Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Quynh Delaunay, La machine à laver en France. Un objet technique qui parle des femmes

L’Harmattan, coll. « Économie et innovation », Paris, 2003 (163 p.)
Michèle Lalanne
p. 428-430
Référence(s) :

Quynh Delaunay, La machine à laver en France. Un objet technique qui parle des femmes, L’Harmattan, coll. « Économie et innovation », Paris, 2003, 163 p.

Texte intégral

1L’objet d’étude de Quynh Delaunay — la machine à laver le linge — est analysé comme un phénomène social total. Le titre et le sous-titre de son livre, « La machine à laver en France. Un objet technique qui parle des femmes », expriment avec sobriété la densité du programme auquel on peut rattacher deux autres publications de l’auteur (Delaunay, 1994 ; Delaunay, 2003). Celle-ci a choisi de s’intéresser à l’environnement sociotechnique de la vie domestique, à partir de l’évolution technique de la machine à laver d’une part, et d’autre part, de l’accompagnement commercial et publicitaire de sa diffusion. L’histoire de cette innovation technique et de sa réussite permet de comprendre à travers la publicité le rôle primordial donné à la machine à laver pour représenter le savoir-faire des femmes dans la sphère domestique qui se densifie avec la spécialisation et la miniaturisation des équipements ménagers. Cet objet emblématique de l’allègement du temps de travail féminin et de sa pénibilité participe à l’affranchissement des femmes.

2Pour établir ces savoirs, Q. Delaunay s’inspire de la méthode génétique de Gilbert Simondon (Simondon, 1989) et de la démarche pluridimensionnelle d’Yves Deforge (Deforge, 1985 ; Deforge, 1990) pour qui la compréhension de l’objet technique intégré à la culture passe par le déroulement de son histoire technique et sociale. De sa conception à sa fabrication, l’objet est influencé par des facteurs culturels, technologiques, sociaux, fonctionnels et harmoniques qui se déposent en strates. Dans cette approche, la machine à laver révèle des aspects moins connus de l’histoire des femmes et de l’industrie. Plusieurs étapes décisives apparaissent lors de la reconstitution de la genèse des deux types de machines à laver commercialisées actuellement en France, à ouverture frontale ou à ouverture vers le haut. Tout au long du xixe siècle ce sont des transferts de techniques, provenant notamment de l’industrie agricole, qui ont contribué à mécaniser partiellement les machines dans les blanchisseries collectives. Mais c’est surtout au début du xxe siècle que le ministère de l’Industrie qui recueillait les brevets industriels encouragea les inventions relatives à la machine à laver industrielle. C’est ce matériau très productif qu’utilise Q. Delaunay pour rendre compte des hésitations techniques, des bifurcations, des échecs et des succès de certains choix techniques largement influencés par les usages traditionnels de lavage du linge. En voulant imiter les trois phases manuelles de lessivage, de lavage et d’essorage du linge, les constructeurs français ont retenu le tambour horizontal à inversion mécanique au détriment du tambour vertical développé par les États-Unis et boudé par les ménagères qui lui reprochaient d’enrouler le linge. En même temps que l’automatisation des opérations réunies en un seul objet devenait possible à la fin des années 1950, le secteur industriel se concentrait autour de trois marques (Vedette, Laden, Lincoln). La maîtrise par les Néerlandais des changements de vitesse de lavage et d’essorage, en 1970, permit à la marque Philips d’améliorer sa position sur le marché français en organisant un système industriel de fabrication et de distribution de masse qui contribua à évincer d’autres modèles pourtant performants techniquement (Calor, Conord).

3La fertilité de la démarche poursuivie par Q. Delaunay permet d’esquisser les enjeux contemporains de sophistication des automatismes dans un univers domestique soucieux d’efficacité technique et de valeurs éthiques. Désormais les innovations doivent intégrer les exigences sociales et réglementaires de maîtrise de l’énergie et de respect environnemental de façon parfois contradictoire avec l’amélioration des performances de lavage nécessitant quantité d’eau et de détergent ! On comprend comment l’amélioration de la fonctionnalité de la machine qui résulte des attentes des usagers et des choix des constructeurs accompagne la rationalisation du travail domestique. Les phénomènes sociaux marquants se retrouvent inscrits dans la construction du lave-linge qui « résulte du compromis entre le souhaitable et le réalisable, du point de vue des techniques, des usages et des cultures, des pratiques, du marché, du savoir-faire des entreprises ». Les statistiques de diffusion de cet équipement ménager, de son coût, de ses modalités de distribution ou encore l’étude des réclames vantant les modèles de consommation renseignent aussi sur la transformation des processus de division sexuelle du travail domestique et professionnel des femmes.

Haut de page

Bibliographie

Deforge, Y., 1985. Technologie et génétique de l’objet industriel. Maloine, Paris.

Deforge, Y., 1990. L’œuvre et le produit. Champ Vallon, coll. « Milieux », Seyssel.

Delaunay, Q., 1994. Histoire de la machine à laver. Un objet technique dans la société française. PUR, Rennes.

Delaunay, Q., 2003. Société industrielle et travail domestique. L’électroménager en France (XIXe-XXe siècles). L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », Paris.

Simondon, G., 1989. Du mode d’existence des objets techniques. Aubier, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Lalanne, « Quynh Delaunay, La machine à laver en France. Un objet technique qui parle des femmes », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 3 | 2005, 428-430.

Référence électronique

Michèle Lalanne, « Quynh Delaunay, La machine à laver en France. Un objet technique qui parle des femmes », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 3 | Juillet-Septembre 2005, mis en ligne le 08 octobre 2005, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/26917

Haut de page

Auteur

Michèle Lalanne

Centre d’études et de recherche techniques organisations et pouvoirs (Certop–UMR CNRS 5044), Maison de la recherche, université Toulouse II, 5, allées Antonio-Machado, 31058 Toulouse cedex 1, France
lalanne[at]univ-tlse2.fr

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals