Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Askenazy, Les désordres du travail

Seuil, coll. « La République des idées », Paris, 2004, 98 p.
Michel Gollac
p. 533-535
Référence(s) :

Philippe Askenazy, Les désordres du travail, Seuil, coll. « La République des idées », Paris, 2004, 98 p.

Texte intégral

1Philippe Askenazy est un des rares économistes à s’intéresser aux réorganisations des entreprises en prenant le point de vue du travail. Mais Les désordres du travail est un ouvrage précieux pour d’autres raisons que cette seule rareté. Deux messages forts s’en dégagent : la souffrance au travail ne résulte pas de la psychologie des travailleurs, mais de l’organisation des entreprises ; cette souffrance est largement évitable.

2Le premier point a déjà été exposé par des ergonomes, psychologues, sociologues,… Le rappeler, avec des arguments en partie nouveaux, n’en est pas moins utile. Le travail, nous rappelle P. Askenazy, a, une place modeste dans le débat social, ce qui laisse le champ libre à une lecture psychologisante, individualisante des « nouveaux » problèmes (le « stress ») : dans cette représentation, le collectif ne renvoie qu’à des pénibilités physiques, de métier, réputées résiduelles. Or ce sont les formes innovantes d’organisation collective liées au « productivisme réactif » qui entraînent un cumul de contraintes, au demeurant autant physiques que mentales.

3L’auteur évoque ces nouvelles pratiques (équipes autonomes, normes de qualité, rotation de poste) et leurs théorisations (lean production, re-engineering, qualité totale). Il rappelle qu’elles ont été présentées comme un moyen de désaliéner les travailleurs. Pourtant elles ont entraîné l’intensification du travail, une dégradation des conditions de travail ressenties et, aux États-Unis, dans les années 1980 et au début des années 1990, l’envol des taux d’accidents du travail. Les études économétriques mettent en évidence le lien entre pratiques de travail innovantes d’une part et charge mentale, accidents du travail ou troubles musculosquelettiques d’autre part.

4P. Askenazy critique les travaux « tout psychologiques » comme ceux de Marie-France Hirigoyen sur le harcèlement moral : négligeant ou sous-estimant les causes organisationnelles de la souffrance au travail, ils ne proposent aucune voie d’amélioration réaliste, sauf éventuellement au niveau individuel, et confortent donc le fatalisme. On regrettera que l’auteur englobe dans la même critique la psychodynamique du travail et la clinique de l’activité, rendant mal compte de la richesse de leurs analyses et sous-estimant leur apport à la recherche de solutions collectives.

5Cette critique du « tout psy » introduit au deuxième message fort de l’ouvrage, beaucoup plus original : l’idée d’un enchaînement inexorable, qui voudrait que les nouveaux désirs des consommateurs et la mondialisation entraînent des réorganisations et conduisent à une dégradation des conditions de travail, est fallacieuse. D’une part, ce sont les entreprises réorganisées qui produisent de nouvelles attentes chez le consommateur. D’autre part (et on peut regretter que ce point ne soit pas davantage développé), l’évolution du travail est aussi marquée par les dysfonctionnements des organisations. P. Askenazy note que les conditions de travail s’améliorent après réorganisation si cette amélioration est un objectif de l’entreprise et se dégradent dans le cas contraire.

6Le « miracle américain » montre bien qu’il n’y a pas de fatalité. Alors que les réorganisations antérieures avaient causé accidents et maladies professionnelles, une nette amélioration est intervenue depuis 1992–1994. Cette amélioration résulte de la mise en œuvre d’une large panoplie d’outils de l’ergonomie. Elle a été obtenue, en moyenne, sans perte de productivité, grâce à la réduction des pertes dues à l’absentéisme ou à l’indemnisation des accidents et grâce aux gains liés à une meilleure motivation.

7P. Askenazy propose une analyse fine des causes du « miracle ». Il ne présente les États-Unis ni comme un paradis ni comme un enfer libéral. Il s’attache au contraire à montrer comment le recul des risques y a résulté de l’action conjointe du marché et d’institutions qui l’encadrent ou promeuvent d’autres formes de régulation. Aux États-Unis les entreprises sont tenues de s’assurer elles-mêmes contre les accidents et maladies du travail. En 1994, les primes d’assurance représentaient 2,4 % du coût du travail (1,4 % en 1985 et 1,8 % aujourd’hui), d’où une incitation marchande à améliorer la sécurité. Mais ce n’est pas tout. L’Occupational Safety and Health Administration a accru son action et l’a réorientée vers le conseil en sécurité. Des États ont renforcé leur réglementation. Les syndicats sont actifs. L’information syndicale et administrative sur les conditions de travail est largement diffusée, notamment via internet, facilitant le passage des souffrances individuelles aux revendications collectives.

8Par contraste, l’auteur pointe diverses faiblesses de l’encadrement des conditions de travail en France. Il appelle donc de ses vœux un retour de la question du travail au centre du débat social. L’ouvrage, et ce n’est pas le moindre de ses mérites, montre que les désordres actuels du travail sont une question politique. Les acteurs sont, certes, soumis à des contraintes ; mais ils ont aussi des marges de choix, des raisons de conflit, des possibilités de négociation.

9En dépit de son petit format (95 pages), Les désordres du travail est à la fois un ouvrage de synthèse et un ouvrage de recherche. P. Askenazy met à notre disposition une somme de connaissances, d’informations et de références, souvent peu connues en France, bien structurées par le point de vue d’un économiste solidement installé dans sa discipline et ouvert aux autres sciences sociales du travail. Ce livre est une base pour la discussion interdisciplinaire, une étape importante sur le chemin qu’il faut suivre si on veut comprendre les conditions de travail, leur évolution et les moyens de les améliorer.

10Cette discussion demeure nécessaire, notamment entre sociologues et économistes. P. Askenazy estime, un peu naïvement, que la sociologie propose des diagnostics et l’économie des solutions (p. 93). Mais il est crucial de se demander : des solutions à quoi ? Il nous montre comment les entreprises américaines ont su traiter un problème qui, au préalable, avait été socialement bien construit : celui des accidents et maladies professionnelles reconnus. Mais ce n’est là qu’un aspect des conditions de travail. Le système américain de pilotage des conditions de travail est-il à même de faire émerger d’autres problèmes ? Si non, ne faut-il pas craindre des effets pervers ? L’amélioration de la sécurité aux États-Unis repose, nous dit l’auteur (note 74), sur un retour de la prescription. Toute prescription n’est certes pas un mal en soi, mais ce retour du prescrit n’est-il pas de nature à éviter des transformations plus radicales des organisations, quitte à limiter celles des conditions de travail ? À canaliser le jeu des acteurs vers un niveau et un type d’intervention particulier ? Des formes d’organisation alternatives à la lean production et consorts permettent d’élargir l’ensemble des conditions de travail prises en compte ; reste bien sûr à savoir avec quelle(s) conception(s) de l’efficacité économique elles sont compatibles.

11Et comment la voie américaine traite-t-elle les différences interindividuelles, dont on nous dit trop abruptement, page 45, qu’elles sont peu importantes, alors que l’école francophone d’ergonomie insiste sur la singularité de chaque travailleur ? Pourquoi d’ailleurs la souffrance au travail est-elle si souvent vécue sur un mode individuel ? Est-ce seulement la faute aux « psys » ? Ou bien la diversité des trajectoires qu’implique la « précarité du travail » y est-elle pour quelque chose, tout comme la dissolution de certains groupes sociaux ? La réponse à ces questions importe pour une action qui irait au-delà de la prescription et de la seule solution des problèmes déjà posés sur la place publique.

12Décidément, la lecture des Désordres du travail donne, outre du plaisir car le livre est bien écrit, envie d’en savoir plus sur le travail, et d’en débattre. Une raison de plus de la recommander.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Gollac, « Philippe Askenazy, Les désordres du travail », Sociologie du travail, Vol. 47 - n° 4 | 2005, 533-535.

Référence électronique

Michel Gollac, « Philippe Askenazy, Les désordres du travail », Sociologie du travail [En ligne], Vol. 47 - n° 4 | Octobre–Decembre 2005, mis en ligne le 29 novembre 2005, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sdt/27247

Haut de page

Auteur

Michel Gollac

Centre d’études de l’emploi, 29, promenade Michel Simon, 93166 Noisy-le-Grand cedex, France
Michel.Gollac[at]cee.enpc.fr

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association pour le développement de la sociologie du travail
  • Logo CNRS
  • Logo La revue Sociologie du travail mobilisée
  • OpenEdition Journals