Navigation – Plan du site
Prix du jeune auteur

Un bureau derrière les barreaux. Travail relationnel et pouvoir discrétionnaire dans les audiences pénitentiaires

Premier prix
An Office Behind Bars: Relational Work and Discretionary Power in Prison Hearings
Corentin Durand

Résumés

La sociologie carcérale a documenté la place centrale des négociations informelles et interpersonnelles entre prisonniers et surveillants pénitentiaires, dans une institution de contrainte largement bureaucratisée. Cet article entend enrichir la compréhension de la place de la communication en prison en rendant compte des échanges entre prisonniers et une catégorie peu étudiée des professionnels, l’encadrement pénitentiaire de proximité. Contrairement aux agents de première ligne, ces « gradés » pénitentiaires détiennent un pouvoir largement discrétionnaire sur les enjeux quotidiens de la vie en détention. En étudiant plus particulièrement les « audiences », entretiens interpersonnels en face à face, l’analyse souligne le travail relationnel réciproque qui s’y déploie. Au-delà de simples transactions ponctuelles, l’audience autorise l’instauration d’une coopération fragile et asymétrique entre acteurs a priori antagonistes. Elle stabilise ainsi des attentes relationnelles qui contribuent à redéfinir la nature de la contrainte institutionnelle et des répertoires d’action des acteurs de la détention. Par l’investissement relationnel du pouvoir discrétionnaire à l’audience, le pouvoir carcéral s’hybride, articulant dépendance personnelle et normes bureaucratiques, obligations morales et formalisme légal. L’étude des audiences pénitentiaires invite ainsi à penser la place et les modalités d’un réinvestissement institutionnel du travail relationnel par les agents intermédiaires, souvent réduits à leur rôle dans la traduction entre la conception et l’application de réformes institutionnelles.

Haut de page

Notes de la rédaction

Premier manuscrit reçu le 3 octobre 2017 ; article accepté le 14 mars 2018.

Notes de l’auteur

Des versions de ce texte ont bénéficié de lectures de Julie Blanck, Nicolas Dodier, Camille Herlin-Giret, Liora Israël, Léonore Le Caisne, Gwenaëlle Rot, ainsi que des relecteurs et relectrices de la revue Sociologie du travail et du jury du Prix du jeune auteur. Je les remercie pour leurs remarques et leurs conseils. Merci également à Anne Bertrand pour sa relecture attentive.

Texte intégral

  • 1 On a préféré le terme de « prisonnier » à la formule administrative « personne détenue », à la déno (...)

1Dans une petite salle dont les fenêtres trop hautes ne laissent passer qu’un faible jour, deux hommes sont assis. Le mobilier est sommaire : une table, deux chaises — plus une pour l’observateur qui se tient en retrait —, un ordinateur et un téléphone. L’homme installé derrière le bureau porte un uniforme d’officier pénitentiaire. Celui qui s’assied en face de lui est un homme d’une trentaine d’années, incarcéré depuis près de deux mois dans l’établissement. Il a été convoqué pour se voir proposer un poste dans l’atelier de la prison, travail qu’il avait sollicité dès son arrivée. Dès les salutations, le ton de l’entretien est cordial. Après avoir remercié l’officier de l’avoir sélectionné, le prisonnier enchaîne sur « trois petits problèmes »1. Sa femme pourra-t-elle venir le voir au parloir avec une poussette ? Est-il possible de fixer un petit étendoir à linge sur le mur de sa cellule ? Le ton reste jovial lorsqu’il lance : « Eh bien devinez ce que je dois manger ! » et qu’il poursuit pour se plaindre d’avoir reçu au dîner une barquette avec du poisson alors qu’il y est allergique. À chaque fois, son interlocuteur fait des réponses brèves : les poussettes ne sont pas autorisées, la demande de fixation doit être formulée auprès du surveillant d’étage et la cuisine fonctionnera à nouveau normalement à partir du surlendemain. Le prisonnier acquiesce, remercie l’officier et sort. L’échange a duré moins de cinq minutes.

  • 2 On retrouve également ce terme dans les courriers des prisonniers ou lors de conversations, bien qu (...)

2C’est là l’un des nombreux entretiens qui rythment le quotidien des prisons françaises, et que les personnels appellent des « audiences »2. Derrière les portes closes d’un bureau, se trouvent brièvement en présence un prisonnier et un responsable pénitentiaire. Y sont discutés des sujets aussi divers que cruciaux pour la vie carcérale : le placement en cellule, l’achat par correspondance et la circulation d’objets variés, la prolongation exceptionnelle des horaires de visite, l’accès aux activités et au travail, ou encore les perspectives de transfert ou d’aménagement de peine. De tels échanges ne sont pas seulement informatifs. On y formule des demandes, des plaintes, on y cherche des compromis. C’est le lieu d’une négociation asymétrique mais bien réelle du quotidien carcéral, d’une confrontation inscrite dans le fonctionnement normal de la détention, par opposition à des formes de revendications plus exceptionnelles ou plus violentes, d’une forme de communication dont les responsables pénitentiaires soulignent fréquemment l’importance pour limiter et gérer les désordres de la détention.

3Modalité parmi d’autres de la communication entre prisonniers et professionnels pénitentiaires, l’audience interroge tout particulièrement l’économie des pouvoirs de la prison contemporaine. En effet, depuis la seconde moitié du vingtième siècle, de nombreux travaux se sont attachés à décrire, dans plusieurs pays, les mutations du pouvoir pénitentiaire, depuis des formes personnalisées et arbitraires vers des formes bureaucratisées et légales (Jacobs, 1977 ; Feeley et Swearingen, 2004). En Angleterre, Ben Crewe (2009) documente ainsi l’avènement, au tournant des années 1990, d’un pouvoir pénitentiaire formel, impersonnel, distant et différé, que prisonniers et professionnels pénitentiaires opposent en entretien au pouvoir immédiat, direct et personnifié qui prévalait au moins depuis les années 1970. Sous l’influence croisée de réformes inspirées du nouveau management public (Froment et Kaluszynski, 2011) et de l’ingérence croissante d’autorités judiciaires et administratives (Ferran, 2015), la gestion quotidienne des établissements pénitentiaires français a également fait l’objet d’une formalisation progressive, marquée notamment par l’adoption de procédures écrites et de référentiels juridiques (Cliquennois, 2013).

4La persistance de relations interpersonnelles au sein d’organisations rationnalisées et formalisées ne doit cependant pas nous étonner. La sociologie des organisations a en effet montré l’importance des négociations personnalisées dans le fonctionnement des organisations bureaucratiques (Blau, 1955). La sociologie carcérale lui a d’ailleurs emboîté le pas, soulignant comment l’ordre d’une institution structurée par l’opposition entre les prisonniers et leurs gardiens ne pouvait être assuré par de seules ressources coercitives (Sykes, 2007 [1958]). Le fonctionnement de la détention s’appuie au quotidien sur les communications et les négociations entre prisonniers et professionnels pénitentiaires (Rostaing, 1997 ; Liebling, 2000 ; Vacheret, 2002 ; Crewe, 2011). Jusqu’à récemment, néanmoins, la seule relation entre surveillants et prisonniers a accaparé l’attention des chercheurs. Dans la lignée des travaux de Michael Lipsky (1980), il s’agissait de décrire la manière dont les agents de première ligne participent au fonctionnement d’organisations bureaucratiques et modulent l’application de réformes institutionnelles.

  • 3 Décret n°2006-441 du 14 avril 2006 portant statut particulier des corps du personnel de surveillanc (...)
  • 4 Sur la base du service d’information des ressources humaines de l’administration pénitentiaire, Flo (...)

5Rendre compte des audiences pénitentiaires opère ici un déplacement du regard depuis les premières lignes vers celles plus reculées de l’encadrement pénitentiaire de proximité. Peu étudiés jusqu’à présent, ces personnels ont vu leur rôle se développer conjointement à la bureaucratisation et à la formalisation du fonctionnement de leur administration, selon une logique déjà identifiée dans d’autres secteurs (Page et Jenkins, 2005). Cette affirmation a été sanctionnée en 2006 par la création d’un « corps de commandement du personnel de surveillance »3. Dans cet article, on s’attachera cependant moins à cette catégorie administrative qu’à celle, indigène, de « gradés » ou de « chefs », laquelle désigne les personnels d’encadrement en charge du fonctionnement quotidien de la détention. Elle peut ainsi englober aussi bien des membres du corps de commandement (catégorie B) que les plus gradés des personnels de surveillance et d’encadrement (catégorie C)4. Intermédiaires, les gradés pénitentiaires le sont d’abord par leur grade, qui en fait les supérieurs hiérarchiques des surveillants mais les place sous l’autorité des directeurs. Ils le sont aussi par leur fonction, qui articule une gestion bureaucratique des établissements et une gestion relationnelle de la détention.

6L’attention renouvelée portée à l’encadrement intermédiaire (Barrier et al., 2015) s’est jusqu’à présent essentiellement attachée à leur rôle dans la traduction et la mise en œuvre de réformes organisationnelles, ou à leur position hiérarchique tiraillée entre leur relation avec leurs superviseurs et celle avec leurs supervisés (Larminat, 2015). De manière complémentaire, l’analyse des audiences pénitentiaires permet d’éclairer une dimension peu étudiée de leur activité : le travail relationnel spécifique réalisé par l’encadrement pénitentiaire de proximité. Au sein d’un environnement conflictuel et marqué par l’incertitude, ce travail recouvre, comme l’a montré l’étude des relations de service et de soins (Weller, 2002 ; Avril, 2014), la sélection des participants à l’échange, la définition réciproque des rôles qu’ils y assument, la construction d’un langage commun et de supports normatifs partagés, et enfin la stabilisation progressive et l’inscription dans la durée d’attentes relationnelles réciproques (Gouldner, 1960). En effet, si l’encadrement intermédiaire a parfois été caractérisé par son absence de contact avec les publics, l’audience place des prisonniers et des responsables pénitentiaires en relation directe. Elle permet ainsi la construction et la stabilisation de relations interpersonnelles. Ces communications sont d’une nature sensiblement différente de celles qui se nouent avec les surveillants. Alors que les marges de négociation des professionnels de surveillance se situent essentiellement dans les interstices ou à rebours des règles officielles (Chauvenet et al., 1994), le travail relationnel des gradés s’appuie sur leur pouvoir discrétionnaire, c’est-à-dire sur un pouvoir d’appréciation personnel garanti et limité par un cadre légal. L’audience n’est pas une entorse au fonctionnement formel des établissements pénitentiaires, c’est un dispositif institutionnel de réinvestissement du travail relationnel personnalisé. La spécificité de cet espace de communication, partiellement soustrait au reste de la détention, participe, par un travail relationnel réciproque, à la constitution d’une économie composite des pouvoirs en détention : coopérative et conflictuelle, personnelle et bureaucratique, arbitraire et légale. Ainsi, l’audience individualise des contraintes générales, personnalise des normes impersonnelles, rend concret et immédiat un pouvoir distant et lointain. Symétriquement, le travail relationnel qui s’y déploie redéfinit le répertoire d’action des prisonniers et des professionnels, en l’indexant aux obligations morales réciproques de relations personnalisées. L’audience apparaît ainsi comme un point d’observation privilégié des transformations contemporaines du pouvoir pénitentiaire.

  • 5 Le nom des établissements ainsi que les patronymes des acteurs ont été anonymisés.

7Saisir la spécificité des communications qui se déploient dans les audiences a nécessité une enquête attentive à la pluralité des formats et des contenus des échanges entre prisonniers et professionnels pénitentiaires. Cet article s’appuie sur des observations de deux à trois mois dans deux établissements pénitentiaires français, choisis pour décliner un certain nombre des oppositions qui structurent le parc pénitentiaire : le centre de détention de Marignu en 2014 et la maison d’arrêt de Tormeilles en 20155. Le centre de détention de Marignu accueille environ 300 hommes condamnés à de longues peines (supérieures à 10 ans pour deux tiers d’entre elles), mais souvent relativement proches de la libération. Malgré ses locaux vétustes, prisonniers comme professionnels le présentent comme un établissement calme, de taille modeste. La maison d’arrêt de Tormeilles, ouverte dans les années 2010, a une capacité de 570 places, mais est sur-occupée à près de 120 %. L’établissement comprend un quartier pour femmes d’une quarantaine de places. Maison d’arrêt, il accueille des personnes en attente de jugement, condamnées à de courtes peines ou en attente de transfert. La population y est plus jeune qu’au centre de détention de Marignu. Les durées d’incarcération sont en moyenne de quelques mois.

8Dans chacun des établissements, j’ai réalisé des entretiens semi-directifs ou informels avec des prisonniers (nombre total = 40) et des personnels pénitentiaires (n = 58). J’ai également observé directement les audiences des gradés (n = 58 à la maison d’arrêt de Tormeilles, n = 69 au centre de détention de Marignu). Sans possibilité d’enregistrer, j’ai néanmoins pu prendre des notes pendant les audiences. Assis en retrait, le plus souvent hors du champ visuel immédiat des protagonistes, j’ai cependant dû à plusieurs reprises marquer ostensiblement l’arrêt de la prise de notes, par exemple face à la détresse émotionnelle d’un prisonnier, ou lorsque des informations sensibles étaient divulguées. Même incomplète, la transcription du contenu des échanges à l’audience marque l’une des originalités de cette contribution. En effet, les études précédentes de l’ordre communicationnel de la détention se sont principalement appuyées sur des entretiens, mettant au jour l’importance que prisonniers et professionnels accordaient à ces contacts du quotidien, mais sans investigation directe de leur contenu.

9L’analyse de ce matériau permettra dans un premier temps de décrire la singularité des caractéristiques qui rendent possibles et structurent les échanges en audiences, notamment par rapport à d’autres espaces de communication entre prisonniers et professionnels pénitentiaires (1). On rendra ensuite compte des modalités du travail relationnel réciproque qui s’y déploie (2). Enfin, l’analyse portera sur le rôle de l’audience dans l’économie générale des relations de pouvoir en détention (3).

1. L’audience, espace de négociation sous contraintes

10Les audiences sont des entretiens en face à face entre un prisonnier et un responsable pénitentiaire. Elles se déroulent dans des conditions matérielles relativement stables, qui en font, après les correspondances écrites, l’un des formats de communication les plus familiers de l’univers carcéral. Il s’agit ainsi de décrire les contraintes spécifiques qui structurent le contenu des échanges et les modalités d’engagement des protagonistes.

1.1. Un format de communication interpersonnel et asymétrique

11La spatialité des audiences structure les communications qui s’y déploient. Elles ont lieu, en effet, dans un bureau que ses portes closes séparent du reste de la détention. Cet espace à part, ordinairement abrité des regards, soustrait le contenu des échanges à l’observation du reste des acteurs de la détention. De ce fait, il autorise un relâchement de l’opposition structurelle entre prisonniers et professionnels pénitentiaires et une transformation des rôles que celle-ci impose dans les espaces communs de la détention. Dans cet espace, peut ainsi être échangée une ressource rare et précieuse en détention, l’information : un officier évoque à mots couverts le transfert prochain d’un prisonnier qui perturbe un étage, un prisonnier expérimenté critique le pointillisme d’un surveillant-stagiaire, une « balance » dénonce les trafics d’un codétenu.

12Par ailleurs, la localisation des audiences place l’échange sur le territoire de l’administration pénitentiaire. « C’est psychologique, m’explique un officier de la maison d’arrêt de Tormeilles. Dans le bureau de l’encadrement, c’est sacré. C’est là que les décisions se prennent : c’est oui, c’est non. Dans leur cellule, c’est plus sur leur territoire ; le rapport de force, il est presque inversé ». Ce cadrage est d’ailleurs redoublé par la position des participants dans l’espace. Même lorsque le dépouillement du lieu en symétrise fonctionnellement les côtés, le gradé s’assied systématiquement « derrière » le bureau, c’est-à-dire le plus loin de la porte, quand les prisonniers choisissent invariablement la chaise dos à la porte. L’audience est un face-à-face où celui qui détient une autorité reçoit son interlocuteur.

  • 6 Ces derniers réalisent, selon mes observations, entre 10 et 15 audiences quotidiennes.

13La temporalité des audiences permet également de préciser la forme spécifique de communication qui s’y déploie. Tout d’abord, contrairement aux contacts quotidiens et réguliers avec les professionnels de surveillance, les audiences sont des situations relativement rares et sans régularité. Même si elles occupent une large part des journées des gradés, en particulier de ceux qui ont la charge des zones où résident ou travaillent les prisonniers6, cette activité reste marginale au regard de la population totale des établissements, d’autant plus que certains prisonniers sont reçus plus fréquemment que d’autres.

  • 7 Sur les 69 audiences observées au centre de détention de Marignu, seulement 13 avaient fait l’objet (...)

14Cette rareté des audiences se décline selon des modalités d’accès spécifiques à chacun des établissements. À la maison d’arrêt de Tormeilles, la fermeture systématique des portes des cellules oblige les prisonniers à être préalablement convoqués pour se rendre en audience. Ce sont donc les gradés eux-mêmes qui déterminent le rythme de ces échanges avec les prisonniers. L’analyse des courriers adressés aux responsables de bâtiment pendant un mois (septembre 2015, n = 616) montre que les demandes d’audience occupent une large place des sollicitations écrites. Elles sont souvent répétées, assorties de supplications ou de menaces, marquant ainsi l’importance de l’enjeu d’être reçu en audience. Au centre de détention de Marignu, en revanche, les prisonniers peuvent, pendant les horaires d’ouverture des cellules, se rendre de leur propre chef dans les bureaux où se déroulent les audiences. Chaque jour, en début d’après-midi, des files se forment devant les portes des bureaux où les prisonniers entrent l’un après l’autre. La plupart des audiences sont alors spontanées7. La régulation de la fréquence acceptable des audiences est alors largement intériorisée par les prisonniers, dont plusieurs m’expliquent en entretien qu’« il ne faut pas les harceler non plus, parce que c’est pas bon. Il faut trouver le bon équilibre ». Si l’on multiplie les demandes, « on passe pour un casse-pieds ». Les audiences sont donc, malgré de fortes disparités entre prisonniers, des situations relativement exceptionnelles de communication avec des gradés. Elles le sont cependant moins qu’avec le personnel de direction, qui se rend au maximum une fois par semaine en détention pour y faire des audiences.

15Seconde caractéristique temporelle des audiences, leur relative brièveté. D’une durée moyenne de quelques minutes, elles ne dépassent qu’exceptionnellement la dizaine de minutes. Au centre de détention de Marignu, la file d’attente à l’extérieur permet d’objectiver cette norme : au-delà de cinq minutes, il est presque systématique qu’on entende des exclamations ou des coups sur la porte. Ces contraintes temporelles ont des conséquences directes sur la communication elle-même, comme me l’a fait remarquer un prisonnier du centre de détention à l’issue d’une brève conversation, où il a, à son habitude, parlé vite, presque sans laisser de respiration entre les mots. Après quelques minutes, se levant pour sortir, il me remercie de l’avoir écouté avant d’ajouter d’un air d’excuse : « J’ai tendance à parler très vite parce qu’on voit les gens peu de temps… la prison développe ça, aussi ».

16Par leur inscription spatiale et temporelle, les audiences délimitent ainsi un espace de communication spécifique au sein de l’univers carcéral, irréductible aux correspondances par courrier, aux discussions de couloir ou à la tenue de commissions plus formelles. Dans un espace clos, en partie protégé du reste de la détention, se déploient des interactions brèves, relativement exceptionnelles, entre deux personnes : un prisonnier et un responsable pénitentiaire. Ce sont alors les conditions de possibilité de cette rencontre qui interrogent. Comment, dans un contexte de clivage structurel entre prisonniers et personnels pénitentiaires, de tels échanges personnalisés peuvent-ils intervenir ?

1.2. Au-delà d’un clivage structurel : un dispositif d’intéressement

17L’audience se présente d’emblée comme un espace en tension : elle réunit des personnes séparées par un « conflit de base » (Clemmer, 1958 [1940], p. 186), qui se traduit notamment par une typification dévalorisante réciproque et une injonction à ne pas coopérer avec l’autre groupe (Le Caisne, 2000). Par la communication interpersonnelle qu’elle rend possible, l’audience apparaît alors comme une transgression. Ainsi, un prisonnier se plaint auprès d’un gradé d’avoir été appelé par son nom « pour voir le chef » en pleine cour de promenade. Il demande que dorénavant seul son numéro d’écrou soit mentionné, pour éviter d’être stigmatisé par les autres détenus. Il est d’ailleurs fréquent, dans les conversations entre les prisonniers, que ceux-ci revendiquent et valorisent le fait de ne jamais solliciter d’audiences. Celles-ci seraient le signe d’une faiblesse (« aller pleurnicher chez le chef ») et charrient la suspicion d’une trahison. Du côté des gradés pénitentiaires, les discours se font également facilement méprisants lorsqu’ils évoquent, en entretien ou dans des conversations entre eux, le contenu des audiences et les motivations de ceux qui les sollicitent. Ils y décrivent des demandes foisonnantes par leur nombre, relativement insignifiantes dans leur contenu, émanant essentiellement de détenus puérils, intolérants à la frustration ou malintentionnés.

18Pourtant, seules 17 des 58 audiences observées à la maison d’arrêt de Tormeilles et 7 des 69 audiences observées au centre de détention de Marignu s’inscrivent dans le cadre de procédures standardisées et contraignantes — accueil d’un nouvel arrivant, suivi d’une mesure de sécurité, etc. Les audiences résultent en effet moins du pouvoir de contrainte de l’institution, tel qu’il s’actualise par exemple dans les comparutions en commissions de discipline, que d’un « dispositif d’enrôlement ». Après Michel Callon, on désigne par là un ensemble de négociations, de manipulations et de coercitions qui visent à « intéresser » des acteurs, c’est-à-dire à leur fournir des raisons d’accepter de nouveaux rôles (Callon, 1986, p. 190). Dans les audiences carcérales, l’enrôlement est réciproque et s’appuie sur une série de transactions : du côté des prisonniers par la formulation de requêtes et la négociation de leurs conditions de détention, du côté des gradés pénitentiaires par la collecte d’informations et la prévention de risques d’incidents. Cette dynamique se retrouve d’ailleurs le plus souvent dans les audiences contraintes.

  • 8 L’affectation en cellule est ainsi évoquée dans 24 des 58 audiences observées à la maison d’arrêt d (...)

19En effet, dans le contexte des privations de l’enfermement (Sykes, 2007 [1958]), la plupart des audiences sont sollicitées par les prisonniers eux-mêmes, pour formuler des demandes relatives à leur prise en charge. Comme le résume à mon attention un surveillant : « s’ils veulent un truc, il faut qu’ils fassent une demande ». Les audiences sont sollicitées parce que les gradés sont les seuls à pouvoir modifier, interdire ou autoriser certains aspects essentiels de la vie en détention. La formalisation du fonctionnement des établissements a en effet progressivement dépossédé les surveillants de tout pouvoir décisionnel formel, au profit des personnels d’encadrement. « Les requêtes, c’est pas nous, c’est les chefs ! », tranche un surveillant à la maison d’arrêt de Tormeilles. Comme me l’explique un prisonnier de cette maison d’arrêt, le surveillant est alors « l’intermédiaire entre le chef et le détenu » : il apporte de premières réponses orales, oriente les sollicitations et appuie occasionnellement des demandes adressées par courrier. Ce travail reste cependant largement informel, voire clandestin, quand les échanges avec les gradés pénitentiaires sont adossés à un pouvoir décisionnel largement discrétionnaire. En effet, les prescriptions administratives confèrent une marge d’appréciation importante aux responsables pénitentiaires. C’est notamment le cas pour les changements de cellule, les autorisations de circulation d’objets entre l’intérieur et l’extérieur de la prison, les classements au travail et à des activités, ou encore l’octroi d’horaires de parloir plus longs8. La mise en jeu de ce pouvoir discrétionnaire à l’audience place ainsi les prisonniers dans une situation de négociation directe sur des enjeux souvent prosaïques mais essentiels à la vie et parfois à la survie en détention. Pourquoi l’administration pénitentiaire accepte-t-elle que la gestion quotidienne de la détention donne lieu à de telles négociations ?

20Alors qu’ils ironisent sur le contenu des sollicitations, les gradés valorisent le temps qu’ils passent au contact direct de la population carcérale, regrettant parfois de ne pouvoir davantage s’y consacrer et soulignant l’importance d’apporter une réponse aux sollicitations qu’ils reçoivent. Dans ces discours, le traitement des requêtes est directement lié à la prévention et à la gestion des désordres en détention. « Les audiences ça sert aussi à rajuster tout ça. Si on ignorait tout, ça créerait des problèmes… », m’explique un officier de la maison d’arrêt de Tormeilles, alors que sort de son bureau un jeune prisonnier auquel il vient de confirmer son inscription à une formation. Il ajoute sentencieusement : « Ici, un grain de poussière devient rapidement une montagne ».

21Au cours d’entretiens ou de conversations informelles, les responsables pénitentiaires ont tous souligné l’importance des audiences pour limiter et gérer les désordres de la détention. Ce travail de prévention est particulièrement visible le vendredi après-midi à la maison d’arrêt de Tormeilles. Anticipant l’absence des gradés pendant le week-end, les prisonniers multiplient les demandes, notamment de changement de cellule. En cas de mauvaise entente en cellule, il faudrait sinon attendre plus de deux jours avant de pouvoir espérer mettre fin à cette promiscuité. De leur côté, les responsables tentent de limiter les situations qui pourraient poser problème pendant le week-end, nécessitant l’intervention de l’officier de permanence. Pendant la journée, ils enchaînent alors les audiences. « Bon, c’est désamorcé pour ce qui était un peu énervé », conclut d’un air satisfait un des gradés du bâtiment après une série d’audiences. Ainsi, les prisonniers qui — par leur profil pénal, leurs antécédents disciplinaires ou leur affiliation à une mouvance criminelle — ont été identifiés comme problématiques font plus souvent l’objet d’un suivi régulier, avec des audiences plus longues et plus fréquentes. Au contraire, dans les entretiens réalisés avec des prisonniers qui s’y décrivent comme « sans histoire », il est fréquent que l’unique rencontre avec les gradés ait eu lieu au moment de l’arrivée dans le bâtiment, soit qu’aucune autre n’ait été sollicitée, soit que les demandes n’aient pas eu de réponse positive. La fréquence des audiences s’inscrit ainsi dans une gestion différenciée des risques individuels.

22L’appréhension de ces risques ne se décline pourtant pas sur le seul registre des débordements violents. La vulnérabilité des prisonniers fait également l’objet d’une attention particulière, principalement indexée sur la crainte du suicide (Cliquennois et Chantraine, 2009). Un surveillant passe ainsi dans le bureau des responsables de l’un des bâtiments de la maison d’arrêt de Tormeilles et évoque la situation d’un prisonnier de son étage qui « ce matin était assis en mode suicide. Il ne parle plus, y a plus rien qui sort ». L’officier du bâtiment approuve immédiatement : « Il a fait des courriers. Il faut absolument qu’on le voie ». Dans un contexte de forte incertitude et où la circulation de l’information est entravée par le clivage institutionnel entre gardiens et gardés, le désengagement des prisonniers porte avec lui le risque d’ignorer des situations graves. La crainte du suicide est une raison récurrente d’invitations à solliciter des audiences. À un homme d’une cinquantaine d’années, effondré par son incarcération et apeuré par la violence de la détention, les deux responsables d’un bâtiment de la maison d’arrêt de Tormeilles multiplient pendant de longues minutes des remarques rassurantes. L’un d’eux ajoute à plusieurs reprises : « venez nous voir s’il y a le moindre problème, n’hésitez pas. Avant de faire une bêtise ».

  • 9 Pendant le mois de septembre 2015, les près de 700 prisonniers de la maison d’arrêt de Tormeilles o (...)

23Articulée autour de la formulation et du traitement de doléances, l’audience apparaît ainsi comme un dispositif d’enrôlement réciproque d’acteurs aux intérêts divergents, voire contradictoires : pour les prisonniers, capter provisoirement le pouvoir décisionnel des gradés pénitentiaires ; pour ces derniers, fluidifier la gestion de la détention. La place centrale des audiences dans la gestion quotidienne de la détention n’en reste cependant pas moins étonnante. En effet, aucune des décisions qui y sont prises ne nécessite formellement un entretien individuel. La plupart d’entre elles sont d’ailleurs traitées par les gradés à partir de simples sollicitations écrites, lesquelles constituent leur mode le plus fréquent de communication avec les prisonniers9. L’analyse du contenu des audiences carcérales peut alors permettre de comprendre la place que jouent de telles négociations directes et peu formalisées dans une organisation bureaucratique et contraignante. En effet, si le traitement des doléances en audience permet un ajustement plus rapide, et autorise la circulation d’information directe, c’est avant tout le type de relation qui s’y joue qui diffère des relations écrites et indirectes : une relation personnalisée, inscrite dans la durée de l’incarcération.

2. Le travail relationnel à l’audience

24À la suite de l’intérêt pour les « adaptations secondaires » (Goffman, 1968), plusieurs études ont noté la diversité des attitudes individuelles de prisonniers confrontés à l’univers carcéral. Corinne Rostaing (1997) décrit ainsi comment, à l’intersection de rapports à l’incarcération et de logiques professionnelles, se déclinent individuellement des relations de conflit, d’évitement, de négociation, de rappel à la norme ou de personnalisation. Si l’observation des audiences permet d’identifier de telles différenciations individuelles, c’est avant tout l’enchevêtrement de ces dynamiques qui retiendra ici notre attention. On s’attachera moins à caractériser des relations stabilisées qu’à décrire la manière dont leurs protagonistes les initient, les définissent et les inscrivent dans la durée, au sein d’un environnement conflictuel et incertain. Dans le contexte de la « concurrence sans merci et sans évitement » du système économique, Emmanuel Lazega propose de qualifier de « travail relationnel » le « jeu complexe de cette coopération entre concurrents » (Lazega, 2009, p. 533). Ce travail recouvre, comme l’a montré l’étude des relations de service et de soins (Weller, 2002 ; Avril, 2014), la sélection des participants à l’échange, la définition réciproque des rôles qu’ils y assument, la construction d’un langage commun et de supports normatifs partagés, et enfin la stabilisation progressive et l’inscription dans la durée d’attentes relationnelles réciproques. À l’audience, ce travail fonctionne par une série de transactions, d’ajustements, de rappels à l’ordre, qui visent non seulement à instaurer mais aussi à réguler une relation de coopération asymétrique entre prisonniers et gradés pénitentiaires. Instaurer une telle coopération suppose en effet de définir et stabiliser des rôles et des attentes relationnelles réciproques (Gouldner, 1960).

25À l’œuvre dans d’autres formes de communication, notamment indirectes, le travail relationnel acquiert dans l’espace spécifique de l’audience une densité et des modalités particulières. Ainsi, à propos des trop nombreuses demandes de changement de cellule qu’il reçoit quotidiennement, le responsable d’un des bâtiments de la maison d’arrêt de Tormeilles m’explique un jour qu’il les traite par une audience dans deux cas de figure : « quand ça va être possible », ou pour signifier un refus face à des « détenus un peu pénibles ». Symétriques, ces deux mises en scène de son pouvoir décisionnel participent à la négociation d’attentes relationnelles réciproques qui limitent l’incertitude et favorisent une coopération asymétrique. L’acceptation correspond à la revendication d’une bienveillance, c’est-à-dire d’une attention aux intérêts de son interlocuteur, qui appelle en retour la coopération du demandeur ; la notification frontale du refus marque la renégociation conflictuelle des rôles que revendiquent des prisonniers trop revendicatifs ou insistants. On analysera ici ces deux modalités complémentaires du travail relationnel à l’audience : la stabilisation d’attentes relationnelles et leur mise à l’épreuve par le spectre d’un retour à un conflit ouvert.

2.1. Stabiliser des attentes relationnelles

26Dans les établissements observés, l’audience est le plus souvent le lieu d’une valorisation du consensus et de la coopération, notamment par la mise en scène de décisions positives. Au cours du mois de novembre 2014, j’ai assisté à 43 des audiences hebdomadaires de l’officier occupant les fonctions de chef de détention de la prison de Marignu. Ces audiences concernaient le plus souvent l’obtention de parloirs prolongés pour des proches venus de loin ou la circulation d’objets divers entre la détention et l’extérieur. Ce qui surprend dans un premier temps, c’est le caractère presque systématique des décisions positives qui viennent conclure les échanges. Le logiciel sur lequel l’officier consigne ses décisions vient corroborer cette impression : au cours des mois d’octobre et de novembre 2014, sur 35 décisions inscrites sur le « cahier électronique de liaison » à l’issue d’une audience, aucune n’était négative. Il serait bien évidement trompeur de conclure au laxisme de cet officier ou au climat permissif de la détention. La décision finale inscrite sur le logiciel pénitentiaire est en effet le résultat d’un travail de sélection et de reformulation des demandes de manière à les rendre consensuelles et acceptables par l’administration pénitentiaire. Ainsi, face à un prisonnier réclamant la possibilité d’acheter de nouvelles piles pour sa télécommande et la désinfection de sa cellule infestée depuis plusieurs semaines par des puces, le chef de détention valorise l’autorisation qu’il donne pour la première demande, tout en restant vague sur la seconde. Devant l’agacement de son interlocuteur, il conclut l’audience avec une jovialité appuyée : « En attendant, vous avez la télécommande ! ». Le sourire crispé, son interlocuteur sort néanmoins en le remerciant. L’insistance sur la décision positive interrompt la revendication et appelle l’expression d’une forme de gratitude. Le peu d’enthousiasme du prisonnier marque cependant le caractère incertain du travail relationnel, toujours susceptible d’être contesté par l’un des protagonistes.

27Au-delà de l’autorisation formelle, la décision est l’occasion de marquer une bienveillance pour la personne et ses intérêts. « Je vais vous faire une autorisation comme ça vous ne serez pas embêté », indique ainsi le même officier pour faire entrer en détention des documents pour une démarche administrative. La mise en scène du pouvoir discrétionnaire permet ici d’ancrer la décision dans la bienveillance personnelle du responsable pour son interlocuteur plutôt que dans l’application de critères réglementaires. Cette performativité relationnelle peut d’ailleurs se passer du support d’une décision positive. Invitant un prisonnier auquel il vient d’annoncer son affectation sur un matelas au sol à formuler rapidement une demande de changement de cellule, un officier de la maison d’arrêt de Tormeilles insiste : « Si ça prend du temps, c’est pas qu’on veut pas. Mais c’est qu’on n’a pas d’autres solutions pour l’instant ». La projection dans un futur indéfini permet de marquer une bienveillance, alors même que la situation du prisonnier reste inchangée.

  • 10 Ces thématiques sur lesquelles les gradés pénitentiaires n’ont pas de pouvoir décisionnel direct re (...)

28En effet, le travail relationnel ne saurait se réduire aux transactions d’autorisations, d’interdictions ou de services qui alimentent le « système des privilèges » décrit par Erving Goffman (1968, p. 92). L’appel aux intérêts, aux besoins et aux désirs des personnes n’est bien souvent qu’un support à d’autres formes d’engagements et d’alliances. L’audience permet des formes de justification et d’engagements normatifs où les interlocuteurs identifient et stabilisent des repères normatifs partagés. C’est notamment visible pour les requêtes sur lesquelles les gradés ne sont pas décisionnaires, lesquelles représentent une part importante des échanges en audience. Cela concerne notamment les démarches d’aménagement des peines ou les procédures administratives à l’extérieur, les questions relatives aux soins ou encore le fonctionnement des commandes par correspondance10. Ainsi, un prisonnier du centre de détention de Marignu se présente dans le bureau du chef d’hébergement pour faire entrer une brosse à dents électrique lors de son prochain parloir. Le visage creusé, les traits tirés, il présente un certificat médical qui atteste qu’une troisième de ses dents s’est récemment déchaussée. L’officier appelle le service compétent pour s’informer. Pendant toute la conversation, il marque silencieusement son agacement par des mimiques ; ses relances sont ouvertement ironiques et soulignent le mauvais fonctionnement du service. Il raccroche en poussant un soupir sonore : il y aura prochainement une note sur le sujet. Son interlocuteur commente en souriant : « C’est compliqué pour une brosse à dents ! ». L’officier renchérit : « Tout est compliqué ici ! ».

29Jouer le rôle d’intermédiaire prolonge la mise en scène de la bienveillance par la décision, puisque l’officier met pour un temps au service de son interlocuteur sa capacité à joindre des services distants. Surtout, si « le service rendu est une condition et une contrepartie de la coopération des détenus » (Chauvenet et al., 1994, p. 289), c’est en grande partie par l’engagement normatif qu’il rend possible. La répétition de situations dont la résolution ne dépend pas d’eux conduit parfois les gradés à épouser la frustration, l’ironie, voire la colère des requérants. « Ils vont venir ici même s’il faut que je les ramène par la peau des fesses ! », s’agace un officier lorsqu’un prisonnier lui apprend que, malgré ses consignes, la désinfection des cellules n’a pas eu lieu. Derrière les portes closes des bureaux, le rôle d’intermédiaire autorise la formulation de jugements normatifs partagés, le déplacement provisoire des frontières du « nous » et du « eux ». Il s’agit alors moins de marquer une bienveillance pour son interlocuteur que la convergence, même provisoire, de leurs stratégies d’action et de leurs engagements normatifs.

30L’affirmation d’une telle coopération entre un prisonnier et un gradé pénitentiaire ne les rend pourtant pas « semblables au sein de la dissymétrie », comme cela avait été noté à propos des relations avec les surveillants (Chauvenet, 1998, p. 103). La mise en scène de la bienveillance ou de la convergence distribue des rôles asymétriques, où le prisonnier demande et le gradé accorde. Elle délimite également un registre argumentatif d’où le motif de la réclamation d’un droit est exclu. Le service rendu, souvent présenté comme une faveur personnelle, crée des obligations relationnelles pour le bénéficiaire, notamment celle de la manifestation d’une certaine déférence vis-à-vis des gradés. L’entorse à cette attente risque d’être sanctionnée, comme lorsqu’un prisonnier de la maison d’arrêt de Tormeilles tient publiquement tête à un gradé lors de la remontée des promenades. Il est convoqué quelques minutes plus tard en audience et violemment interpellé : « C’est quoi ce comportement ? C’est quoi ces grands gestes devant les copains ? Quand je te dis de faire un truc, tu le fais, tu ne discutes pas ! ». Le prisonnier baisse la tête et marmonne : « OK, d’accord ». Le gradé n’en démord pas : « Regarde-moi bien. C’est plus la peine de rien demander, parce que ce sera non ».

  • 11 Au centre de détention de Marignu, le vouvoiement réciproque entre gradés et prisonniers est systém (...)

31Le pouvoir discrétionnaire est ici réinvesti dans le cadre d’une relation conflictuelle. Il rappelle l’asymétrie essentielle de l’échange, telle qu’elle apparaît dans le désajustement entre le vouvoiement systématique imposé aux prisonniers et, en maison d’arrêt11, le tutoiement fréquemment adopté par les gradés pénitentiaires. En effet, si le travail relationnel à l’audience marque l’impossibilité d’endosser un rôle strictement coercitif, le rappel voire l’actualisation du pouvoir de contraindre et de punir peut resurgir à tout moment pour sanctionner un manque de coopération de la part des prisonniers. La pratique de rendre service semble alors pouvoir être analysée dans les mêmes termes que ceux de Yasmine Siblot à propos des interactions de guichet dans un bureau de poste d’un quartier populaire, c’est-à-dire comme une « domination bienveillante » où celui qui en a les moyens oblige l’autre et lui impose un rôle subalterne (Siblot, 2002, p. 88).

32Néanmoins, les attentes relationnelles à l’audience sont loin d’être unidirectionnelles. La bienveillance et l’attention portée aux sollicitations forgent également un rôle, dont toute variation risque d’être sanctionnée. Dans un courrier qu’il adresse à l’un des gradés de son bâtiment, un prisonnier de la maison d’arrêt de Tormeilles, qui depuis quelques semaines a répété à de multiples reprises sa demande de changement de cellule, se défait du style neutre et succinct qu’il avait adopté jusqu’alors. Il réclame une audience « d’homme à homme » et précise dans un courrier du lendemain : « je suis un détenu, pas du gibier ». En post-scriptum, il ajoute : « je vous ai connu comme un homme franc avec une parole d’homme, je ne vous reconnais pas là ». Ce sont les qualités morales revendiquées par son interlocuteur, le socle normatif de la relation, que ce prisonnier met à l’épreuve. Il est d’ailleurs reçu dès le lendemain en audience (non observée). Loin d’être le lieu d’une domination univoque, l’audience sédimente une relation asymétrique, mais reposant sur des obligations morales réciproques. Si l’un ou l’autre des protagonistes déroge aux attentes normatives de la relation, celle-ci se fissure et laisse apparaître le spectre du conflit structurel entre prisonniers et professionnels pénitentiaires.

  • 12 Les cantines exceptionnelles permettent d’acheter par correspondance des produits non alimentaires (...)

Le dernier jour de mon terrain au centre de détention de Marignu, je suis dans le couloir du rez-de-chaussée pour pouvoir saluer un maximum de ceux que j’y ai côtoyés. Alors que je discute avec un prisonnier avec lequel j’ai eu un long entretien en cellule quelques semaines plus tôt, j’entends des éclats de voix dans le bureau d’un gradé. Un détenu, que je connais bien pour avoir échangé à de nombreuses reprises avec lui, sort du bureau. Il semble très énervé et s’approche de moi d’un pas rapide. À mon intention, autant qu’à celle du gradé qui entend tout, il m’explique avec colère qu’ici l’administration fait tout pour rabaisser les détenus, qu’ils cherchent par tous les moyens à empêcher leur réinsertion : il n’a pas pu déposer son bon de cantine exceptionnelle12 ce matin parce qu’il était aux ateliers, et le gradé refuse de le transmettre en retard à la comptable, alors qu’il est évident que celle-ci n’a même pas commencé à traiter les commandes. Selon son habitude, cet homme d’une trentaine d’années s’emporte et généralise. L’incident n’est pour lui qu’une illustration de ce qu’il m’a déjà dit plusieurs fois en privé : les dysfonctionnements chroniques de l’établissement et l’iniquité du système pénitentiaire. Après quelques minutes, le gradé sort de son bureau. Il s’approche de mon interlocuteur et tend une main pour récupérer son bon de commande : « Allez, je vais voir ce que je peux faire ». Il le lui tend et, d’une voix encore tendue par l’énervement, mon interlocuteur répond : « Merci chef ! ».

33L’esclandre, la montée en généralité et en radicalité de la critique fonctionnent comme une menace de rupture de la communication, au même titre que l’évocation d’une confrontation physique. En effet, si le ton souvent cordial, parfois même jovial et familier, qui a cours dans certaines audiences peut surprendre, de telles interactions n’en restent pas moins encastrées dans les rapports tendus d’une institution de contrainte. L’expression d’une bienveillance personnelle ou de la convergence des intérêts et des valeurs permet parfois de les atténuer, mais ceux-ci peuvent resurgir à tout moment et mettre la relation à l’épreuve des ressources conflictuelles dont disposent les protagonistes.

2.2. La relation à l’épreuve du conflit

Dans le bureau des responsables de l’un des bâtiments de la maison d’arrêt de Tormeilles, Monsieur Amdouni, un détenu à la carrure imposante, est introduit dans le bureau par un surveillant. Il s’assoit face au bureau du gradé, Monsieur Merlet, et demande à rejoindre la cellule d’un autre prisonnier. Le gradé lui répond, avec une ironie non dissimulée, qu’il veut, à l’inverse, que ce soit ce codétenu qui vienne dans la cellule de Monsieur Amdouni. Celui-ci s’insurge : la cellule est trop petite, et « on ne va pas y mettre deux gars de deux mètres ! ». Le gradé hausse également le ton. Son interlocuteur insiste. « C’est non », répond abruptement Monsieur Merlet. Il ajoute que quoi qu’il arrive, Monsieur Amdouni ne sera plus seul en cellule à la fin de la semaine. Celui-ci s’énerve à nouveau : « Pourquoi [vous ne] voulez pas [me] mettre à gauche [localisation de la cellule qu’il demande] ? — Parce que vous êtes très bien à droite ». La boutade passe mal, Monsieur Amdouni crie : « Quoi je suis bien ? Quoi je suis bien ? C’est le délire ici. Faut faire une dinguerie pour être entendu ! ». Il finit par lancer : « On ne peut pas discuter avec vous ! Je ne comprends même pas pourquoi vous me convoquez ! ». Il se lève, il est debout à quelques mètres du bureau, penché en avant : « Et puis mes requêtes servent à quoi ? Je vous en fais depuis des semaines. J’en ai fait à la directrice et c’est vous qui répondez ! On aimerait la voir la directrice ! ». Pendant cette séquence, le major s’est mis en retrait, en arrière sur son siège. Alors que pendant le début de la conversation, il interrompait fréquemment Monsieur Amdouni, il se contente de brèves remarques qui marquent le peu d’impression que lui fait la colère de son interlocuteur. Monsieur Amdouni crie maintenant tout à fait : « Vous jouez des petits jeux, vous avez réussi ! Vous mettez des bâtons dans les roues ! — Mais oui… — Et puis la directrice on aimerait la voir. Toi, t’es pas directeur et tu le seras jamais. Tu resteras un petit chef de merde ! — Et j’en suis ravi ! », répond Monsieur Merlet avec un grand sourire alors que Monsieur Amdouni sort en claquant la porte.

34C’est peu dire que l’audience, ici, n’a pas permis l’actualisation d’une relation de coopération. Elle s’inscrit au contraire dans une volonté d’épreuve de force, qui apparaît dès le début de l’échange de la part du gradé. Son ton amusé souligne qu’il sait que ses propositions ne sont absolument pas acceptables par son interlocuteur, ce que ne manque pas de relever Monsieur Amdouni (« Vous jouez des petits jeux »). Très vite, le prisonnier acte l’échec de la communication (« On ne peut pas discuter avec vous ! »). Il s’agit bien moins d’une discussion que de placer le prisonnier devant une alternative qu’il ne peut accepter. Alors qu’il est actuellement seul en cellule, il est sommé de choisir entre deux options où il sera nécessaire de rajouter dans sa cellule un matelas au sol. Lorsque Monsieur Amdouni s’écrie : « Je comprends même pas pourquoi vous me convoquez ! », il pointe précisément l’absence de marges de négociation, le refus évident du gradé d’endosser le rôle du décisionnaire bienveillant. Le passage au tutoiement et l’insulte finale interviennent alors que Monsieur Amdouni a déjà poussé la porte et s’apprête à la refermer brutalement. Ce ne sont donc pas des affronts directs — qui auraient sans aucun doute fait l’objet d’une procédure disciplinaire — mais ils ménagent une sortie qui ne soit pas une simple capitulation, une « perte de face » (Goffman, 1973, p. 64). Car c’est bien un objectif de cet ordre que le gradé indique poursuivre lorsque, à l’issue de l’audience, il me présente Monsieur Amdouni comme une des personnalités des trafics illégaux sur le bâtiment. Celui-ci a, me dit-il, pris l’habitude d’exiger des « privilèges » du personnel. L’audience, par la confrontation directe qu’elle permet, dans un lieu qui symbolise le pouvoir de l’administration, vient recadrer la relation, en réaffirmer l’asymétrie en déniant frontalement au prisonnier le statut qu’il y revendique.

35L’inégalité de l’épreuve de force n’est cependant pas univoque. Comme on l’a vu précédemment, l’absence de prise en compte des demandes et des intérêts d’un prisonnier dans des espaces de communication dédiés active toujours le risque d’un incident. Ici, Monsieur Amdouni se contente d’évoquer la nécessité de faire une « dinguerie » pour être entendu, mais les menaces sont parfois plus explicites (« Je l’égorge et là ça va le faire ! »). Les prisonniers disposent ainsi de ressources conflictuelles : opposition physique passive, menace de violence, ou même possibilité d’une action en justice. Chacune est une menace de retrait d’une relation où la bienveillance sanctionne une forme de soumission. Lorsque de telles ressources sont mobilisées en face-à-face, elles font systématiquement l’objet d’une réponse de la part des officiers, laquelle vise à montrer qu’ils conservent la maîtrise de la relation. À un prisonnier qui menace de déposer plainte contre un surveillant qu’il accuse de vol, un gradé répond sans ménagement : « Vous croyez qu’on va croire qui ? Que le juge va croire qui ? Vous, ou un surveillant qui fait un travail exemplaire depuis des années ? ». Un autre, qui prévient qu’il refusera de réintégrer sa cellule s’il ne change pas de codétenu, se voit répondre par l’officier qu’il n’aura aucune difficulté à l’envoyer au quartier disciplinaire. Au centre de détention de Marignu, où la violence physique est moins présente dans les relations entre prisonniers et professionnels pénitentiaires, les relations n’en sont pas moins recadrées par le rappel réciproque des capacités d’action des protagonistes. C’est alors parfois sur le ton de l’humour que l’épreuve de force s’engage.

Deux détenus entrent dans le bureau, jeunes, joviaux, athlétiques. Ils demandent à pouvoir faire rentrer deux manettes de console de jeux au parloir de ce week-end. L’imprimante de l’officier ne fonctionne pas, il ne peut donc pas imprimer le coupon de réponse habituel. L’un des prisonniers insiste sur le fait que la famille de son ami vient de loin pour déposer les manettes ; c’est donc urgent. L’officier cherche à joindre le service informatique au téléphone. Les deux détenus patientent en silence. Pas de réponse. L’officier semble embarrassé. Il propose à ses deux interlocuteurs de repasser plus tard dans l’après-midi, lorsque l’imprimante sera réparée.

Les deux hommes reviennent effectivement une heure plus tard. L’officier a imprimé un bon qui mentionne « une manette ». L’un de ses interlocuteurs le corrige : il faut deux manettes. « Il faut qu’on soit deux pour jouer ! Il ne va pas jouer tout seul ! ». Il poursuit : « Sinon, on ne rentre pas le soir en cellule ! ». Il rit. En souriant, l’officier réplique : « Pas de souci, il y a les ERIS [équipes régionales de sécurité, équivalent pénitentiaire des unités d’intervention de la police et de la gendarmerie] qui ne sont pas loin ». Nouveau rire. L’officier refait le bon et le tamponne. En prenant le bon, les prisonniers poursuivent leurs plaisanteries sur l’établissement. Le gradé répond : « Et alors pourquoi il y a deux ans d’attente pour venir à Marignu ? ». Son interlocuteur réplique en souriant : « Parce qu’on ne sort pas beaucoup ! ».

36La plaisanterie a pris la place des éclats de voix. Si l’affrontement est simulé, la vivacité et la précision des répliques semblent indiquer qu’il est pris au sérieux. La menace de bloquer le retour en cellule est une ressource fréquente — quoique très peu utilisée dans cet établissement — des prisonniers dans les négociations avec l’administration. La mobilisation des ERIS serait certes une réponse excessive, mais elle désigne ici clairement une ressource qui garantit la supériorité en cas d’affrontement physique. Le dernier échange renvoie à une particularité de cet établissement : bénéficiant de la réputation d’être plutôt calme et de favoriser l’obtention d’aménagements de peine, le temps d’attente pour y être affecté est au moins de deux ans et l’éventualité d’un transfert constitue le premier ressort de la discipline locale. Le rappel du privilège d’être affecté dans l’établissement est fréquemment utilisé par cet officier face aux prisonniers contestataires, le plus souvent d’ailleurs sans aucune menace de transfert. La contestation de l’octroi plus fréquent d’aménagements de peine (« on ne sort pas beaucoup ! ») fonctionne là aussi comme le désarmement d’une ressource argumentative.

37La mise en scène de la coopération et la restauration d’une asymétrie ne sont pas exclusives l’une de l’autre. Au contraire, elles fonctionnent comme des ressources complémentaires pour initier, recadrer et réguler les relations entre prisonniers et responsables pénitentiaires. Coercition, incitation et justification se mêlent sans s’exclure. Il n’est ainsi pas rare que des affrontements rhétoriques violents soient immédiatement suivis d’une ouverture vers une relation coopérative et bienveillante. Après un refus abrupt d’une demande d’affectation, comparable à celui opposé à Monsieur Amdouni, un responsable de bâtiment marque qu’il est en revanche prêt à intervenir sur d’autres problèmes que rencontre son interlocuteur, en l’occurrence des affaires personnelles perdues pendant son transfert vers l’établissement : « Il faut voir les choses du bon côté. Moi j’ai pas intérêt à avoir de mauvaises relations. On va voir ce qu’on peut faire pour le paquetage, il faut nous laisser un peu de temps ». Quelques instants après avoir menacé son interlocuteur de l’affecter sur un matelas au sol en cas de contestation, le gradé avance ici la possibilité d’une relation plus coopérative, fondée sur la convergence de ses intérêts avec ceux de son interlocuteur. Ces deux propositions ne sont aucunement exclusives. C’est au contraire parce que l’asymétrie de la relation a été réaffirmée dans l’épreuve de force que, sur cette base, peut s’établir une forme de réciprocité et de coopération.

38Le travail relationnel à l’audience construit, stabilise et met à l’épreuve la nature des échanges interpersonnels entre prisonniers et responsables pénitentiaires. Dans un contexte conflictuel, où la maîtrise de l’incertitude constitue un enjeu partagé, l’affirmation d’obligations morales réciproques dépasse le cadre de transactions instrumentales et ponctuelles — par exemple la récompense d’un renseignement par l’acceptation d’une cantine exceptionnelle ou la menace d’une sanction pour dissuader une altercation. L’économiste institutionnaliste Olivier Williamson a ainsi avancé que la répétition dans le temps de transactions ponctuelles entre deux agents justifiait des stratégies pour en réduire les coûts, et en particulier pour réduire l’incertitude sur leur comportement à venir. Pour y parvenir, il est nécessaire d’établir des relations de coopération durable. C’est ainsi que l’économiste justifie la rationalité de la forme contractuelle de l’organisation face à la solution du marché (Williamson, 1979). En prison, le travail relationnel réciproque des prisonniers et des gradés s’inscrit dans une dynamique comparable. En produisant les conditions d’une rencontre entre un prisonnier et un gradé pénitentiaire, derrière des portes closes, l’audience ne se limite pas aux transactions ponctuelles auxquelles donnent lieu le traitement des doléances et la prévention des incidents en détention. Elle les insère dans les obligations morales réciproques d’une relation interpersonnelle.

3. L’audience, clé de voûte d’une prison bureaucratique

39La spécificité du travail relationnel qui se déploie à l’audience invite à enrichir la compréhension de la dimension communicationnelle du fonctionnement des établissements pénitentiaires. Adossé au pouvoir discrétionnaire des gradés, ce travail relationnel articule en effet un pouvoir personnel, puisqu’il repose sur un arbitrage individuel, et une modalité du pouvoir bureaucratique, puisqu’il permet l’application de normes générales à des situations concrètes. Cette tension participe de l’hybridation des modalités du pouvoir pénitentiaire contemporain, au sein d’institutions de contrainte où les normes formelles et les procédures bureaucratiques occupent une place grandissante. On s’attachera à décrire cette dynamique, tant dans la nature des relations négociées à l’audience que dans la redéfinition du répertoire d’action des prisonniers.

3.1. L’encastrement relationnel de la contrainte institutionnelle

40Si le langage impersonnel de la bureaucratie n’intervient presque jamais dans les bureaux des gradés, ceux-ci n’en sont pas moins des agents intermédiaires « de par leur position hiérarchique qui les place entre les hauts fonctionnaires et les agents d’exécution, et de par leur position institutionnelle qui les place entre le pouvoir central et le pouvoir local » (Spire, 2005, p. 12). Ainsi, un gradé me décrit les multiples prescriptions légales et réglementaires en matière de changements de cellule — séparation des hommes et des femmes, des mineurs et des majeurs bien sûr, mais aussi des personnes prévenues et condamnées, des personnes « primaires » ou récidivistes, des fumeurs et des non fumeurs, etc. — comme autant de « fils à la patte » avec lesquels il doit jouer pour organiser son bâtiment. Quand la contrainte institutionnelle surgit à l’audience, c’est moins pour permettre au responsable de s’effacer derrière la simple application d’une norme générale que pour marquer les limites de sa capacité d’action personnelle. « C’est un casse-tête ! C’est un échiquier ! », se justifie un officier face à un prisonnier mécontent de l’absence de réponse rapide à sa demande de changement de cellule. À la différence des guichetiers de caisses d’allocations familiales, les gradés préfèrent adopter de manière quasi-systématique le rôle d’« individu concret » plutôt que celui d’« incarnation de l’État » (Dubois, 2010, p. 79‑144). L’audience se trouve ainsi à la jonction de logiques en tension. Elle individualise des contraintes générales, personnalise des normes impersonnelles, rend concret et immédiat un pouvoir distant et lointain. En cela, le travail relationnel encastre la contrainte bureaucratique dans une relation personnalisée.

41En effet, à l’inverse des personnels de surveillance, dont les fréquentes rotations font le plus souvent obstacle à une personnalisation durable des relations avec les prisonniers, les gradés occupent des postes fixes, avec un turn-over relativement faible dans les établissements observés. Au-delà de l’immédiateté du maintien de l’ordre, les échanges des gradés pénitentiaires avec les prisonniers s’inscrivent dans la durée et donnent souvent lieu à une personnalisation de la relation. Au centre de détention de Marignu, un prisonnier m’explique ainsi qu’en cas de difficultés, il s’adresse systématiquement au « gradé avec qui [il s’] entend ». Au contraire, lors d’une conversation avec quatre prisonniers à la bibliothèque de la maison d’arrêt de Tormeilles, tous s’accordent pour critiquer l’un des gradés de bâtiment, « un brutal à lunettes » qu’ils font leur possible pour éviter. Des appréciations du même ordre se retrouvent dans les caractérisations par les gradés des prisonniers qu’ils sont amenés à recevoir.

  • 13 Sur un corpus de 183 courriers, 122 mentionnaient un responsable. Parmi ceux-ci, 63 % des responsab (...)

42Cette personnalisation de la contrainte institutionnelle s’observe dans les plaintes que certains prisonniers expriment à propos de leurs conditions d’incarcération. Il en va ainsi d’un prisonnier qui, après avoir écrit à la direction pour se plaindre de ses conditions de détention, se ravise lors de son audience en indiquant que le gradé du bâtiment « a fait beaucoup pour moi quand ça n’allait pas ». Se plaindre à un tiers, c’est en effet risquer de faire entorse à des obligations relationnelles interpersonnelles. Dans une étude des saisines adressées par des prisonniers au Contrôleur général des lieux de privation de liberté (Durand, 2014), j’ai ainsi montré que, lorsque les courriers désignaient un responsable de la situation dénoncée, il s’agissait très majoritairement d’individus et plus rarement d’entités plus larges13. La manière dont se tissent, notamment à l’audience, les relations entre prisonniers et gradés pénitentiaires explique en partie cette personnalisation de la responsabilité. Incarnée dans des relations interpersonnelles, la contrainte pénitentiaire est aussi critiquée à ce niveau.

43L’articulation du travail bureaucratique et du travail relationnel à l’audience ne va cependant pas sans tensions. Celles-ci peuvent notamment s’observer dans les usages et les résistances à l’outil informatique pour « tracer » les échanges, c’est-à-dire pour consigner leur contenu dans un logiciel accessible à tous les personnels pénitentiaires et destiné à servir de support aux diverses évaluations de la situation individuelle des prisonniers (Sallée et Chantraine, 2014). Au centre de détention de Marignu, un officier dont j’ai déjà eu plusieurs fois l’occasion d’observer les audiences commence, pour la première fois, à renseigner ce logiciel à la suite d’une audience. Il m’explique qu’il revient de deux jours de formation sur l’ « uniformisation des pratiques » à l’École nationale de l’administration pénitentiaire. Il s’est résigné à tracer les audiences parce qu’« on allait avoir l’impression qu’[il] ne [faisait] rien ». Il n’en est pas moins critique vis-à-vis de cette pratique : « Le détenu est devenu une personne juridique… Il cesse d’être incarné : c’est une personne morale ». Le travail bureaucratique marque en effet une rupture avec l’économie relationnelle traditionnelle des audiences, comme le montre cet échange entre un autre officier du centre de détention de Marignu et Monsieur Edgar, un prisonnier d’une cinquantaine d’années condamné à une très longue peine. Celui-ci est venu en audience pour solliciter une autorisation afin de faire entrer dans l’établissement des documents nécessaires à ses démarches de validation des acquis professionnels. L’officier indique qu’il va faire une autorisation et se tourne vers son ordinateur. Son interlocuteur, avec lequel j’ai déjà eu un long entretien, en profite pour se tourner vers moi : « Monsieur Léonet, je lui raconte tout ». « Tous ses petits malheurs », confirme avec un sourire l’officier. Il reprend son écriture, avant de lever la tête : « Diplôme en quoi ? ». Monsieur Edgar répond puis, voyant l’officier se tourner à nouveau vers son ordinateur, rajoute rapidement : « Mais bon, vous n’allez pas raconter toute ma vie ! ». L’officier le rassure : « Je le mets en confidentiel ». Monsieur Edgar approuve : « Parce que j’ai pas de secret pour vous, mais… ». Mise à l’épreuve par les pratiques d’archivage, la dimension strictement interpersonnelle de l’audience est ici explicitée comme une condition du type de communication qui s’y déploie. La transcription sur un logiciel pénitentiaire d’une information apparemment anodine, mais donnée dans l’échange oral, interroge la nature de la relation. Le travail bureaucratique entre ici en conflit avec le travail relationnel de l’audience. Plusieurs gradés m’expliquent d’ailleurs qu’ils attendent le départ de leur interlocuteur pour consigner le contenu des échanges, et ce afin de ne pas en perturber la fluidité.

44Cette tension, adossée au pouvoir discrétionnaire, fait de l’audience la clé de voûte d’un pouvoir pénitentiaire hybride : personnel et bureaucratique, légal et arbitraire. Elle peut ainsi être décrite comme une « activité administrative constituante », c’est-à-dire comme une activité « dont la propriété est de constituer les administrations qu’elles régulent, d’en être des rouages cardinaux et de contribuer à structurer leurs fonctionnements » (Bezes et Join-Lambert, 2010, p. 135). L’audience permet en effet l’encastrement d’une contrainte institutionnelle au sein des obligations morales de relations individuelles. Par là, elle participe également à définir des registres relationnels légitimes et, ainsi, à délimiter le répertoire des actions acceptables de la part de prisonniers pour obtenir une modification de leur situation.

3.2. Supplier ou réclamer, la délimitation d’un répertoire d’action

45À propos des rapports d’habitants d’un quartier populaire aux administrations, Yasmine Siblot (2005) a mis en évidence une opposition structurante entre celles où on peut faire valoir ses droits et celles où on a le sentiment de demander l’aumône. Dans le travail relationnel à l’audience, par les rôles que les protagonistes acceptent d’y adopter et par les normes relationnelles qui s’y sédimentent, une distinction de cet ordre est en jeu : celle du rapport que des personnes privées de liberté peuvent entretenir avec la puissance publique.

Installé dans le bureau d’un officier du centre de détention de Marignu, je m’apprête à observer les audiences de l’après-midi. Le gradé se tourne vers moi, alors qu’une première personne s’installe : « Vous allez voir, ici c’est le bureau des pleurs ! ». Sur le même ton jovial, mais avec une certaine vivacité, son interlocuteur le reprend : « Pas des pleurs, le bureau des plaintes ! ».

46Bureau des pleurs, bureau des plaintes : ces deux qualificatifs sont revenus à plusieurs reprises dans les discours des prisonniers et des professionnels pénitentiaires. Ils pointent des qualifications concurrentes de la relation dans laquelle s’inscrit la doléance et qu’elle contribue à façonner. Le champ lexical lacrymal inscrit l’audience dans une relation de dépendance unilatérale : d’un côté, des détenus dépendants et démunis ; de l’autre, une autorité bienveillante. À l’inverse, le motif de la plainte renvoie, par un emprunt au vocabulaire juridique, à une relation davantage compatible avec un fonctionnement bureaucratique parce que fondée sur des normes impersonnelles sur lesquelles les prisonniers peuvent appuyer, non des suppliques, mais des revendications.

47Si l’audience articule des modalités concurrentes de la gouvernance carcérale, il en va de même des répertoires d’action auxquels les prisonniers sont susceptibles de recourir. C’est particulièrement visible dans les dynamiques de mobilisation et d’exclusion de ressources juridiques. En effet, depuis le milieu des années 1990, les prisonniers peuvent former des recours auprès d’un nombre grandissant d’autorités administratives et judiciaires (Ferran, 2015), et pourtant le nombre de saisines et de recours effectivement enregistrés reste faible (Durand et al., 2017). Pour comprendre cela, il faut notamment s’attacher à ce que produit, dans les bureaux des gradés, l’évocation par un prisonnier de moyens d’action bureaucratiques — l’appel aux droits, l’engagement d’une procédure administrative ou d’un recours judiciaire. À la maison d’arrêt de Tormeilles comme au centre de détention de Marignu, de telles mentions sont en effet systématiquement relevées comme une menace de rupture de l’équilibre relationnel interpersonnel. Il en va ainsi d’un homme d’une quarantaine d’années, incarcéré pour la première fois et qui craint pour sa sécurité après avoir accepté de dénoncer les prisonniers qui le rackettaient. Lorsqu’il entre cet après-midi-là dans le bureau des gradés du bâtiment, il est reçu sans ménagement. Son interlocuteur tient à la main une requête reçue le matin : « C’est quoi ce courrier ? ». Le prisonnier justifie fermement sa demande d’être accompagné par un surveillant lors de tous ses mouvements : « Imaginez ce matin, je me fais agresser, je tombe, je fais un arrêt [cardiaque] et je meurs.… Oui je vais à l’extrême, mais c’est vous qui êtes responsable ». Cette dernière mention change immédiatement le ton de la discussion. Le gradé le reprend en haussant le ton : « C’est moi qui suis responsable de vos bêtises ? […] On essaye de vous aider et vous vous inversez le truc, vous dites qu’on va être responsable ! ». Le ton redescend vite : le prisonnier nuance son propos et le gradé réengage la conversation sur un ton plus cordial. En effet, si on a pu décrire des occurrences de conflit et des formes de revendication parfois véhémentes à l’audience, ces modalités d’interaction sont le plus souvent transitoires. Si elles viennent à se prolonger, elles aboutissent presque invariablement à la fin rapide de la communication pacifiée pour laisser la place à l’activation d’un mode relationnel ouvertement conflictuel.

48La pratique de l’audience insère les possibilités d’action des prisonniers dans le cadre restreint d’une déférence personnelle vis-à-vis du management de proximité. Elle individualise les problématiques carcérales et inscrit les relations entre les prisonniers et leurs gardiens sur le registre de la bienveillance, mais aussi de la convergence d’intérêts ou de valeurs. Le traitement par l’audience des doléances des prisonniers participe ainsi à désamorcer un certain de nombre d’actions critiques contre le fonctionnement de l’institution. C’est alors largement par le retrait de cet espace de communication que de nombreux prisonniers cherchent à redéfinir leur relation avec l’autorité pénitentiaire. « Nous, on ne demande plus rien », tranche brusquement un homme en attente d’un transfert vers un établissement pour longues peines alors que je l’interroge sur ses rapports avec le personnel pénitentiaire. Il ajoute : « De toute manière, faut faire un mitard [quartier disciplinaire] pour que ça marche ». L’engagement dans une relation distante et conflictuelle peut aussi prendre d’autres formes. En particulier, certains prisonniers privilégient exclusivement les relations écrites et distantes avec l’administration, adoptant parfois un style plus administratif et impersonnel et recourant plus facilement à des arguments juridiques. Souvent affublés de l’épithète de « procédurier », ils renoncent conjointement aux avantages et aux contraintes des relations de coopération avec les responsables pénitentiaires (Durand, 2014).

49L’adoption d’un unique registre relationnel est pourtant rare. L’audience est le lieu privilégié où se construit l’articulation de répertoires d’action parfois antagonistes. De l’évocation, fugace mais remarquée, d’une action en justice à l’éloge exigeant des qualités humaines et morales d’un gradé, les échanges qui s’y déploient participent à l’endogénéisation relationnelle de moyens d’action administratifs et judiciaires. Le recours à la justice y apparaît davantage comme une ressource rhétorique risquée dans la négociation de la relation que comme une modalité d’action à part entière. En cela, l’audience participe à la redéfinition des modalités du pouvoir pénitentiaire, à l’intersection d’un répertoire d’action ancré dans des relations de coopération personnelle et asymétrique et d’un répertoire d’action bureaucratique fondé sur le recours à des normes impersonnelles et des procédures administratives.

4. Conclusion

50Dans les audiences du centre de détention de Marignu et de la maison d’arrêt de Tormeilles, les communications entre prisonniers et gradés pénitentiaires ne se limitent pas à de simples transactions instrumentales, où sont échangées faveurs, informations et coopérations. C’est bien le pouvoir discrétionnaire dont disposent les gradés pénitentiaires qui permet l’enrôlement d’acteurs antagonistes. Mais le traitement des doléances fournit avant tout un support à un travail relationnel réciproque, c’est-à-dire à un ensemble de transactions, d’ajustements et de négociations où sont définis les rôles des protagonistes et stabilisées des attentes relationnelles réciproques. Au sein de cet espace clos et partiellement protégé du reste de la détention, le conflit structurel entre gardés et gardiens peut en effet s’atténuer pour permettre l’affirmation d’une fragile relation de coopération asymétrique. Fragile, car le spectre du conflit ouvert est toujours présent, comme une menace sur la relation et une ressource pour la recadrer. La manifestation d’une bienveillance personnelle ou l’affirmation d’une convergence, même provisoire, d’intérêts ou d’engagements normatifs laisse alors la place au rappel de capacités conflictuelles ou à la menace de se retirer de l’échange.

51Ce faisant, le travail relationnel à l’audience personnalise la contrainte institutionnelle, l’encastre dans les obligations morales réciproques d’une relation interpersonnelle. Il participe ainsi à la constitution d’une forme particulière de relation de pouvoir, articulant dépendance personnelle et normes bureaucratiques, obligations morales et formalisme légal. Symétriquement, l’audience contribue à la redéfinition du répertoire d’action des acteurs de la détention. Sauf pour ceux qui choisissent de se tenir en retrait des contraintes et des bénéfices de relations personnalisées de coopération, les obligations morales relationnelles limitent et redéfinissent la portée de moyens d’action bureaucratiques, comme le recours à une autorité administrative ou judiciaire. Parfois mobilisées, de telles ressources interviennent davantage comme des ressources relationnelles que comme des moyens d’action autonomes.

52Au regard des travaux déjà anciens sur l’importance des négociations entre prisonniers et surveillants, l’étude des audiences a permis de documenter un élément relativement absent de la littérature scientifique sur la prison : le rôle de l’encadrement de proximité dans la transformation de la gouvernance carcérale contemporaine. Cette étude entend ainsi contribuer à la littérature naissante sur l’activité des agents intermédiaires, et notamment des cadres intermédiaires des administrations publiques. C’est en effet jusqu’ici par leur rôle dans la traduction et la mise en œuvre de réformes organisationnelles, ou par leur position hiérarchique tiraillée entre le contact des superviseurs et des supervisés, que ces professionnels ont été approchés. L’importance des audiences dans la régulation et la fluidification quotidienne de la détention rappelle également les travaux sur les agents de maîtrise dans les organisations industrielles, responsables de la continuité du processus productif en dépit du risque d’incidents (Rot 2002, p. 712). Surtout, à l’encontre d’autres administrations où les agents de première ligne tiennent les demandeurs à l’écart des agents qui statuent effectivement sur leurs dossiers (Spire, 2008, p. 23), l’étude des audiences pénitentiaires invite à penser la place et les modalités d’un réinvestissement institutionnel du travail relationnel par les agents intermédiaires. Loin d’être cantonné à l’informalité, voire à la clandestinité des rapports de première ligne, le travail relationnel se voit alors investi et encadré par des dispositifs institutionnels au sein desquels il participe à la définition de la nature de l’organisation et de son fonctionnement. C’est à l’audience que, non seulement se donnent à voir, mais se forgent les termes d’un pouvoir pénitentiaire hybride, articulant dépendance personnelle et normes bureaucratiques, obligations morales et formalisme légal.

Haut de page

Bibliographie

Avril, C., 2014, Les aides à domicile. Un autre monde populaire, La Dispute, Paris.

Barrier, J., Pillon, J.-M., Quéré, O., 2015, « Les cadres intermédiaires de la fonction publique. Travail administratif et recompositions managériales de l’État », Gouvernement et action publique, n° 4, p. 9‑32.

Bezes, P., Join-Lambert, O., 2010, « Comment se font les administrations : analyser des actes administratifs constituants », Sociologie du travail, vol. 52, n° 2, p. 133-150.

Blau, P.M., 1955, The Dynamics of Bureaucracy: A Study of Interpersonal Relations in Two Government Agencies, University of Chicago Press, Chicago.

Bruyn, F. de, à paraître, « Des surveillants en chiffres pour objectiver un métier en mouvement », in Direction de l’administration pénitentiaire, Surveillants, un métier en mouvement, Ministère de la Justice, Paris.

Callon, M., 1986, « Éléments pour une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la Baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, n° 36, p. 169-208.

Chauvenet, A., 1998, « Guerre et paix en prison », Cahiers de la sécurité intérieure, n° 31, p. 91-109.

Chauvenet, A., Orlic, F., Benguigui, G., 1994, Le monde des surveillants de prison, Presses universitaires de France, Paris.

Clemmer, D., 1958 [1940], The Prison Community, Holt Reinhart, New York.

Cliquennois, G., 2013, Le management des prisons. Vers une gestion des risques et une responsabilisation des détenus ?, Larcier, Bruxelles.

Cliquennois, G., Chantraine, G., 2009, « Empêcher le suicide en prison : origines et pratiques », Sociétés contemporaines, vol. 75, no 3, p. 59‑79.

Crewe, B., 2009, The Prisoner Society: Power, Adaptation and Social Life in an English Prison, Oxford University Press, Oxford.

Crewe, B., 2011, « Soft power in prison: Implications for staff-prisoner relationships, liberty and legitimacy », European Journal of Criminology, vol. 8, n° 6, p. 455-468.

Dubois, V., 2010 [1999], La vie au guichet, Economica, Paris.

Durand, C., 2014, « Construire sa légitimité à énoncer le droit. Étude de doléances de prisonniers », Droit et société, vol. 87, n° 2, pp. 329-348.

Durand, C., Suremain, H. de, Ferran, N., 2017, « The European oversight of France », in Cliquennois, G., Suremain, H. de (dir.), Monitoring Penal Policy in Europe, Routledge, Abingdon, 2017, p. 37-53.

Feeley, M., Swearingen, V., 2004, « The Prison Conditions Cases and the Bureaucratization of American Corrections: Influences, Impacts and Implications », Pace Law Review, vol. 24, n° 2, p. 433-475.

Ferran, N., 2015, « La personne détenue encore à la recherche de son juge en France », Déviance et société, vol. 38, n° 4, p. 469-489.

Froment, J.-C., Kaluszynski, M. (dir.), 2011, L’administration pénitentiaire face aux principes de la nouvelle gestion publique, Presses universitaires de Grenoble, Grenoble.

Goffman, E., 1973 [1959], La mise en scène de la vie quotidienne. 1  : La présentation de soi, Les Éditions de Minuit, Paris.

Goffman, E., 1968 [1961], Asiles. Étude sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Les Éditions de Minuit, Paris.

Gouldner, A., 1960, « The Norm of Reciprocity: A Preliminary Statement », American Sociological Review, vol. 25, n° 2, p. 161‑178.

Jacobs, J., 1977, Stateville: The Penitentiary in Mass Society, University of Chicago Press, Chicago.

Larminat, X. de, 2015, « Conducteurs ou passagers ? Les cadres intermédiaires des services de probation face aux réformes pénitentiaires », Gouvernement et action publique, n° 4, p. 55-80.

Lazega, E., 2009, « Théorie de la coopération entre concurrents  : organisations marchés et analyse de réseaux », in Steiner, P., Vatin, F. (dir.), Traité de sociologie économique, Presses universitaires de France, Paris, p. 559-600.

Le Caisne, L., 2000, Prison. Une ethnologue en centrale, Odile Jacob, Paris.

Liebling, A., 2000, « Prison Officers, Policing and the Use of Discretion », Theoretical Criminology, vol. 4, n° 3, p. 333-357.

Lipsky, M., 1980, Street-Level Bureaucracy: Dilemmas of the Individual in Public Service, Russell Sage Foundation, New York.

Page, E., Jenkins, W., 2005, Policy Bureaucracy: Government with a Cast of Thousands, Oxford University Press, Oxford.

Rostaing, C., 1997, La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Presses universitaires de France, Paris.

Rot, G., 2002, « Fluidité industrielle, fragilité organisationnelle », Revue française de sociologie, vol. 43, n° 4, p. 711-737.

Sallée, N., Chantraine, G., 2014, « Observer, consigner, tracer. Les usages d’un cahier électronique controversé en établissement pénitentiaire pour mineurs », Sociologie du travail, vol. 56, n° 1, p. 64-82.

Siblot, Y., 2002, « Stigmatisation et intégration sociale au guichet d’une institution familière », Sociétés contemporaines, vol. 47, n° 3, p. 79-99.

Siblot, Y., 2005, « Les rapports quotidiens des classes populaires aux administrations. Analyse d’un sens pratique du service public », Sociétés contemporaines, vol. 58, n° 2, p. 85-103.

Spire, A., 2005, « L’application du droit des étrangers en préfecture », Politix, n° 69, p. 11-37.

Spire, A., 2008, Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration, Raisons d’agir, Paris.

Sykes, G., 2007 [1958], The Society of Captives: A Study of a Maximum Security Prison, Princeton University Press, Princeton.

Vacheret, M., 2002, « Relations sociales en milieu carcéral. Une étude des pénitenciers canadiens », Déviance et société, vol. 26, n° 1, p. 83-104.

Weller, J.-M., 2002, « Stress relationnel et distance au public De la relation de service à la relation d’aide », Sociologie du travail, vol. 44, no 1, p. 75-97.

Williamson, O., 1979, « Transaction-cost economics: the governance of contractual relations », The Journal of Law and Economics, vol. 22, n° 2, p. 233-261.

Haut de page

Notes

1 On a préféré le terme de « prisonnier » à la formule administrative « personne détenue », à la dénomination de « détenu », plus courante dans le langage commun et en détention, ou à d’autres termes argotiques parfois utilisés dans des cercles militants. Ce champ lexical décline — de l’euphémisation administrative à la revendication d’une terminologie dépréciative — un espace de luttes. Le terme de « prisonnier » ou « prisonnière » renvoie ici au point de vue de l’observateur face à des hommes et des femmes enfermés en prison.

2 On retrouve également ce terme dans les courriers des prisonniers ou lors de conversations, bien qu’ils emploient plus facilement les dénominations d’ « entretien » ou de « rendez-vous », et privilégient une désignation par les actions qui s’y déroulent (« se voir », « se parler »).

3 Décret n°2006-441 du 14 avril 2006 portant statut particulier des corps du personnel de surveillance de l’administration pénitentiaire.

4 Sur la base du service d’information des ressources humaines de l’administration pénitentiaire, Florence de Bruyn a établi que le corps de d’encadrement comptait 3 009 personnes en 2017 et que le corps de commandement en comptait 1 124. Dans les trente-cinq dernières années, leurs effectifs cumulés ont été multipliés par 3,1 — passant de 1 361 en 1981 à 4 233 en 2017. L’augmentation simultanée du nombre de surveillants (9 489 en 1981 et 24 078 en 2017) n’a cependant pas conduit à une augmentation du taux d’encadrement (Bruyn, à paraître).

5 Le nom des établissements ainsi que les patronymes des acteurs ont été anonymisés.

6 Ces derniers réalisent, selon mes observations, entre 10 et 15 audiences quotidiennes.

7 Sur les 69 audiences observées au centre de détention de Marignu, seulement 13 avaient fait l’objet d’une convocation, dont 6 suite à une demande de rendez-vous par courrier de l’intéressé.

8 L’affectation en cellule est ainsi évoquée dans 24 des 58 audiences observées à la maison d’arrêt de Tormeilles, quand les circulations d’objets occupent 26 des 69 audiences observées au centre de détention de Marignu. Il s’agit cependant également d’une conséquence du choix des gradés observés. Ceux-ci sont en effet le plus souvent spécialisés sur des secteurs ou des activités.

9 Pendant le mois de septembre 2015, les près de 700 prisonniers de la maison d’arrêt de Tormeilles ont ainsi adressé 959 doléances écrites aux gradés de l’établissement.

10 Ces thématiques sur lesquelles les gradés pénitentiaires n’ont pas de pouvoir décisionnel direct représentent environ un cinquième des demandes formulées lors des audiences, tant à la maison d’arrêt de Tormeilles qu’au centre de détention de Marignu.

11 Au centre de détention de Marignu, le vouvoiement réciproque entre gradés et prisonniers est systématique. Cela s’explique notamment par l’âge moyen plus élevé des prisonniers.

12 Les cantines exceptionnelles permettent d’acheter par correspondance des produits non alimentaires qui ne sont pas proposés dans le catalogue des cantines ordinaires. Elles ne sont possibles, au centre de détention de Marignu, qu’une fois par mois, à une date fixe.

13 Sur un corpus de 183 courriers, 122 mentionnaient un responsable. Parmi ceux-ci, 63 % des responsables identifiés étaient des individus, quand 13 % étaient des groupes professionnels (« les surveillants ») et 24 % des entités juridiques (« l’administration pénitentiaire »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corentin Durand, « Un bureau derrière les barreaux. Travail relationnel et pouvoir discrétionnaire dans les audiences pénitentiaires », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 60 - n° 3 | Juillet-Septembre 2018, mis en ligne le 06 septembre 2018, consulté le 14 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sdt/2599 ; DOI : 10.4000/sdt.2599

Haut de page

Auteur

Corentin Durand

Centre d’étude des mouvements sociaux (EHESS/CNRS)
54 boulevard Raspail, 75006 Paris, France
Centre Maurice Halbwachs (ENS/EHESS/CNRS)
48 boulevard Jourdan, 75014 Paris, France
corentin.durand[at]ens.fr.

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals