Navigation – Plan du site

AccueilNumérosVol. 47 - n° 2Compte renduHervé Sciardet, Les marchands de ...

Compte rendu

Hervé Sciardet, Les marchands de l’aube. Ethnographie et théorie du commerce aux puces de Saint-Ouen

Economica, Paris, 2002 (218 p.)
Pierre François
p. 285-286
Référence(s) :

Hervé Sciardet, Les marchands de l’aube. Ethnographie et théorie du commerce aux puces de Saint-Ouen, Economica, Paris, 2002, 218 p.

Texte intégral

1Le livre d’Hervé Sciardet est susceptible de faire l’objet d’au moins trois niveaux de lecture. On peut tout d’abord le lire comme la monographie exemplaire d’un univers marchand singulier, celui du marché aux puces de Saint-Ouen. L’auteur rend compte de la complexité d’un système d’échange et de son insertion dans une économie dont il décrit les principaux acteurs — brocanteurs, antiquaires, chineurs, biffins, zonards. Le commerce de brocante, dont l’auteur montre qu’il est avant tout orienté vers l’amont, s’inscrit dans des circuits d’approvisionnement qui le font jouxter une économie parallèle, celle du vol et de la toxicomanie. L’auteur reconstitue la carrière des objets le long de circuits de commercialisation qui les font sortir de leur patrimoine d’origine et qui les reclasse dans des patrimoines de destination. Fort de nombreux extraits d’entretiens et de comptes rendus ethnographiques appuyés sur un travail de terrain précis et rigoureux, il évoque les faces composites de ce monde singulier — suivant en cela une logique que l’on souhaiterait, il est vrai, parfois plus transparente : la chine et ses itinéraires, les biffins et les zonards, la distribution spatiale de l’activité commerçante, les différents modes de commercialisation de cet univers marchand (l’étalage, le déballage, l’économie des contacts).

2Mais le propos d’H. Sciardet va bien au-delà du simple compte rendu d’enquête ethnographique — au fil de la lecture sont abordées de nombreuses questions qui sont au cœur de la sociologie des marchés. La question des compétences marchandes des acteurs, de leur acquisition et de leurs limites, est ainsi l’un des leitmotive de l’ouvrage : l’auteur montre comment, dans le travail de la chine, s’articulent les compétences des généralistes et celles des spécialistes, dont l’art est de connaître simultanément les objets et leurs classifications érudites, et les clients susceptibles de les acquérir. Précieuses lorsqu’il s’agit de dénicher les objets, les compétences sont aussi nécessaires lorsque le commerce se tourne vers l’aval et qu’il s’agit de négocier les objets avec les clients — dans ces interactions, d’ailleurs, les collectionneurs forment parfois les brocanteurs qui les approvisionnent. En reconstituant la diversité des mécanismes d’échange, l’auteur en vient par ailleurs à proposer une théorie de la formation des prix au sein de cet univers marchand. Lors de la vente à l’étalage, où les brocanteurs vendent leurs marchandises aux badauds et aux petits collectionneurs, les transactions sont standardisées et les prix, pour l’essentiel, conventionnels : les prix ne se forment pas directement dans les interactions entre vendeurs et acheteurs, mais sont définis dans l’expérience des professionnels en amont de la transaction, au fil de la répétition des échanges et des apprentissages qui en résultent. Le déballage, temps professionnel où les brocanteurs vendent à des marchands, est quant à lui un mode de commercialisation fortement ritualisé, dont les règles tacites sont plus contraignantes que la réglementation commerciale officielle. Les prix annoncés par les brocanteurs quand ils s’engagent dans une procédure de marchandage, nous dit l’auteur, sont « rationnels » : ils correspondent aux prix pour lesquels plusieurs marchands sont au bord de la décision d’achat. Ils sont eux aussi le résultat d’un processus d’apprentissage, mais d’un apprentissage fortement idiosyncrasique : c’est par leur expérience personnelle des négociations et de l’effet qu’engendre l’annonce d’un prix que les brocanteurs apprennent les prix en vigueur lors du déballage marchand.

3Mais le cœur théorique de l’ouvrage, avancé d’ailleurs dans son titre, concerne moins la sociologie des marchés que l’opposition proposée par l’auteur entre l’échange et le commerce, et par le lien qu’il établit entre théorie du commerce et théorie de l’entrepreneur. Dans la situation d’échange, les biens sont acquis ou vendus en fonction des préférences des acteurs sous contraintes monétaires. En s’inspirant de l’économie autrichienne (et plus précisément des travaux de Ludwig Von Mises et d’Israël Kirzner), H. Sciardet montre que les transactions qui se déroulent sur le marché aux puces de Saint-Ouen ne peuvent pas être saisies comme des échanges : ce sont des transactions commerciales au cours desquelles ce qui se joue est la formation d’un profit. Pour les auteurs autrichiens, le profit n’est pas le prix de quelque chose (i.e., la rémunération que reçoit un producteur contre la livraison d’un bien ou d’un service), mais un écart de prix pour la même chose : le profit se forme quand un acteur économique (l’entrepreneur) est capable de repérer un écart de prix potentiel entre deux situations auxquelles il a accès. En l’occurrence, l’écart s’établit entre le prix qu’il faut payer aux propriétaires initiaux de l’objet pour l’extraire de sa classe d’appartenance de départ et le prix que son acheteur final acceptera de verser pour l’insérer dans sa classe d’appartenance d’arrivée. L’entrepreneur étudié par H. Sciardet n’est pas un spéculateur, ce n’est pas non plus un innovateur schumpétérien, c’est un commerçant : le profit qu’il engendre « résulte de la possibilité d’identifier le même dans des zones d’échange différentes, séparées par des barrières de droit, de valeurs, de pouvoir, de statuts, et d’envisager pratiquement les moyens de faire passer l’objet d’une zone à l’autre » (p. 189). Mais s’il emprunte à l’économie autrichienne cette intuition, H. Sciardet s’en éloigne sur un point capital : alors que, pour I. Kirzner, la capacité à repérer des écarts de prix et à engendrer du profit renvoie avant tout à la subjectivité et au « génie » de l’entrepreneur — et qu’elle est à cet égard assez peu étudiée — il faut, pour H. Sciardet, s’interroger sur les conditions sociales d’institution de ces écarts. Ces écarts sont rendus possibles par l’existence de cadres sociaux du commerce, qui introduisent une discontinuité au sein du monde social (discontinuité d’où peuvent surgir des occasions de profit) et qui donnent aux acteurs des cadres interprétatifs qui leur permettent d’apprécier leurs chances de profits. Cette double théorie du commerce et de l’entrepreneur constitue la trame d’un ouvrage qui articule efficacement un travail de terrain d’une grande finesse et un questionnement théorique stimulant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre François, « Hervé Sciardet, Les marchands de l’aube. Ethnographie et théorie du commerce aux puces de Saint-Ouen », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 2 | 2005, 285-286.

Référence électronique

Pierre François, « Hervé Sciardet, Les marchands de l’aube. Ethnographie et théorie du commerce aux puces de Saint-Ouen », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 2 | Avril-Juin 2005, mis en ligne le 07 juillet 2005, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/26516

Haut de page

Auteur

Pierre François

Centre de sociologie des organisations (CSO–FNSP/CNRS), 19, rue Amélie, 75007 Paris, France
p.francois[at]cso.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search