Skip to navigation – Site map

HomeNumérosVol. 47 - n° 2Compte renduEstelle Deléage, Paysans, de la p...

Compte rendu

Estelle Deléage, Paysans, de la parcelle à la planète. Socio-anthropologie du Réseau agriculture durable

Éditions Syllepse, Paris, 2004 (246 p.)
Jocelyne Porcher
p. 287-288
Bibliographical reference

Estelle Deléage, Paysans, de la parcelle à la planète. Socio-anthropologie du Réseau agriculture durable, Éditions Syllepse, Paris, 2004, 246 p.

Full text

1Bien davantage qu’à une critique de « la fin des paysans », c’est à un rendez-vous avec des « agriculteurs inventifs et critiques » et à la découverte de nouveaux modes de travailler en agriculture que nous convie Estelle Deléage dans : Paysans, de la parcelle à la planète. En trois parties et huit chapitres, l’auteur extirpe du marasme, où semble se débattre sans s’épuiser jamais l’agriculture productiviste, un monde paysan d’une séduction que l’on croyait n’appartenir plus qu’aux tentations de la nostalgie rurale. Difficile pourtant de taxer E. Deléage de défenderesse de l’archaïsme paysan et de pourfendeur(e) de la modernité. Les agriculteurs du RAD (Réseau agriculture durable) qu’elle nous fait rencontrer sont des partisans de l’herbe et du champ, les pionniers d’une autre agriculture.

2À l’appui d’une bibliographie transdisciplinaire, E. Deléage analyse la dynamique de création et les objectifs de ce réseau. Dans une première partie, elle revient sur le projet de l’agriculture moderne et l’avènement de la rationalité purement instrumentale qui y préside et sur ses conséquences : transformation de l’espace, du temps, du travail, violence et souffrance. Contre cette évolution présentée par ses thuriféraires comme quasi naturelle, des agriculteurs se sont regroupés pour dire non. Dans une deuxième partie, l’auteur analyse l’émergence historique de ce « non » en suivant les traces laissées par les militants des années d’après guerre, puis des années 1980 : influence du syndicalisme, de la révolution fourragère, du passage de la gauche au pouvoir. Elle explicite ensuite la naissance et la construction d’un oui à une autre agriculture notamment appuyée sur le mouvement écologiste et la revendication d’autonomie mise en œuvre par la forme associative et le travail en réseau. Le RAD comprend aujourd’hui 29 structures et rassemble plus de 2000 agriculteurs, essentiellement dans le Grand Ouest.

3Dans une troisième partie, l’auteur développe les éléments d’articulation d’une agriculture durable : avec la technique, l’économie, la politique et la culture. Loin d’être des rétifs de la technique, les agriculteurs du RAD témoignent du bon usage qu’ils en font quand ils mêlent savoir profane et savoir savant. Ils ne sont pas davantage réfractaires à l’économie prise dans son sens commun, i.e. social. C’est la bioéconomie, au sein de laquelle l’énergie est une dimension centrale du processus économique, qui les concerne et qu’ils se représentent comme une éthique. D’un point de vue politique, il s’agit de réconcilier l’agriculture, la nature et la culture et pour cela de redéfinir le contrat entre l’agriculture et la nation. Mobilisant la parole et l’action, les agriculteurs du RAD revendiquent d’être reliés avec leurs voisins mais aussi avec leurs concitoyens et plus largement avec les paysans d’autres pays. Se réclamant de l’économie solidaire et du commerce équitable, ces paysans militants associatifs comptent le don comme une valeur sûre. Considérant l’agriculture comme une culture, dans un monde où « l’homme est le monde de l’homme », et où la culture est l’expression de la vie, les paysans que nous décrit E. Deléage lisent, écoutent de la musique, vont au théâtre... Citoyens parmi les citoyens du monde, ils savent faire le lien, nous dit l’auteur en conclusion, entre principe de responsabilité et principe de précaution. Elle fait le vœu que le RAD grandisse encore et témoigne pour un nombre croissant d’agriculteurs et de citoyens qu’il existe de véritables alternatives au modèle productiviste.

4J’ai beaucoup aimé le livre d’E. Deléage. Néanmoins, je serai critique sur trois points : la conceptualisation du travail dans sa recherche, la place des animaux d’élevage dans la façon dont elle rend compte du monde de ces agriculteurs, le statut « alternatif » du RAD.

5À de nombreuses reprises, l’auteur fait référence au travail pour expliquer les choix des agriculteurs. Or la notion de travail n’est pas explicitée. Il me semble qu’elle est implicitement davantage appuyée sur les théoriciens de la fin du travail que sur ceux de la centralité du travail dans l’identité. Le travail semble être réduit à sa rationalité économique. C’est pourquoi, les agriculteurs revendiquent d’avoir une vie « à côté ». Mais cet « à côté » est en fait profondément lié au travail. Il renvoie aux rationalités non économiques du travail, à ce qui en a été exclu : la rationalité identitaire, les relations, i.e. le vivre ensemble. C’est moins de se libérer du travail dont il pourrait être question dans l’agriculture durable que de se réapproprier le travail dans ce qu’il a de fondamental pour l’être humain.

6On constate que ces agriculteurs, pour la majorité en polyculture élevage, et donc éleveurs, ne témoignent pour leurs vaches que via l’herbe ou le soja du commerce équitable. Même si cette primauté de l’alimentation sur la relation peut se concevoir historiquement au sein du RAD, du fait notamment de l’influence écologiste, comment imaginer une agriculture durable sans les animaux d’élevage, sans qu’ils existent autrement que comme outils de « l’activité » des éleveurs ? Dans le travail, les animaux existent et il n’est pas impossible que pour eux également la question aujourd’hui soit moins de s’en libérer que d’en faire un vecteur d’autonomie, de relations et d’intelligence.

7On ne peut que s’interroger enfin sur le caractère « alternatif » de l’agriculture « durable ». S’agit-il de construire une agriculture réellement alternative aux systèmes industriels, c’est-à-dire qui les remplace définitivement, ou d’ouvrir les voies d’une agriculture « à côté » destinée à pallier localement, d’un point de vue collectif, les inconvénients écologiques et sociaux des productions agro-industrielles ?

Top of page

References

Bibliographical reference

Jocelyne Porcher, “Estelle Deléage, Paysans, de la parcelle à la planète. Socio-anthropologie du Réseau agriculture durable”Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 2 | 2005, 287-288.

Electronic reference

Jocelyne Porcher, “Estelle Deléage, Paysans, de la parcelle à la planète. Socio-anthropologie du Réseau agriculture durable”Sociologie du travail [Online], Vol. 47 - n° 2 | Avril-Juin 2005, Online since 07 July 2005, connection on 17 May 2021. URL: http://journals.openedition.org/sdt/26527; DOI: https://doi.org/10.4000/sdt.26527

Top of page

About the author

Jocelyne Porcher

Laboratoire de psychologie du travail et de l’action, INRA–SAD/Cnam, 41, rue Gay Lussac, 75005 Paris
jocelyne.porcher@free.fr

By this author

Top of page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search