Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pap Ndiaye, Du nylon et des bombes. Du Pont de Nemours, le marché et l’État américain, 1900–1970

Belin, coll. « Histoires et sociétés/Cultures américaines », Paris, 2001 (400 p.)
André Grelon
p. 137-139
Référence(s) :

Pap Ndiaye, Du nylon et des bombes. Du Pont de Nemours, le marché et l’État américain, 1900–1970, Belin, coll. « Histoires et sociétés/Cultures américaines », Paris, 2001, 400 p.

Texte intégral

1C’est l’histoire d’une grande entreprise industrielle, une des plus anciennes et des plus prestigieuses que comptent les États-Unis, la société Du Pont de Nemours, du nom de son fondateur, un jeune chimiste élève de Lavoisier, émigré avec son père, et qui ouvrit à l’instigation de Thomas Jefferson une fabrique de poudre noire en 1802. Fournissant régulièrement l’armée, notamment au moment de la guerre de Sécession, en poudre et explosifs, mais aussi les entreprises de travaux publics, la société a toujours su se saisir des innovations dans son domaine (poudre sans fumée, dynamite). Recevant d’importantes commandes des alliés pendant la Grande Guerre, Du Pont a engrangé des bénéfices considérables, ce qui lui a permis de mener à bien dans l’entre-deux-guerres, au prix d’une transformation interne drastique en départements décentralisés, une diversification dans les secteurs civils, même si elle conservait ses métiers de base. C’est ainsi qu’une de ses équipes de recherche a mis au point le nylon qui a connu dès sa sortie publique en 1939 un engouement extraordinaire de la part des consommateurs, ce qui permettra un remarquable essor de la compagnie dans les années 1950. Mais les compétences de ses ingénieurs dans le domaine de la chimie des hautes pressions vont aussi être exploitées par les militaires et les physiciens dans le cadre du projet Manhattan à partir de 1942 : peu connue, la contribution de Du Pont a pourtant été essentielle dans la fabrication de la bombe. Ce savoir-faire hautement spécialisé a conduit l’État américain à solliciter la firme durant toute la période de la guerre froide pour la fabrication en grandes quantités des bombes H. Du Pont est devenue un des éléments clés du complexe militaro-industriel, cependant qu’elle a continué d’innover dans la chimie des polymères avec la création de nombreux nouveaux produits hautement sophistiqués (orlon, lycra, dycril, téflon, etc.). À la fin des années 1970, devant la concurrence de nouveaux acteurs industriels, Du Pont a pris une nouvelle orientation stratégique en élargissant ses activités vers la biochimie et la pharmacie.

2Avec une matière aussi riche, Pap Ndiaye aurait pu construire une solide histoire institutionnelle classique, montrant la genèse et les étapes du développement de la firme et conduisant cette success story jusqu’à nos jours. Mais le propos de l’auteur est plus ambitieux : d’une part, il s’agit de contester un modèle internaliste fonctionnaliste de l’histoire des entreprises, selon lequel les événements se déroulent linéairement au fil des stratégies conçues et appliquées logiquement par des équipes dirigeantes, courant théorique influent dont le chef de file désigné est l’historien américain Alfred Chandler qui a lui-même écrit sur Du Pont de Nemours ; d’autre part, il est nécessaire de dépasser les travaux de microhistoire qui, s’ils ont permis de rompre avec la tentation d’un discours interprétatif unique en portant un regard en profondeur sur des terrains bien spécifiés, fractionnent indéfiniment le champ d’investigation et finissent par perdre toute vertu explicative. Pour rendre compte de la complexité du réel historique, P. Ndiaye propose donc une analyse articulée en trois niveaux. Au cœur de l’entreprise, il sélectionne un groupe professionnel, les ingénieurs chimistes qui, intégrant la firme à des postes modestes au début du siècle, finissent par aboutir à des fonctions de commandement, en ayant joué un rôle majeur dans les innovations de processus et de produits. Au niveau médian, il examine les transformations de Du Pont sur le plan industriel, mais aussi l’évolution de sa culture technique (originellement fondée sur des savoir-faire d’ouvriers professionnels dans un secteur de fabrication dangereux pour aboutir à l’affirmation d’applications scientifiques hautement élaborées dans le domaine physico-chimique), de sa culture politique (d’une hostilité ultraconservatrice envers l’État au moment du new deal à un partenariat obligé pour produire l’arsenal nucléaire) et de son rôle social dans l’avènement d’une consommation de masse. Enfin au niveau macrohistorique, il veut dégager les lignes de force des politiques économiques d’un État fédéral de plus en plus interventionniste en même temps qu’il vise à mettre en évidence l’émergence d’un nouveau paradigme politique avec la figure de l’expert, symbole d’une modernité scientifique sereine au service du progrès de l’homme, qui s’épanouit dans l’Amérique de l’après-guerre. Tenir réunies ces trois dimensions n’est pas toujours chose aisée dans l’écriture de l’ouvrage et le lecteur doit parfois les avoir en mémoire pour mettre en relation directe des exposés assez généraux sur l’économie politique américaine avec les options stratégiques de la firme, mais dans l’ensemble, le pari est bien tenu et la démonstration est faite de la pertinence heuristique d’une telle problématique.

3Le fil conducteur, c’est évidemment le groupe professionnel des ingénieurs chimistes (qu’en France, on désignerait sous le terme d’ingénieurs en génie chimique, étant donné la nature de leurs activités) dont le suivi de l’histoire particulière va structurer l’ensemble. Cette décision a des conséquences quant au choix de la période historique et à l’analyse de l’organisation interne de la firme. P. Ndiaye est amené à découper dans le long déroulement chronologique de la vie de l’entreprise une séquence de 70 ans correspondant au cycle de vie utile de cette communauté. Même s’il date le terme chemical engineer de 1839, il situe la genèse du groupe au début du xxe siècle. Il l’abandonne sept décennies plus tard au moment où la profession a perdu de son importance stratégique. Ensuite, en distinguant les ingénieurs chimistes comme protagonistes de cette épopée industrielle, il les met en opposition avec un groupe rival, celui des chimistes industriels (qui seraient en France l’équivalent des ingénieurs chimistes) qui va progressivement s’effacer au profit des premiers. Mais les autres catégories d’ingénieurs comme les mécaniciens ou les ingénieurs civils, historiquement importantes et dont le rôle doit être déterminant dans certaines des branches de cette firme si diversifiée, sont traitées en demi-teinte ou présentées comme mises au service du groupe leader, quand par exemple le département d’ingénierie est amené à construire l’usine de production du plutonium. Enfin, plutôt que de saisir l’ensemble du groupe dans son essor quantitatif et de montrer sa progression dans les strates des différents départements de l’entreprise, l’auteur suit au fil du temps un ensemble de quelques dizaines d’ingénieurs emblématiques qui, au long de leur carrière et grâce à leurs capacités scientifiques et leurs compétences entrepreneuriales, ont construit la profession, étape par étape, et fait de Du Pont une entreprise de pointe, leader sur les segments du marché qu’elle investissait. Ces partis pris sont judicieux en ce qu’ils permettent au lecteur d’appréhender des processus complexes en suivant un fil cohérent.

4P. Ndiaye offre un exposé magistral de sociologie d’un groupe professionnel moderne, c’est-à-dire inclus dans une grande organisation. Il montre comment la notion même d’ingénieur chimiste n’a pu s’élaborer que lorsque ces techniciens ont rompu avec les traditions de savoir-faire empiriques transmises des anciens aux nouveaux par des carnets d’observations et de recettes pour construire une discipline nouvelle, le génie chimique, fondée sur un concept nouveau, les opérations unitaires, en liaison avec le milieu universitaire. Il explique comment cette discipline n’a pas surgi ex abrupto mais qu’elle est le produit simultané de réflexions scientifiques, d’une prise de conscience de la nécessité de nouveaux cursus, et de demandes nées de problèmes insolubles de production de la part de l’entreprise pour élaborer un nouveau profil professionnel, et que les nouvelles questions surgies de l’application concrète de ces principes ont conduit les ingénieurs chimistes à en affermir la conceptualisation théorique par les mathématiques et par là même à renforcer leur statut scientifique et professionnel au sein de l’entreprise. En même temps se crée une association professionnelle, l’AIChE (American Institute of Chemical Engineers) qui s’attire les foudres de l’Association des chimistes et devra lutter de longues années pour être reconnue par les fédérations nationales d’ingénieurs comme une de leurs égales. C’est au moment où la première génération d’ingénieurs chimistes va quitter ses fonctions techniques pour endosser l’habit des gestionnaires et négocier avec l’État la participation de Du Pont au premier programme atomique qu’intervient la reconnaissance statistique et démographique nationale : pour la première fois, en 1940, le recensement officialise la profession d’ingénieur chimiste.

5Les groupes professionnels modernes naissent rarement comme des entités autonomes, à l’inverse des médecins et des juristes médiévaux exemplifiés par les sociologues classiques des professions : ils s’insèrent dans de grandes bureaucraties, dans des organisations complexes et tentaculaires, au point que tenter de cerner leurs activités et de repérer leurs fonctions peut être considéré comme une quête décourageante. S’adressant aux historiens de l’industrie, P. Ndiaye a voulu leur montrer qu’une voie féconde pour pénétrer l’histoire intime d’une firme consistait en l’examen d’un groupe professionnel. On peut reprendre la proposition en s’appuyant sur cette recherche exemplaire : pour comprendre un groupe professionnel « moderne », il faut non seulement en brosser l’évolution historique mais aussi inscrire celle-ci dans l’histoire des organisations où il œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Grelon, « Pap Ndiaye, Du nylon et des bombes. Du Pont de Nemours, le marché et l’État américain, 1900–1970 », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 1 | 2005, 137-139.

Référence électronique

André Grelon, « Pap Ndiaye, Du nylon et des bombes. Du Pont de Nemours, le marché et l’État américain, 1900–1970 », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 1 | Janvier-Mars 2005, mis en ligne le 24 mai 2005, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/25962

Haut de page

Auteur

André Grelon

Lasmas, CNRS, 59–61, rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France
grelon[at]iresco.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals