Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 47 - n° 2Note critiqueTravail et emploi des femmes à l’...

Note critique

Travail et emploi des femmes à l’âge industriel

Michelle Zancarini-Fournel
p. 263-268

Texte intégral

1Laure Lee DOWNS, L’inégalité à la chaîne. La division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre, Albin Michel, coll. « L’évolution de l’humanité », Paris, 2002.
Delphine GARDEY, La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau (1890–1950), Belin, coll. « Modernités », Paris, 2001.
Sylvie SCHWEITZER, Les femmes ont toujours travaillé. Une histoire du travail des femmes aux xixe et xxe siècles, Odile Jacob, Paris, 2002.

2Les trois livres d’histoire concernés par cette note critique n’ont pas le même propos, ni le même but, même s’ils concernent apparemment le même objet : le travail et l’emploi des femmes à l’âge industriel. Les deux premiers ouvrages cités ci-dessus, issus chacun d’une thèse de doctorat, sont des recherches inédites. Le livre de Sylvie Schweitzer est une synthèse personnelle de travaux publiés depuis une trentaine d’années, dont les siens sur Citroën (Schweitzer, 1982) et ceux qu’elle a dirigés sur les formations et le travail des filles et des femmes dans l’espace lyonnais (Schweitzer, 1997 ; Schweitzer, 1999). Nous examinerons donc séparément ces ouvrages, en fonction de leurs caractéristiques spécifiques en les replaçant dans l’historiographie du travail des femmes dans ses liens et ses écarts avec la sociologie. Depuis les travaux de Marguerite Thibert dans « l’entre-deux-guerres », s’est tissé un lien étroit entre histoire des femmes et sociologie. Nombre des problématiques de l’histoire du travail des femmes sont issues des recherches des sociologues, celles de Madeleine Guilbert pour la décennie 1960–1970, et plus récemment celles de Margaret Maruani qui a permis que s’acclimate la distinction fondamentale entre travail et emploi (Maruani, 2000).

3La division du travail entre les hommes et les femmes a été étudiée dans un premier temps par des sociologues dans les années 1960–1970 à partir de la prise en considération de l’existence des femmes sur le marché du travail et de la valeur du travail domestique (Delphy, 1970), puis des rapports sociaux de sexes dans la classe ouvrière (Kergoat, 1982). Minoritaire dans un premier temps, cette approche de genre de la sociologie du travail est devenue aujourd’hui d’usage plus courant (Maruani, 1998) même si sa reconnaissance dans le champ académique reste inachevée (Maruani, 2001 ; Lallement, 2003). Les historiens et surtout les historiennes se sont approprié/e/s le concept de différence des sexes ou de genre depuis une quinzaine d’années (Harden Chenut, 1987 ; Dubesset et Zancarini-Fournel, 1993) comme l’a montré Françoise Thébaud dans sa synthèse historiographique Écrire l’histoire des femmes (Thébaud, 1998).

4L’ouvrage de Laura Lee Downs, L’inégalité à la chaîne, porte un sous-titre — La division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre — qui définit l’originalité de l’étude par rapport aux travaux historiques antérieurs portant sur les ouvrières des usines de guerre (Dubesset et al., 1977) ou sur les surintendantes (Fourcaut, 1982) : il s’agit d’une histoire comparée de la division sexuelle du travail selon deux logiques nationales (française et britannique) dans la conjoncture spécifique de la Grande Guerre. L’approche est une exception bienvenue dans l’actuelle production historique centrée sur l’histoire culturelle et sur le concept de « culture de guerre » : l’historienne revendique avec force l’importance et la nécessité d’une histoire sociale. Comparer c’est mettre en valeur les points communs et les différences. En France, comme en Angleterre, les employeurs, confrontés à une situation exceptionnelle, mettent en place un système d’organisation du travail, de définition des qualifications spécifiques aux femmes, système qui perdure à la fin de la guerre : la rationalisation de l’industrie, le changement technique d’organisation du travail et la division du travail selon les sexes sont liés. C’est ainsi que les qualités dites féminines — le soin, la précision, la régularité — sont des qualificatifs attribués aux types de travaux mécanisés et parcellisés qui sont confiés aux femmes et non aux hommes, même à ceux qui ne sont pas qualifiés. Les salaires féminins sont inférieurs d’environ un quart (en France) et de la moitié (en Grande-Bretagne) à ceux des hommes. L.L. Downs qualifie la logique qui organise ces pratiques « d’aristotélicienne », en faisant des compétences féminines des compétences naturelles légitimées par l’essentialisme.

5Déconstruisant également l’unité de la catégorie « femmes », l’étude permet de faire émerger de nouvelles figures dans l’espace usinier appelées « inspectrices sociales » en Grande-Bretagne, « surintendantes d’usine » en France. Ces fonctions concernent des filles de la bourgeoisie, formées au travail social pour la surveillance des ouvrières, dans un but à la fois de prévention, d’éducation, de contrôle et de maintien de la discipline dans l’atelier. Si leur développement a été plus précoce en Angleterre, l’expérience s’arrête à la fin de la guerre, alors qu’elle perdure et s’accroît en France (elles sont 50 en 1918, 300 en 1938). Avec l’accent mis sur l’hygiène et la surveillance de la maternité, il y a là extension à la sphère privée du contrôle patronal. C’est une particularité de la France où s’interpénètrent idées natalistes et tayloriennes. La question de la formation liée aux qualifications est aussi différente : alors qu’en Grande-Bretagne, des centres de formation pour les ouvrières sont ouverts dès 1915, leur permettant ainsi d’obtenir le niveau des ouvriers semi-qualifiés, l’État et les entrepreneurs français préfèrent pour les femmes une formation sur le tas qui les cantonnent dans la production de séries et qui fait de la technique et du savoir-faire un apanage masculin.

6On s’interrogera sur le fait de savoir s’il n’y a pas de la part de L.L. Downs, par contagion des discours des contemporains, une légère surestimation de la radicale nouveauté que représenterait l’entrée des femmes dans les usines de guerre en 1914–1915. En effet, elles étaient déjà présentes dans la métallurgie française avant la guerre (entre 7 et 10 % selon le degré de rationalisation des entreprises). En tout cas, ce constat permet d’en finir avec les idées reçues selon lesquelles les femmes seraient entrées massivement dans la vie active avec la Première Guerre mondiale et en seraient sorties à la fin de la guerre. Catherine Omnès (Omnès, 1997) a montré comment des carrières d’ouvrières se constituent dans « l’entre-deux-guerres » sur le marché du travail des entreprises rationalisées de la région parisienne. Elle a aussi discuté, en s’opposant à L.L. Downs, la question de la qualification féminine : en 1917, l’État français a, selon C. Omnès, défendu la qualification féminine en créant dans les classifications, à côté des catégories « manœuvres » et « ouvrières spécialisées », la catégorie « ouvrières professionnelles » (Omnès, 2001). On trouve dans la métallurgie parisienne un certain nombre d’ouvrières classées professionnelles comme les décolleteuses, les polisseuses et les soudeuses autogènes, et ce jusqu’en 1925. L’affirmation est valable pour les conventions de la région parisienne, mais ne vaut pas dans les entreprises de province où aucune ouvrière n’est de fait classée professionnelle, même si la catégorie existe dans les textes officiels (Zancarini-Fournel, 1998). On ne peut donc suivre totalement L.L. Downs dans son appréciation sur un État organisateur, pendant la Grande Guerre, de la ségrégation professionnelle des femmes ; il faut admettre que la situation est complexe, diverse, en fonction des lieux de production et des positions patronales.

7Le livre de Delphine Gardey, La dactylographe et l’expéditionnaire. Histoire des employés de bureau (1890–1950), rejoint celui de L.L. Downs sur un point : la question de la convergence entre rationalisation du travail (dans la métallurgie, comme au bureau) et les discours sur la différence des sexes dans l’ordre productif : un ordre hiérarchisé et inégalitaire justifié par des « différences naturelles ».

8Ce livre, issu d’une thèse soutenue en 1995, trace un « portrait de groupe avec dames » des employés de bureau, qui avaient été étudiés par les sociologues qui s’intéressaient aux « couches moyennes » (Crozier, 1965), mais assez peu par les historiens, si ce n’est du point de vue de l’histoire des femmes (Pénelope, 1984 ; Autrement, 1994). L’auteur entreprend une lecture sexuée de ce groupe social autour du métier des employés de bureau, des pratiques et des objets de travail, du mode de vie enfin. Elle interroge le concept de féminisation en montrant comment on passe du veston masculin aux bas de soie féminins au tournant des xixe et xxe siècles. D’abord utilisées pour un travail de bureau traditionnel lié à « la belle écriture », les femmes accompagnent ensuite l’arrivée des machines et des nouvelles techniques (téléphone, machines à écrire, puis à compter...). La féminisation des emplois de bureau se produit d’abord dans le secteur bancaire, puis dans le secteur industriel. Elle est liée au développement de la scolarisation des filles en particulier dans les écoles primaires supérieures (cf. les travaux des sociologues Jean-Pierre Briand et Jean-Michel Chapoulie (Briand et Chapoulie, 1992), mais aussi à l’augmentation importante des possibilités d’emploi dans les maisons de commerce et dans les administrations publiques et privées.

9Étudié à partir de sources spécifiques — les registres du personnel et les dossiers individuels des employés qui permettent de tracer des biographies collectives — l’exemple de l’usine Renault, qui embauche des femmes dans ses bureaux de Billancourt avant 1914, souligne, comme pour la métallurgie, que la guerre n’a pas initié la féminisation de ces emplois, même si le nombre de femmes s’accroît fortement pendant le conflit. Leur activité se spécialise : elles sont dactylographes, téléphonistes, mécanographes, employées à l’écriture, et font des tâches relativement limitées. La comptabilité comme la vente, réservées aux hommes, leur sont interdites. Progressivement les représentations des métiers se figent en « métiers de femmes » et « métiers d’hommes », mais le processus est complexe « la conquête des lieux et des métiers et des spécialités se réalisent à la fois dans un mélange des sexes contribuant à la mixité des espaces et des emplois et dans de nouvelles formes de ségrégation entre les sexes, essentialisant des fonctions et des métiers. Ce double mouvement témoigne d’une incessante recomposition entre des barrières symboliques et matérielles, entre le féminin et le masculin dans les lieux de travail et le social » écrit l’auteur (p. 163). La dactylo détrône donc l’expéditionnaire avant la guerre de 1914, mais elle appartient alors au même monde social. Pour D. Gardey, l’employée de bureau, dans les années 1930, qui ne possède qu’un niveau d’instruction élémentaire, est occupée à des tâches routinières, le plus souvent mécanisées, soumise à une hiérarchie et sans perspective de carrière. Le tableau est un peu sombre et le trait est peut-être forcé. En particulier, si on peut s’accorder sur le constat de la brièveté et la discontinuité des itinéraires masculins et féminins chez Renault (constat sans doute lié — comme le souligne dans une note l’auteur elle-même — à la nature de la source utilisée, les registres de départ), on se refusera à généraliser cette conclusion à l’ensemble des employées de bureau de « l’entre-deux-guerres ». D’autres terrains et d’autres sources — l’étude de dossiers de retraites — qui peuvent introduire aussi un biais (privilégier la stabilité) ont produit des résultats inverses : les employées de Casino à Saint-Étienne ont une instruction post-primaire et de longues carrières de bureau (Dubesset et Zancarini-Fournel, 1993). Françoise Cribier étudiant les itinéraires de retraitées de la région parisienne a souligné combien passer de l’usine au bureau représentait une promotion symbolique si ce n’est salariale (Cribier, 1993).

10Ces deux ouvrages posent donc des questions historiographiques fondamentales, mais ils interrogent aussi des questions travaillées de longue date par la sociologie comme les qualifications et les classifications (liées aux salaires), mais qui n’avaient pas toujours été étudiées sous l’angle du genre.

11« Les femmes ont toujours travaillé » nous dit S. Schweitzer dans son ouvrage. L’affirmation avancée par Michelle Perrot dès 1978 dans l’éditorial d’un numéro du Mouvement social consacré aux « Travaux de femmes » (Perrot, 1978, p. 3 ; Perrot, 1998, p. 191) est ici démontrée avec un postulat qui a l’avantage de bien mettre en valeur les différentes activités des femmes : il faut cesser de considérer, comme l’ont fait nombre d’historiens, d’historiennes et de sociologues, les liens entre le travail des femmes et leur situation conjugale et familiale, pour ne prendre en compte que le travail des femmes. L’auteur récuse les études croisées sur travail et famille, formalisées par exemple par les historiennes américaines Louise Tilly et Joan Scott (Tilly et Scott, 1987). La forme choisie — une synthèse historique du travail des femmes sur deux siècles — ne permettait sans doute pas de suivre des parcours individuels : les analyses longitudinales développées par la sociologie du travail et la sociologie de la famille ont mis en valeur les différentes séquences d’emploi dans les cycles de vie, des femmes comme des hommes ; ce qui est valable pour les dernières décennies du xxe siècle l’est aussi pour celles du siècle précédent, comme divers travaux historiques l’ont montré. Mais il s’agit ici d’une question de méthode, celle du choix entre une analyse macro de statistiques à propos d’un groupe construit d’après la « nature » — les filles et les femmes — et un point de vue qui prend en compte les individues. Le concept de genre n’est pas ou très peu utilisé ici.

12L’étude statistique et juridique sur la longue durée dans les premiers chapitres du livre permet de recadrer la succession de tableaux sur les différents métiers et emplois occupés par les femmes au cours des deux derniers siècles grâce auxquels S. Schweizter démontre son hypothèse. L’auteur s’appuie d’abord sur une étude statistique en revisitant les données établies par Olivier Marchand et Claude Thelot (Marchand et Thelot, 1997). Il est peut-être périlleux de comparer finement des statistiques sur un siècle et demi alors que leur confection et leur agrégation diffèrent selon les recensements particulièrement pour les femmes, comme l’a démontré Christian Topalov (Topalov, 1999) et alors que l’auteur souligne elle-même, par ailleurs, que « l’État est mauvais recenseur ». Justice est faite dans le livre de S. Schweitzer aux formations professionnelles des filles plus diverses et plus nombreuses qu’on ne l’estime généralement. Le rôle de l’éducation est également souligné dans la mobilité sociale, même si l’insistance mise sur la discrimination à l’égard des filles peut être discutée, comme l’a établi Viviane Isambert-Jamati en relativisant l’impact des travaux spécifiques (couture ou travaux manuels) à l’école primaire. Si l’on peut également s’accorder sur le fait que les lois scolaires de Jules Ferry ont « entériné la séparation des groupes sociaux comme des sexes » (p. 25), l’égalitarisme dans le primaire de la formation des filles, comme des garçons, bat en brèche la ségrégation des sexes à l’œuvre dans la scolarisation et l’encadrement des filles dans la période précédant la iiie République. Il n’est rien dit ici du rôle des familles dans la persistance d’une conception minorée de l’éducation des filles. De même, on peut se demander si une autre forme d’écriture du même fait historique ne démontrerait pas exactement le contraire : si l’on prend l’exemple de l’égalité salariale des instituteurs et des institutrices obtenue en 1919, on pourrait aussi bien écrire, non pas qu’elle est obtenue tardivement, mais au contraire qu’il s’agit d’une grande victoire puisque c’est la première profession à obtenir cette égalité salariale après une lutte des groupes féministes dans les amicales et syndicats pendant une quinzaine d’années. Ce qui surprend le plus en fait, c’est la vision relativement linéaire de l’évolution historique, même si la conclusion distingue quatre grandes phases : la première est le temps des paysannes jusqu’au milieu du xixe siècle, la seconde est celle de l’industrialisation, la troisième phase celle « des ajustements entre 1920 et 1960 » et la quatrième « celle de l’égalité des droits » dans les années 1960–1970. À l’exception de la Première Guerre mondiale, le poids des événements remarquables est gommé dans cette trame : c’est ainsi que le rôle de Vichy dans l’effondrement de la formation professionnelle des filles est sous-estimé, comme les conséquences d’une politique nataliste (montée de la natalité à partir du début de l’année 1942) qui perdurent sous la ive République. Les travaux de M. Thibert (pour les années 1930) comme ceux de M. Maruani (pour la crise des années 1970) permettent de réévaluer le rôle des crises dans la transformation des métiers et des emplois.

13Certes à la lecture nous sommes convaincus : les femmes ont toujours travaillé. Se succèdent, avec des trouvailles langagières, des chapitres sur « des métiers de toujours », « servir les machines » ou « gérer les papiers ». La bibliographie qui clôt l’ouvrage témoigne du travail important de recollement entrepris pour cette synthèse et en fait un outil utile pour les étudiant/e/s.

Haut de page

Bibliographie

Briand, J.P., Chapoulie, J.M., 1992. Les collèges du peuple. L’enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République. Éditions du CNRS/INRP/Presses de l’ENS Fontenay-Saint-Cloud, Paris.

Cribier, F., 1993. Origines sociogéographiques, métiers et mobilité sociale : l’emploi de bureau dans les carrières d’une cohorte de Parisiens et Parisiennes des années 20 au début des années 70. In: Grafmeyer, F. (Ed.), Milieux et liens sociaux. Programme Rhône-Alpes. CNRS, Lyon, pp. 73–86.

Crozier, M., 1965. Petits fonctionnaires au travail. CNRS, Paris.

Delphy, C., 1970. L’ennemi principal. Libération des femmes, année 0. Partisans.

Dubesset, M., Zancarini-Fournel, M., 1993. Parcours de femmes. Réalités et représentations. Saint-Étienne, 1880–1950. PUL, Lyon (version abrégée de la thèse soutenue en 1988).

Dubesset, M., Thébaud, F., Vincent, C., 1977. Les munitionnettes de la Seine, 1914–1918. L’autre-front. Études rassemblées par Patrick Fridenson. Cahier du mouvement social 2, 189–219.

Fourcaut, A., 1982. Femmes à l’usine dans l’entre-deux-guerres. Maspéro, Paris.

Harden Chenut, H., 1987. La construction sociale des métiers masculins et féminins dans la bonneterie troyenne. Rapport du CNRS.

Kergoat, D., 1982. Les ouvrières. Le Sycomore, Paris.

Lallement, M., 2003. Quelques remarques à propos de la place du genre dans la sociologie du travail en France. In: Laufer, J., Marry, C., Maruani, M. (Eds.), Le travail du genre. La Découverte/Mage, Paris, pp. 123–137.

Marchand, O., Thélot, C., 1997. Le travail en France, 1800–2000. Nathan, coll. « Essais et recherches », Paris.

Maruani, M., 1998. Les nouvelles frontières de l’inégalité. Hommes et femmes sur le marché du travail. Les sciences sociales du travail à l’épreuve de la différence des sexes. La Découverte/Mage, Paris.

Maruani, M., 2000. Travail et emploi des femmes. La Découverte, Paris.

Maruani, M., 2001. L’emploi féminin dans la sociologie du travail : une longue marche à petits pas. In: Laufer, J., Marry, C., Maruani, M. (Eds.), Masculin-féminin. Questions pour les sciences de l’homme. Puf, Paris, pp. 43–56.

Omnès, C., 1997. Ouvrières parisiennes. Marchés du travail et trajectoires professionnelles au xxe siècle. Édtions de l’EHESS, Paris.

Omnès, C., 2001. Qualifications et classifications professionnelles dans la métallurgie parisienne 1914–1936. Revue du Nord 15, 307–322 hors série, coll. « Histoire ».

Perrot, M., 1978. Travaux de femmes. Le mouvement social, 105 (octobre-décembre).

Perrot, M., 1998. Les femmes ou le silence de l’Histoire. Flammarion, Paris.

Schweitzer, S., 1982. Des engrenages à la chaîne, Citroën, 1915–1935. PUL, Lyon.

Schweitzer, S. (Ed.), 1997. Bulletin du Centre Pierre Léon, « Formations, Emplois xixe–XXe siècles ».

Schweitzer, S. (Ed.), 1999. Bulletin du Centre Pierre Léon, « Métiers et emplois ».

Thébaud, F., 1998. Écrire l’histoire des femmes, Fontenay-aux-Roses. ENS Éditions, Paris.

Tilly, L., Scott, J., 1987. Les femmes, le travail et la famille. Rivages/Histoire, Paris/Marseille traduction (1re édition en 1978).

Topalov, C., 1999. L’émergence de la catégorie « population active » au xixe siècle en France, en Grande Bretagne et aux États-Unis. Revue française de sociologie 3, 445–476.

Zancarini-Fournel, M., 1998. Collective Agreements in France in the 1930s: Products, Territories, scales: the Saint-Etienne Example. In: Whiteside, N., Salais, R. (Eds.), Governance, Industry and Labour Markets in Britain and France. The Modernising State in the Mid-wentieh Century. Routledge, London, pp. 178–192.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michelle Zancarini-Fournel, « Travail et emploi des femmes à l’âge industriel »Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 2 | 2005, 263-268.

Référence électronique

Michelle Zancarini-Fournel, « Travail et emploi des femmes à l’âge industriel »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 2 | Avril-Juin 2005, mis en ligne le 07 juillet 2005, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/26450 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.26450

Haut de page

Auteur

Michelle Zancarini-Fournel

IUFM, 5, rue Anselme, 69317 Lyon cedex 04, France
michelle.zancarini-fournel[at]lyon.iufm.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search