Navigation – Plan du site
Compte rendu

Steve Jefferys, Liberté, Égalité and Fraternité at Work – Changing French Employment Relations and Management

Palgrave Macmillan, New York, 2003 (261 p.)
Michel Lallement
p. 275-276
Référence(s) :

Steve Jefferys, Liberté, Égalité and Fraternité at Work – Changing French Employment Relations and Management, Palgrave Macmillan, New York, 2003, 261 p.

Texte intégral

1Dans l’esprit des National Studies, cet ouvrage propose une double mise en perspective, à la fois historique et macrosociale, des relations de travail« à la française ». Servi par une bonne connaissance de la littérature académique et soucieux de fournir de nombreuses données empiriques, l’auteur façonne, pièce après pièce, un puzzle qui offre une vaste vue d’ensemble sur les mondes du travail de notre pays. Pour parvenir à ses fins, Steve Jefferys porte attention aux « choix idéologiques » qui, majoritairement, informent les relations d’emploi. Héritage de la Révolution française, la matrice qui préside à ces choix est composée de trois principes — liberté, égalité, fraternité — qui servent inégalement, selon les périodes, à l’impression du corps social. Jusqu’aux années 1980, l’égalité et la fraternité étaient aux avant-postes : les syndicats de salariés étaient capables de mener des actions collectives dont les fruits bénéficiaient au plus grand nombre, les mailles du filet de la protection sociale étaient suffisamment serrées pour éviter qu’un trop grand nombre de démunis passe au travers, etc. Après un rapide détour consacré aux principales approches françaises des relations de travail, S. Jefferys défend cette thèse dans trois chapitres dédiés aux classes sociales, aux relations de travail, à l’évolution des valeurs, etc. Le survol pourra paraître bien cavalier aux yeux des historiens. Il a le mérite néanmoins de mettre en évidence quelques traits saillants qui aident à mieux comprendre le sens et la portée des changements contemporains. S. Jefferys insiste notamment sur le rôle à la fois déterminant et évolutif de l’État français dans les décennies d’après-guerre : d’abord planificateur, il est ensuite un agent actif de diffusion des doctrines managériales américaines au sein des grandes entreprises. Bien que la société française reste marquée par de nombreux stigmates (implication toujours déterminante de l’État dans la production de règles substantives et procédurales relatives aux relations de travail, pouvoir et richesse concentrés aux mains d’une petite élite...), les années 1980 inaugurent le sacre d’une rhétorique de la liberté. Entendre bien sûr celui d’un néo-libéralisme économique dont, dans trois autres chapitres, S. Jefferys décrit les effets. Le capitalisme à la française sort d’abord renforcé du tournant libéral négocié en 1983 et bénéficie de l’essor des marchés financiers ainsi que de l’engouement pour les structures productives en réseaux. Même si elles sont loin de faire consensus dans l’ensemble de la classe patronale, les offensives récurrentes du Medef sont ensuite autant de coups de boutoir contre le modèle de relations de travail dominant dans la France des Trente Glorieuses. Quant aux syndicats, ils sont plus que jamais sur la défensive, tant est flagrante leur difficulté à conquérir de nouveaux territoires comme celui des PME, des minorités ethniques, etc. Ces conclusions ne surprennent guère. Mais l’ambition de l’auteur n’est pas de charrier et de travailler dans le détail un matériau de première main. Privilège de Persan ? L’objectif est, on l’aura compris, de s’essayer à un exercice que les spécialistes français s’autorisent rarement à mettre en pratique. De là un ouvrage utile, aux vertus pédagogiques certaines et dont l’un des mérites est de nous aider à prendre quelques distances avec les études ciblées dont nous sommes coutumiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Lallement, « Steve Jefferys, Liberté, Égalité and Fraternité at Work – Changing French Employment Relations and Management », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 2 | 2005, 275-276.

Référence électronique

Michel Lallement, « Steve Jefferys, Liberté, Égalité and Fraternité at Work – Changing French Employment Relations and Management », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 2 | Avril-Juin 2005, mis en ligne le 07 juillet 2005, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/26478

Haut de page

Auteur

Michel Lallement

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise–CNRS), Cnam, 2, rue Conté, 75003 Paris, France
lallemen[at]cnam.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals