Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pepper D. Culpepper, Creating Cooperation – How States Develop Human Capital in Europe

Cornell University Press, Ithaca, 2003 (239 p.)
Olivier Giraud
p. 139-141
Référence(s) :

Pepper D. Culpepper, Creating Cooperation – How States Develop Human Capital in Europe, Cornell University Press, Ithaca, 2003, 239 p.

Texte intégral

1L’ouvrage « Creating Cooperation – How States Develop Human Capital in Europe » publié récemment par Pepper Culpepper propose une analyse comparée des conditions de succès de l’implantation en France et dans les nouveaux Länder allemands d’un système de formation professionnelle reposant sur l’investissement des entreprises dans la formation, proche du fameux système dual ouest-allemand. Le premier mérite de la recherche présentée dans cet ouvrage réside dans la qualité de la construction d’un cadre d’analyse qui résulte d’un processus de modélisation de la réalité. P. Culpepper considère les systèmes de formation en termes d’action collective et utilise à cet égard le concept de « coopération décentralisée » : les décisions de formation relèvent de firmes individuelles, qui, dans le contexte d’un bassin d’emploi, se lancent dans une forme de coopération en prenant simultanément la décision de former des jeunes. L’auteur anticipe sur les comportements de différents types d’entreprises est-allemandes et françaises par rapport à un système de formation de type système dual. Il en arrive à la conclusion que s’il n’y a que très peu de chances d’agir sur les positions des grandes entreprises — qu’elles soient acquises à l’investissement formation dans le cas allemand ou hostiles dans le cas français —, il est en revanche essentiel d’influer sur les positions des PME. À cet égard, la position des « waverers », ces entreprises indécises qui auraient tout à gagner d’un investissement dans la formation des jeunes mais hésitent en raison du risque lié au retour sur investissement, est essentielle. Les programmes publics en faveur de la formation doivent cibler cette population d’entreprises.

2Les études de cas retenues ont donné lieu à des enquêtes fouillées. En Allemagne, la Saxe connaît un succès : le gouvernement du Land organise la transformation de mesures simples de subventions à la formation en un dispositif qui permet la création d’alliances d’entreprises pour la formation réunissant autour d’une grande firme qui joue le rôle de leader, des PME pouvant partager les coûts de la formation. Cette mesure résulte d’une proposition faite conjointement au pouvoir politique par l’IG-Metall et l’association saxonne des employeurs de la métallurgie.

3L’efficacité du patronat est de ce point de vue l’élément déterminant dans la réussite saxonne et dans les échecs français. En France, en dépit des mesures prises tôt en région Rhône-Alpes en faveur d’une forte implication des entreprises et de leurs associations, l’échec s’explique par l’incapacité des associations patronales à produire de « l’information relationnelle ». Il s’agit pour l’auteur des informations qui touchent aux obstacles ou au contraire aux incitations qui permettraient aux entreprises de s’investir dans la formation.

4Seule réussite française, la fameuse vallée de l’Arve (en Haute-Savoie), spécialisée dans le décolletage. Une association patronale sectorielle mais ancrée dans le territoire a su orienter l’utilisation des subventions publiques à la formation vers la création d’un centre de formation et la mise à disposition des informations qui permettent de réduire l’incertitude des entreprises. La forte spécificité de la vallée de l’Arve et les caractéristiques d’une région emblématique des districts industriels n’est pas abordée sur le fond par l’auteur. En revanche, ses conclusions sur la France contredisent à la fois les travaux issus des variétés du capitalisme concluant au rôle positif des grandes entreprises du pays (Hancké, 2001) et ceux de Jonah Levy (Levy, 1999) qui mettent en valeur l’œuvre modernisatrice de l’État.

5Dans un dernier chapitre, P. Culpepper confronte ses conclusions avec un certain nombre de courants dominants de la science politique et de la sociologie économique américaines. Il réfute notamment la position des « constructivistes » centrée sur la notion de délibération et selon laquelle les intérêts des acteurs sont cosubstantiels de leurs positions discursives — travaux en terme de délibération (Sabel, 1994). De la même façon, il prend ses distances avec les travaux, trop rationalistes à son sens, des variétés du capitalisme (Hall et Soskice, 2002) ou encore avec ceux, très influents aux États-Unis, d’Elinor Ostrom (Ostrom, 1990) qui focalisent l’attention sur les sanctions qui poussent les acteurs à adapter leur comportement.

6L’approche proposée par P. Culpepper présente une identité spécifique dans la mesure où il ancre l’analyse des conditions de la coopération décentralisée dans la dimension de l’information et notamment, de l’information relationnelle. Il insiste alors sur la capacité des associations, comme forme de gouvernance par les intérêts privés, à rendre disponibles des informations pertinentes, fondement de la coopération décentralisée.

7Si les critiques du constructivisme et des approches des choix rationnels formulées par l’auteur sont intéressantes, ses propres propositions théoriques ne sont pas suffisamment élaborées à ce stade. La dimension comparative apparaît comme le véritable point faible de l’ouvrage. Alors que pour P. Culpepper la France et l’Allemagne de l’Est ont repris le modèle Ouest-allemand de formation professionnelle, il aurait été utile de consacrer une réflexion à la question du transfert institutionnel et sans doute, de réfléchir aux conditions de la comparaison entre ces deux cas.

8Cet ouvrage reste cependant une lecture stimulante qui manifeste la pertinence des cadres d’analyse issus de la « political economy » américaine, notamment lorsqu’ils sont appliqués à des enquêtes qualitatives particulièrement riches.

Haut de page

Bibliographie

Hall, P.A., Soskice, D., 2002. Les variétés du capitalisme. L’Année de la régulation 2002, 1–67.

Hancké, B., 2001. Revisiting the French Model: Coordination and Restructuring in French Industry. In: Hall, P.A., Soskice, D. (Eds.), Varieties of Capitalism – The Institutional Foundations of Comparative Advantage. Oxford University Press, Oxford, pp. 307–334.

Levy, J.D., 1999. Tocqueville’s Revenge: State, Society, and Economy in Contemporary France. Harvard University Press, Cambridge.

Ostrom, E., 1990. Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action. Cambridge University Press, New York.

Sabel, C.F., 1994. Learning by Monitoring: the Institutions of Economic Development. In: Smelser, N.J., Swedberg, R. (Eds.), The Handbook of Economic Sociology. Princeton University Press, Princeton, pp. 137– 165.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Giraud, « Pepper D. Culpepper, Creating Cooperation – How States Develop Human Capital in Europe », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 1 | 2005, 139-141.

Référence électronique

Olivier Giraud, « Pepper D. Culpepper, Creating Cooperation – How States Develop Human Capital in Europe », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 1 | Janvier-Mars 2005, mis en ligne le 24 mai 2005, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/25980

Haut de page

Auteur

Olivier Giraud

Centre universitaire de recherches administratives et politiques de Picardie (Curapp), UMR 2716, CNRS, Pôle Cathédrale, BP 2716, 80027 Amiens cedex, France
olivier.giraud[at]u-picardie.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals