison du contexte spécifique de la transition. Il eut sans doute été plus convaincant de prendre un autre exemple d’un Land de l’Ouest, moins conservateur par exemple (Brême ou le Hesse), et de traiter de manière spécifique la question des Länder de l’Est.

5On peut ne pas être convaincu par les vertus du système de régulation par les acteurs organisés à l’allemande et objecter à l’auteur que la crise que traverse le système dual pour la quatrième année consécutive (voir les deux derniers rapports sur la formation professionnelle du ministère fédéral de l’Éducation) révèle une difficulté des acteurs à surmonter les rigidités du système et à proposer des solutions. Le maintien, ou sa réintroduction dans l’Est, d’un système segmenté au niveau du premier cycle du secondaire témoigne de blocages liés sans doute en partie au fonctionnement du fédéralisme allemand et d’une difficulté à promouvoir des réformes en profondeur. Malgré ces réserves, on ne peut qu’inciter à lire cet excellent ouvrage, bien documenté, minutieux, animé d’un grand souci pédagogique. Il bat en brèche le supposé consensus sur la formation en montrant comment se forme la régulation du système au-delà de la divergence des intérêts, grâce à la multiplicité instituée des modes d’intervention des acteurs organisés, sans en masquer les limites.

Top of page

References

Bibliographical reference

Annick Kieffer, “Olivier Giraud, Fédéralisme et relations industrielles dans l’action publique en Allemagne : La formation professionnelle entre homogénéités et concurrences”Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 1 | 2005, 134-136.

Electronic reference

Annick Kieffer, “Olivier Giraud, Fédéralisme et relations industrielles dans l’action publique en Allemagne : La formation professionnelle entre homogénéités et concurrences”Sociologie du travail [Online], Vol. 47 - n° 1 | Janvier-Mars 2005, Online since 24 May 2005, connection on 19 May 2024. URL: http://journals.openedition.org/sdt/25959; DOI: https://doi.org/10.4000/sdt.25959

Top of page

About the author

Annick Kieffer

Lasmas, CNRS, 59–61, rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France
kieffer[at]iresco.fr

By this author

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search