Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Lallement, Jan Spurk (Eds.), Stratégies de la comparaison internationale

CNRS Éditions, Paris, 2003 (378 p.)
Cécile Vigour
p. 147-149
Référence(s) :

Michel Lallement et Jan Spurk (dir.), Stratégies de la comparaison internationale, CNRS Éditions, Paris, 2003, 378 p.

Texte intégral

1Prolongeant un séminaire interdisciplinaire sur les méthodes de la comparaison qui a eu lieu entre 1998 et 2000 à Paris, l’ouvrage dirigé par Michel Lallement et Jan Spurk a pour objectif de dresser une synthèse des stratégies de comparaison internationale et de montrer la « comparaison en train de se faire » dans les domaines du travail, des relations professionnelles, de la formation et de l’éducation.

2Le livre regroupe des textes de statuts divers. Certains sont plus empiriques (construction du protocole d’enquête ou résultats de recherches comparatives : B. Collet ; A. Jacob, B. Rist et A. Simonyi ; A. Gueissaz), d’autres plus théoriques : réflexion sur l’élaboration du cadre comparatif, bilan de la littérature sur les méthodes et typologies de comparaisons par discipline (O. Giraud, M. Lallement, C. Erhel) ou sur des objets (A. Bevort et D. Trancart sur l’éducation, J. O’Reilly sur les systèmes d’emploi). Bien que d’intérêt variable, les articles font tous preuve d’une réflexivité sur le travail comparatif.

3Cet ouvrage met en perspective et illustre de manière concrète nombre des problèmes classiques de la comparaison, sur les plans méthodologique, épistémologique et social. Devant le succès paradoxal de la comparaison internationale, à l’heure où les frontières nationales sont contestées, plusieurs auteurs s’interrogent sur la pertinence de l’État-nation comme fondement des comparaisons. Dès lors, la présence d’un double niveau de comparaison (au sein d’un pays et entre pays) peut se révéler un instrument utile pour tester la robustesse des résultats (C. Vassy). « Fréquenter les cuisines de la connaissance » (p. 301) met également en lumière les enjeux sociaux et politiques des comparaisons internationales (J. Spurk, B. Jobert), que ceux-ci soient présents en amont de la recherche (dans les commandes ou les cadres cognitifs disciplinaires) ou en aval (risques d’instrumentalisation des résultats). Cela permet en outre d’observer les distorsions induites par les traductions et la nécessité d’élaborer des concepts globaux moins connotés (A. West), la difficulté à construire des indicateurs pertinents pour tous les pays observés (F. Michon), l’importance des conventions qui fondent les catégories statistiques et sociales (A. Desrosières). Cet énoncé des difficultés de la recherche comparative souligne à quel point comparer exacerbe les écueils caractéristiques de toute recherche en sciences sociales.

4Dès l’introduction est rappelée la distinction de M. Maurice (1990) entre trois stratégies comparatives : l’approche fonctionnaliste (ou cross national), l’approche culturaliste (ou cross cultural) et l’approche sociétale (ou inter national) qui s’efforce d’identifier des « cohérences nationales ». Suivant la posture qu’il adopte, le chercheur privilégiera les ressemblances ou les différences entre pays, donc insistera sur l’universalité des tendances ou la persistance de sentiers spécifiques. La seconde option est clairement privilégiée dans ce livre, qui témoigne, par le nombre de papiers qui s’y réfèrent, de l’influence de l’analyse sociétale sur la recherche française.

5Ainsi, contrairement à de nombreux ouvrages collectifs, ce livre frappe par son souci de cohérence et les efforts pour établir un lien non artificiel entre les articles et une dynamique entre les parties. En insistant sur la diversité légitime des approches (micro, macro ou mixtes), des méthodes (qualitatives et quantitatives) et des angles théoriques susceptibles d’être mobilisés pour comparer, les auteurs définissent la comparaison comme une « stratégie de recherche », et pas seulement une méthode, et excluent l’idée d’un one best way. Ils privilégient au contraire une « pragmatique de la comparaison » (conclusion de M. Lallement), articulant analyse relationnelle, historisme, réflexivité et variété des focales. Les recherches comparatives se doivent de penser de manière dynamique les relations entre acteurs et institutions, entre différents niveaux de régulation (local, global et intermédiaire : A. Labit et J. Thoemmes) qui constituent les configurations nationales, ainsi que leur évolution dans le temps. Tous les articles soulignent le non-sens des comparaisons terme à terme et l’importance de prendre en considération le contexte historique, économique, social et cognitif, en opérant une déconstruction, puis une reconstruction des catégories mobilisées. En conséquence, M. Lallement suggère de « repérer les problèmes communs aux espaces comparés », de « problématiser ces problèmes à l’aide de catégories analytiques pertinentes », d’« en déduire ensuite des notions « transnationales » pour « aboutir enfin à l’adaptation ou à l’invention de méthodes et d’outil de mesures qui réfèrent au problème commun qui sert de prétexte à la recherche » (p. 306).

6Si ce bilan est assez complet et précisément illustré, ceux qui sont au fait de la littérature sur la comparaison pourraient rester sur leur faim, le livre ne renouvelant pas la manière de l’appréhender et témoignant de certains travers de la comparaison. Premièrement, le livre, très franco-centré, illustre le « biais de la sélection » (G. Peters, 1998), à savoir la tendance des chercheurs à comparer les pays qu’ils connaissent le mieux : presque toutes les recherches incluent la France (à l’exception de la contribution de G. Lehmbruch) ; beaucoup comparent la France et l’Allemagne ; la seule présence du Japon comme pays non européen révèle le « provincialisme de la recherche comparative en sciences sociales » (B. Jobert, p. 326). On notera également l’insistance paradoxale sur les approches disciplinaires de la comparaison, alors que l’ouvrage montre la confrontation aux mêmes difficultés et qu’O. Giraud insiste sur l’ampleur du « métissage » et des échanges entre disciplines, courants théoriques et méthodologiques. En outre, l’abondance de textes sur un domaine restreint conduit à des répétitions (présentations de l’analyse sociétale, critiques quant à « l’oubli » de la variable « genre », difficulté des évaluations au niveau international). Enfin, on peut regretter que la réception de l’analyse sociétale hors de la France ne soit presque pas évoquée (Une telle approche est-elle également mobilisée par des chercheurs à l’étranger ? Pour quelles raisons ?) et que l’articulation entre pratique de la comparaison et théorie n’ait pas été plus approfondie.

7Cet ouvrage n’en reste pas moins très stimulant, invitant à entreprendre des recherches comparatives en gardant à l’esprit d’importantes précautions méthodologiques et la nécessité, pour le chercheur, de porter un regard critique et réflexif sur sa démarche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vigour, « Michel Lallement, Jan Spurk (Eds.), Stratégies de la comparaison internationale », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 1 | 2005, 147-149.

Référence électronique

Cécile Vigour, « Michel Lallement, Jan Spurk (Eds.), Stratégies de la comparaison internationale », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 1 | Janvier-Mars 2005, mis en ligne le 24 mai 2005, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/26016

Haut de page

Auteur

Cécile Vigour

Groupe d’analyse des politiques publiques (Gapp), École normale supérieure de Cachan, 61, avenue du Président Wilson, 94235 Cachan cedex, France
vigour[at]gapp.ens-cachan.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals