Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Michel Forsé, Maxime Parodi, La priorité du juste, éléments pour une sociologie des choix moraux

Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », Paris, 2004 (256 p.)
Patrick Pharo
p. 423-426
Référence(s) :

Michel Forsé et Maxime Parodi, La priorité du juste, éléments pour une sociologie des choix moraux, Presses universitaires de France, coll. « Sociologies », Paris, 2004, 256 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Michel Forsé et Maxime Parodi se fonde sur un postulat, celui d’une révolution morale qui, dans les sociétés modernes, établirait désormais une priorité du juste sur le bien, pour défendre à partir de là une thèse relative à la « justice comme accord unanime sur des règles pour surmonter un conflit ». Les lecteurs peu familiers avec la philosophie morale anglo-américaine ne saisiront peut-être pas immédiatement le sens de la distinction entre les deux termes « juste » et « bien » qui appartiennent l’un et l’autre au vocabulaire de la morale et qui, en réalité, se recoupent très souvent entre eux. Mais les auteurs, et ce n’est pas le moindre intérêt de cet ouvrage, s’efforcent de mettre à leur disposition les principaux éléments du débat moderne sur ce sujet, dont l’origine se trouve dans la tradition du libéralisme politique, et en particulier dans l’œuvre de John Rawls. Suivant une présentation schématique, les théories du juste s’inscrivent dans une approche déontologique plutôt que conséquentialiste de la morale, privilégient le raisonnable, au sens d’un usage public, impersonnel et impartial de la raison, sur le rationnel, au sens d’une maximisation des utilités ou des préférences particulières, et finalement une conception libérale plutôt que perfectionniste du bien public, au sens d’une neutralité du juste par rapport aux différentes conceptions du bien. À vrai dire, cette présentation ne rend pas justice aux sources distinctes et souvent opposées du libéralisme politique, puisque par exemple c’est à l’un des penseurs majeurs de l’utilitarisme, John Stuart Mill, que l’on doit l’idée d’une neutralité de la puissance publique par rapport aux conceptions particulières du bien. Et d’autre part, comme le font remarquer les auteurs, J. Rawls lui-même fonde sa propre approche du raisonnable sur une conception plutôt utilitariste de l’agent rationnel qui, dans la position originelle, opte pour les deux principes de justice. Il s’agit en particulier du principe de différence qui recommande à l’agent de choisir le système d’inégalités le plus favorable aux plus défavorisés, parce qu’il a certes un sens de la justice, mais surtout pour éviter toute mauvaise surprise lorsque se déchirera le voile d’ignorance sous lequel il a été mis. Toutefois, l’arrière-plan théorique choisi par les auteurs leur permet de négliger ces incertitudes du libéralisme politique moderne, puisqu’il s’agit essentiellement chez eux d’un kantisme militant, revisité par les approches néo-kantiennes contemporaines d’une autonomie du sujet et de la raison finie, conçue ici comme une sorte de révolution copernicienne permettant de penser à nouveaux frais tous les problèmes de la morale.

2C’est précisément dans ce type d’entreprise que s’engage ce projet de « sociologie des choix moraux », en se proposant deux tâches, l’une qui relèverait plutôt de l’induction sociologique et l’autre qui relève davantage de la déduction a priori des principes, chacune d’elles donnant lieu aux deux grandes parties dont l’ouvrage est composé. La première, consacrée aux « raisons du spectateur équitable », présente le programme général de l’ouvrage et une critique de l’homo œconomicus et de l’utilitarisme, auquel il oppose son hypothèse centrale, suivant laquelle l’opinion tend à l’équité lorsque les conceptions économiques et celles de la vie bonne s’effacent. Il s’agit bien là, selon les auteurs, non pas seulement d’une spéculation théorique, mais d’une hypothèse empirique que l’on peut soumettre à l’épreuve des faits, et en particulier ici celle d’une enquête d’opinion réalisée en 2000 par l’Ifop à la demande du ministère de l’Emploi et de la Solidarité. Quoiqu’on pense de la portée des enquêtes d’opinion, celle qui est choisie est particulièrement intéressante pour une sociologie morale, puisqu’il s’agit de l’assentiment du public à l’égard de l’État-providence et de ses œuvres. Et l’exercice auquel se livrent les auteurs ne manque pas non plus d’intérêt, puisqu’il consiste à soumettre l’enquête en question à une analyse factorielle — déployée ici avec beaucoup de brio et d’acharnement méthodologique —, pour déceler dans les réponses recueillies l’expression sous-jacente d’un « spectateur équitable ». La méthode dite du « spectateur équitable », et non pas seulement « impartial » ou « judicieux », entend écarter les difficultés de l’utilitarisme et de sa conception anthropologique de la sympathie, pour chercher à lire dans les données empiriques la présence d’une procédure universelle pour trouver le juste, laquelle vaudrait à la fois comme objet et comme méthode des sciences sociales — ce qui est, pour le moins, un projet ambitieux. Il y aurait ainsi, très clairement, un rôle explicatif de la dimension morale (conçue suivant l’approche des auteurs), dans la détermination des opinions et des choix.

3Pour tenter de faire cette démonstration, l’analyse commence par dégager de l’enquête trois classes d’opinions correspondant à des acteurs partiaux (« outsiders », « insiders sélectifs », « insiders universalistes »), tout en soulignant que la position des insiders universalistes, favorables à l’État-providence, ne peut guère s’expliquer par l’intérêt bien compris. Puis, pour aller plus avant dans l’analyse des données, les auteurs proposent un « modèle moral » qui repose sur la distinction entre un « principe de plancher » (P1 : il faut un minimum pour vivre) et un « principe de réciprocité » (P2 : nul ne doit vivre aux dépens des autres). Or, cette conceptualisation, très claire dans son principe, se retrouve dans les opinions exprimées sur le RMI puisque ceux qui mettent le RMI assez haut sont aussi ceux qui par ailleurs soutiennent P1, tandis que ceux qui soutiennent P2 le mettent plus bas. De plus, la part plus ou moins grande accordée à chacun des deux principes paraît corrélée avec l’axe de satisfaction par rapport à sa propre situation (outsiders/insiders). La cohérence des réponses et leur répartition sur l’axe de satisfaction prouvent-elles la validité de l’hypothèse du spectateur équitable ? Les auteurs le pensent, car les partisans de P1, qui se recrutent surtout chez les insiders universalistes, sont aussi ceux qui semblent le plus dégagés de leurs intérêts immédiats, et il semble possible d’autre part d’écarter certaines autres interprétations, en termes par exemple d’idéologies politiques ou d’aversion au risque. Ces observations offrent du reste une explicitation très éclairante de la thèse de Raymond Boudon, suivant laquelle les positions des sujets sociaux ne dépendent pas d’une boîte noire culturelle, mais de jugements fondés sur des raisons. On éprouve cependant une certaine perplexité quant à la portée de la preuve empirique qui serait ainsi administrée. La cohérence analytique des raisons du théoricien (le sens de la justice est d’autant plus universel et impartial qu’il peut s’abstraire des intérêts particuliers) se retrouve apparemment dans certaines raisons des enquêtés qui lui sont contemporains, mais cela prouve surtout que les liens entre raisons théoriques sont parfois assez forts pour se retrouver dans des opinions profanes. Pour autant cette heureuse conjonction ne démontre pas qu’il suffirait d’être socialement satisfait pour être impartial et elle ne donne aucun élément sur le statut ultime des raisons morales car, après tout, aucune enquête d’opinion ne pourra dire si l’universalisme moral est un fait naturel ou socialement dérivé ou la manifestation immanente d’une raison pratique de type kantien. Quant à la supériorité de la morale du juste sur celle du bien, de l’utilité et des conséquences, elle est argumentée avec force par les auteurs, mais elle n’est sûrement pas prouvée par l’enquête. On peut d’ailleurs se demander jusqu’à quel point le sociologue a intérêt à vouloir arbitrer entre les philosophies morales concurrentes du temps présent : déontologisme kantien, morale des utilités et des conséquences, ou éthique des vertus (dont il n’est d’ailleurs pas du tout question dans cet ouvrage). Certes, le sociologue de la morale peut difficilement ne pas se sentir engagé par le caractère normatif de son objet, mais il ne peut se permettre non plus de l’être trop, sauf à risquer de perdre une trop large part de sa réserve scientifique.

4Cette question, inhérente aux développements de la première partie, prend encore plus de relief dans la seconde. Il s’agit là en effet d’une tentative de démonstration d’une sorte de principe premier de justice, le « principe de l’accord unanime », à partir d’abord de prémisses purement logiques : l’impossibilité d’un accord fondé sur un non-accord ainsi que celle d’une justice fondée sur le renoncement d’un participant à son droit de veto, puis d’une approche critique de toute une série de courants qui pourraient d’une façon ou d’une autre porter atteinte à ce principe d’accord unanime et d’égale liberté. Sont ici visées les différentes théories de l’intérêt, bien sûr, mais plus particulièrement les approches libertariennes de l’économie, qui confondent le fait de l’échange marchand avec le droit, l’aversion au risque qu’on trouve à l’arrière-plan de l’anthropologie hobbesienne et des interprétations utilitaristes ou évolutionnistes du dilemme du prisonnier, ou enfin les thèses communautaristes qui, entre autres, incluent des clauses secrètes dans la recherche de l’accord et reprochent indûment aux théories du juste de ne tenir aucun compte des conceptions du bien. Cette partie témoigne à n’en pas douter d’une grande culture philosophique et d’une véritable exigence de fondation du principe proposé. Mais à trop vouloir embrasser, elle court le risque non seulement de s’immiscer dans une série de débats techniques sans faire droit aux multiples controverses que ceux-ci ont pu nourrir dans la littérature contemporaine, mais aussi finalement de ne pas réussir à étreindre les seuls contours de sa propre hypothèse. Car de deux choses l’une : ou l’accord unanime est posé comme un fait, et dans ce cas-là il suffit de considérer la réalité sociale des conflits pour voir que l’accord n’est jamais véritablement unanime ; ou l’accord unanime est une expérience de pensée qui, comme le principe kantien d’universalisation ou les principes rawlsiens de justice, servirait de critère pour juger de la valeur éthique des accords ou désaccords particuliers. Mais dans ce cas-là on peut craindre qu’il n’apporte aucune spécification nouvelle au principe kantien d’universalisation et qu’il puisse même l’affaiblir en lui donnant une dimension pragmatique non souhaitable. Car si des bandits ou des méchants mettent leur veto à un bon accord, devra-t-on en conclure que cet accord n’est au fond pas si bon que cela ? Et n’y a-t-il pas des cas où la loi du plus fort, heureusement, sert la justice, comme par exemple lorsque l’État de droit réussit à en imposer aux intérêts particuliers ? Ces remarques de bon sens recueilleraient d’ailleurs certainement l’assentiment des auteurs, dont l’intention est surtout de montrer, et à juste titre, que l’union sociale ne peut se fonder que sur des principes de justice, dès lors que les individus en présence ont renoncé à s’entretuer ou à se soumettre les uns les autres. Il s’agit là en effet d’une condition civile essentielle implicite à toute approche théorique ou profane de ce que devrait être une société bien ordonnée. Mais cette justice virtuelle ne semble pas pouvoir être elle-même définie par un principe d’accord, précisément parce que c’est l’accord à son sujet qui constitue, dans la réalité théorique et pratique de la vie sociale, la difficulté la plus grande. Pour espérer obtenir un accord robuste et effectif des êtres raisonnables (ou rationnels, peu importe) sur la justice, il faudrait pouvoir en dire beaucoup plus sur les principes de rationalité : communicabilité, réfutabilité, information nécessaire..., qui peuvent en imposer à la raison d’un être singulier, mais aussi sur les limites sociales, psychologiques et logiques de l’autonomie rationnelle — ce qui est précisément tout l’enjeu des discussions actuelles sur la liberté et la rationalité, par exemple chez des auteurs comme Amartya Sen ou Bernard Williams. L’ouvrage de M. Forsé et de M. Parodi apporte néanmoins sa propre contribution à ces efforts en nourrissant de façon extrêmement savante, compétente et déterminée un débat sociologique sur la morale qui, comme on peut l’espérer, pourrait prendre à l’avenir de plus en plus d’importance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Pharo, « Michel Forsé, Maxime Parodi, La priorité du juste, éléments pour une sociologie des choix moraux », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 3 | 2005, 423-426.

Référence électronique

Patrick Pharo, « Michel Forsé, Maxime Parodi, La priorité du juste, éléments pour une sociologie des choix moraux », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 3 | Juillet-Septembre 2005, mis en ligne le 08 octobre 2005, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/26886

Haut de page

Auteur

Patrick Pharo

Centre de recherche sens, éthique, société (Cerses), CNRS, 59–61, rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France
pharo[at]iresco.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals