Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 47 - n° 2Compte renduGilbert de Terssac (Ed.), La théo...

Compte rendu

Gilbert de Terssac (Ed.), La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud

La Découverte, coll. « Recherches », Paris, 2003, (448 p.)
Philippe Bernoux
p. 277-279
Référence(s) :

Gilbert de Terssac (dir.), La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud, La Découverte, coll. « Recherches », Paris, 2003, 448 p.

Texte intégral

1Il est heureux qu’un ouvrage soit consacré à la théorie de la régulation sociale (TRS) de Jean-Daniel Reynaud. Le milieu sociologique a trop peu parlé de Les règles du jeu lors de sa parution (1989), et n’a guère fait écho aux ajouts substantiels de la réédition de 1997. C’est dommage. L’objet de la réflexion de J.‑D. Reynaud, la constitution des rapports sociaux, sa problématique, celle des régulations sociales, venue ici du champ des relations professionnelles, valait la peine d’un débat plus important. L’ensemble théorique contenu dans la théorie de la régulation sociale est une des contributions les plus solides et originales de la sociologie contemporaine. Contenant les communications faites lors d’un colloque, l’ouvrage recensé ici comporte des « Réflexions » inédites de J.‑D. Reynaud.

2Théorie de la construction des règles sociales, la TRS est fondée sur le principe de l’autonomie des acteurs, la régulation y étant définie comme la capacité de ces acteurs à construire des règles sociales et à y consentir. Les règles ne sont ni exogènes à la relation sociale, ni dépendantes d’un équilibre social global, elles n’existent que dans l’interaction. Pour le montrer, l’auteur s’est appuyé sur l’observation des négociations entre acteurs des relations professionnelles, où il a constaté que les règles posées par les directions (appelées régulations de contrôle) étaient modifiées ou remises en cause à travers des règles venues de la base (régulations autonomes), le résultat aboutissant à des règles acceptées par les deux parties (régulation conjointe). L’initiative de leur construction peut venir de partout. La théorie de la régulation sociale est une théorie de l’action collective.

3On voit la force de cet apport : J.‑D. Reynaud traite d’une question fondamentale en sociologie, celle des règles, à partir d’une observation rigoureuse du jeu des acteurs. La théorie est fondée sur l’observation.

4Comment se construisent les règles, à l’initiative de qui, comment se forment les acteurs collectifs, quelles rationalités sont mises en œuvre, quelles sont leur efficience, quels liens aux autres ensembles théoriques, etc. ? Les différentes interventions ont cherché à balayer ces questions.

5Tout d’abord, la règle ne dit rien de son efficience (les juristes insistent aussi sur ce point) car elle ne vaut que par le consentement des acteurs et la capacité des institutions à la faire respecter. La règle est une réalité collective que les dispositifs et les institutions ne suffisent pas à faire exister car il y faut l’engagement des acteurs. L’élaboration des règles, celle des compromis, rapproche certes les acteurs sociaux, mais dans une approche qui peut être conflictuelle et qui ne présuppose pas de vision communautaire, ce que l’expression de « régulation conjointe » pourrait laisser entendre. De même, les nouveaux outils de gestion qui se veulent une véritable discipline industrielle, non seulement n’éliminent pas les régulations mais ne fonctionnent qu’avec des transactions au niveau de leur mise en œuvre. Il faudrait d’ailleurs plutôt parler de processus de régulation, au moment où, se succédant sans discontinuer, les changements structurent les organisations et où leur application impose des transgressions.

6Comment se constituent les acteurs collectifs et donc les régulations ? De nombreux exemples concrets mettent en évidence que les régulations découlent d’un échange social, venant ou non d’une relation contractuelle (cas de la constitution des règles de rémunération, celle des systèmes de salaire ou celle de la hiérarchie des revenus dont les principes sont largement hétérogènes) ou d’un artefact (cas de l’apprentissage organisationnel où l’accent est mis sur des formes de régulation « latérales » ou de prescriptions réciproques dans des instruments qui apparaissent formels alors qu’ils sont dépendants de logiques locales, proches des régulations autonomes), que les acteurs ne préexistent pas forcément à l’action (cas de la régulation territoriale où la constitution des acteurs devient un enjeu central), que les changements à l’intérieur de grandes entreprises bureaucratiques sont plutôt des processus permanents de changement, etc.

7La confrontation aux différentes théories, malheureusement trop limitées à celles de l’Hexagone, qui cherchent à éclairer le même thème, permet des rapprochements intéressants. La théorie des conventions et celle de la régulation sont proches de la théorie de la régulation sociale, à travers, entre autres, la question de la coordination des comportements. Cette coordination se fait dans les deux théories à travers la coordination des jugements. Elle ne relève donc pas seulement de l’échange marchand. La différence entre les deux approches se prend de ce que pour la première, ce qui assure la coordination ce sont finalement des valeurs communes, tandis que, pour J.‑D. Reynaud, la légitimité vient des interactions, et de rien d’autre. Pour l’approche stratégique de la sociologie des organisations, l’opposition entre rationalité stratégique et rationalité de l’échange social fait problème, car ce dernier, analysé comme don et contre-don, ne peut pas échapper à la stratégie ; en effet, tout échange est politique pour les tenants de l’approche stratégique. Enfin, si la théorie de la régulation sociale est proche de l’analyse sociétale en ce qu’elle lit les rapports économiques comme des rapports sociaux, elle s’en éloigne dans la mesure où, dans l’approche sociétale, l’aspect holiste semble commander ces rapports sociaux. L’analyse du lien entre les règles et le sens de même que les remarques sur la difficulté actuelle de la lecture due à la pléistocratie contribuent à donner aux travaux de J.‑D. Reynaud une place de référence dans la théorie sociologique.

8Le lecteur est alors d’autant plus frustré de constater qu’il n’y a qu’une seule communication d’auteur non français, et que la TRS n’est donc pas confrontée aux courants théoriques internationaux. Or cette théorie se nourrit de débats avec tous ceux qui ont pensé l’action collective, l’action organisationnelle, la coordination consciente, la rationalité limitée, avec la théorie de la structuration d’Anthony Giddens, celle de la société comme entité organique et comme formation sociale. Il est très dommage que nous ne sachions rien du retentissement de la théorie de la régulation sociale à l’étranger alors même que l’auteur, J.‑D. Reynaud, y est bien connu. Cette question des comparaisons internationales est d’ailleurs au cœur de l’intervention du seul invité étranger, montrant l’intérêt qu’il y aurait eu à ne pas s’en tenir à un débat franco-français. Il n’y a pas non plus de confrontation à la théorie économique de la régulation, ce qui est dommage et que ne remplacent pas les considérations sur holisme et individualisme méthodologique présentées par J.‑D. Reynaud.

9Autre point abordé trop rapidement, le contexte historique de la naissance de la TRS. Elle est née de l’observation de la négociation dans le domaine des entreprises industrielles, à une période où la négociation y était forte. Que devient l’idée de régulation autonome dans la situation actuelle ? A contrario, que se passe-t-il dans les pays où la négociation est restée vivante. Cette question pose celle de l’universalité du modèle tiré des relations professionnelles. Un des éléments de la réponse, qui permet aussi d’éclairer un point pas toujours bien interprété dans les débats, est contenu dans l’analyse de la construction des règles. Cette théorie ne doit pas être réifiée car, même si certains acteurs sont affaiblis, d’autres règles se constitueront avec d’autres acteurs. L’acteur collectif ne préexiste pas à la régulation. La théorie de la régulation sociale cherche à comprendre les règles en train de se construire. C’est par là qu’elle a une dimension universelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Bernoux, « Gilbert de Terssac (Ed.), La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud »Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 2 | 2005, 277-279.

Référence électronique

Philippe Bernoux, « Gilbert de Terssac (Ed.), La théorie de la régulation sociale de Jean-Daniel Reynaud »Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 2 | Avril-Juin 2005, mis en ligne le 07 juillet 2005, consulté le 23 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/sdt/26485 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sdt.26485

Haut de page

Auteur

Philippe Bernoux

Glysi-Safa, Institut des sciences de l’homme, 14, avenue Berthelot, 69007 Lyon, France
philippe.bernoux[at]ish-lyon.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search